Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 26 septembre 2021 - 15:37  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


En pratique : Foire aux questions pour AmigaOS 3.2
(Article écrit par divers auteurs et extrait d'Aminet - juin 2021)


Ce fichier contient une liste de questions fréquemment posées sur AmigaOS 3.2 ainsi que les réponses, classées par thèmes.

Avant d'essayer de contacter l'assistance technique, veuillez lire cette FAQ afin de déterminer si elle répond ou non à votre/vos question(s).

Bien que cette FAQ soit centrée sur AmigaOS 3.2, elle contient des informations concernant les versions antérieures d'AmigaOS.

Plan de l'article

1. Installation
2. Disques durs et systèmes de fichiers
3. Gestion du processeur, SetPatch
4. Performances et compatibilité
5. Bibliothèque Intuition V47
6. Imprimantes
7. CLI/Shell et console
8. Outils, utilitaires et commandes
9. DiskDoctor
10. ReAction
11. AmigaOS 3.2 et AmigaOS 3.9
12. Modules ROM
13. Divers
14. Les Amiga CDTV, CDTV-II (CDTV-CR), A570 et CD32
15. Assistance, documentation et avenir

1. Installation [retour au plan]

1.1 Quelle est la configuration matérielle minimale requise pour AmigaOS 3.2 ?

A) ROM Kickstart 3.2 (recommandé) ou 3.1.4 ou une ancienne ROM Kickstart ROM 3.1. Nous recommandons la première car elle démarrera plus rapidement, nécessitera moins de mémoire et inclut également des corrections dans le processus de configuration matérielle, qui ne peuvent pas être remplacées par du code chargé depuis un disque.

B) 2 Mo de mémoire. La mémoire totale est calculée en additionnant la mémoire Chip et la mémoire Fast. Considérez un demi-mégaoctet supplémentaire si vous n'utilisez pas une ROM Kickstart physique 3.2.

C) 10 Mo d'espace libre sur le disque dur.

Et bien sûr un Amiga est nécessaire. Nous ne pouvons pas garantir qu'AmigaOS 3.2 fonctionne correctement sur tous les différents types d'émulation puisque nous ne pouvons pas contrôler ces environnements. Nous avons cependant fait de notre mieux pour le rendre le plus compatible possible.

1.2 Pourquoi AmigaOS 3.2 ne démarre-t-il pas avec 512 ko de mémoire ?

Eh bien, nous avons tous entendu la phrase idiote "512 ko devrait suffire à tout le monde", mais nous sommes en 2021, pas en 1985.

Avec toutes les améliorations importantes que nous avons apportées au noyau, notamment au Workbench, il n'est pas raisonnable de s'attendre à ce qu'il fonctionne sur un tel système. En d'autres termes, plus de changements nécessitent plus de mémoire. C'est le prix du progrès, acceptez-le !

1.3 Ok, j'ai compris ; 512 ko ne suffisent plus, mais puis-je faire ce que je veux avec moins de 2 Mo de mémoire ?

Voici comment nous décomposons l'utilisation de la mémoire : nous avons arrondi les chiffres pour être sûrs.

0,6 Mo juste pour démarrer + 0,5 Mo pour le chargement des modules ROM + 0,2 Mo pour les composants de la WBStartup (AssignWedge + AutoArrangeIcons + DefIcons + AsyncWB + MenuType), ce qui laisse 1,3 Mo de mémoire libre sur un système avec 2,5 Mo.

Bien sûr, dans un système avec une ROM Kickstart physique v47 (d'AmigaOS 3.2), il fonctionnera très bien avec seulement 2 Mo de mémoire.

Le processus le plus intense et le plus gourmand en mémoire est celui de l'installation de la version 3.2 ; la compilation du script d'installation est ce qui requiert le plus de mémoire.

Vous devez également tenir compte du fait que les partitions FastFileSystem ont besoin de mémoire pour se valider correctement. Ainsi, plus les partitions sont grandes, plus elles auront besoin de mémoire (voir la section 2.8 pour de pour plus d'informations).

Pour réduire l'encombrement mémoire d'AmigaOS, vous pouvez désactiver certaines des nouvelles fonctionnalités en déplaçant hors du tiroir WBStartup toutes les icônes visibles (Ces icônes gère le démarrage de certaines de ces nouvelles fonctionnalités). Ceci aidera les systèmes qui sont extrêmement limités en mémoire.

1.4 Comment puis-je vérifier si j'ai correctement installé AmigaOS 3.2 ?

Pour vérifier si vous exécutez la mise à jour 3.2 d'AmigaOS, ouvrez simplement un CLI/Shell et tapez "version shell".

Si le résultat est inférieur à 47, cela signifie qu'AmigaOS 3.2 n'a pas été correctement installé.

1.5 Avez-vous des conseils pour m'aider à utiliser la version 3.2 avec ma combinaison actuelle de matériel et de logiciels ?

Oui, voici une liste que nous avons compilée pour vous :

A) Pour utiliser AmigaOS 3.2 avec la carte accélératrice Vampire V2, malgré le fait que vous utilisez un Amiga 500 ou 600, vous devez utiliser les options de l'Amiga 1200 d'AmigaOS 3.2. Les informations d'installation et l'assistance, le cas échéant, sont disponibles à l'adresse suivante : www.apollo-accelerators.com.

B) Pour utiliser AmigaOS 3.2 avec une carte bus PCI Mediator d'Elbox, assurez-vous de modifier les réglages des cavaliers du Mediator pour rendre votre système fonctionnel. Une assistance supplémentaire doit être obtenue auprès du fabricant du matériel, disponible à l'adresse www.elbox.com.

C) Lorsque vous utilisez une carte accélératrice WarpEngine, n'oubliez pas d'éditer les partitions (via HDToolBox), de cocher la case "Direct SCSI", sauvegarder les partitions, redémarrer, et tout ira bien.

D) Si vous avez la carte accélératrice ACA500plus d'Individual Computers, il est recommandé de flasher la ROM Kickstart 3.2 en utilisant les utilitaires fournis par le fabricant.

E) Si vous utilisez une carte accélératrice Commodore A2630, vous constaterez que ses extensions mémoire ne sont parfois pas reconnues. Ceci est dû au fait que la mémoire a été réglée par Commodore d'une manière non standard. La solution consiste à utiliser la commande AddMem disponible sur Aminet.

F) Si vous utilisez une carte accélératrice Fúria, veuillez contacter son vendeur ou son fabricant pour vous assurer que vous utilisez le dernier firmware. L'ancien firmware semble être la cause de nombreux défauts et problèmes. De plus, cette carte semble être extrêmement pointilleuse sur les marques de supports de stockage flash avec lesquelles elle peut fonctionner.

G) Sur les cartes accélératrices de la série Wicher 500i, pour que le WicherBootMenu fonctionne, vous devez insérer la ligne :

C:LoadModule >NIL: DEVS:WicherBootMenu

...au début de la startup-sequence. Davantage d'assistance devrait être disponible auprès de son fabricant à l'adresse www.7-bit.pl.

H) La Vampire 1200 V2 a des problèmes techniques qui empêchent à la fois l'Indivision MK2 et certaines extensions PCMCIA de fonctionner. Ce n'est pas un problème lié à AmigaOS. Une solution pourrait être disponible sur www.apollo-accelerators.com.

I) Certaines extensions matérielles émulent la puce spécialisée Gayle pour pouvoir fournir des fonctions de stockage. Les machines contenant de telles extensions seront la plupart du temps détectées comme un autre type de machine pendant l'installation. Veuillez donc suivre la suggestion du processus d'installation du module, même si cela semble faux à première vue, car sinon vous risquez de vous retrouver avec un contrôleur de stockage qui ne fonctionne pas. C'est particulièrement le cas avec les extensions telles que les Vampire 500, Classic 520, la plupart des produits de la gamme Terrible Fire, parmi beaucoup d'autres.

J) Veuillez noter que si vous utilisez un CDTV, vous aurez besoin d'un jeu de ROM supplémentaire CDTV Extended qui doit être de l'année 1992 ou plus tard (plus tôt, ou les versions 1.0 et 2.9 bêta ne fonctionneront pas, alors que les versions 2.7 et 2.30 feront l'affaire). Veuillez vous référer à la FAQ AmigaOS 3.2 (section 14) pour plus de détails.

K) Veuillez noter que les rapports de test ont montré que la carte accélératrice TF536 nécessite l'installation du paquet MMULib pour que l'interface IDE fonctionne à la bonne vitesse (le paquet MMULib est disponible comme option d'installation d'AmigaOS 3.2).

L) La carte mère FPGA Vampire V4 est capable d'utiliser AmigaOS 3.2. Cependant, cela nécessite que l'utilisateur effectue une procédure spéciale. Il existe plusieurs options qui, en fonction du chemin choisi, devraient permettre une installation fonctionnelle d'AmigaOS 3.2. De plus amples informations peuvent être obtenues sur la plate-forme d'assistance de la Vampire V4.

1.6 Le sous-système d'aide échoue, il semble qu'il ne soit plus disponible. Que s'est-il passé ?

Le sous-système d'aide est localisable, donc si vous avez changé vos paramètres locaux pour une autre langue sans installer ou mettre à jour cette nouvelle langue à partir de la disquette disque AmigaOS Install3.2, le système ne la trouvera pas car elle n'a pas été installée.

La solution est donc simple, si vous passez à une autre langue et que le sous-système d'aide semble ne pas être disponible, insérez simplement la disquette Install3.2 et lancez la procédure d'installation d'AmigaOS et choisissez l'option "Update Languages", et sélectionnez la langue que vous utilisez actuellement et continuez. Une fois que ce processus est terminé et que vous redémarrez votre système, le sous-système d'aide dans cette nouvelle langue devrait être disponible.

1.7 Que sont les GlowIcons ? Dois-je choisir de les installer ?

Les GlowIcons sont un type particulier d'implémentation d'icônes Amiga qui disposent jusqu'à 256 couleurs et dont l'image de remplacement est habituellement représentée par une lueur entourant les objets représentés.

Les icônes planaires ou standards Amiga ne peuvent afficher que quatre couleurs et sont historiquement plus courantes.

Si vous avez un Amiga qui n'a pas de carte graphique, veuillez considérer que les GlowIcons occupent beaucoup plus de mémoire vive que les icônes planaires et elles n'ont de sens que si vous utilisez un mode d'écran avec 16 couleurs ou plus.

De plus, la surcharge de ressources est nettement plus élevée avec les GlowIcons. Les processeurs lents et les accès aux supports de stockage à faible débit ne sont donc certainement pas adaptés à ce choix.

En outre, le programme IconEdit situé dans le tiroir "Tools" ne peut pas modifier les GlowIcons.

Ceci étant dit, les GlowIcons présentent sans aucun doute une amélioration esthétique visuelle pour les systèmes qui ont suffisamment de puissance pour se permettre de les utiliser.

1.8 Comment puis-je vérifier l'intégrité de mon CD-ROM AmigaOS 3.2 ?

Vous pouvez maintenant vérifier l'intégrité des fichiers du CD AmigaOS3.2 en entrant la commande suivante depuis un Shell/CLI :

Execute AmigaOS3.2CD:S/CDIntegrity

Un rapport sera affiché et enregistré dans RAM:CDIntegrity.log. Soyez conscient qu'il s'agit d'un processus extrêmement exigeant en termes de temps processeur et de disque qui calculera les hachages MD5 des fichiers contenus dans le volume AmigaOS3.2CD: et les comparera à une base de données intégrée.

Son but est de détecter et de diagnostiquer toute anomalie de transfert ou de stockage de médias qui pourrait éventuellement se produire au moment où l'utilisateur est sur le point de lancer AmigaOS 3.2.

1.9 Mes polices grecques/russes/polonaises/turques ne sont pas correctement affichées. Comment puis-je résoudre ce problème ?

Téléchargez ReplaceTopaz sur Aminet et installez-le dans C:.

Ouvrez avec un éditeur de texte votre startup-sequence et ajoutez la ligne suivante juste en dessous de la ligne "SetPatch" :
  • Si vous utilisez le grec, ajoutez : ReplaceTopaz topaz_ISO-8859-7.8
  • Si vous utilisez le russe, ajoutez : ReplaceTopaz topaz_Amiga-1251.8
  • Si vous utilisez le polonais, ajoutez : ReplaceTopaz topaz_ISO-8859-2.8
  • Si vous utilisez le turc, ajoutez : ReplaceTopaz topaz_ISO-8859-9.8
Enregistrez ensuite le fichier modifié et redémarrez votre système. N'oubliez pas d'avoir la police Topaz sélectionnée et enregistrée dans FontPrefs pour que les modifications soient appliquées.

ReplaceTopaz s'assurera que la plupart des programmes avec la police Topaz codés en dur utilisent aussi la nouvelle police de remplacement.

Prenez le temps de lire la documentation de ReplaceTopaz pour régler correctement votre système de manière plus adéquate pour répondre à vos besoins et à vos attentes.

Veuillez noter que les langues grecque/russe/polonaise/turque doivent être installées pour que ces options fonctionnent. Toutes ces procédures d'installation des langues installent également de nombreuses autres polices personnalisées non-latines. Si vous ne l'avez pas fait lors de l'installation d'AmigaOS 3.2, vous pouvez le faire en insérant la disquette Install3.2, et lancer la procédure d'installation, et sélectionner l'option "Update Languages".

1.10 Lorsque je démarre à partir de mon CD-ROM AmigaOS 3.2, je suis accueilli dans "l'environnement de préinstallation d'AmigaOS". Qu'est-ce que cela signifie ?

L'environnement de préinstallation d'AmigaOS (AmigaPE) est un petit sous-ensemble du système d'exploitation utilisé pour installer, lancer et réparer les installations d'AmigaOS.

L'AmigaPE n'est disponible que sur le CD-ROM AmigaOS 3.2 en tant que média amorçable.

Son but n'est pas d'être un système d'exploitation complet ou polyvalent, mais d'aider à l'installation et à la maintenance. Ne l'utilisez donc pas à des fins de productivité, ou vous rencontrerez tôt ou tard ses limites.

L'AmigaPE gère de nombreuses fonctionnalités d'AmigaOS :
  • Gestion du stockage incluant le partitionnement et le formatage des disques.
  • Diagnostics du système de fichiers et opérations de récupération avec DiskDoctor.
  • Jeu de commandes AmigaDOS.
  • ED en tant qu'éditeur de texte.
  • More en tant que visualisateur de fichiers texte.
  • Possède une interface utilisateur graphique (un Workbench minimaliste).
  • Est capable de manipuler des fichiers ADF.
  • Peut automatiser des tâches en utilisant des scripts Shell.
L'AmigaPE ne gère aucun des éléments suivants (pour n'en citer que quelques-uns) :
  • ARexx.
  • Polices de caractères Compugraphic.
  • Les datatypes.
  • L'impression.
  • Le réglage des préférences.
  • Pilotes de claviers (keymaps).
  • Fonctions du presse-papiers.
  • Gère uniquement les grands disques (supérieurs à 4 Go) sur les systèmes qui ont des versions de ROM Kickstart de 2018 ou plus récentes (3.1.4, 3.2, etc.).
Configuration matérielle requise pour AmigaPE :
  • Tout Amiga avec au moins la ROM Kickstart 3.0 (CDTV/A570/CDTV-II et CD32 sont aussi gérés).
1.11 Quel est l'ordre optimal des fichiers ADF ou disquettes pour une installation complète d'AmigaOS 3.2 ?

L'ordre de demande des disquettes qui peut également aider l'utilisateur à optimiser l'installation des médias flash sur les appareils de type Gotek est le suivant :
  1. Modules-[Machine] (seulement requis pour les ROM 3.1 pour gérer les grandes partitions)
  2. HDSetup3.2 (optionnel)
  3. Install3.2
  4. Workbench3.2
  5. DiskDoctor
  6. Locale
  7. Local-[Langue]
  8. Extras3.2
  9. Classes3.2
  10. Fonts
  11. Storage3.2
  12. Backdrops3.2
  13. GlowIcons3.2 (optionnel)
  14. Modules-[Machine] (seulement quand il n'y a pas de jeu de ROM 3.2 physique)
  15. MMULibs (optionnel)
1.12 LoadModule échoue pour une raison inconnue lorsque j'essaie de mettre à jour mes modules ROM. Que puis-je faire ?

