Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 21 août 2017 - 21:31  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Art Effect
(Article écrit par Jac Pourtant et extrait d'Amiga News - octobre 1996)


Quels sont les grands du graphisme ? Le roi TVPaint, ImageFX et Photogenics, très similaires, Xi-Paint, intéressant mais pas vraiment convaincant et puis ADPro qui se situe complètement en marge. Chacun a ses spécificités, bien entendu, mais tous sont conçus dans l'optique de fournir des images fixes ou animées.

Art Effect

Art Effect vient dans une autre optique, plus orientée vers la photo imprimée. Comme les concepteurs le prétendent eux-mêmes, ce programme veut être le "Photoshop" de l'Amiga.

J'ai testé la version démo pour vous (en exclusivité mondiale, comme souvent dorénavant dans Amiga News) et je vous le dis : j'ai été aussi impressionné que lorsque j'ai découvert TVPaint 3.6.

L'interface graphique

La configuration minimale

AmigaOS 3.0, ECS, AGA ou CyberGraphX. Un minimum de 2 Mo de mémoire, 4 Mo (et même beaucoup plus ne nuiront pas...) conseillés. 1,5 Mo (minimum) sur disque dur. Un écran s'ouvre dans n'importe quelle définition, de 1 à 24 bits, ECS, AGA ou CyberGraphX, les calculs internes sont tous en 24 bits. Il est même possible d'ouvrir sur le Workbench en 24 bits. En bas de l'écran, une ligne réservée au texte pour les messages d'erreurs ou de conseils (très utile : lorsque vous faites un polygone, il s'écrit : "Appuyez sur "Espace" ou "Esc" pour fermer le polygone". Pas besoin d'aller chercher l'aide en ligne, c'est déjà là).

Le programme installé, une icône apparaît sur le Workbench invitant à y jeter des images. La requête de fichiers à l'intérieur du programme reste dans le tiroir de la dernière image chargée.

Des fenêtres autant qu'on en veut (ou qu'on en peut...), de la même image ou d'images différentes et puis les fenêtres de travail que voici :

Tools

Art Effect À la Deluxe Paint, pour ne pas paniquer l'utilisateur, avec les fonctions classiques, trait continu, trait pointillé, tracé libre, courbe de Bézier (à trois points, j'aurais préféré quatre), droite, ligne brisée, les mêmes avec remplissage, brosse, remplissage de zone.

Vient ensuite un rectangle qui commande la sélection de "stencils" (masques en canal alpha). Puis le "Magic Wand", la baguette magique qui repère dans l'image tous les pixels liés entre eux et de même couleur que celui cliqué, avec une tolérance ou bien générale, ou bien dans chaque composante RGB. Vient alors la rentrée de texte, très bien faite quoiqu'un peu rudimentaire et la loupe, qu'on peut piloter avec les raccourcis clavier + et -, ainsi que toutes les touches de 0 à 9 qui correspondent à des préréglages de 100% à 900%.

On trouve alors le choix entre crayon et brosse (cumulable avec les outils supérieurs comme dans ImageFX), aérographe ou tampon (grand choix de méthodes de transfert d'une image à une autre, genre "rub-thru", mais très originaux). Il faut dire ici qu'on n'a jamais vu un aérographe si complet : soit ellipsoïdal ou rectangulaire, orientable, avec trois réglages radiaux pour l'intensité, la transparence et le grainage. Quel luxe !

Encore deux gadgets connus : la grille et la pipette. Viennent deux beaux symboles, un défaire/refaire (malheureusement non réglables à un seul pas) et une poubelle pour gommer toute l'image. Vient alors le dernier gadget, celui de sélection des deux couleurs A et B (front, back) avec deux petits gadgets, l'un permettant de permuter les deux couleurs, l'autre remettant la couleur A à blanc. Encore une originalité.

Color Manager

Dans la partie supérieure, au choix curseurs RGB, curseurs HSV, curseurs CMYK (tous en couleurs temps réel : le fin du fin), une échelle de valeurs HSV (couleur en horizontal, luminosité en vertical) et un dégradé entre quatre couleurs en diagonale.

Dans la partie inférieure, des cases de couleurs jusqu'à 256 pour la copie, l'échange, les dégradés et les séries. Là, il est facile de définir une série ou un dégradé : il suffit de cliquer sur la première couleur et de ne décliquer que sur la dernière. Plus pratique que les "ranges" d'ImageFX !

Brush Manager

On peut y choisir soit les brosses créées pour le crayon et l'aérographe, ou bien les brosses chargées ou découpées. Très inspiré de Xi-Paint, sauf que les vignettes des brosses sont en gris.

Il y a bien d'autres fenêtres, mais soit elles ont déjà été évoquées plus haut, soit elles le seront avec les menus.

