Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 26 avril 2019 - 17:57  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test d'Atari++ 1.73
(Article écrit par John Michael Hayler et extrait de amigax5000.blog - juin 2018)


Note : traduction par David Brunet.

Aujourd'hui, je vais jeter un coup d'oeil à un autre émulateur pour AmigaOS 4, qui émule cette fois-ci la gamme d'ordinateurs Atari 8 bits. Ayant grandi au Royaume-Uni dans les années 1980 et au début des années 1990, on pouvait alors dire, concernant les ordinateurs 8 bits, qu'il y avait une féroce concurrence entre les ZX Spectrum, les Commodore 64 et les Amstrad CPC. Mais pour une raison que l'on n'explique pas, au Royaume-Uni, les Atari 8 bits n'ont pas vraiment été populaires, contrairement aux autres machines 8 bits. Ce fut peut-être à cause d'une commercialisation médiocre de la part d'Atari ou de sa focalisation sur ses autres produits comme les Atari 2600, 7800 et ST. Il en résulte pour de nombreux joueurs britanniques que les machines Atari 800, 800XL, 1200, 65XE et 130XE furent largement ignorées par le grand public.

Les Atari 8 bits

J'ai reçu un Commodore 64 pour mon onzième anniversaire en 1989, et je n'ai connu les Atari 8 bits qu'au moment où j'ai pu voir un étrange jeu Atari 8 bits sur cassette en vente chez mon marchand de journaux (vous souvenez-vous de cette époque où il y avait une grande sélection de jeux à 1,99 £ ?). En outre, je n'avais jamais vu de magazines spécifiques aux Atari 8 bits comme on pouvait le voir pour les autres machines : Zzap 64 et Commodore Format pour Commodore 64, Crash et Sinclair User pour le ZX Spectrum ou Amstrad Action pour les Amstrad. En fait, à part le jeu étrange chez mon marchand de journaux, je n'ai pas vraiment vu de mention à propos des Atari 8 bits en dehors d'annonces de sociétés comme Virgin Mastertronic ou Zeppelin Games qui soutenaient ce format avec la publication de leurs jeux en version "budget".

Pour les curieux, la gamme Atari 8 bits remonte à 1979 avec la sortie des Atari 400 et 800. Ils étaient basés sur un processeur 6502 à 1,79 MHz et dotés de puces graphiques spécialisés appelées ANTIC et CTIA, qui autorisaient le traitement des sprites, les défilements gérés matériellement et la détection des collisions. Ces deux ordinateurs étaient assez similaires en termes de spécifications, bien que le 400 était livré avec 16 ko de mémoire et un clavier sensitif à membrane en plastique tandis que le 800 comprenait 48 ko de mémoire et un clavier approprié. Les jeux pouvaient être chargés depuis une cassette ou une cartouche. Ces Atari 8 bits ont également un lien avec l'histoire de l'Amiga car Jay Miner, considéré par beaucoup comme le père de l'Amiga, dirigea la conception de leurs puces graphiques.

Cette gamme de machines fut plus populaire aux États-Unis et en Allemagne et la version la plus réussie et la plus connue de la famille 8 bits fut l'Atari 800XL, considéré comme le modèle de troisième génération et qui suivit la sortie du 1200XL, qui ne connut pas le succès en raison de son prix élevé. Les machines 1200XL et 800XL sont toutes deux rétrocompatibles avec les machines originales 400 et 800 et disposent de puces ANTIC et CTIA mises à jour, ainsi qu'une palette améliorée de 256 couleurs. Les révisions ultérieures de la machine furent nommées Atari 65XE et 130XE et furent vendues dans un boîtier gris pour compléter la gamme Atari ST récemment lancée. Atari publia également une version console du système appelée XEGS, qui comportait un clavier séparé, quatre boutons de couleur très étranges et un pistolet optique. Environ 4 millions d'unités furent vendues dans le monde entier, tous modèles confondus. Atari arrêta finalement sa gamme 8 bits en 1992, date à laquelle la machine commença à s'imposer en Europe de l'Est, en particulier en Pologne où elle est devenue un peu culte aujourd'hui.