LoadModule essaie de s'assurer que le système est dans un état stable pour pouvoir charger les modules ROM et mettre à jour le système. À cette fin, il vérifie que tous les volumes sont correctement validés.

Donc, si vous avez un volume endommagé ou un volume qui n'a pas été validé, LoadModule s'arrêtera sans faire son travail.

Sachez que cela peut également se produire lorsqu'il y a des volumes avec un système de fichiers étranger, comme des partitions Macintosh ou VlabMotion audio/vidéo. Dans ces cas, la solution la plus sûre est d'utiliser HDToolBox pour désactiver l'option "Monter automatiquement cette partition" sur ces volumes particuliers. Vous pourrez ensuite utiliser un fichier de montage approprié pour les monter.

Une solution temporaire à ce problème consiste à ajouter l'option LoadModule "IGNOREVERIFY" à la startup-sequence, ce qui, bien entendu, empêche LoadModule d'effectuer toute vérification de stabilité.

1.13 J'ai installé sans sélectionner les pilotes clavier (keymaps) et/ou les pilotes d'imprimante appropriés. Existe-t-il un moyen de résoudre ce problème sans réinstaller le système d'exploitation ?

Oui, vous pouvez suivre la procédure suivante pour installer tous les pilotes clavier :

A) Insérez votre disquette Storage3.2 (ou double-cliquez sur son image ADF). Attendez que l'icône de la disquette apparaisse sur le Workbench.

B) Ouvrez un CLI/Shell et entrez :

copy Storage3.2:keymaps/#? SYS:Devs/Keymaps

C) Allez dans votre tiroir "Prefs" et double-cliquez sur l'icône "Input".

D) Sélectionnez le type de clavier dans la liste affichée et appuyez sur "Sauver".

Pour les pilotes d'imprimante, vous devez suivre cette autre procédure :

A) Insérez votre disquette Storage3.2 (ou double-cliquez sur son image ADF). Attendez que l'icône de la disquette apparaisse sur le Workbench.

B) Ouvrez un CLI/Shell et entrez :

copy Storage3.2:printers/#? SYS:Devs/Printers

C) Allez dans votre tiroir "Prefs" et double-cliquez sur l'icône "Printer".

D) Sélectionnez le type d'imprimante dans la liste affichée et appuyez sur "Sauver".

2. Disques durs et systèmes de fichiers [retour au plan]

2.1 Puis-je utiliser des partitions au-delà de la limite des 4 Go ?

1. Pour pouvoir utiliser des disques de grande taille (plus de 4 Go), envisagez l'une des options suivantes :

A) Utiliser une ROM Kickstart 3.1.4 ou 3.2.

B) Alternativement, vous pouvez créer une petite (moins de 1 Go) partition de démarrage, dans les quatre premiers gigaoctets de votre disque, qui chargera le système d'exploitation mis à jour (AmigaOS 3.1.4 ou 3.2 peut être utilisé dans ce but). De cette façon, toutes les partitions étendues seront disponibles après le premier redémarrage.

C) Une autre option est de démarrer à partir du disque "Modules" qui appartient à votre modèle spécifique d'Amiga, et après le chargement du Workbench, vous pouvez double-cliquer sur l'icône du disque "Modules" et ensuite sur l'icône "SYStoInstallDisk". Cela permettra, après quelques accès disque, de transférer correctement l'affectation SYS: vers votre disque Install3.2.

Pour ce faire, assurez-vous que votre disquette Install3.2 est insérée, et faites glisser l'encoche de protection de la disquette en position fermée, ce qui permet d'écrire sur la disquette. Double-cliquez sur l'icône de la disquette Install3.2, puis sur le tiroir "HDTools".

D) Vous pouvez également utiliser votre CD-ROM AmigaOS 3.2 s'il est accessible et si vous utilisez également une ROM Kickstart 3.1.4 ou 3.2.

Dans ce cas, vous pouvez utiliser le script "CopyToRAMandRun_HDToolBox" situé dans le tiroir "Install" en double-cliquant sur son icône. Il copiera HDToolBox en RAM: et le lancera de là. Si vous avez besoin d'ajuster les types d'outils, vous pouvez facilement le faire en quittant HDToolBox et en ouvrant votre volume RAM: pour effectuer ces changements, puis en le relançant.

2. Assurez-vous que le contrôleur hôte est correctement configuré. Pour ce faire, sélectionnez l'icône HDToolBox, puis, en maintenant le bouton droit de la souris enfoncé, sélectionnez l'élément de menu "Icônes" -> "Information...". Le type d'outils SCSI_DEVICE_NAME est "scsi.device" par défaut (sans les guillemets), et fonctionnera sur la plupart des contrôleurs intégrés aux Commodore Amiga. Sachez que chaque contrôleur de disque dur en possède un, et qu'ils sont parfois nommés différemment. Veillez à ajuster son nom pour qu'il corresponde à celui qui figure dans le manuel du contrôleur.

3. Double-cliquez sur l'icône "HDToolBox" pour lancer le programme. S'il s'ouvre, sélectionnez le gadget "Continue".

4. Tous les disques connectés au scsi.device (ou le nom de le contrôleur hôte que vous avez défini à l'étape 2) devraient apparaître. Sélectionnez uniquement celui que vous allez installer.

5. Cliquez sur "Change Drive type".

6. Cliquez sur "Define new...".

7. Cliquez sur "Lire la configuration". Si une boîte de dialogue s'ouvre, sélectionnez "Continuer".

8. Quittez la fenêtre "Définir/Modifier le type de lecteur" en cliquant sur "Ok" et encore une fois sur l'autre "Ok". Si une boîte de dialogue s'ouvre, sélectionnez "Continuer".

9. Maintenant, dans la fenêtre principale de HDToolBox, cliquez sur le gadget "Partitionner le disque".

10. Ajustez maintenant la taille des partitions comme vous le souhaitez. Sachez que par défaut, HDToolBox vous présente un schéma prédéfini à deux partitions pour les nouveaux disques, que vous pouvez modifier à volonté.

11. Dans la fenêtre "Partitionnement" de HDToolBox, cliquez sur "Options avancées".

Cochez la case "Transfert SCSI direct" pour chaque partition.

Cependant, si votre contrôleur de disque dur est un Commodore A2090, ou celui qui est fourni avec la CyberStorm MK3/PPC de Phase 5, ou a été fabriqué avant l'année 1990, alors laissez la case non cochée.

12. Si votre contrôleur a été fabriqué par Commodore ou GVP, passez directement à l'étape suivante (n°13).

Si ce qui précède ne s'applique pas à vous : cliquez sur "Modifier...". Pour chaque partition (à utiliser comme un périphérique AmigaDOS), vous devrez définir la valeur "MaxTransfer".

Veuillez consulter le manuel de votre contrôleur pour connaître la valeur appropriée.

Si vous n'êtes pas sûr, une valeur sûre pour MaxTransfer est "0x1FE00" (sans les guillemets).

N'oubliez pas d'appuyer sur la touche "Entrée" de votre clavier lorsque vous avez fini de saisir cette valeur, sinon les modifications ne seront pas enregistrées.

Finalisez en cliquant une fois sur "Ok".

13. Cliquez sur "Ajouter/Mettre à jour". Une liste des systèmes de fichiers actuellement installés apparaît à l'écran. Cette liste peut être vide.

14. Si un système de fichiers figure déjà dans la liste, cliquez sur "Mettre à jour système de fichier...". Acceptez la valeur par défaut en cliquant sur "OK".

15. S'il n'y a pas de système de fichiers dans la liste, cliquez sur "Ajouter un nouveau système de fichiers...", puis acceptez le choix par défaut pour le système de fichiers, et cliquez sur "OK".

16. Une liste d'options de système de fichiers est maintenant affichée. Vérifiez que la version indique "47". Si ce n'est pas le cas, vous n'avez pas démarré depuis une disquette AmigaOS 3.2.

17. Cliquez sur "Ok" pour accepter, ou modifiez le type de système de fichiers (DOSType) en conséquence. Pour la plupart des installations, le type par défaut indiqué comme 0x444f5303 convient.

18. Cliquez sur "OK" pour retourner à la liste des systèmes de fichiers.

19. Cliquez sur "OK" pour revenir à la liste des partitions.

20. Assurez-vous qu'au moins une partition a la case "Amorçable" cochée. Lorsque vous avez terminé, cliquez sur "Ok".

21. Cliquez sur "Enregistrer les modifications sur le disque". Un avertissement peut apparaître ; si c'est le cas, cliquez sur "Continuer".

22. Cliquez sur "Quitter", et si un message apparaît, cliquez sur le gadget "Continuer". Un redémarrage peut se produire.

23. La ou les nouvelles partitions doivent maintenant apparaître sur le bureau comme non formatées/non initialisées.

24. Cliquez une fois sur l'icône du disque correspondant pour le sélectionner, puis, à partir de Workbench (en maintenant le bouton droit de la souris enfoncé), sélectionnez le menu "Icônes" pour choisir l'élément de menu "Formater le disque...".

Dans la fenêtre "Format", assurez-vous de cocher les options que vous préférez, puis cliquez sur "Formatage rapide". Un message d'avertissement apparaît. Cliquez sur "Formater".

Veuillez noter que si vous avez démarré à partir d'une disquette "Modules", vous pourrez peut-être formater les volumes en double-cliquant sur l'icône "SYStoInstallDisk" et après plusieurs accès à la disquette "Install3.2", vous pourrez effectuer avec succès la procédure décrite ci-dessus.

25. La partition est maintenant prête à stocker des fichiers.

2.2 Comment configurer un nouveau disque avec HDToolBox ? Je ne vois pas du tout le disque dans la boîte de sélection ; que se passe-t-il ?

HDToolBox est un peu vieillot, nous le savons. Pour configurer un nouveau disque :

1. Vérifiez les types d'outils. Il doit y en avoir un qui indique "SCSI_DEVICE_NAME=scsi.device".

2. Vérifiez que "scsi.device" est le nom d'interface de pilote que votre contrôleur de disque dur utilise. Si ce n'est pas le cas, ajustez-le en conséquence.

3. Cliquez sur "Changer le type de disque".

4. Une liste de types de disques connus apparaît. Cliquez sur "Définir nouveau".

5. Cliquez sur "Lire la configuration".

6. Cliquez sur "Continuer".

7. Cliquez sur "OK".

Vous êtes maintenant prêt à partitionner le disque.

2.3 Noms de fichiers longs : on m'avait promis des noms de fichiers longs ! Comment puis-je les utiliser ?

Oui, en effet, vous pouvez les obtenir, mais vous devez reformater votre disque dur. Sélectionnez "DOS\7" comme système de fichiers. L'identifiant pour cela est 0x444f5307 dans HDToolBox. Ou bien, cochez simplement la case "prise en charge des noms de fichiers longs". Une coche similaire apparaîtra également dans le programme Format.

Cela vous permettra d'utiliser des noms de fichiers comportant jusqu'à 107 caractères ; et non, cela ne fonctionnera pas sans réinstallation.

2.4 Mais le Workbench limite toujours mes noms de fichiers à 30 caractères !

Veuillez vérifier les préférences du Workbench, dans SYS:Prefs. Vous pouvez y fixer une limite. Bien sûr, en fin de compte, c'est le système de fichiers qui décide si un nom de fichier est raccourci.

2.5 J'ai lu quelque chose à propos d'un paramètre appelé "Max Transfer", qui est une valeur que je dois ajuster manuellement en fonction de mon système. Comment puis-je le configurer ?

Après quelques tâtonnements pour essayer de résoudre ce problème, la valeur "Max Transfert" de HDToolBox n'est heureusement plus nécessaire pour le pilote scsi.device d'AmigaOS 3.2, ainsi que sur les contrôleurs de disque dur fabriqués par GVP.

Dans le cas des autres contrôleurs de disque dur, veuillez consulter le manuel correspondant pour déterminer le paramètre de transfert maximal recommandé.

Cela dit, n'oubliez pas que nous avons également mis à la disposition du public deux FAQ spécifiques pour certains fabricants (GVP-FAQ.readme et PP&S-040-FAQ.readme) qui traitent de ce problème et de bien d'autres.

2.6 Lors du montage du système de fichiers pour CD sur un périphérique IDE XSurf, la lecture de grands DVD entraîne l'affichage d'une erreur "-3".

Malheureusement, l'IDE XSurf ne gère ni TD64 ni NSD64, et ne peut donc pas accéder aux fichiers au-delà de la barrière des 2 Go sans un peu d'aide. Pour cette petite aide, ouvrez le fichier de montage de CDFS, et ajoutez le type d'outils suivant à l'icône CD0 :

SCSIDirect = 1

Puis redémarrez la machine. Ceci indique au système de fichiers pour CD d'utiliser les commandes SCSI plutôt que les commandes trackdisk pour adresser le disque, et avec cela, l'IDE XSurf peut accéder aux données au-delà de la barrière des 2 Go.

2.7 Mon Amiga prend maintenant environ 10 minutes pour démarrer ma nouvelle partition 3.2 de 64 Go. Que se passe-t-il ?

Pour des supports de cette taille, sur un système qui est lent, il est généralement conseillé d'utiliser des tailles de bloc plus importantes (c'est-à-dire pas 512 octets par bloc qui était la valeur par défaut, mais au moins 4096 octets par bloc, c'est-à-dire qu'un bloc correspond à 8 secteurs). Cela permet non seulement d'accélérer le processus, mais aussi d'aider les supports flash à organiser la mémoire en blocs plus grands, en plus d'aider les disques durs modernes qui peuvent également avoir des blocs physiquement plus grands, tout en fournissant une émulation de blocs de 512 octets au monde extérieur pour satisfaire les systèmes existants.

2.8 Comment puis-je faire en sorte que HDToolBox estime la taille de bloc de mon nouveau disque ?

Avec AmigaOS 3.2, HDToolBox est maintenant capable d'estimer la taille des blocs par défaut, ce qui est mieux adapté à la taille du disque dur.

N'oubliez pas, pour tout nouveau disque dur, d'activer cette procédure d'estimation en suivant les étapes suivantes :

1. Cliquez sur "Changer le type de disque".

2. Cliquez sur "Définir un nouveau...".

3. Cliquez sur "Lire la configuration". Si une boîte de dialogue s'ouvre, sélectionnez "Continuer".

4. Quittez la fenêtre Définir/Modifier le type de disque en cliquant sur "Ok" et encore une fois sur l'autre "Ok". Si une boîte de dialogue s'ouvre, sélectionnez "Continuer".

2.9 J'essaie de formater et/ou de valider mon disque/carte mémoire de 32 Go et je n'y arrive pas ; le système m'indique une erreur disant qu'il n'y a pas assez de mémoire, mais j'ai 8 Mo de mémoire. Que se passe-t-il ?

Le message d'erreur dit tout : pas assez de mémoire. Pour valider un volume de 32 Go, il vous faut environ 16 Mo de mémoire. Ce n'est pas nouveau - il en a toujours été ainsi, avec toutes les versions de FFS. Ce qui est nouveau, c'est qu'il donne un message d'erreur réel au lieu de rester là avec une partition non validée.

Avec un émulateur Amiga (par exemple WinUAE), vous pouvez voir la magie : ajoutez simplement de la mémoire. Vous n'avez même pas besoin de reformater la partition, elle sera validée automatiquement.

Après cela, vous pouvez utiliser votre carte mémoire/disque dur dans votre Amiga avec moins de mémoire. Mais attention à ne pas invalider la partition, auquel cas vous aurez à nouveau le même message d'erreur.

