Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 23 avril 2017 - 21:39  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Apano Sin
(Article écrit par Alexandre Rey et extrait de Boing Attack 10 - février 2001)


Aucun titre ne m'intéressait dans les catalogues des revendeurs sauf Apano Sin chez Software Paradise. Bon marché, pour tout Amiga, ce shoot'em up a tout (sur le papier du moins) pour plaire... Déballons tout ça...

apano sin

Disquette ? Que de souvenirs !

Ce sont six disquettes et une documentation sur papier bleu semi-toilette de huit pages que je découvris dans le fameux colis. Pour la documentation, aucune senteur particulière (j'aurais aimé une petite senteur "forêt" ou "mimosa" comme pour les rouleaux du Trèfle Parfumé :-)). La documentation est étrange car mélangeant subtilement l'anglais et l'allemand : en fait, Apano Sin est un jeu dédié aux trilingues. Les disquettes (ah non, pas de CD) ont une belle étiquette dorée, et c'est avec une joie non retenue que j'insère la disquette libellée "Trailer Disk" (c'est la disquette de démarrage) dans mon lecteur qui s'épuise... Les possesseurs de BlizzardPPC ou CyberStormPPC devront maintenir la touche "2" appuyée au démarrage pour désactiver leur carte, sinon c'est impossible de jouer.

Prémisses du début initial

Le "Trailer Disk" comprend une petite intro : en fait, il s'agit de texte qui s'affiche avec, en fond, l'espace qui défile vers la droite. Ça peut paraître stupide à remarquer, mais le défilement de l'écran est d'une fluidité exemplaire, tellement fluide que même le moindre économiseur d'écran similaire sur PC fait office de projection de diapos à côté. Vers la fin du texte, vous verrez même un petit vaisseau traverser l'écran, le défilement se modifie et le vaisseau revient vers vous. Mignon. Juste avant d'arriver au menu de base du jeu, vous avez droit à un petit écran intermédiaire dans lequel passent plein de petites animations, illustrant le savoir-faire des programmeurs du groupe Level One.

apano sin

Ça y est, on est arrivé sur l'écran principal composé de planètes. Hop, je choisis celle en forme de vieille caillasse qui fait office d'astéroïde, et je choisis le mode de difficulté "easy". C'est parti ! Après une courte phase de lancement de vaisseau, je me retrouve seul dans ma solitude intergalactique.

Entr'acte technique (à dire vite)

Le jeu fonctionne sur tout Amiga, oui, vous avez bien lu, sur tout Amiga ! De l'A500 à l'A4000, même sur OS 1.3. Sur les Amiga mieux équipés, il y a quelques bricoles en plus mais c'est peu significatif. Conformes à notre attente, le défilement et l'animation sont sans reproches. Pas de saccades ni de ralentissements. Les graphismes, eux, ne sont pas très fins. On peut même dire qu'ils sont assez grossiers, non pas par leur langage trop familier, mais parce qu'ils sont aussi beaux à voir qu'un spectacle de hip-hop en pleine banlieue. L'avantage est que tout est très coloré. D'ailleurs, cette qualité graphique s'explique par le fait qu'à l'instar des disquettes, il faut que ça tourne sur tout Amiga. Impossible d'utiliser les cartes graphiques ni même l'AGA, donc.

Côté son, si l'on doit se contenter d'un fond ténébreux pour ce qui est des menus, l'équipe de programmation nous a gratifiés d'un petit module pendant la phase de jeu, module assez médiocre, couplé à des échantillons relativement impressionnants : mettez le son à fond et c'est tout votre quartier qui croit à une attaque nucléaire dans le coin. Par contre, impossible de régler tout ça vu que les options se limitent au choix du niveau de difficulté.

Il faut donc prendre le jeu comme il l'est. Ben tiens, parlons-en de la difficulté. Quand je joue à Apano Sin, on sent que je suis sur le déclin et que ma 24e année d'existence pèse lourd :-). Je ne passe effectivement pas les cinq minutes de jeu : soit j'ai la polio, soit le jeu est difficile. Au risque de vous décevoir, c'est la deuxième solution que je privilégie :-). Il faut bien reconnaître que le jeu est vraiment ardu, même en mode "easy". Je ne vous décrirai donc pas le mode "hard" qui tient plus du sacrifice de la manette que du jeu.

apano sin

Les auteurs d'Apano Sin étaient très conscients de cette difficulté et c'est la raison pour laquelle ils vous ont permis d'améliorer votre puissance de feu par le biais de picorette. Chaque picorette avalée par votre vaisseau est synonyme de nouvelle arme, plus puissante et au rendu visuel assez impressionnant. On passe ainsi des misérables "piouw-piouw" à de magnifiques "chprou-chprou" du meilleur effet.

Je parlais d'effet visuel car l'arme en question libère en quelque sorte un nouvel habillage pour votre vaisseau, habillage qui vient se coller à la carlingue et officialise ainsi l'acquisition de la nouvelle arme. Très sympa, j'appécie particulièrement ces petits détails.

Bilan

Apano Sin, malgré son aspect de hit des années 1990, possède un intérêt indéniable, et je le recommande fortement aux possesseurs d'Amiga OCS, ECS et d'Amiga 1200 peu équipés. Les fans d'arcade retrouveront les joies des shoot'em up à défilement vertical.

Vous passerez sans problèmes sur le côté artisanal du paquet, qui peut aussi s'expliquer par le prix particulièrement attractif (170 FF/26 euros). C'est très bon marché comparé au prix des jeux actuels (aux alentouts de 400 FF/60 euros).

Et puis à une époque où les Amiga Classic n'ont plus grand-chose à se mettre sous la dent, et sans pour autant acheter toutes les daubes qui pourraient voir le jour, rien de tel qu'un petit Apano Sin pour faire revivre son petit Amiga au fond du placard, ça fera toujours plaisir au fiston.

Nom : Apano Sin.
Développeurs : Level One Entertainment.
Genre : shoot'em up.
Date : publié en 2000 (mais achevé en 1993).
Configuration minimale : 68000, 1 Mo de mémoire, ECS.
Configuration souhaitée : 68000, 1 Mo de mémoire, ECS.
Licence : commercial.
Prix : 26 euros (170 FF).

NOTE : 7/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]