Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 19 novembre 2017 - 20:45  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Matériel : Atari 1850XLD
(Article écrit par David Brunet - mai 2009)


L'Atari 1850XLD fut un projet d'ordinateur initié par Atari en 1983 et basé sur le premier prototype Amiga : le Lorraine.

Historique

Amiga Inc., société conceptrice du Lorraine, premier prototype de la gamme plus tard appelée "Amiga", avait un projet fou depuis sa création en 1982 : concevoir la machine la plus puissante qui soit. Au départ, cela se focalisait sur une console de jeux mais son principal ingénieur, Jay Miner, avait le secret espoir d'aller plus loin en proposant un véritable ordinateur. La crise du secteur du jeu vidéo (courant 1983) poussa Amiga Inc. à se lancer officiellement dans le développement d'une telle machine. Beaucoup d'argent fut englouti dans ce développement et ce projet prometteur pouvait ainsi être stoppé à tout instant par manque de crédit.

Jay Miner, ancien ingénieur de la société Atari, un géant dans le monde du jeu vidéo, contacta son ancien employeur pour une aide financière. Cela déboucha sur un engagement, longtemps tenu secret, signé le 21 novembre 1983. Les tentatives d'accord prévoyaient le paiement de 500 000 $ à Amiga Inc. (qui pouvait donc poursuivre le développement de son ordinateur) en échange de la mise à disposition des éléments clés du Lorraine : ses puces spécialisées.

Atari pouvait ainsi réaliser sa propre variante du Lorraine. Ce projet était surnommé "Mickey" et la carte mémoire 256 ko était appelée "Minnie" (Atari était très proche de Disney à cette époque, ils avaient signé de nombreuses licences). Mickey devait être vendu pendant un an sous la forme d'une console de jeux (sans clavier et avec quelques caractéristiques en moins). Ensuite, l'accord prévoyait qu'Atari puisse vendre Mickey en tant qu'ordinateur à part entière et doté de toutes les caractéristiques. Cet ordinateur aurait été appelé Atari 1850XLD. Une note de Steve Bristow, ingénieur de chez Atari, et datant du 20 décembre 1983, a été retrouvée par le site Atari Museum. Elle mentionne les modèles en cours de développement ou en prévision. On y trouve ainsi les Atari 800XDL, 1650XLD et donc 1850XLD.

Mais un élément empêcha l'Atari 1850XLD de se matérialiser : le rachat, par Commodore, de l'équipe d'Amiga Inc. et de ses propriétés intellectuelles. Cela se déroula durant l'été 1984.

La sortie de l'Atari 1850XLD était prévu pour le premier trimestre de 1985. Cet ordinateur aurait eu comme système d'exploitation une sorte d'AmigaOS (sous un autre nom ?) pourvu d'un noyau Unix et sans l'intégration des parties issues de Tripos. L'aboutissement de l'Atari 1850XLD aurait aussi eu une conséquence importante : la non-existence probable de la gamme Atari ST.