Une solution permanente consiste à reformater la partition avec une taille de bloc plus importante. Malheureusement, cela nécessite de copier toutes les données de la partition concernée vers un autre endroit, de régler la taille des blocs avec HDToolBox, de redémarrer, de formater la partition et de recopier les données. Il n'existe malheureusement pas de mécanisme non destructif.

Pour estimer la quantité de mémoire libre nécessaire pour valider un volume, vous pouvez effectuer l'équation suivante :

((S/B)/32)*8 = mémoire libre requise pour la validation.
  • S est la taille du volume en octets.
  • / est le signe de division.
  • * est le signe de multiplication.
  • () sont les parenthèses nécessaires pour résoudre d'abord l'expression à l'intérieur.
  • B sont les octets par bloc tels que définis par HDToolBox. Les tailles commencent à 512 et sont plafonnées à 65 536 octets.
Veillez à arrondir les nombres avant de les diviser, car nous ne voulons pas que les nombres à virgule flottante nous gênent.

Exemples :
  • Une partition de 500 Mo avec 512 octets par bloc = 256 ko de mémoire nécessaires.
  • Une partition de 1 Go avec 4096 octets par bloc = 64 ko de mémoire requis.
  • Une partition de 1 Go avec 512 octets par bloc = 0,5 Mo de mémoire nécessaire.
  • Une partition de 64 Go avec 512 octets par bloc = 32 Mo de mémoire requis.
  • Une partition de 64 Go avec 4096 octets par bloc = 4 Mo de mémoire nécessaires.
Utilisez donc toujours les plus gros blocs que vous pouvez vous permettre, car vous économiserez davantage de mémoire au détriment de l'espace de stockage.

2.10 Dois-je défragmenter mes disques ?

Si vous utilisez des supports flash, vous ne devez pas du tout défragmenter ces volumes. Cela s'applique par exemple aux cartes Compact Flash (CF), Solid State Drives (SSD), cartes Secure Digital (SD), cartes MicroSD (TF), etc.

Cela s'explique par le fait que les supports flash ont une durée de vie en écriture limitée en raison de leur nature. En outre, les supports de stockage flash utilisent l'accès aléatoire, ce qui signifie que l'emplacement physique des blocs de données n'a pas d'importance ; ils mettront tous le même temps à être accédés, qu'ils soient contigus ou non.

Sur les périphériques de stockage magnétiques comme les disques durs traditionnels, la défragmentation a du sens et permet d'améliorer les performances, mais vous devez veiller à ce que l'outil que vous utilisez soit compatible avec le système de fichiers et la taille du disque dur sur lequel vous allez appliquer cette opération.

Lisez attentivement le manuel du programme de défragmentation pour comprendre ses limites à cet égard, car sinon vous risquez de détruire les précieuses données de votre disque dur.

En particulier, de nombreux programmes (datés) ne seront pas en mesure de fonctionner sur des partitions qui dépassent la limite de 4 Go.

2.11 Qu'est-ce qu'une "SuperFloppy" ?

Il s'agit d'un support amovible comme une disquette, mais plus grand. Les exemples sont le disque Zip, le lecteur Jaz et le SuperDisk LS-120.

Comme les disquettes, les SuperFloppies n'utilisent pas de partitions ; le support entier stocke les données. Ils n'utilisent pas le Rigid Disk Block (RDB). Ils peuvent également être de taille variable. Et comme les disquettes, les systèmes de fichiers Amiga, lorsqu'ils sont utilisés avec ceux que nous avons préparés, sont suffisamment intelligents pour s'adapter à la taille du support.

2.12 Comment monter une SuperFloppy ?

Vous devez utiliser un fichier de montage. Les entrées suivantes doivent être définies :
  • LowCyl = 0 ; il n'y a pas de RDB
  • Device = <nom du périphérique d'exécution, par exemple scsi.device>
  • Unit = <numéro de l'unité, par exemple l'ID SCSI>
  • Flags = 0 ; typiquement, dépend du périphérique
  • SuperFloppy = 1 ; ceci active la gestion de la SuperFloppy
  • DOSType = 0x444f5303 ; pour FFS INTL
  • FileSystem = L:FastFileSystem
  • Active = 1
Le système de fichiers déterminera tous les paramètres restants à partir du périphérique.

2.13 Comment créer correctement les fichiers de montage pour CrossDOS ? Je n'en sais rien.

Les entrées suivantes doivent être présentes dans le fichier de montage :
  • FileSystem = L:CrossDOSFileSystem
  • DOSType = <voir ci-dessous>
Le type de système de fichiers (DOSType) peut être l'un des suivants :
  • DOSType = 0x4D534400
Il s'agit d'une "SuperFloppy FAT" (voir également ci-dessous), ce qui signifie qu'il n'y a pas de table de partition sur le périphérique, et que le périphérique entier est utilisé pour le système de fichiers. Pour ceux d'entre vous qui utilisent Linux, cela équivaut à monter dessus "/dev/hda" ou "/dev/sda" ou similaire.
  • DOSType = 0x4D534800
Il s'agit d'une "partition FAT", ce qui signifie qu'il existe une table de partition sur le périphérique que CrossDOS doit interpréter. Cela signifie également que CrossDOS a besoin d'informations sur "quelle partition il doit utiliser". Ici, CrossDOS suit une convention plutôt inhabituelle qui consiste à utiliser la dernière lettre du nom du périphérique, avec "C" comme dernière lettre indiquant la première partition, "D" la seconde et ainsi de suite. Donc si le périphérique a le type de système de fichiers ci-dessus, et est nommé "DH0C", alors c'est la première partition sur le périphérique cible.

Pour ceux d'entre vous qui connaissent Linux, ce type de système de fichiers est équivalent à un montage dessus "/dev/hda1" ou "/dev/sda3" ou similaire.
  • DOSType = 0x4D534800
  • SuperFloppy = 1
Par convention, c'est la même chose que "DOSType = 0x4D534400", c'est-à-dire désactiver l'interprétation de la partition et exécuter CrossDOS directement sur le périphérique.
  • DOSType = 0x46415401
C'est un ancien type de système de fichiers qui ne devrait pas être utilisé, suivant la convention (malheureusement cassée) de FAT95. Il indique un montage de partition (comme 0x4D534800) où le dernier chiffre du code ci-dessus indique la partition.

Pourquoi ne doit-on pas l'utiliser ? C'est très simple : il crée 256 "DOSTypes" différents, et donc pour chaque partition nécessite de charger une autre copie de CrossDOS en mémoire. Donc, à éviter.

Note : CrossDOS gère les noms de fichiers longs, les drapeaux de montage "EnableNSD", "DirectSCSI", Fat32, Fat16, Fat12 et Fat8.

Conseils supplémentaires :

1) Les clés USB typiques (aussi appelées "cartes flash") sont généralement livrées avec une table de partition. C'est-à-dire que vous devez utiliser :
  • DOSType = 0x4D534800
  • SuperFloppy = 0
...et un nom de périphérique qui se termine par "C" (car il n'y a généralement qu'une seule partition).

2) Les disquettes typiques n'ont pas de table de partition, donc :
  • DOSType = 0x4D534400
Cependant, comme les disquettes MS-DOS utilisent également un encodage différent au niveau matériel, "trackdisk.device" ne fera pas l'affaire. Utilisez plutôt le "mfm.device" :

Device = mfm.device
Flags = 1
Surfaces = 2
SectorsPerTrack = 9
SectorSize = 512
Reserved = 1
Interleave = 0
LowCyl = 0
HighCyl = 79

2.14 Pourquoi HDToolBox ne me permet-il pas d'utiliser ma carte CF (Compact Flash) ?

Si les types d'outils de HDToolBox sont correctement configurés, il ne s'agit pas d'un problème avec HDToolBox. Cela se produit parce que le contrôleur hôte ne signale pas la carte comme un "périphérique à accès aléatoire". C'est le seul type de périphérique qui autorise les RDB.

Il suffit de trouver un autre adaptateur CF (Compact Flash) qui le gère. Cette fonction est parfois appelée "True IDE" par certains fabricants.

2.15 Existe-t-il un moyen de démonter complètement un périphérique ?

Un utilisateur peut maintenant démonter complètement et proprement un périphérique en suivant l'exemple ci-dessous :

MOUNT HD5: SHUTDOWN && ASSIGN HD5: DISMOUNT

La commande "ASSIGN DISMOUNT" laisse généralement le gestionnaire en marche, tandis que "MOUNT SHUTDOWN" tente de l'arrêter. Notez que tous les gestionnaires ne peuvent pas être arrêtés, bien que ceux qui viennent avec la version 3.2 devraient le gérer, y compris CrossDOS, CDFS, FFS, port-handler, queue-handler, aux-handler et con-handler.

2.16 Est-il possible pour AmigaOS d'utiliser des lecteurs Mac ?

Les ordinateurs Macintosh Intel, PowerPC et Classic (68k) utilisent un système de fichiers appelé Hierarchical File System (HFS). Le CDFilesystem d'AmigaOS 3.2 est maintenant capable de monter des CD-ROM HFS, ce qui en fait un partenaire idéal pour les émulateurs Mac et aussi pour les propriétaires de ces systèmes vintage.

Nous avons déjà inclus un fichier de montage à cet effet dans SYS:Storage/DOSDrivers/MACCD0.

2.17 Le "SCSI Direct Transfer" doit-il toujours être activé dans HDToolBox ?

Le standard SCSI Direct a été mis en place depuis la sortie d'AmigaOS 2.0 et les interfaces des contrôleurs Commodore A2091/A590. Par conséquent, la plupart des contrôleurs de disques tiers ont mis à jour ou (après cette période) ont ajouté la gestion de la norme dans leur pilote.

Bien qu'il existe des contrôleurs plus récents qui peuvent également gérer les extensions ultérieures des API TD_64 ou NDS 64 bits, cette méthode de communication SCSI Direct bénéficie du plus grand soutien. Il est donc recommandé de l'activer pour une utilisation avec le FastFileSystem (FFS) fourni par le système depuis AmigaOS 3.1.4 de 2018 et des mises à jour ultérieures.

2.18 Quel est le problème quand on utilise des partitions avec différents types de système de fichiers ?

Si vous utilisez plusieurs partitions et que celles-ci ont des valeurs DOSType différentes, alors l'entrée supplémentaire du système de fichiers doit être ajoutée et non mise à jour pour les autres types de système de fichiers. Faites attention et utilisez l'opération correcte, qui est "Ajouter", sinon vous risquez de perdre des données.

2.19 Pourquoi mes partitions SmartFilesystem (SFS) existantes apparaissent-elles deux fois ?

C'est un bogue de SmartFilesystem qui provoque des icônes fantômes "DHX:SFS\0" sur le Workbench lors de l'utilisation de versions récentes d'AmigaOS. Vous trouverez un correctif à l'adresse suivante : www.doobreynet.co.uk/amiga.html.

2.20 Pourquoi HDToolBox limite-t-il les partitions sur l'A2091/A590 à 4 Go ?

Cela se produit parce que même la dernière version 7.0 de la ROM pour le contrôleur A2091/A590 ne gère pas les partitions supérieures à 4 Go.

HDToolBox limite automatiquement la capacité du disque allouable à 4 Go. Ceci est pour protéger les utilisateurs qui ne disposent pas d'un système de fichiers gérant le "SCSI Direct Transfer", ou qui ne savent pas comment activer cette option SCSI Direct avec FastFileSystem.

Toutefois, si vous êtes sûr de maîtriser les deux, vous pouvez contourner cette protection en définissant "LIMIT_4GBYTE=OFF" dans les types d'outils de HDToolBox. Une autre option est d'acheter la dernière version de la mise à jour GuruROM pour le A2091/A590.

2.21 Pourquoi mon adaptateur IDE 4x a cessé de fonctionner lorsque j'ai installé la version 3.2 ?

AmigaOS a toujours géré deux périphériques sur le port IDE. Pour pouvoir en utiliser quatre, un correctif logiciel tiers appelé IDEFix était souvent utilisé. Le problème est que le logiciel IDEFix ne fonctionne pas correctement sous de nombreuses versions du système d'exploitation. En fait, sur de nombreux scénarios, il échouera très probablement.

Une solution possible consiste à télécharger "AtapiMagic" depuis Aminet : aminet.net/driver/media/AtapiMagic.lha.

Désarchivez-le, et placez-le dans Libs:modules. Pour pouvoir l'utiliser, il suffit d'ouvrir votre startup-sequence avec un éditeur de texte où vous trouverez :

If Exists C:LoadModule
 C:Version exec.library version 47 >NIL:
 If Warn
 C:LoadModule ROMUPDATE
 EndIf
EndIf

Il suffit de modifier ces six lignes avec les suivantes :

If Exists C:LoadModule
 C:Version exec.library version 47 >NIL:
 If Warn
 C:LoadModule Libs:modules/AtapiMagic ROMUPDATE
 Else
 C:LoadModule Libs:modules/AtapiMagic
 EndIf
EndIf

Sauvegardez la startup-sequence et redémarrez votre machine pour que les changements prennent effet.

Si tout s'est bien passé, vous devriez maintenant être en mesure d'utiliser quatre interfaces IDE sans avoir besoin d'un logiciel tiers.

2.22 Mon lecteur de CD-ROM ne fonctionne pas sur mon bus SCSI/IDE lorsqu'il est réglé sur l'unité 0. Quel est le problème ?

Évitez cette configuration. Le scsi.device se tirera une balle dans le pied (puis visera plus haut) en essayant d'obtenir un RDB du lecteur de CD-ROM.

Le problème vient de l'approche adoptée par le code du scsi.device pour trouver les périphériques, les amener à produire des informations utiles sur eux-mêmes, observer des délais d'attente amusants en cours de route, réessayer les opérations si nécessaire et, d'une manière ou d'une autre, démarrer le système à partir d'un RDB avant que la patience de l'utilisateur ne soit épuisée.

Nous conseillons de toujours placer votre disque de démarrage sur l'unité 0 (il doit s'agir d'un disque dur, d'un adaptateur de carte SD/CF ou de disques fixes similaires), et si vous devez avoir plusieurs périphériques de stockage de masse du même type, placez-les sur les unités 1, 2, 3, etc. dans un ordre consécutif. Les périphériques amovibles tels que les CD-ROM doivent être placés en dernier. Assurez-vous que les paramètres de HDToolBox sont tels que le scsi.device arrête de scruter après avoir trouvé le dernier de ces périphériques à disque fixe.

2.23 J'ai des problèmes pour partitionner mes disques durs Ultra Wide SCSI sur ma carte accélératrice CyberStorm PPC/CyberStorm Mk3. Que puis-je faire ?

Les séries de cartes accélératrices CyberStorm PPC et CyberStorm Mk3 ont un contrôleur SCSI Ultra Wide intégré basé sur la puce NCR 53C770.

Leur firmware intégré utilise une API personnalisée pour pouvoir gérer leurs capacités Ultra Wide SCSI. Par conséquent, nous vous suggérons d'éviter HDToolBox et d'utiliser plutôt les outils fournis par son fabricant, Phase 5, qui sont disponibles à l'adresse suivante : aminet.net/package/driver/media/CS-SCSI-Tools-31.

3. Gestion du processeur, SetPatch [retour au plan]

3.1 J'ai installé manuellement (et je reçois maintenant un avertissement) SetPatch sur les options inconnues.

Le SetPatch d'AmigaOS 3.9 incluait des fonctionnalités supplémentaires qui ne sont plus présentes dans AmigaOS 3.2 et ont été déplacées vers d'autres programmes. La ligne dans la startup-sequence appelant SetPatch devrait seulement se lire comme suit :

SetPatch >NIL:

Vous devez corriger votre startup-sequence en conséquence. En particulier, NOROMUPDATES et NONSDPATCH ne sont plus des options gérées par SetPatch.