Art Effect

Les menus

Projects

On peut bien entendu y charger et sauvegarder les images, mais encore ouvrir de nouveaux espaces neufs, fermer toutes les fenêtres et puis (une petite idée inspirée du Mac) recharger les dernières images qui ont été utilisées par le programme. Les formats reconnus sont BMP, GIF, TIF, PCX, PNG, TARGA, IFF, JPEG, MPEG, les datatypes et le tout nouveau datatype 24 bits.

Une fonction sympa : Revert (recharge l'image automatiquement). Le traditionnel item "About" qui donne tous les renseignements sur les concepteurs et diffuseurs du programme renseigne en outre sur la mémoire disponible et... sur la vitesse d'affichage. La mienne : 2 636 517 pixels/s et vous ?

Edit

La fonction "annuler" a deux manières de travailler : en mode automatique (connu), en mode fonction (les x dernières étapes sont effacées d'un coup). Accès au presse-papiers, ce qui permet de travailler en parallèle avec d'autres programmes. Inversion verticale et horizontale, rotation de + ou - 90°, découpe et duplication. Redimensionnement de l'image et du canevas.

Brush

Chargement, sauvegarde et abandon de la brosse. Inversion verticale et horizontale, rotation de + ou - 90° ou libre, redimensionnement avec ou sans préréglage, affaissement (shear). Perspective horizontale et verticale, gestion du bord de la brosse (surtourage, détourage et adoucissement réglable). Enfin, le positionnement de la poignée.

Art Effect

Stencil

Il s'agit bien sûr de canal alpha pour limiter les effets à certaines zones et selon une certaine transparence ou intensité. On peut donc charger ou sauvegarder un stencil et les options d'application sont vraiment multiples. On peut sélectionner plusieurs zones, retrancher une zone d'une autre, appliquer le stencil en totalité, le désactiver, etc. On peut aussi l'épaissir, l'amaigrir, enlever les zones de plus de tant de pixels de diamètre, le dégrader sur une largeur réglable, etc. On peut sélectionner à la pipette la couleur de base qu'on veut masquer, la limite supérieure et inférieure. Bref, les effets sont infinis.

Filters

Une très belle réussite. Chaque filtre ouvre sa propre fenêtre de visualisation zoomable à souhait, qui montre le résultat final en temps (presque) réel. On y déplace la zone à visionner à la souris. Si plusieurs fenêtres de filtres sont ouvertes, chaque actualisation se transmet aussitôt aux autres. Comme la prévisualisation est automatique, on y voit dès l'effet appliqué à l'image de référence, l'effet exacerbé de la prochaine application ; il est alors amusant, si on a par exemple une fenêtre d'effet "Blur" et une fenêtre d'effet "Sharpen" d'observer comment les effets se combattent. De plus, avec ce système, si on hésite entre plusieurs effets à appliquer, on ouvre chaque fenêtre d'effet et on les compare directement avant d'agir. Franchement, à ce niveau, tous les autres programmes sont battus, même Photogenics, le mieux achalandé en filtres.

Color

Antique, Negative, Colorspace Processing, Color correction, Dynamic range, Histogram equalization, Posterize, Threshold, Solarize.

Art Effect

Blur

Blur, Gaussian, Smooth.

Sharpen

Sharpen. Un des meilleurs effets que je connaisse par rapport à ses concurrents.

Stylise

Displace pixel, Laplace, Edge finder, Oil paint, Relief, Wax paint.

Distorsion

Caricature, Curl, Twirl.

Pixelate

Mosaic, Median, Polar Mosaic, Segment Image (une sorte de postérisation, plus le réglage est élevé moins il y a de couleurs).

Other

Bumpmap (briques, damiers, étoiles, cadres, libre), Convolve, Mirror Picture (on choisit dans la vignette la direction, haut ou bas, droite ou gauche ainsi que la position du miroir. Le résultat se laisse voir en temps réel), Offset (correspond à l'effet Roll d'ADPro sauf qu'on peut faire apparaître normalement le bord opposé de l'image ou alors la couleur de fond).

Window

Create Working area, Write back, Add view, Sort windows, Fit window Size. Viennent ensuite les commandes d'ouverture des fenêtres de travail comme Toolbox, Settings, Colors, Brush Manager, Brush Creator, Coordinates, Grid. La fenêtre "Settings" offre de nombreux réglages, selon l'outil sélectionné : l'opacité de 0 à 100% de l'opération, le mode (mat, couleur, impressionniste, multiplication, écran, différence, éclaircissement, obscurcissement, adoucissement, blur, sharpen 1 et 2 ; pour deux images, altération de hue, saturation, value), la pression et l'opacité pour les tablettes graphiques, et le fondu progressif réglable. Pour les fonctions à remplissage, le dégradé (visualisé en vignette) peut être linéaire ou radial, RGB, HSV ou alpha, et la granulation est réglable ainsi que le nombre de transitions (jusqu'à 256).