Caractéristiques

L'Atari 1850XLD ressemble à un hybride entre un Lorraine et un Amiga 1000. Cependant, contrairement à ce dernier, il propose un lecteur de disquette 5,25".
  • Processeur : Motorola 68000 à 7,16 MHz.
  • Mémoire : 128 ko (extensible jusqu'à 384 ko grâce à l'ajout de la carte mémoire "Minnie" de 256 ko).
  • ROM : 64 ko.
  • Puces spécialisées :
    • Agnus (le générateur d'adresses, gérant le DMA, et contenant aussi le Copper et le Blitter).
    • Daphne (gestion de l'affichage).
    • Portia (gestion des ports et de l'audio).
  • Résolution de 320x200 à 640x400 pixels.
  • Palette de 4096 couleurs, affichage simultané de 16 couleurs en 640x400 et 32 couleurs en 320x200.
  • Quatre canaux audio stéréo 8 bits sur sept octaves.
  • Clavier séparé de 68 touches dont 11 touches de fonctions.
  • Lecteur de disquette 5,25" 360 ko compatible IBM.
  • Un port clavier.
  • Un port série (pour un lecteur de disquette externe).
  • Un port série RS-232 (pour un modem 300 bps).
  • Un port parallèle.
  • Un port "cartouche".
  • Un port d'extension.
  • Sortie RF.
  • Sortie RGB.
  • Sortie composite.
  • Sortie audio stéréo gauche et droite (jack RCA).
  • Deux ports joystick/souris DB9 compatible Atari.
  • Système d'exploitation : AmigaOS.
  • Langages de programmation : BASIC, Forth et assembleur (en option). Le BASIC devait être compatible avec AppleSoft.
Il reste bien entendu des zones d'ombre dans le tableau ci-dessus. Par exemple, on ne sait pas si le Kickstart aurait été dans une ROM physique ou bien sur une disquette comme dans l'Amiga 1000. En 1983 et 1984, la partie du développement sur le Kickstart n'était pas terminée, mais si Atari souhaitait faire de l'Atari 1850XLD une console de jeux, il aurait fallu absolument un Kickstart sur ROM physique (on imagine mal une console qui vous demande d'insérer une disquette ROM à chaque chargement d'un jeu).

Le fait d'utiliser un affichage 6 bits ne signifiait pas forcément 64 couleurs puisque la puce responsable de l'affichage, Daphne (plus tard renommée en Denise), ne disposait pas encore du mode EHB 64 couleurs. La révision R6 de cette puce, qui gérait l'EHB n'arriva que dans le second semestre 1985, après même la commercialisation de l'Amiga 1000. Également, comme mentionné plus haut, le nom du système d'exploitation restait inconnu, bien qu'il partageait beaucoup d'éléments avec AmigaOS 1.0 équipant les Amiga 1000. Enfin, un doute subsistait concernant les sorties vidéo : est-ce que les trois sorties (RF, RGB et composite) auraient été de la partie ?

Du point de vue de l'aspect extérieur, notamment le boîtier, rien de concret n'a été révélé. Dans cette période, des ingénieurs d'Atari travaillaient sur d'autres prototypes comme l'Atari 1600XL. Les essais de boîtier de ce dernier donnent cependant une idée à quoi aurait pu ressembler l'Atari 1850XLD.

Boîtier prototype de l'Atari 1600XL

Boîtier prototype de l'Atari 1600XL
Boîtiers prototypes de l'Atari 1600XL

Conclusion

L'Atari 1850XLD, ou Mickey, faisait partie, en 1983/1984, de la nouvelle vague de projets d'Atari. Il s'agissait de la machine la plus avancée de son époque. Il est fort probable qu'avec l'agressivité commerciale d'Atari et son réservoir de jeux et de développeurs, l'Atari 1850XLD aurait été un grand succès. La politique de prix d'Atari aurait également permis de diffuser cette machine pour une bouchée de pain.

L'Atari 1850XLD aurait changé profondément le futur de l'Amiga et aussi celui d'Atari. Il n'y aurait pas eu de guerre Atari/Amiga car une seule (et bonne) machine aurait dominé le marché de l'informatique grand public. Atari n'était cependant intéressé que par la technologie Amiga, pas par l'équipe conceptrice : cela aurait obligé à placer des ingénieurs Atari sur l'éventuel successeur de l'Atari 1850XLD, tout en gardant l'esprit de cette machine. Commodore avait réussi ce pari en proposant des variantes améliorées durant les années après l'Amiga 1000, mais est-ce qu'Atari aurait fait de même ?

Enfin, de son côté, Commodore aurait été privé d'Amiga et aurait été obligé de créer un clone de l'Atari 1850XLD (un Commodore 128 revu ou bien le Commodore 900 ?) pour rester dans la course.

Nom : Atari 1850XLD (Mickey).
Constructeur : Atari/Amiga.
Genre : projet d'ordinateur.
Date : 1983.
Prix : NC.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]