3.2 Où est passée la fonctionnalité étendue de SetPatch ?

Le SetPatch d'AmigaOS 3.9 incluait une fonctionnalité ROM-Updates pour installer de nouveaux modules de ROM par-dessus les anciens. Cette fonctionnalité est maintenant implémentée par un programme séparé appelé "LoadModule". Il est inclus dans le répertoire C: de la disquette Modules.

Il y a aussi un nouveau module de ROM appelé "System-startup" qui soulage LoadModule de certaines de ses tâches de chargement.

Le SetPatch d'AmigaOS 3.9 incluait également "NSDPatch", une fonctionnalité permettant d'intégrer un jeu de commandes de Commodore pour l'adressage des grands périphériques, alors que la plupart des périphériques tiers géraient la spécification TD64 antérieure. Cette extension n'est plus nécessaire ; voir ci-dessus.

Si vous voulez continuer à utiliser NSDPatch, vous trouverez le programme NSDPatch dans le répertoire C: de la disquette HDSetup3.2. Copiez le programme dans le répertoire C: de votre disque de démarrage, et insérez NSDPatch dans votre startup-sequence juste après SetPatch.

Cependant, comme indiqué ci-dessus, cette étape n'est (généralement) plus nécessaire.

3.3 Mon 68060 fonctionne-t-il maintenant ou dois-je encore modifier la ROM ?

Vous n'avez pas besoin de modifier la ROM Kickstart 3.1.4 ou 3.2, mais vous devez installer une bibliothèque processeur appropriée. Voir ci-dessous.

3.4 Quand je démarre le système, la startup-sequence s'arrête et affiche un avertissement sur une installation incomplète. Que manque-t-il ?

La bibliothèque de gestion du processeur est manquante. En particulier, les systèmes basés sur un 68040 et un 68060 doivent avoir la 68040.library ou la 68060.library dans Libs:. Sans elles, le système ne peut pas fonctionner de manière fiable. Certains systèmes ont la 68040.library ou la 68060.library dans la ROM de leur carte accélératrice. Sur ces systèmes, aucune installation n'est nécessaire et aucun avertissement ne sera affiché.

Pour les systèmes basés sur un 68030, nous recommandons une bibliothèque 68030.library également, car sinon le système peut se bloquer dans certaines situations. Ceci est dû à un changement de spécification matérielle (errata) de Motorola. L'installation de cette bibliothèque vous permettra également d'activer le cache de données lors de l'utilisation de cartes passerelles.

3.5 Où puis-je trouver les bibliothèques de processeurs, et comment les installer ?

Veuillez vous rappeler : n'installez jamais vos bibliothèques de processeurs pendant la procédure d'installation d'AmigaOS. Faites-le avant ou après.

Ces bibliothèques de processeurs devraient être fournies avec le disque d'assistance du vendeur de votre carte accélératrice. La procédure d'installation dépend du fournisseur, mais nécessite généralement que vous copiez la bibliothèque de processeurs de la disquette d'installation vers Libs: avec une commande telle que la suivante :

copy df0:libs/680?0.library to LIBS:

(Veuillez noter que le "?" dans le nom de fichier ci-dessus n'est pas une valeur littérale).

Nous vous suggérons également de consulter la documentation ou la FAQ de votre fournisseur. En particulier, nous avons inclus une FAQ qui couvre les environnements génériques des processeurs MC68020-MC68060 (CPU-FAQ.readme), une autre pour les cartes GVP (GVP-FAQ.readme) et une pour la carte PP&S A2000 68040/28 (PP&S-FAQ.readme). Tous ces documents sont placés dans le dossier "FAQs" du CD-ROM d'AmigaOS 3.2.

3.6 ...mais j'ai perdu ma disquette d'assistance originale de ma carte accélératrice !

Ah bon. Il y a un remplacement générique qui est proposé lors de la procédure d'installation d'AmigaOS 3.2 et qui fonctionne, en général, assez bien.

3.7 Où puis-je trouver une bibliothèque 68030 ? Ma carte n'en était pas pourvue.

Voir ci-dessus pour savoir où en trouver une. Les cartes ne sont généralement pas livrées avec une bibliothèque car l'errata n'a été trouvé que des années après l'introduction du 68030. Certains anciens outils pour la MMU ont également évité ce problème par inadvertance.

3.8 Ne pourriez-vous pas simplement intégrer les bibliothèques de processeurs dans le système d'exploitation ?

Nous en serions ravis, mais les bibliothèques sont (en général) spécifiques aux fournisseurs, et la plupart d'entre eux ne sont plus en activité. Bien que le remplacement générique que nous avons inclus comme option d'installation fonctionne bien en général, il peut ne pas fonctionner pour votre carte particulière.

Veuillez noter que nous n'avons pas de bibliothèques de processeurs pour tous les fournisseurs dans nos fichiers, et encore moins la permission de les redistribuer. Cependant, une recherche sur Internet peut souvent aider à localiser les bibliothèques de processeurs manquantes, ainsi que les sites Internet de référence sur le matériel Amiga. Vérifiez également les FAQ des vendeurs ou des tiers.

3.9 Ne pourriez-vous pas simplement fournir la bibliothèque Commodore 68040.library ?

Voir ci-dessus. Elle est ancienne, peut ne pas fonctionner pour votre carte, et nous ne voulons pas endommager votre installation. Cependant, pour les cartes qui ont été livrées à l'origine avec cette bibliothèque, le remplacement générique que nous avons inclus comme alternative d'installation optionnelle fonctionne bien sans aucune modification supplémentaire.

3.10 Qu'en est-il du fichier factice 68040.library ? Le manuel de ma vieille carte accélératrice mentionne que je dois l'installer et le renommer.

N'en tenez pas compte. AmigaOS 3.2 n'a pas besoin d'un fichier bibliothèque 68040 factice. Il détecte lui-même la bonne bibliothèque de processeurs et n'a pas besoin d'une bibliothèque factice.

En particulier, pour un processeur 68060, la bibliothèque 68060.library est suffisante (plus, la bibliothèque mmu.library si vous utilisez une bibliothèque processeur basée sur MuLib).

3.11 Je reçois une note de la commande CPU sur les errata du processeur. Que dois-je faire ?

Les erratas sont des défauts connus des processeurs, généralement découverts après l'introduction sur le marché. Malheureusement, toutes les bibliothèques de processeurs ne sont pas en mesure de contourner tous les erratas. Vous avez installé une bibliothèque de processeurs, n'est-ce pas ?

Pour le 68030 : installez une bibliothèque 68030.library. Cela évitera l'errata "CIIN disabled on write".

Pour le 68060 : si vous ne pouvez pas utiliser la bibliothèque générique 68060.library mentionnée ci-dessus, et que vous devez utiliser la bibliothèque fournie par votre fournisseur, ajoutez la commande "CPU DISABLELOADSTOREBUFFERBYPASS" à la startup-sequence.

Cette commande désactive l'errata/le problème le plus courant avec les masques des processeurs 68060 antérieurs.

Il existe également un errata (F6) qui s'applique au masque du processeur 68060 le plus ancien qui n'a pas d'option de résolution. Il s'agit d'un défaut qui a été découvert avec une séquence unique d'instructions à virgule flottante, et qui produit un résultat mathématique incorrect. La plupart des fabricants de logiciels avec des instructions flottantes en ligne ont fourni du code pour contourner ce problème. Le code de programme 680x0 courant ne le rencontre jamais. Il convient d'ajouter ">NIL:" à la commande CPU pour ignorer l'erreur dans la plupart des cas.

3.12 Comment se fait-il que lorsque j'utilise les bibliothèques 68030.library, 68040.library ou 68060.library du paquet MMULib, des mégaoctets supplémentaires de mémoire sont consommés ?

Que ce soit 5 Mo ou un autre chiffre qui soit utilisé, cela dépend de la quantité de mémoire principale dont vous disposez. Les 5 Mo sont destinés aux tables MMU dont les processeurs 68040 et 68060 ont besoin. Le "CPU Checkinstall" dans la startup-sequence devrait détecter le cas où la 68040.library ou la 68060.library ne sont pas chargées.

Le 68030 perd moins de mémoire. Sa MMU possède une fonction appelée "early termination page descriptors" qui peut économiser pas mal de mémoire en évitant les descripteurs de table dupliqués. Malheureusement, Motorola a cessé de gérer cela avec l'introduction du 68040.

4. Performances et compatibilité [retour au plan]

4.1 Les préférences Pointer et/ou Locale ne s'affichent pas correctement sur mon écran.

Oui, nous testons les programmes avant de les livrer. Ce que vous voyez ici n'est pas un bogue dans le programme de préférence Locale ou Pointer, mais un bogue dans CyberGraphX qui n'implémente pas les "minterms" correctement. Le même programme fonctionne parfaitement sur un écran natif ou Picasso96.

Donc, si vous utilisez ce système RTG, vous devrez vous en accommoder ou demander un correctif de CyberGraphX auprès de son ou ses fournisseurs.

Note : n'installez pas deux systèmes RTG différents sur le même système, car cela entraînera très probablement un conflit entre eux.

4.2 Pourquoi SetPatch est-il si lent ?

Depuis AmigaOS 3.2, SetPatch réalise beaucoup plus de tâches qu'auparavant. Il ne se contente pas de charger les bibliothèques de processeurs correspondantes et de construire les tables MMU.

En plus, il scrute le bus IDE qui est nécessaire pour certains matériels afin d'assurer leur bon fonctionnement.

Tous ces facteurs donnent donc l'impression que les performances ont été affectées négativement, alors qu'en réalité nous privilégions à la fois la fiabilité et la flexibilité.

Veuillez tenir compte du fait que les cartes d'extension de bus PCI Prometheus et Mediator occupent 512 Mo d'espace d'adressage. L'assemblage des tables MMU pour une plage d'adresses aussi vaste prend du temps, car le matériel ne se connecte pas au système avec la taille dont il a réellement besoin, la taille maximale est donc utilisée.

Pour surmonter ce problème, suivez la documentation du paquet MMULib pour modifier votre fichier ENVARC:MMU-configuration afin de limiter l'adresse utilisée à la taille réellement nécessaire pour les cartes installées. Ainsi, de cette manière, aucune table MMU excessive ne sera construite par vos MMULibs et le système démarrera considérablement plus vite.

4.3 AmigaOS 3.2 est terriblement lent !

Vous utilisez une installation sur disque, n'est-ce pas ? Eh bien, LoadModule doit charger les modules de ROM mis à jour dans une mémoire résidant à la réinitialisation. Dans le pire des cas, cela se fait via la mémoire vive (Chip RAM), et oui, l'accès à la mémoire Chip est lent.

Cependant, vous pouvez faire ce qui suit :

1. Acheter une ROM Kickstart physique et l'installer, éliminant ainsi le besoin de remplacer les modules de ROM par des modules en mémoire.

Ou, dans le cas où votre système est équipé d'une MMU :

2. Installez l'option MMULib et ajoutez la commande suivante sous SetPatch dans la startup-sequence :

MuProtectModules ON REMAP

Cela va reloger les modules de ROM de leur emplacement actuel vers la mémoire la plus rapide disponible et vous donner un peu plus de vitesse. Gardez cependant à l'esprit qu'en utilisant cette option, vous utiliserez de la mémoire que vous ne pourrez pas libérer.

Si vous avez toujours l'impression que certaines opérations du Workbench sont lentes, vous pouvez également déplacer des composants du tiroir WBStartup vers un autre tiroir et redémarrer votre Amiga. Les premiers candidats pour cela devraient être RAWBInfo et AsyncWB. Cela supprimera bien sûr les fonctionnalités associées à ces composants.

4.4 Le système se bloque dès que je lis un fichier audio stéréo 8SVX.

Veuillez vérifier si le datatype svx.datatype (oui, vraiment "svx", et non "8svx") est installé ou non. Malheureusement, ce datatype n'est pas compatible avec la façon dont les datatypes sonores sur AmigaOS 3.2 et AmigaOS 3.9 gèrent les données stéréo. Il suffit de le supprimer. 8svx jouera les données stéréo parfaitement bien maintenant.

4.5 Qu'en est-il de tous ces correctifs système largement utilisés ? Puis-je les utiliser ?

Au moment où nous écrivons ces lignes, nous sommes fiers de vous dire que beaucoup de ces bidouilles ne sont plus nécessaires !

Parmi ces correctifs, vous trouverez : RamLibFix, PatchRAM, StackAttack, AmberRAM, PrepareEmul, RsrvWarm, SwazInfo, RomFixes, AssignWedge, AssignP, AssignZ, HappyENV, Env-Handler, ZShell, PowerWindows, PowerWindowsNG, IconifyGadget, wIconify, FastLayers, Quicklayers, HideWBTitle, KillTitle, FreeWheel, IntuiWheel, bk_rangercheck, etc.

Bien sûr, beaucoup de ces programmes contenaient aussi des correctifs pour faire des choses que le système d'exploitation n'était pas programmé pour faire en premier lieu (comme MCP, SystemPatch, MultiCX, etc.). Nous n'avons pas implémenté certains de ces correctifs car ils ne suivent pas les directives de développement Amiga et font leur travail de manière "sale", causant des dommages potentiels au système. Vous êtes les bienvenus pour les essayer, mais ne vous plaignez pas s'ils finissent par faire planter votre machine.

Faites également très attention à ne pas activer un correctif pour régler un petit problème, car la plupart des correctifs ne font pas les vérifications nécessaires et finiront probablement par mettre votre système dans un état instable. Être prudent et conservateur est toujours un choix judicieux.

4.6 Puis-je utiliser le correctif FBlit avec AmigaOS 3.2 ?

Oui, vous pouvez. Cependant, nous ne vous recommandons pas de l'utiliser car il ne suit pas les directives de développement Amiga, ce qui résulte en un système instable.

Nous vous suggérons plutôt d'utiliser Picasso96 avec le pilote "Native" (tous deux disponibles sur Aminet). Cela apportera les avantages de FBlit, mais d'une manière propre et conviviale pour AmigaOS. Cela vous permettra également d'utiliser des applications qui ne fonctionnent qu'avec des cartes graphiques RTG, même si vous n'en avez pas.

4.7 J'utilise Picasso96 avec le pilote "Native", tous deux téléchargés depuis Aminet, et j'ai quelques problèmes d'affichage d'images transparentes.

C'est un problème connu des anciens logiciels Picasso96 où bitmap.image ne fonctionne pas correctement pour les images transparentes sur les écrans non-RTG.

La solution est simple : mettez à jour vers la dernière version de Picasso96 (disponible auprès d'Individual Computers) et tout ira bien.

Note : n'installez pas deux systèmes RTG différents sur le même système, car cela entraînera très probablement un conflit entre eux.

4.8 Comment puis-je afficher les animations en HAM ou EHB sur ma carte graphique ?

Le réglage de la variable d'environnement "classes/datatypes/animation/NoHAMorEHB" à 1 permet de convertir à la volée les animations en HAM et EHB en mode standard.

4.9 Existe-t-il un moyen d'accélérer les animations CDXL ?

Le datatype CDXL a quelques variables d'environnement qui peuvent être configurées pour en tirer le meilleur parti :
  • Prefs/Env-Archive/Classes/DataTypes/animation/cdxl/cdspeed : définit la vitesse de lecture en unités de vitesse de CD-ROM. De 1 à 63. x1=150 ko/s. S'il n'est pas défini, il prend par défaut la valeur la plus courante de 300 ko/s ou x2 (Amiga CD32).
  • Prefs/Env-Archive/Classes/DataTypes/animation/cdxl/speed : définit la vitesse de lecture en ko/s. Cette valeur, lorsqu'elle est définie, remplace la variable "cdspeed" mentionnée précédemment.
  • Prefs/Env-Archive/Classes/DataTypes/animation/cdxl/fps : définit la vitesse de lecture en images par seconde. De 1 à 60. En le réglant sur 12, vous pourrez probablement lire tous les fichiers CDXL.
Pour les machines lentes, la lecture sur un écran personnalisé est nettement plus rapide qu'en mode fenêtré.