Atari 800XL
Atari 800XL

Quand ma passion pour collectionner les jeux rétro a commencé au milieu des années 1990, j'ai eu l'occasion d'acheter cet Atari 800XL, qui était livré avec un magnétophone et plusieurs jeux pour la somme exceptionnelle de 10 £. C'est seulement à la suite de cette acquisition que j'ai commencé à découvrir la gamme Atari 8 bits. Malheureusement, le lecteur de cassette qui l'accompagnait était trop usé et la plupart des jeux que j'avais choisis avec la machine refusaient de se charger correctement. Après quelques semaines d'essais, j'avais perdu tout intérêt car le chargement des jeux prenait une éternité... pour au final terminer par une erreur.

Cela dit, mon intérêt pour la gamme Atari 8 bits fut ravivée quand je suis tombé sur Atari++ pour AmigaOS 4, un émulateur capable d'émuler toute la famille des machines Atari 8 bits ainsi que la console Atari 5200. Pour ceux qui sont en Europe et qui lisent ceci, vous comprendrez que nous n'avons jamais vraiment eu la chance de jouer à ces machines car elles ne furent commercialisées qu'au format NTSC. Il convient de noter qu'il existe non pas un mais deux émulateurs différents pour AmigaOS 4 qui font la même chose, l'autre étant Atari 800, qui est un portage, réalisé par Sebastien Bauer, de l'émulateur Atari 800 disponible sur les systèmes Windows et Linux. Les deux émulateurs sont assez similaires en termes de configuration et d'exécution, mais étant donné que j'aime jouer avec une manette et que celle-ci ne semble pas être disponible dans la version AmigaOS 4 d'Atari 800, j'ai décidé de choisir Atari++.

Configuration d'Atari++

Atari++ peut être téléchargé sur OS4Depot ou sur le site de notre ami Ventzislav Tzvetkov car il est l'auteur de ce portage, qui en est à sa version 1.73 et qui date de 2015. L'émulateur lui-même n'est pas trop gros, il ne fait que 1 Mo, mais vous aurez besoin de télécharger d'autres éléments afin de compléter l'émulateur. Je vous recommande de vous procurer les ROM suivantes, car elles seront nécessaires pour une compatibilité maximale :
  • Atari OS révision B (Atari 800), nommée AtariOSB.ROM.
  • Atari XL, nommée AtariXL.ROM.
  • Atari 5200, nommée ATARI5200.ROM.
  • Atari DOS Disk ROM : il est recommandé d'utiliser Atari DOS version 2.0S pour une compatibilité maximale avec les jeux. ce fichier est généralement nommé DOS_20S.ATR.
  • Atari BASIC Cartridge ROM, nommée ATARIBAS.ROM.
Quand vous rechercherez des ROM de jeux, sachez que l'Atari 8 bits gère les types de ROM suivants (si vous téléchargez un lot complet, décompressez-le puis placez-le dans des répertoires distincts) :
  • ROM de cartouche : ces fichiers portent généralement l'extension .ROM, .BIN (XE Games System) ou A.52 (Atari 5200).
  • ROM de disquette : ces fichiers portent généralement l'extension .ATR. ou .XEX.
  • Il y a aussi des fichiers au format .CAS (cassette) et .EXE mais j'aurais tendance à les ignorer.
Créez ensuite deux dossiers, l'un pour l'émulateur et l'autre contenant toutes les ROM de jeux et du système.

Atari++

Décompressez ensuite le dossier des ROM comme suit :

Atari++

Il est ensuite temps de démarrer l'émulateur Atari++.

Atari++

Vous êtes accueillis par l'écran ci-dessus, qui propose un certain nombre d'options sur son côté gauche que vous devez configurer. Je vais être franc ici : il m'a fallu beaucoup de temps pour savoir à quoi chacune des options faisait référence. Je pense qu'il serait donc préférable de passer en revue chacune des options afin de voir si elles vous sont ou non utiles.

L'onglet "Prefs" (Préférences) est important car vous pourrez ici enregistrer tous les paramètres pour vos futures utilisations d'Atari++. C'est également l'endroit où vous pourrez redémarrer l'émulateur.

Atari++

Sous l'onglet "Machine" vous pouvez sélectionner l'ordinateur que vous souhaitez émuler. Il est ici préférable d'utiliser l'option "Atari XL" car celle-ci exécutera la plupart des programmes. Pour ceux intéressés par l'émulation Atari 5200, j'ai quelques mauvaises nouvelles : l'émulation fonctionne mais j'ai vraiment eu du mal à la configurer avec le clavier ou la manette. L'Atari 5200 étant une version console de l'Atari 400 et l'Atari XL étant également capable de lancer des jeux Atari 400, il est donc inutile de perdre votre temps à lancer des ROM Atari 5200 spécifiques.