Settings

Programm settings, Ruler Init (réglettes horizontale et verticale graduées en pouces, cm ou pixels). Cross hair, light table (pas pu la faire marcher faute de manuel).

Les plus

Pour utiliser une tablette graphique ArtPad II avec le mode pression, il faut posséder le pilote (non pas DP de "Roland Schwingel", mais de chez "Ingenieurbüro Helfrich").

Une fonction pantographe, que j'avoue ne pas avoir trouvée, devrait permettre de copier des régions d'une image à la même image ou à une autre.

Les fonctions de barbouillage (smear) et de peinture avec les doigts ne manquent pas, elles sont dans les réglages de l'aérographe.

Que serait un programme de cette trempe sans extensions (plug-ins) ? N'importe quel développeur peut programmer des modules d'effets pour compléter la déjà noble collection.

ARexx : l'implémentation se fera dans la version 2.0.

Je ne peux vous parler du manuel..., ce n'est que la version démo. Tout ce que je sais, c'est qu'il n'existe pour le moment qu'en version allemande. Il sera francisé par ADFI. Le programme est en anglais avec un catalogue en allemand. La francisation ne posera donc pas de difficultés pour le logiciel lui-même.

Limitations de la version démo

Chacun peut essayer de télécharger l'archive AE.lha contenant le programme. La limitation se fait sur les formats de chargement (seulement IFF et JPEG). On ne peut pas sauver ni imprimer d'images. Toutes les 10 opérations ou juste avant l'utilisation d'un filtre, les lettres DEMO s'inscrivent en grand sur l'écran (j'ai trouvé un truc pour que ça ne soit pas trop gênant : il suffit de se faire une brosse nulle avec le Brush Creator, laisser les trois fenêtres à zéro, la taille de la brosse au minimum et le pas au maximum. Ainsi, tant qu'on ne veut pas expérimenter avec les brosses, on est tranquille, on ne le remarque pas). Enfin, certains filtres manquent et le code n'est pas optimisé pour les processeurs supérieurs ou égaux à 68020 et pour les FPU. Je vous invite vivement à essayer par vous-même.

Ce que j'ai aimé

Tout, il n'y a rien que je n'aie pas aimé (juste un petit bogue insignifiant avec les brosses à la gauche de l'image, mais pas vraiment gênante), il y a des possibilités qui manquent mais qui ne manqueront pas de venir dans les versions futures pour peu que nous, utilisateurs, le demandions. La vitesse d'exécution est supérieure à ses concurrents sans perte de qualité pour cela. L'interface graphique est très bien conçue, très claire, sans s'encombrer d'innombrables fenêtres de réglages de base (genre Xi-Paint où on n'a plus la place de voir l'image). Les fenêtres d'effets sont parfaites. La diversité des effets est surprenante, et comme tout est prévu pour des modules d'extension, elle va encore augmenter. Vraiment, je suis conquis.

Ce que j'aurais aimé

Puisque le programme est orienté impression, j'aurais bien voulu avoir des fonctions de composition de plusieurs images à la ADPro et la possibilité d'utiliser la zone autour de l'image pour y travailler en brouillon (à la PAO). Le ray-tracer simple de Xi-Paint 4.0 serait un petit plus. Une fonction vectorielle et très précise de détourage serait la bienvenue. La fonction texte devrait pouvoir utiliser des polices vectorielles plus sophistiquées. Une fonction défaire/refaire multiple ne ferait pas de mal non plus, mais puisqu'elle est également prévue dans la version 2.0... Quant aux couches (layers) multiples à la TVPaint qui m'auraient enchantées, pas de panique, puisqu'elles sont également prévues pour la version 2.0. Génial, non ?

Conclusion

Pour une première version, c'est un coup de maître. La versatilité, la stabilité et le prix de lancement inclinent à se ruer sur le produit et à passer des heures captivantes sur son écran. Art Effect, c'est de l'art et ça sert l'art, ça contient beaucoup d'effets et ça fait de l'effet.

Le génial programmeur est Alexander Pratsch, la maison d'édition est Haage And Partner, le prix de lancement est de 148 DM pour la version 1.0, le prix de croisière sera de 298 DM à partir d'octobre pour la version 2.0, mais j'ose espérer qu'on aura une seconde chance au salon de Cologne. En France, ne sera vendue que la version française chez ADFI.

Nom : Art Effect.
Éditeur : Haage And Partner.
Genre : retouche d'images.
Date : 1996.
Configuration minimale : Amiga ECS, 68000, AmigaOS 3.0, 2 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 148/298 DM.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]