4.10 Comment faire pour que les animations ANIM aillent plus vite ?

Le datatype anim.dataype dispose des variables d'environnement suivantes pour configurer sa lecture :
  • Prefs/Env-Archive/classes/datatypes/animation/anim/fpslimit : limite le nombre maximal d'images par seconde pour les machines plus lentes afin d'éviter le saut d'images.
  • Prefs/Env-Archive/classes/datatypes/animation/anim/fps : force le nombre d'images par seconde défini par l'utilisateur pour lire le fichier à une vitesse donnée. Il remplace la variable "fpslimit".
4.11 Pourquoi un fichier AmigaGuide qui a des images intégrées consomme-t-il autant de mémoire vive ?

Les nouvelles fonctionnalités de l'amigaguide.datatype permettent d'afficher des images dans les fichiers AmigaGuide. Cette nouvelle fonctionnalité utilise les datatypes installés par le système à cette fin. Or, certains types de données ne font pas un usage efficace de la mémoire système. C'est notamment le cas pour les images qui ont une transparence définie. La suppression de la transparence et/ou le remplacement du datatype concerné peuvent donc être des solutions viables.

Faites également attention aux dimensions et à la quantité de couleurs que chacune de ces images contient, car elles doivent être prises en compte dans l'équation des performances lors de l'affichage de ces images.

4.12 ClassAction et IconEdit d'AmigaOS 3.9 ne s'installent pas et ne fonctionnent pas sous AmigaOS 3.2. Quel est le problème ?

Ce sont des programmes exclusifs à AmigaOS 3.5/3.9. Le gestionnaire de fichiers ClassAction (ne le confondez pas avec ClassAct) et le programme IconEdit d'AmigaOS 3.9 ne fonctionnent pas avec AmigaOS 3.2 car ils nécessitent la bibliothèque tierce resource.library qui semble n'être disponible que dans AmigaOS 3.5 et 3.9.

Mais si vous copiez manuellement cette bibliothèque dans Libs:, vous devriez pouvoir utiliser ces deux programmes sans problème.

4.13 Final Writer 3 ne fonctionne pas sur mon système. Que puis-je faire ?

C'est un fait connu que certains programmes sont bogués à cause de choix de conception discutables faits par leurs développeurs. C'est le cas de Final Writer 3, qui utilise une requête de fichiers personnalisée pour sauver les fichiers. Malheureusement, cette procédure est boguée car elle tente d'accéder à la mémoire d'une manière illégale.

La solution de contournement consiste à mettre à jour ce logiciel vers Final Writer 97. Nous avons également reçu plusieurs rapports concernant d'autres versions de Final Writer, qui n'ont pas cette requête de fichiers personnalisée et semblent fonctionner parfaitement.

4.14 J'ai copié une disquette/CD pleine dans RAM: et l'icône du RAM Disk a été écrasée de façon permanente par l'icône de la disquette/CD.

Dans les versions précédentes d'AmigaOS, les utilisateurs ne pouvaient pas facilement remplacer l'icône du volume RAM: en suivant la même procédure que celle appliquée à toutes les autres icônes. Les utilisateurs devaient chercher des solutions de contournement élaborées ou des bidouilles pour y parvenir dans ce cas particulier.

Pour AmigaOS 3.2, nous avons décidé de résoudre ce problème de longue date en ajoutant la ligne suivante à la startup-sequence :

crux MakeLink RAM:Disk.info TO ENVARC:Sys/def_RAM.info SOFT Cette ligne crée un lien symbolique qui pointe vers ENVARC:Sys/def_RAM.info comme étant l'icône réelle du RAM Disk.

Ainsi, les utilisateurs peuvent maintenant déplacer l'icône du RAM Disk, figer sa position et au prochain redémarrage, elle restera au même endroit.

Cependant, si cela ne vous convient pas, commentez cette ligne en insérant un symbole ";" (sans les guillemets) comme premier caractère, l'ancien comportement sera restauré et votre icône du RAM Disk ne sera plus écrasée. Mais n'oubliez pas que vous devrez apprendre à vivre avec l'inconvénient mentionné précédemment, à savoir que l'icône du RAM Disk ne pourra pas être facilement échangée et/ou que sa position ne pourra pas être sauvegardée.

4.15 Pourquoi ai-je des problèmes graphiques dans la préférence Palette et/ou le sous-système d'aide ?

Ceci est très probablement dû au doubleur de fréquence Indivision AGA MK3 qui a des problèmes pour filtrer adéquatement certaines lignes sous la résolution actuelle. Une solution, qui devrait impliquer une mise à jour du firmware, devrait être disponible auprès de son fabricant à l'adresse suivante : wiki.icomp.de/wiki/Indivision_AGA_MK3.

4.16 Lorsque je démarre mon Amiga, il s'arrête sur un écran noir. Que se passe-t-il ?

Si vous avez démarré votre Amiga sans aucun disque ou si aucun n'est détecté, un écran noir s'affichera, signalant que votre système est inopérant.

En ajoutant simplement un disque dur compatible (même une disquette) et en redémarrant, l'Amiga reprendra le processus de démarrage normal.

Ainsi, si vous effectuez des diagnostics de la carte mère sans aucun disque, vous préférerez peut-être maintenir la touche "Help" du clavier enfoncée ou maintenir les deux boutons de la souris pour accéder au menu de contrôle du démarrage (Early Startup Control Menu / bootmenu).

5. Bibliothèque Intuition V47 [retour au plan]

5.1 Qu'est-ce qu'intuition.library V47 ?

Il s'agit d'une mise à jour de la bibliothèque système responsable de l'interface graphique qui comprend quelques nouvelles fonctionnalités.

Parmi elles, il y a une fonctionnalité qui vous permet de faire glisser les fenêtres hors de l'écran. Elle est maintenant activée par défaut.

Néanmoins, elle doit être activée par l'éditeur de préférences IControl qui dispose désormais d'une option de basculement pour le déplacement des fenêtres hors de l'écran, une fonctionnalité introduite dans Intuition avec la précédente mise à jour AmigaOS 3.1.4.

Cela dit, les déplacements de fenêtres "collent aux bords de l'écran", c'est-à-dire que vous devez bouger "plus fort" si vous voulez les déplacer au-delà de la limite de l'écran. "L'intensité du mouvement" dépend de la résistance, de sorte que vous devriez toujours parcourir approximativement la même distance avec la souris.

Grâce à la nouvelle version d'Intuition, en maintenant la touche "Shift" enfoncée et en cliquant sur le gadget de zoom de la fenêtre, celle-ci sera agrandie.

En outre, il est désormais possible de redimensionner les fenêtres en faisant glisser l'une de leurs bordures. Enfin, il est maintenant possible pour les gadgets de spécifier un pointeur de souris lorsqu'ils se trouvent au-dessus d'une fenêtre. Notez que toutes ces nouvelles fonctionnalités doivent d'abord être activées dans les préférences d'IControl.

Et enfin, Intuition permet d'iconifier et de masquer les fenêtres en cliquant sur le nouveau gadget "Iconify".

5.2 Pourquoi mon Amiga présente-t-il des bogues et corruptions graphiques ?

Ce n'est ni un problème de matériel ni un problème d'AmigaOS. C'est la faute du logiciel de pilotes RTG CyberGraphX qui gère votre carte graphique.

Malheureusement, ce logiciel dépend de la disposition précise d'éléments internes non documentés d'Intuition, et il ne fonctionne pas lorsque ceux-ci changent. Veuillez donc éviter d'utiliser CyberGraphX et utilisez Picasso96 à la place.

Cependant, si vous souhaitez continuer à utiliser CyberGraphX, vous pouvez le faire, mais des limitations peuvent s'appliquer.

Note : n'installez pas deux systèmes RTG différents sur le même système, car cela entraînera très probablement un conflit entre eux.

5.3 Certaines fenêtres affichent un nouveau gadget bizarre. Qu'est-ce que c'est ?

Intuition a maintenant la capacité d'iconifier et de cacher les fenêtres. Soyez averti que ce n'est actuellement pas compatible avec VisualPrefs.

Shell, Clock et MultiView utilisent cette nouvelle fonctionnalité d'iconification (la fenêtre de Multiview, mais pas sa requête de fichiers). De plus, toutes les préférences et les commodités sont également équipés de cette fonction. Dans le cas particulier des commodités, leur "gadget d'iconification" fonctionne un peu différemment en fermant réellement la fenêtre, et pas seulement en la masquant.

Le mot-clé "ICONIFY", compatible avec le programme de remplacement de la console Shell ViNCEd, donnera aux nouvelles fenêtres de la console un gadget "Iconify". Vous pouvez le demander avec un chemin comme celui-ci :

CON:leftedge/topedge/width/height/title/CLOSE/ICONIFY

Sachez que l'iconification ne fonctionne qu'en mode CON: (mais pas en mode RAW:).

À cette fin, C:ConClip a été mis à jour pour permettre le chargement de l'icône qui est utilisée par la console pour son iconification. Il s'agit de ENV:sys/def_shell.info, ou SYS:Shell.info, ou SYS:System/Shell.info, ou SYS:System/CLI.info, dans cet ordre, en utilisant la première correspondance. Si aucun n'est trouvé, le con-handler ne pourra pas installer un gadget Iconify.

5.4 Je n'aime pas le nouveau comportement du pointeur de la souris, qui change d'image lorsqu'il trouve des gadgets de redimensionnement de la fenêtre. Existe-t-il un moyen de revenir à l'ancienne façon de faire les choses ?

Nous savons que les vieilles habitudes sont difficiles à éliminer. Si vous voulez rapidement rétablir le fonctionnement de la souris comme au bon vieux temps, ouvrez un Shell/CLI et tapez :

rename envarc:sys/Pointer.prefs Pointer.bak

Puis redémarrez votre machine, et vous pourrez faire fonctionner le pointeur d'antan à sa gloire d'antan.

5.5 Pointer sur les fenêtres est sensiblement plus lent en changeant de pointeur. Comment puis-je résoudre ce problème ?

Cela se produit parce qu'Intuition essaie d'éviter d'utiliser tout le temps de l'Amiga pour refléter les changements du pointeur. Si vous avez un processeur puissant, vous pouvez demander à Intuition d'attendre moins longtemps entre les tests de changement de pointeur.

Pour modifier cela, ouvrez IControl et ajustez le curseur "Pointer Hover Max Lag:" (l'option "Low" utilise plus de temps processeur) à la position désirée où vous sentez qu'il y a un équilibre adéquat entre l'utilisation du processeur et le temps de réaction au changement de pointeur.

5.6 Pourquoi mon correctif pour réaliser des déplacements solide de fenêtre ne fonctionne-t-il plus ?

Les correctifs qui implémentent un déplacement et un redimensionnement de fenêtre solide en temps réel sont incompatibles avec la nouvelle intuition.library v47.

Ces correctifs sont construits sur des hypothèses en termes de vitesse de rendu, sur la façon dont Intuition réagit aux changements, avec des effets supplémentaires dans les composants du système d'exploitation sur lequel Intuition se base. Ils fonctionnent assez bien la plupart du temps, mais il y a plus d'un obstacle dans l'architecture du système d'exploitation pour gâcher ce plaisir.

Lorsque vous redimensionnez ou faites glisser une fenêtre de cette manière, chaque mouvement de souris passe dans la machine d'état de traitement des événements d'Intuition, générant des événements de rafraîchissement et de changement de taille à la volée, qui entraînent à leur tour le rafraîchissement de la fenêtre. Ces événements ont tendance à ne pas être synchronisés avec les mouvements de la souris, car c'est ainsi qu'Intuition est conçu.

C'est un processus lent et il y a des effets secondaires, par exemple la mémoire doit être allouée pour les fondements des fenêtres (couches et leurs parties cachées) et certaines applications peuvent finir par passer plus de temps à reconstruire/rafraîchir des zones précédemment cachées qu'elles ne le devraient.

Une alternative est d'utiliser la bibliothèque intuition-old.library incluse pour remplacer la nouvelle. Cependant, vous devez garder à l'esprit que le passage à l'ancienne Intuition signifie la perte de toutes les nouvelles fonctionnalités comme les fenêtres hors écran, l'iconification, TextEdit, le redimensionnement des fenêtres à partir de tous les coins, la définition des proportions d'aspect des bordures, entre autres choses. De plus, avec cette ancienne bibliothèque, vous devrez faire face à divers bogues que nous avons déjà corrigés dans la V47.

Si vous avez déjà installé AmigaOS 3.2, vous pouvez toujours revenir à l'ancienne bibliothèque intuition.library en sélectionnant "Exécuter une commande" dans le menu Workbench, et en entrant la série de commandes suivante :

rename Libs:intuition.library to new-intuition.library
rename Libs:old-intuition.library to intuition.library

Puis, redémarrez votre Amiga pour que les changements soient pris en compte.

6. Imprimantes [retour au plan]

6.1 De quels pilotes d'imprimante ai-je besoin, et quel pilote gère quelle imprimante ?

Les pilotes d'imprimante suivants font partie d'AmigaOS 3.2 :
  • NEC_Pinwriter : NEC P5, P6, P7, P9 et P2200
  • EpsonX_Old : Epson EX, FX, JX, LX, MX et RX. Ce pilote est déprécié. Ne l'utilisez que si le pilote normal ne fonctionne pas. Il est recommandé pour la vieille MPS 1230 fabriquée par Commodore.
  • EpsonX : Epson EX, FX, JX, LX, MX et RX. C'est le pilote préféré. Essayez la "vieille" variante seulement si celle-ci ne fonctionne pas.
  • EpsonQ : Epson LQ-800, LQ-850, LQ-1000, LQ-1050, LQ-1500 et LQ-2500.
  • PostScript : toute imprimante PostScript devrait fonctionner avec.
  • HP_LaserJet : HP LaserJet, HP LaserJet+, HP LaserJet II, HP LaserJet 500 et HP LaserJet 2000. Ce pilote d'imprimante gère des résolutions allant jusqu'à 300x300 DPI, en niveaux de gris uniquement.
  • HP_LaserJet_III : HP LaserJet II+ et HP LaserJet III. Ce pilote d'imprimante gère également des résolutions allant jusqu'à 300x300 DPI en niveaux de gris, mais permet la compression des graphismes pour une impression plus rapide.
  • HP_LaserJet_4 : HP LaserJet 4, HP LaserJet 5, HP LaserJet 6, HP LaserJet 1100 et HP LaserJet 3100. Ce pilote d'imprimante gère des résolutions allant jusqu'à 600x600 PPP en niveaux de gris avec la compression activée.
  • HP_LaserJet_2100 : HP LaserJet 2100, HP LaserJet 4000, HP LaserJet 5000 et HP LaserJet 8000. Ce pilote d'imprimante gère des résolutions allant jusqu'à 1200x1200 PPP en niveaux de gris avec la compression activée.
  • Les imprimantes HP LaserJet plus récentes gérant PCL peuvent également fonctionner. Au moment de la rédaction de cet article, la série HP LaserJet Pro M402 est disponible. Elle imprime bien avec le pilote HP_LaserJet et probablement avec d'autres variantes du pilote. Vous aurez besoin d'une extension USB ou d'une carte réseau et de lpr.device d'Aminet pour vous connecter à ces imprimantes modernes. Veillez à rediriger le parallel.device vers usbparallel.device ou lpr.device. Notre programme de préférences actuel a été mis à jour pour permettre de sélectionner une cible et un numéro d'unité personnalisés.
  • HP_DeskJet : HP Deskjet, HP Deskjet+, HP DeskJet 310, HP DeskJet 320, HP_DeskJet_500, HP_DeskJet_510, HP_DeskJet_520. Résolutions jusqu'à 300x300 DPI en niveaux de gris avec compression.
  • HP_DeskJet_340 : HP Deskjet 340/340CM/340CBi, HP_DeskJet_550C et HP_DeskJet_560C. Résolutions jusqu'à 300x300 DPI en couleur ou en niveaux de gris avec compression. Ces imprimantes impriment avec quatre types d'encres (CMYK).
  • HP_DeskJet_400 : HP_DeskJet_200C, HP_DeskJet_400, HP_DeskJet_400L, HP_DeskJet_420C, HP_DeskJet_500C, HP DeskJet 540C, HP_DeskJet_550C, HP_DeskJet_560C, HP_DeskJet_670C, HP DeskJet 672C, HP_DeskJet_1200C. Résolutions jusqu'à 300x300 DPI en couleur avec compression. Ces imprimantes impriment avec trois types d'encre et utilisent de l'encre couleur pour mélanger le noir.
  • HP_DeskJet_600 : HP Deskjet 600, HP DeskJet 610C/610CL, HP DeskJet 612C, HP_DeskJet_660C, HP DeskJet 680C, HP DeskJet 682C, HP DeskJet 690C, HP DeskJet 692C, HP DeskJet 693C, HP DeskJet 694C, HP_DeskJet_695C, HP DeskJet 697C, HP DeskJet 810C, HP_DeskJet_812C, HP_DeskJet_815C, HP_DeskJet_830C, HP_DeskJet_832C, HP_DeskJet_850C, HP_DeskJet_855C, HP_DeskJet_870C, HP_DeskJet_880C, HP_DeskJet_882C, HP_DeskJet_890C, HP_DeskJet_1600, HP_DeskJet_1600C et HP_DeskJet_1600CM. Résolutions jusqu'à 600x600 DPI en niveaux de gris et 300x300 DPI en couleur, avec compression. Ces imprimantes utilisent quatre types d'encre.
  • HP_DeskJet_895C : HP_DeskJet_895C, HP_DeskJet_970C, HP_DeskJet_1100C et HP_DeskJet_1120C. Résolutions jusqu'à 600x600 DPI en couleur ou en niveaux de gris. Ces imprimantes impriment avec quatre types d'encre.
  • Generic : une imprimante en texte ASCII uniquement, sans gestion du graphisme, que vous pouvez essayer si tout le reste échoue.
6.2 Je possède une imprimante qui n'est pas répertoriée, mais qui était gérée par AmigaOS 3.1. Que dois-je faire ?