Atari++

Sous les onglets "ANTIC" et "Pokey", inutile de modifier les options. Vous pourrez éventuellement permuter l'affichage PAL en NTSC. J'ai personnellement trouvé que l'écran NTSC proposait un affichage plutôt délavé par rapport au PAL qui avait des couleurs beaucoup plus vives.

Dans l'option "GTIA", c'est une bonne idée d'opter pour la version mise à jour de la puce GTIA fournie avec les machines XL.

Sous l'onglet "Cartridge" (Cartouche), il faut entrer le chemin où se trouve vos fichiers .BIN/.ROM. Dans mon cas, c'est dans la partition "Games:". Une fois que vous aurez sauvé ce paramètre, votre liste de jeux s'affichera à chaque fois que vous voudrez lancer un jeu.

Atari++

Sous l'onglet "OsROM", il faut entrer le chemin où se trouvent chacune des ROM individuelles.

Atari++

Même chose ici dans l'onglet "DiskDrive" pour les lecteurs de disquette et les fichiers-disques .ATR et .XEX. Une chose à retenir cependant : s'il y a déjà une cartouche dans le lecteur, vous ne pourrez pas lancer un jeu depuis une disquette. Pensez donc à désactiver le lecteur de cartouche et à activer le lecteur de disquette si vous souhaitez utiliser une disquette et, bien entendu, l'inverse si vous souhaitez utiliser une cartouche.

Atari++

Je vous recommande de configurer d'autres paramètres qui se trouvent sous l'onglet "Joystick" (Manette). Vous pouvez sélectionner l'option "SDL Analog" (Analogique SDL) dans la liste ci-dessus, puis calibrer la manette de jeu si nécessaire ou modifier les touches sous le bouton "SDLAnalog,0.".

Atari++

Après avoir configuré toutes vos options, il vous suffira de sauvegarder votre configuration sous l'onglet "Prefs" pour ne plus avoir à configurer quoi que ce soit lors de la prochaine exécution de l'émulateur, à part la sélection d'une cartouche ou d'une disquette.

Programmes

Alors, qu'en est-il de la bibliothèque de programmes pour Atari 8 bits ? Pour les utilisateurs britanniques qui ont plus ou moins ignoré cette machine au profit du ZX Spectrum, de l'Amstrad CPC et du Commodore 64, il peut être très étonnant de savoir qu'il existe environ 2000 titres et que la machine était assez populaire, à un moment donné, aux États-Unis, en Allemagne et en Europe de l'Est avec de nombreuses versions ultérieures provenant de Pologne.

Dans la mesure où les Atari 8 bits utilisent le processeur 6502, les jeux et les graphismes de bon nombre de ses titres ont un aspect très pixélisé. Ceux qui ont déjà joué avec l'Atari 2600 VCS savent exactement ce que je veux dire, bien que cette machine soit antérieure à la série Atari 7800, la résolution graphique n'est pas aussi bonne. Personnellement, je trouve les graphismes très similaires à ceux que l'on trouve sur d'autres machines basées sur le 6502 comme le Commodore 64 et la Nintendo NES.

Du point de vue du son, la machine fonctionne beaucoup mieux que ce que l'on pourrait attendre, car la puce Pokey est capable de produire des sons impressionnants, bien qu'elle soit loin du niveau de la puce SID du Commodore 64. Les machines Atari 8 bits sont également beaucoup plus rapides que le Commodore 64, ce qui donne des jeux ressemblant à leurs homologues du Commodore 64 mais fonctionnant beaucoup plus rapidement et avec un plus grand nombre d'images par seconde.

Comme on peut s'y attendre avec une machine Atari, le catalogue des classiques d'arcade d'Atari est très développé. Sur cette plate-forme, il y a de très bonnes conversions.

Pole Position, qui est dérivé du miracle que fut la version Atari 2600.

Atari++

Joust.

Atari++

Pole Position et Joust ont également été publiés sur Atari 5200. Vous pouvez donc voir que les graphismes ont été améliorés par rapport à leur version sur VCS 2600.

Mrs Pac-Man est visuellement incroyable et vraiment coloré.

Atari++

Centipede est une très bonne conversion et est très jouissif à jouer.

Atari++

Food Fight est amusant, il a été énormément sous-estimé et mérite d'être redécouvert par le grand public.