Copiez simplement le pilote d'imprimante d'AmigaOS 3.1 dans Devs:Printers, et sélectionnez-le dans l'éditeur de préférences d'imprimante. Les pilotes AmigaOS 3.1 continueront à fonctionner correctement avec AmigaOS 3.2.

6.3 Mes pilotes d'imprimante AmigaOS 3.5/3.9 refusent de fonctionner avec AmigaOS 3.2. Où se situe le problème ?

Le problème est un bogue commun dans les pilotes AmigaOS 3.5/3.9 qui les empêche de fonctionner avec AmigaOS 3.2. En particulier, les pilotes renvoient un code de résultat incorrect depuis leur fonction d'initialisation, et le périphérique d'impression 3.9 ne s'est jamais soucié de savoir si l'initialisation avait réussi ou non. Ceci a été corrigé dans la version 3.2, avec pour effet secondaire que les pilotes AmigaOS 3.9 ne fonctionnent plus. Notez cependant que tous les modèles gérés par la version 3.9 le sont également par les pilotes natifs de la version 3.2, donc aucun dommage n'est causé.

6.4 J'ai une imprimante non gérée. Que puis-je faire ?

Eh bien, écrivez un pilote d'imprimante :-). Ou, au moins, essayez d'obtenir une description technique auprès de son fournisseur, et transmettez-la nous. Malheureusement, la plupart des imprimantes grand public sont aujourd'hui des imprimantes GDI qui utilisent un protocole fermé et propriétaire pour communiquer avec le système d'exploitation d'une grande entreprise américaine uniquement, alors bonne chance. Et non, nous n'avons pas non plus un meilleur accès aux manuels techniques.

Notez toutefois que la plupart des imprimantes se répartissent aujourd'hui en quatre catégories :
  1. Les imprimantes basées sur PCL, principalement de Hewlett-Packard. Elles devraient fonctionner correctement avec l'un des pilotes d'imprimante Hewlett-Packard (HP).
  2. Les imprimantes basées sur le langage PostScript. Elles fonctionnent bien avec le pilote PostScript.
  3. Les imprimantes basées sur EscP. Elles fonctionnent bien avec les pilotes Epson ou EpsonQ.
  4. Les imprimantes GDI. Elles ne fonctionnent que sous Windows, et leurs vendeurs ne s'intéressent pas aux produits de niche comme AmigaOS de toute façon.
6.5 Où se trouve le pilote d'imprimante "print to file" (imprimer vers le fichier) ?

Nous n'en avons pas, mais nous n'en avons pas besoin non plus. Il suffit de lancer le programme "CMD" que vous trouverez dans SYS:Tools. Il va rediriger la sortie de l'imprimante vers un fichier. Il vous affichera également une requête de fichiers dès que vous commencerez à imprimer.

6.6 Ai-je encore besoin de TurboPrint ?

Non, du moins pas pour les imprimantes gérées par AmigaOS 3.2. Mais, si vous l'avez, vous pouvez certainement l'utiliser. À l'exception des bogues corrigés par la version 3.2, le système d'impression n'a pas changé.

6.7 Existe-t-il un moyen d'utiliser un autre périphérique que le port parallèle avec mon imprimante ?

L'éditeur de préférences de l'imprimante (Printer) dans AmigaOS 3.2 permet à l'utilisateur de saisir un périphérique de sortie personnalisé pour l'imprimante et de sélectionner un numéro d'unité.

6.8 Puis-je utiliser plusieurs imprimantes dans AmigaOS 3.2 ? Comment ?

Oui, vous pouvez avoir autant d'unités d'impression que vous le souhaitez, il n'y a aucune restriction dans AmigaOS 3.2 par rapport à ce que AmigaOS 3.9 avait à offrir. Il suffit de procéder comme suit : copiez les préférences de l'imprimante, ouvrez la fenêtre d'information sur la copie, et ajoutez le type d'outils "UNIT=1" (ou autre). Cette icône définit alors les préférences pour l'unité 1 du périphérique de l'imprimante. Continuez avec autant d'unités que vous le souhaitez.

De plus, le printer.device lit désormais également printergfxN.prefs et PrinterPSN.prefs pour des raisons de cohérence lors de l'utilisation de plusieurs imprimantes. À cette fin, les éditeurs de préférences PrinterGfx et PrinterPS gèrent désormais le type d'outils "UNIT" et l'argument de ligne de commande "UNIT".

7. CLI/Shell et console [retour au plan]

7.1 Où se trouve le programme PIPE ? Je veux utiliser des transferts de données (pipes) dans mon Shell.

Nulle part. Vous n'en avez plus besoin. La version 47 du Shell gère les transferts de données de manière native. Le symbole "|" achemine la sortie du programme de gauche dans l'entrée du programme de droite, "||" fusionne la sortie de deux programmes ensemble, et "( )" regroupe des programmes.

Dans AmigaOS 3.2, il existe également un nouvel opérateur Shell "&&" en plus de "||". Alors que "||" est l'opérateur de concaténation, "&&" est l'opérateur "et" de bash. Il exécute d'abord la première commande, et si celle-ci échoue, il abandonne. Sinon, il exécute la deuxième commande.

Notez la liaison : "||" et "|" sont "associatifs de gauche à droite", et se lient plus fortement que "&&". C'est-à-dire...

a && b | c

...signifie a && (b | c)

alors que...

a || b | c

...signifie (a || b) | b

C'est-à-dire que "||" et "|" ont une priorité plus élevée en tant qu'opérateurs.

La gestion des erreurs a également été améliorée. Nous avons maintenant un stderr fonctionnel. Cela signifie que nous pouvons spécifiquement rediriger les flux d'erreurs. Par exemple :

list >blah

...redirigera les erreurs et la sortie normale vers "blah", juste parce que c'est ainsi que cela a toujours fonctionné, mais...

list >blah *>errors

...redirigera la sortie normale vers "blah", et la sortie d'erreur vers "errors".

Si vous voulez que les erreurs apparaissent dans la console, mais que la sortie normale soit dans un fichier, utilisez :

list >blah *>*

Notez que "*>" est l'opérateur de redirection des erreurs et "*" est la console.

7.2 Je ne peux pas interrompre les transferts de données à partir du Shell, ou les programmes continuent à s'exécuter si j'interromps une séquence de commande avec pipe.

Assurez-vous que le Queue-Handler d'AmigaOS 3.2 est dans L:. De nombreuses variantes tierces ne fonctionnent pas correctement ou ne peuvent pas interrompre les transferts de données. Le Shell 3.2 dépend des fonctionnalités du Queue-Handler 3.2.

7.3 Pourquoi le Shell ou le Workbench ne respectent-ils pas l'attribut de protection "h" et ne masquent-ils pas les fichiers dont l'attribut "h" est activé ?

Parce que "h" ne signifie pas "hide" (cacher), mais "hold" (maintenir). Un fichier exécutable dont l'attribut "h" est activé est automatiquement rendu résident par le Shell lors de sa première utilisation. Vous enregistrez donc toutes les commandes "Resident" dans la startup-sequence. Non, nous n'avons pas inventé cela pour la version 3.2 d'AmigaOS, nous avons juste inclus une option de compilation dans le Shell qui était désactivée auparavant pour des limitations de taille de ROM.

7.4 Où est C:Execute ? Il fonctionne toujours, mais il n'est pas là.

La commande "Execute" est maintenant intégrée au Shell. Il n'y a donc plus besoin de rendre cette commande résidente. L'avantage est que Execute peut partager une partie du code avec le Shell, ce qui permet de gagner de la place.

Ceci dit, nous avons inclus l'ancienne version dans plusieurs endroits spéciaux pour des raisons de compatibilité ascendante (disquette Install3.2, disquette DiskDoctor et l'AmigaPE qui est contenu sur le CD-ROM).

7.5 J'ai entendu parler d'une nouvelle commande appelée "History" ; qu'est-ce que c'est ?

La commande "History" est une autre nouvelle commande Shell intégrée. Cette commande liste le contenu du tampon d'historique du shell, vous pouvez utiliser les touches de curseur haut et bas pour effectuer des recherches dans l'historique. Bien sûr, cela ne fonctionne que si vous utilisez le Shell intégré, qui fonctionne avec le nouveau con-handler v47.

Lorsque vous atteignez la fin de l'historique, le Shell le signale (en faisant clignoter l'écran et/ou en générant un son). Vous pouvez utiliser l'éditeur de préférences Sound pour configurer le type de signal qu'AmigaOS générera.

7.6 Y a-t-il d'autres nouvelles fonctionnalités fantastiques concernant le Shell dans la version 3.2 ?

Oui, le Shell a maintenant atteint la très pratique compétence de complétion automatique avec "TAB". Cela signifie que vous pouvez taper un nom partiel de programme, de variable ou de chemin lorsque vous utilisez le CLI/Shell, et si vous appuyez sur la touche "Tabulation", le système essaiera de le deviner et de le compléter en ajoutant un espace. Si aucune correspondance n'est trouvée, l'écran clignote et émet un bip.

Si plusieurs correspondances sont trouvées, une série d'actions seront entreprises en fonction des modes de fonctionnement de l'expansion via la tabulation actuellement sélectionnés par la variable Shell "SHELLCOMPLETION" :
  • Le mode par défaut : si plusieurs correspondances sont trouvées, vous pouvez cliquer sur la tabulation une deuxième fois pour obtenir une liste des correspondances possibles. Après cela, vous devez éditer la chaîne à la main (comme ajouter la lettre suivante dans ce que vous voulez écrire) et ensuite la prochaine tabulation recommencera le processus.
  • Le mode CYCLE : si plusieurs correspondances sont trouvées, vous pouvez cliquer sur la touche Tabulation une deuxième fois pour obtenir une liste des correspondances possibles. Après cela, vous pouvez cliquer sur la tabulation plusieurs fois et la complétion parcourra les alternatives. En appuyant sur [Shift] + [TAB], vous pouvez parcourir la liste à rebours, jusqu'à ce que le premier élément soit atteint.
Le commutateur "EARLYLISTING" peut être appliqué à n'importe quel des modes ci-dessus. Lorsque plusieurs correspondances sont trouvées, il les affiche directement sans qu'il soit nécessaire d'appuyer à nouveau sur la touche Tabulation.

Maintenant, lorsque l'expansion via la tabulation se produit, les fichiers d'icône (.info) seront affichés groupés en ajoutant le "(+info)" au fichier ou au répertoire correspondant.

Le Shell ignore également les fichiers d'icônes (.info) lors de la complétion, sauf s'il s'agit de la seule correspondance ou si "ICONSASFILES" est indiqué dans la variable Shell "COMPLETION".

Ainsi, par exemple, en tapant dans un CLI/Shell :

SET SHELLCOMPLETION CYCLE, EARLYLISTING

...activera le mode cycle avec EARLYLISTING et exclura les fichiers ".info" de la sélection, sauf si cela est explicitement suggéré.

Au fait, ConClip/con-handler permet maintenant aussi de déposer plusieurs icônes dans une fenêtre CON.

7.7 Comment inclure une barre oblique "/" ou une barre oblique inversée "\" dans le titre de la fenêtre d'une console ?

Le nouveau Con-handler inclut désormais l'échappement "ViNCEd-Style" dans le titre de la fenêtre. C'est-à-dire que si le titre de la fenêtre doit contenir une barre oblique "/", vous pouvez l'échapper avec une barre oblique inversée, c'est-à-dire "\/". La barre oblique inversée est échappée par elle-même, c'est-à-dire que "\\" donne "\". Cela permet d'utiliser des chemins de fenêtre tels que :

CON:////6\/2=3/AUTO/CLOSE

7.8 Existe-t-il un moyen de déboguer les commandes exécutées par le Shell ?

Pour AmigaOS 3.2, nous avons ajouté la variable "debug" qui, si elle est définie sur "on", pousse les commandes exécutées à travers la sortie série.

Donc, pour l'activer, dans un Shell/CLI tapez "set debug on" (sans les guillemets). Toutes les commandes exécutées sont alors imprimées par la console série à 9600-8N1 (cela signifie que l'unité connectée au port série doit être configurée pour traiter 9600 bauds, 8 bits de données, pas de parité, et 1 bit d'arrêt).

Vous pouvez également activer cette fonction de débogage en appuyant sur la touche "Alt" pendant le démarrage, ce qui génère la sortie décrite ci-dessus.

Depuis le menu de démarrage, vous pouvez également sélectionner l'option "Syslog" pour rediriger la sortie série vers un fichier (de plus amples informations sur Syslog sont disponibles dans la section 12.8).

7.9 Comment déboguer ou tracer des scripts Shell ?

Le débogage interactif et le suivi des scripts du shell constituent une fonctionnalité particulièrement intéressante du Shell. Le suivi signifie que le Shell vous montre la commande qu'il est sur le point d'exécuter, et vous pouvez exécuter la commande, la sauter ou arrêter le suivi.

Pour activer le suivi, utilisez la commande suivante dans le Shell :

set interactive on

Si cette commande est placée en haut d'un script Shell, par exemple dans la startup-sequence (avec un éditeur de texte de votre choix), le Shell vous demandera chaque commande qu'il va exécuter. Si vous appuyez sur "Entrée", le Shell exécutera la commande. Si vous appuyez sur "N" ou "Suppr", le Shell l'ignorera. Si vous appuyez sur "Échap", le Shell interrompt le traçage et exécute le reste du script sans vous déranger davantage. Si vous appuyez sur "Ctrl" + "D", le script est interrompu.

Vous pouvez également activer les fonctions interactives du Shell en accédant au menu de démarrage, en particulier à la page 'Boot Options..." (options de démarrage) qui s'est enrichie d'une nouvelle case à cocher "Trace startup-sequence", qui permet aux utilisateurs d'activer le traçage du script de la séquence de démarrage.

8. Outils, utilitaires et commandes [retour au plan]

8.1 ShowConfig ne donne pas les détails de l'extension matérielle et ma MMU n'est pas détectée.

ShowConfig montre les informations de base de la configuration de la carte pour les besoins de dépannage. Les détails de la carte et du processeur, qui changent et s'étendent sans cesse, sont confiés à d'autres outils comme MMULib et BoardsLib.

Vous pouvez heureusement faire en sorte que ShowConfig les affiche, car nous avons maintenant inclus la bibliothèque publique boards.library dans votre tiroir Libs:, que vous pouvez toujours mettre à jour depuis aminet.net/util/libs/BoardsLib.lha.

Et en parlant de MMU, nous pouvons la détecter à l'aide de mmu.library qui est disponible en tant qu'option d'installation.

8.2 Y a-t-il de nouveaux arguments de ligne de commande ou de nouveaux types d'outils par rapport à AmigaOS 3.1 que je devrais connaître ?

Oui, il y en a beaucoup. Ce qui suit en est la liste, avec une brève description de chacun. Cette liste n'est cependant pas complète, et à certaines commandes, nous avons ajouté des fonctionnalités sans ajouter d'options.

ADDDATATYPES LIST

Ceci va lister tous les descripteurs de datatypes actuellement en mémoire par nom de descripteur.

ASSIGN DENIED

L'option "DENIED" affiche une liste de toutes les requêtes de volume qui ont été refusées par l'utilisateur lors de l'utilisation de ASSIGNWEDGE.

ASSIGNWEDGE

Il s'agit d'une nouvelle commande. Elle permet à l'utilisateur de créer une assignation ou de refuser définitivement le volume demandé jusqu'au prochain redémarrage. De plus amples informations peuvent être obtenues à la question 8.6 de cette FAQ. Pour plus d'informations à son sujet, tapez sur un Shell "HELP ASSIGNWEDGE" et appuyez sur la touche "Entrée".

ASYNCWB

C'est une nouvelle commodité multiple pour améliorer le Workbench. Pour plus d'informations à son sujet, tapez sur un Shell "HELP ASYNCWB" et appuyez sur la touche "Entrée".

AUTOPOINT KEEPSTRINGS

La nouvelle option "KEEPSTRINGS" empêche AUTOPOINT de voler automatiquement le focus d'une fenêtre avec un gadget string actif.

BREAK NAME

Peut interrompre un processus CLI nommé. Veuillez noter que cela ne fonctionnera que pour les environnements de ligne de commande tels que le Shell, et non pour des tâches ou processus arbitraires. Ceci est intentionnel. "NAME" gère également les jokers.

CHANGETASKPRI NAME

Peut changer la priorité d'un processus CLI nommé. Veuillez noter que cela ne fonctionnera que pour les environnements de ligne de commande tels que le Shell, et non pour des tâches ou processus arbitraires. Ceci est intentionnel. "NAME" gère également les jokers.

CLICKTOFRONT TOBACK_QUALIFIER

Permet de sélectionner un qualificateur pour renvoyer les fenêtres en arrière-plan (avec un simple clic). La valeur par défaut est "LEFT_ALT". S'il est défini à "NONE", ou à la même valeur que l'option "QUALIFIER" ordinaire, la fonctionnalité "d'envoi en arrière-plan" est désactivée.

CMD DEVICE

L'utilisateur peut maintenant spécifier un nom de périphérique concret.

COPY FORCE

Écrase les cibles protégées.

CPU CHECKINSTALL

Teste la présence d'une bibliothèque de processeurs sur les modèles de processeurs concernés.

CPU CPUTYPE

Affiche uniquement les informations du processeur à des fins de script.

CPU FPUTYPE

Affiche uniquement les informations sur le FPU à des fins de script.

CPU MMUTYPE

Affiche uniquement les informations de la MMU à des fins de script si cela est possible. La bibliothèque mmu.library est nécessaire pour que cela fonctionne.

CPU TO

Commutateur pour rediriger la sortie de la commande CPU.

Il y a beaucoup d'autres commutateurs pour la commande CPU afin de manipuler certains éléments internes du processeur. Vous n'en avez pas besoin, sauf si nous vous le disons. Vraiment. Ils peuvent seulement rendre votre système plus lent, ou moins stable. Et nous ne voulons pas que cela arrive, n'est-ce pas ?

DACONTROL

C'est une nouvelle commande. Elle charge, monte, éjecte ou crée un Amiga Disk File (ADF). Pour plus d'informations à son sujet, tapez dans un Shell "HELP DACONTROL" et appuyez sur la touche "Entrée".

DEFICONS

Il s'agit d'une nouvelle commande qui associe des icônes par défaut aux fichiers qui n'en ont pas. Pour plus d'informations à ce sujet, tapez dans un Shell "HELP DEFICONS" et appuyez sur la touche "Entrée".

DISKDOCTOR

Il s'agit d'une nouvelle commande. Elle diagnostique et récupère les données des volumes FastFileSystem. Pour des informations plus détaillées sur DiskDoctor, veuillez vous reporter à la section 9 de cette FAQ. Pour plus d'informations à son sujet, tapez sur un Shell "HELP DISKDOCTOR" et appuyez sur la touche "Entrée".

EVAL ^

Cette commande interprète maintenant "^" comme "xor binaire". La même chose était disponible auparavant comme "xor".

FIND

C'est un nouvel outil du Workbench qui recherche des fichiers. Pour plus d'informations à son sujet, tapez dans un Shell "HELP FIND" et appuyez sur la touche "Entrée".

FORMAT LONGNAMES

Formate le volume sélectionné avec (DOS/6 ou DOS/7) et permet d'utiliser la nouvelle fonction de nom long du FastFileSystem, qui permet des noms de fichiers comportant jusqu'à 107 caractères.

FORMAT NOLONGNAMES

Formate le volume sélectionné avec (DOS/6 ou DOS/7), mais désactive l'utilisation des noms de fichiers longs, afin de préserver la compatibilité ascendante.

GROUP

Il s'agit d'une nouvelle commande. Elle modifie les droits d'accès d'un fichier ou d'un répertoire. Plus d'informations à ce sujet sont disponibles dans le sous-système d'aide.

HDTOOLBOX LIMIT_4GBYTE

Peut être défini à ON/TRUE ou OFF/FALSE. Recrée artificiellement la limite de taille de 4 Go.

HDTOOLBOX MIN_SECTOR_SIZE

Remplace la taille minimale du secteur. La valeur doit être un multiple de 512 octets, et elle doit être une puissance de deux.

HDTOOLBOX MAX_SECTOR_SIZE

Remplace la taille maximale du secteur. La valeur doit être un multiple de 512 octets, et doit être une puissance de deux.

HDTOOLBOX MASK

Remplace les valeurs par défaut utilisées par les paramètres RDB écrits sur le disque. Ils doivent tous être en notation hexadécimale, comme vous le feriez dans un fichier de montage.

HDTOOLBOX BUFMEMTYPE

Remplace les valeurs par défaut utilisées par les paramètres RDB écrits sur le disque. Ils doivent tous être en notation hexadécimale, comme vous le feriez dans un fichier de montage.

HDTOOLBOX MAXTRANSFER

Remplace les valeurs par défaut utilisées par les paramètres RDB écrits sur le disque. Ils doivent tous être en notation hexadécimale, comme vous le feriez dans un fichier de montage.

HDTOOLBOX SKIP_WRITE_PROTECTED

Peut être défini à YES/ON/TRUE ou NO/OFF/FAUX. Si activé, prétendra que toute mise à jour du fichier de définition du disque a été écrite sur le disque sans problème si le fichier respectif est protégé en écriture, ou si le volume sur lequel il réside/devrait résider n'est pas accessible en écriture.

HELP

Il s'agit d'une nouvelle commande. Elle ouvre le sous-système d'aide intégré qui est fourni avec AmigaOS 3.2. Pour plus d'informations à ce sujet, tapez sur un Shell "HELP HELP" et appuyez sur la touche "Entrée".

HISTORY

Il s'agit d'une nouvelle commande interne qui affiche l'historique de la ligne de commande. Pour plus d'informations à ce sujet, tapez sur un Shell "HELP HISTORY" et appuyez sur la touche "Entrée".

INTELLIFONT NODISKSCAN

Désactive l'analyse automatique initiale du disque.

LIST FLAT

Ne saisit pas les répertoires même si l'argument est un répertoire. De même, si l'argument de la ligne de commande est un lien symbolique, "List" ne tente plus de le saisir comme un répertoire.

LIST SORT

Trie les entrées du répertoire avant de les afficher, en fonction de certains critères.

LIST USERS

Tente de trouver le nom du "propriétaire" d'un fichier.

LIST GROUP

Tente de trouver le nom du groupe du "propriétaire" d'un fichier.

LIST LFORMATQUOTE

Modifie la façon dont la sortie de "LIST" est produite par l'option "LFORMAT" afin qu'elle soit plus adaptée à l'utilisation de fichiers de script.

LOADMONDRVS

Simplifie et accélère l'initialisation du pilote de moniteur.

LOADWB LEGACY

Permet de lancer les anciennes versions de Workbench.

LOADWB SIMPLEGELS

Utilise des formes plus simples pour faire glisser les icônes sur le Workbench.

LOADWB SKIP

Ignore le lancement des programmes dans le tiroir WBStartup.

MAKEDIR ALL

Crée des répertoires de manière récursive.

MAKELINK SOFT

Crée des liens symboliques.

MD5SUM

Il s'agit d'une nouvelle commande. Elle calcule et compare les sommes de contrôle des fichiers. Pour plus d'informations à son sujet, tapez sur un Shell "HELP MD5SUM" et appuyez sur la touche "Entrée".

MOUNT SHUTDOWN

Tente d'arrêter les gestionnaires (sans détruire le noeud de périphérique).

MOUNTER

Il s'agit d'un nouvel outil qui monte les partitions de manière interactive. Pour plus d'informations à son sujet, tapez sur un Shell "HELP MOUNTER" et appuyez sur la touche "Entrée".

MOUNTINFO

Il s'agit d'une nouvelle commande. Elle crée des fichiers de montage pour les systèmes de fichiers. Pour plus d'informations à ce sujet, tapez sur un Shell "HELP MOUNTINFO" et appuyez sur la touche "Entrée".

RÉPÉTITION MULTIVIEW

Indique si l'animation/audio doit tourner en boucle. La valeur par défaut est "ne pas boucler".

MULTIVIEW IMMEDIATE

Indique si la lecture de l'animation/du son doit commencer immédiatement après l'appel de MultiView. La valeur par défaut est "ne pas démarrer immédiatement".

MULTIVIEW PRTUNIT

Configure l'unité printer.device utilisée pour les sorties d'imprimante.

MULTIVIEW WINDOWLEFT

Définit la coordonnée horizontale de la fenêtre de MultiView.

MULTIVIEW WINDOWTOP

Définit la coordonnée verticale de la fenêtre de MultiView.

MULTIVIEW WINDOWWIDTH

Décrit la largeur complète de la fenêtre au lieu des dimensions intérieures (sans bordure).

MULTIVIEW WINDOWHEIGHT

Décrit la hauteur complète de la fenêtre au lieu des dimensions intérieures (sans bordure).

MULTIVIEW AUTORESIZE

Permet à MultiView de redimensionner sa fenêtre lorsque vous ouvrez une nouvelle image.

NUMERICPAD

Il s'agit d'une nouvelle commodité qui réassigne les touches du pavé numérique au clavier. Cela peut être particulièrement utile sur des machines comme l'Amiga 600, qui ne sont pas équipées d'un pavé numérique. Pour plus d'informations à ce sujet, tapez sur un Shell "HELP NUMERICPAD" et appuyez sur la touche "Entrée".

OWNER

Modifie la propriété d'un fichier ou d'un répertoire. Pour plus d'informations à ce sujet, tapez sur un shell "HELP OWNER" et appuyez sur la touche "Entrée".

PROTEGER USER

Modifie uniquement les attributs de protection de l'utilisateur (par défaut).

PROTECT GROUP

Modifie uniquement les attributs de protection du "groupe".

PROTECT OTHER

Ne modifie que les attributs de protection "autres".

PROTECT CLONE

Modifie les attributs de protection "groupe" et/ou "autre" à la même valeur que les attributs de protection "utilisateur".

PROTECT CLEAR

Efface tous les attributs de protection.

PROTECT FILES

Modifie uniquement les attributs de protection des fichiers trouvés.

PROTECT DIRS

Modifie uniquement les attributs de protection des répertoires trouvés.

RAWBINFO

Il s'agit d'une nouvelle commodité qui améliore et remplace les informations sur l'icône du Workbench. Pour plus d'informations à son sujet, tapez sur un Shell "HELP RAWBINFO" et appuyez sur la touche "Entrée".

REBOOT

Redémarre directement votre Amiga. Il n'a pas d'arguments et pas de motif. Contrairement à de nombreux programmes similaires, avant de redémarrer, il s'assure d'attendre la fin de toute opération d'écriture en cours sur le disque afin d'éviter les problèmes de validation du système de fichiers.

REQUESTCHOICE SET

Copie le choix sélectionné dans une variable Shell.

REQUESTFILE SET

Copie le(s) fichier(s) sélectionné(s) dans une variable Shell.

RX SCRIPT=NAME/K

Définit le script à exécuter. Il doit être explicitement donné si le nom du script est entre guillemets ; sinon, RX tente d'interpréter la chaîne incluse comme une série de commandes REXX à exécuter directement.

RX CMD

Demande explicitement l'exécution d'une commande (pas un script). Pour cette option, les règles de citation du Shell (et non les règles de citation REXX) s'appliquent, donc "rx cmd" peut être utilisé également dans les scripts Shell où le Shell (ou execute) applique son mécanisme d'échappement. C'est-à-dire qu'une citation doit être échappée avec un astérisque si l'argument CMD est donné.

RX "..."

Définit une commande ARexx ou un fichier ARexx à exécuter. S'il est entre guillemets doubles, une commande directe est supposée, sinon un fichier. Cette fonction est rétrocompatible avec la version V36 de RX.

En outre, la commande RX peut également être appelée à partir de Workbench et accepte alors les types d'outils supplémentaires suivants :

CONSOLE=<nom du chemin> ou WINDOW=<nom du chemin>

Définit un nom de chemin vers lequel la sortie doit être dirigée. La valeur par défaut est une console.

STARTUP="cmd"

Définit une commande AmigaDOS pour démarrer l'hôte REXX s'il n'est pas en cours d'exécution. C'est par défaut "RexxMast".

RECHERCHE CASE

Recherche sensible à la casse. Notez que ce commutateur est inactif lors de la recherche de fichiers.

SETDATE FROM

Copie la date d'un autre fichier.

SETPATCH NODRIVELEDPATCH

Corrige le bogue de la diode IDE qui se produit avec certains périphériques ATAPI, en particulier le lecteur de CD-ROM de l'A4000T, qui fait que la diode du lecteur reste constamment allumée.

SETPATCH CONTENTS

Liste tous les correctifs contenus dans la version actuelle de SetPatch.

SHOWCONFIG GUI

Affiche l'interface utilisateur lorsqu'elle est appelée depuis le Shell.

SORT DESCENDING

Inverse l'ordre de tri.

SORT SKIPBLANKS

Ignore les blancs (les vides) de tête.

SORT NUMERIC

Trie numériquement, et non lexicographiquement.

TEXTEDIT

Comme son nom l'indique, TextEdit est un nouvel éditeur de texte multi-documents. Pour plus d'informations à son sujet, tapez sur un Shell "HELP TEXETEDIT" et appuyez sur la touche "Entrée".

TYPE AUTO

Examine les 256 premiers caractères du fichier. Si des caractères non imprimables sont trouvés, TYPE affichera le fichier comme si l'option "HEX" avait été spécifiée.