Atari++

Plus tard dans le cycle de vie des Atari 8 bits, on a vu apparaître Dark Chambers, qui est également disponible sur Atari 2600 et 7800.

Atari++

Comme vous pouvez le constater, c'est une sorte de clone de Gauntlet et c'est un très bon jeu.

Atari++

Le soutien d'éditeurs tiers fut également très présent avec des éditeurs comme Activision qui entretenait des liens étroits avec Atari et qui sortit sa série Pitfall.

Atari++

Pour être honnêtes, les graphismes sont un peu "2600-esques".

Atari++

Imagine a publié une conversion d'Arkanoid qui a fière allure et qui est très jouable. Mon seul reproche pour cette version est le manque d'effets sonores et de musique, qui sont pourtant présents dans les autres conversions sur ordinateurs 8 bits.

Atari++

Green Beret est une autre conversion, mais je pense qu'elle ne vaut pas celle, excellente, pour Commodore 64.

Atari++

Certaines versions ressemblent beaucoup à leurs homologues sur Commodore 64 comme l'excellent International Karate. La mélodie de l'écran titre est bien rendue, c'est une bonne reprise de la musique issue du SID du Commodore 64, mais malheureusement, aucune musique n'est disponible pendant le jeu.

Atari++

La maison d'édition britannique Codemasters soutint les Atari 8 bits avec la publication occasionnelle de titres.

Atari++

Cette version semble beaucoup plus propre que la version Commodore 64 et, encore une fois, il y a une bonne musique lors de l'écran titre, ce qui montre les capacités sonores de la machine.

Atari++

Virgin Mastertronic soutint également la plate-forme avec sa gamme de titres à prix budget, comme par exemple le jeu de tir Sidewinder 2.

Atari++

Plus tard, vers la fin de sa vie, les Atari 8 bits trouvèrent une seconde maison en Europe de l'Est. Par exemple, cette version de Test Drive provient de Hongrie.

Atari++

Il y a encore des jeux qui sortent pour ces ordinateurs en 2018 comme cette conversion de ce titre classique sur Amiga et Commodore 64 ; Stunt Car Racer.

Atari++

Atari++

Il n'y a pas de mot pour décrire la qualité de cette version. Pour commencer, elle est beaucoup plus rapide que la version Commodore 64 et propose une très bonne interprétation de The Race de Yello en tant que musique d'écran titre. Je vous conseille vraiment de télécharger ce jeu.

Bilan

L'émulation d'Atari++ n'est pas parfaite à 100%, par exemple lors de l'exécution de Desert Falcon, j'ai rencontré quelques problèmes au niveau du défilement et sur la façon dont les objets étaient affichés à l'écran. J'ai aussi rencontré des problèmes de corruption avec International Karate lorsque j'y ai joué avec une manette, ce qui est dommage car ce jeu est l'un de mes favoris. La configuration initiale de l'émulateur est également une source de confusion et le système de menus est un peu fouillis avec beaucoup de choses à configurer au début. Mais une fois la configuration terminée, il est assez facile de charger de nouveaux jeux.

Parmi les jeux que j'ai couverts dans cet article, vous aurez remarqué que j'ai raté toute une série de titres comme Ballblazer, Robotron 2084, la série Ultima, Rescue On Fractalus, Dropzone, Boulderdash, Star Raiders ou encore les séries Eidolon et Zork. Personnellement, je les ai laissés de côté pour une raison : je pense qu'il vaut mieux que vous découvriez ces excellents jeux par vous-même.

Je trouve dommage qu'au Royaume-Uni, nous étions peut-être un peu trop obsédés par nos machines Spectrum, Amstrad et Commodore 64 et n'avons pas assez regardé du côté des Atari 8 bits. Mais grâce à Atari++, j'ai pu redécouvrir cette excellente petite plate-forme qu'est l'Atari 8 bits. Le fait de m'être plongé dans son monde m'a poussé à essayer des disques durs SIO2SD, que j'ajouterai sans doute à ma machine Atari 800XL. En attendant, je pense que je vais me refaire une partie de Food Fight !

Et d'ici la prochaine fois, amusez-vous avec vos Amiga !

Nom : Atari++ 1.73.
Auteur : THOR Software.
Genre : émulateur d'Atari 8 bits.
Date : 2015.
Configuration minimale : AmigaOS 4.0, carte graphique, PowerPC, 4 Mo de mémoire.
Licence : variante de la Mozilla Public Licence.
Téléchargement : OS4Depot.

NOTE : 7/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]