TYPE TEXTONLY

Remplace les caractères non imprimables avant la sortie. Tout caractère non imprimable sera remplacé par ".".

TYPE WIDTH

Contrôle la longueur de chaque ligne en mode HEX.

TYPE BUFFER options

Contrôle la quantité de données lues et sorties à la fois (par défaut 2048).

WAIT FILE

Attend la présence d'un fichier donné.

WBLOAD

Charge les programmes du Workbench à partir de l'interface CLI/Shell. Toutefois, il ne nécessite pas le Workbench. Elle peut donc être utilisée en toute sécurité dans la startup-sequence avant LoadWB et fonctionne de manière synchrone, c'est-à-dire qu'elle ne revient pas avant le retour du programme lancé. Pour plus d'informations à son sujet, tapez sur un Shell "HELP WBLOAD" et appuyez sur la touche "Entrée".

Il y a également quelques fonctionnalités et améliorations cachées, telles que DIR qui peut ajuster sa sortie à la taille de la console, LIST qui affiche les liens matériels et symboliques et COPY qui les copie correctement. De plus, IPREFS ne déclenche plus de multiples rafraîchissements d'écran visuellement ennuyeux. Il se contente d'empiler les changements et de les appliquer en une seule fois. De plus, il affiche maintenant les titres des fenêtres qui empêchent la fermeture de l'écran (avec un maximum de quatre noms de fenêtres, sinon, il inclut le nombre de fenêtres).

8.3 Où sont Lacer, MEmacs, HDBackup, Bru et MagTape ?

Pour de bonnes raisons, nous avons décidé d'éliminer progressivement ces composants archaïques. "Ils appartiennent à un musée", comme le dirait Indy.

8.4 C:AssignWedge est-il ce que je pense ?

Eh bien, nous ne sommes pas des diseurs de bonne aventure, donc nous ne savons pas à quoi vous pensiez. Mais n'en faisons pas tout un plat, n'est-ce pas ? ;-)

AssignWedge est, comme son nom l'indique, une réimplémentation propre du populaire correctif AssignWedge qui étend la requête de volume standard d'AmigaDOS ("Please insert volume...") avec des fonctionnalités supplémentaires qui permettent à l'utilisateur de créer une assignation ou de refuser de façon permanente le volume demandé jusqu'au prochain redémarrage.

Pour le faire fonctionner, nous l'avons déjà placé pour vous dans le dossier WBStartup.

AssignWedge peut être interrompu en envoyant un "Ctrl-C" à son processus.

8.5 Que puis-je faire avec l'outil Mounter ?

Il vous aide à monter rapidement les partitions qui n'ont pas de fichier de montage défini. Ces partitions doivent être conformes à la norme Rigid Disk Block (RDB) pour que Mounter puisse faire son travail.

8.6 Qu'est-ce que DefIcons ? Comment puis-je l'utiliser ?

DefIcons est un programme qui, à partir d'un fichier de configuration, tente de déterminer le type de fichier et lui applique une icône par défaut si ce fichier n'en possède pas déjà une.

DefIcons est lancé automatiquement à chaque chargement du Workbench. À cette fin, une icône est disponible dans le tiroir WBStartup.

DefIcons est livré déjà préconfiguré mais peut être ajusté en utilisant l'éditeur de préférences DefaultIcons situé dans le tiroir Prefs.

Plus d'informations peuvent être obtenues en ouvrant un CLI/Shell et en tapant "HELP DEFICONS".

8.7 Existe-t-il un moyen simple de monter des fichiers ADF Amiga ?

DAControl est une nouvelle commande qui est déjà intégrée dans AmigaOS 3.2. Elle permet de charger des fichiers-images ADF (Amiga Disk File) et de les rendre disponibles au système d'une manière très similaire à celle utilisée pour les disquettes physiques. DAControl fonctionne avec le nouveau trackfile.device pour charger, éjecter, modifier et créer des fichiers ADF.

Plus d'informations peuvent être obtenues en ouvrant un CLI/Shell et en tapant "HELP DACONTROL".

9. DiskDoctor [retour au plan]

9.1 Qu'est-ce que DiskDoctor ?

C'est un programme CLI/Shell situé dans C: qui est conçu pour diagnostiquer et sauver vos données de volume.

9.2 Que peut-il faire pour moi ?

Il diagnostiquera votre système de fichiers Amiga et vous permettra de sauvegarder des fichiers, ce qui le rend pratique si le système de fichiers devient peu fiable. Il n'a aucun problème à gérer des volumes de plus de 4 Go. Mais gardez à l'esprit que les gros volumes nécessitent plus de mémoire pour que DiskDoctor puisse faire son travail.

9.3 Quelles sont les limites de DiskDoctor ?

Actuellement, il peut seulement diagnostiquer et sauver des fichiers, mais il ne peut pas effectuer d'opérations de réparation. Bien que cela puisse changer à l'avenir.

De plus, il ne fonctionne que sur le système de fichiers original Amiga (OFS) et les variantes de FastFileSystem (FFS et DCFFS). Donc les systèmes de fichiers tiers comme le Smart File System (SFS) et le Professional File System (PFS) ne sont pas gérés, et c'est aussi le cas pour la variante DOSType 8 de FFS, non documentée et rarement vue.

9.4 Comment puis-je l'utiliser pour diagnostiquer mon disque ?

Ouvrez simplement un CLI/Shell et tapez "DiskDoctor examine DH0:". Bien sûr, vous pouvez remplacer DH0: par tout autre nom de volume.

9.5 Comment puis-je récupérer des fichiers sur un disque endommagé ?

Si vous vous rendez compte que vos précieuses données sont en danger, et que vous voulez effectuer une sauvegarde, vous pouvez ouvrir un CLI/Shell et taper "DiskDoctor COPY DH0: TO RESCUED:".

Ici "DH0:" est le volume source et "RESCUED:" est le volume de destination sûr sur lequel tous les fichiers seront copiés.

9.6 Il semble que je manque de mémoire lorsque j'utilise DiskDoctor. Mais j'ai 4 Mo de mémoire Fast et une partition de 8 Go.

Le DiskDoctor original avait besoin d'environ 1,5% de la taille du volume comme mémoire de travail. Par exemple, pour "réparer" une partition de disque dur de 20 mégaoctets, il fallait disposer d'au moins 330 kilooctets de mémoire disponible. Cela ne serait pas possible sur l'Amiga 500/1000/2000 original. Imaginez maintenant ce que cela donnerait pour une partition de disque dur de 1 gigaoctet.

Pour le nouveau DiskDoctor, il existe un type spécial de structure de données qui réduit les besoins en mémoire à environ 0,1% de la taille du volume. Cela signifie qu'environ 1 mégaoctet peut être suffisant pour traiter une partition de 1 gigaoctet, et 8 mégaoctets pour une partition de 8 gigaoctets.

Ainsi, avec 4 Mo de mémoire Fast, vous ne pourrez pas travailler avec DiskDoctor sur une partition de 8 Go. Vous avez besoin d'environ 4 Mo de mémoire supplémentaires.

10. ReAction [retour au plan]

10.1 Quelle est l'histoire de ReAction ? Comment est-il arrivé sur AmigaOS ?

ReAction a commencé sa vie sur Amiga en 1996 sous la forme d'une boîte à outils d'interface graphique tierce appelée ClassAct. Il a ensuite été incorporé avec quelques améliorations dans AmigaOS 3.5 et ensuite dans 3.9 où il a été renommé ReAction.

Lorsque le projet AmigaOS sur PowerPC a démarré, il était évident que ReAction devait être la pierre angulaire sur laquelle s'appuyer pour offrir une meilleure expérience d'interface utilisateur. Il a ensuite été affiné et étendu pour fournir toutes sortes de fonctionnalités intéressantes.

Et maintenant, avec AmigaOS 3.2, nous avons décidé de le porter de nouveau à ses origines, en apportant les améliorations qu'il a eues pendant toutes ces années d'absence de la plate-forme Classic 68k.

10.2 Mais attendez une minute... Qu'est-ce que ReAction ?

ReAction est une collection d'éléments d'interface utilisateur graphique regroupés en plusieurs bibliothèques (également appelées classes) en fonction de leur fonctionnalité. C'est la progression naturelle de ce que Commodore a livré en 1992 avec gradientslider.gadget, colorwheel.gadget et tapedeck.gadget.

ReAction gère tout, des simples boutons à une classe de gestion de liste avancée, et comprend un ensemble complet de classes de système d'agencement de fenêtre qui permettent aux programmeurs de créer rapidement et facilement des interfaces sensibles aux caractères et redimensionnables, y compris tout modèle de remplissage de fenêtre basé sur les préférences et chargeable via les datatypes du système.

ReAction est un choix puissant et rapide pour les développeurs de logiciels, et un choix esthétique et pratique pour les utilisateurs.

10.3 Quelles sont ses caractéristiques ?

Puisque les classes ReAction sont BOOPSI, ce qui signifie qu'elles étendent le système de fenêtrage d'AmigaOS d'une manière standard avec un sous-système orienté objet, elles gèrent automatiquement toutes sortes d'excellentes fonctionnalités telles que le redimensionnement des fenêtres, l'aide, la notification et les interconnexions avec d'autres classes BOOPSI (qui ne doivent pas nécessairement être des classes ReAction).

Les classes ReAction sont construites pour la puissance, l'efficacité et la compatibilité.

ReAction est un projet en pleine expansion, qui vous fournit les outils d'interface utilisateur graphique nécessaires à l'utilisation et au développement d'applications.

ReAction v47 compte actuellement 39 classes différentes, et la liste ne cesse de s'allonger !

10.4 Et comment l'installer et l'exécuter ?

Aucune action n'est nécessaire en tant qu'utilisateur d'AmigaOS 3.2. Tout est prêt à fonctionner : ReAction est installé par défaut et attend d'être appelé en action par les programmes qui le gèrent.

Oui, c'est aussi simple que cela !

10.5 Quels programmes connaissez-vous qui utilisent ReAction ?

Eh bien, Aminet en est littéralement rempli, il suffit de bien chercher dans sa base de données en utilisant les termes "ReAction" ou "ClassAct" (sans les guillemets évidemment !).

De plus, la plupart des programmes compatibles avec AmigaOS 3.5 et 3.9 utilisent ReAction.

Et même dans ce cas, il y a beaucoup de programmes tiers disponibles ailleurs qui récoltent les avantages que ReAction apporte.

10.6 Quelle est la différence entre ReAction offert dans AmigaOS 3.5/3.9 et ReAction V47 actuellement disponible ?

Il y a une énorme différence : AmigaOS 3.5/3.9 a atteint sa fin de vie en 2002, et c'est la dernière fois que nous avons vu ReAction sur 68k.

A partir de là, sur la plate-forme AmigaOS PowerPC, il a reçu une tonne de corrections de bogues et une gamme incroyable d'extensions qui en ont fait la puissance qu'il est aujourd'hui. Et tout cela avec une compatibilité descendante.

L'actuelle ReAction V47 que nous avons incluse dans AmigaOS 3.2 est une descendante directe de la version hautement évoluée développée sur la plate-forme AmigaOS PowerPC. Cela facilite et ouvre sérieusement la portabilité entre le projet AmigaOS PowerPC et le projet Classic 68k.

Tout ceci fait de l'actuelle ReAction V47 présente dans AmigaOS 3.2, la plus avancée à ce jour pour la plate-forme Amiga Classic 68k.

Il n'y a donc absolument aucune raison de regarder en arrière.

10.7 Où puis-je obtenir des informations sur le développement de ReAction V47 ?

La version 1 de la trousse de développement natif pour AmigaOS 3.2 (Native Developer Kit) est contenue dans le CD-ROM AmigaOS 3.2 et comprend :
  • Des Autodocs au format texte et AmigaGuide vous expliquant comment utiliser chaque classe.
  • Les includes C dont vous aurez besoin pour écrire des programmes qui utilisent ReAction.
  • Des exemples de programmes en C qui illustrent l'utilisation des différentes classes de ReAction.
10.8 Pourquoi tous les programmes Prefs, outils et utilitaires d'AmigaOS 3.2 n'utilisent-ils pas ReAction ?

Ne sous-estimez pas la quantité de travail qui a été nécessaire pour faire de ReAction une réalité.

Les classes étaient dans le style AmigaOS 4.x, elles ont donc dû être revues, décomposées en une interface 3.x, testées, et quelqu'un a encore dû écrire le matériel de développement, la documentation et les outils pour elles.

Vous voyez le tableau : c'est un long chemin, et nous n'avions que peu de ressources humaines.

Pour AmigaOS 3.2, nous avons donc choisi d'adapter l'interface graphique actuelle de GadTools pour qu'elle soit sensible aux caractères sans aucune extension de la boîte à outils. Cela a l'avantage de pouvoir fonctionner correctement même dans les configurations Amiga les plus modestes, tout en fournissant simultanément la gestion de ReAction pour les programmes qui peuvent en tirer parti.

10.9 Pourquoi mon programme ReAction ne fonctionne-t-il pas sous AmigaOS 3.2 ?

Pour AmigaOS 3.2, nous avons rendu ReAction fonctionnel les Amiga à base de 68000. Ce n'était pas le cas sur AmigaOS 3.5 et 3.9 où ReAction nécessitait au moins un processeur 68020.

Ceci dit, beaucoup de ces programmes ReAction sur AmigaOS 3.5 et 3.9 ont été spécifiquement compilés et optimisés pour les processeurs 68020, donc si votre système possède un processeur 68000, il est fort probable qu'il ne fonctionnera pas lorsqu'un programme exigera la présence d'un 68020.

De plus, vous devez également considérer que le fait d'avoir une interface visuelle plus complexe, avec beaucoup plus de détails, nécessite plus de mémoire que ce que demandait l'interface utilisateur traditionnelle de GadTools, donc si vous utilisez AmigaOS 3.2 avec le strict minimum en mémoire, ne vous attendez pas à des miracles.

Il est également important de comprendre que de nombreuses classes ReAction sont la propriété de tiers, donc si la documentation d'un programme indique qu'une classe spécifique est nécessaire, veuillez vérifier qu'elle est fournie avec AmigaOS 3.2, et si ce n'est pas le cas, vous devriez (très probablement) pouvoir la télécharger sur Aminet.

10.10 Quelles classes ReAction sont incluses dans la version 3.2 ?

arexx.class, requester.class, window.class, button.gadget, checkbox.gadget, chooser.gadget, clicktab.gadget, colorwheel.gadget, datebrowser.gadget, fuelgauge.gadget, getcolor.gadget, getfile.gadget, getfont.gadget, getscreenmode.gadget, gradientslider.gadget, integer.gadget, layout.gadget, listbrowser.gadget, listview.gadget, palette.gadget, radiobutton.gadget, scroller.gadget, sketchboard.gadget, slider.gadget, space.gadget, speedbar.gadget, string.gadget, tabs.gadget, tapedeck.gadget, texteditor.gadget et virtual.gadget.

bevel.image, bitmap.image, boingball.image, drawlist.image, glyph.image, label.image, led.image et penmap.image.

10.11 Pourquoi avoir choisi ReAction et non MUI ou une autre boîte à outils tierce pour l'intégrer à AmigaOS 3.2 ?

La décision a été prise il y a plus de vingt ans, et nous avons maintenant un héritage de systèmes d'exploitation Amiga qui ont utilisé ReAction, en commençant par AmigaOS 3.5, suivi par AmigaOS 3.9 et puis AmigaOS 4.0 et tous ses successeurs (sur la plate-forme PowerPC).

ReAction a été choisi en raison de plusieurs facteurs. Tout d'abord, il suit de près la conception de BOOPSI qui a été implémenté à l'origine sous AmigaOS 3.0 par Commodore. C'était en 1992.

Deuxièmement, ReAction est plus adapté aux systèmes avec une faible quantité de mémoire.

Troisièmement, ReAction est facilement extensible, d'une manière beaucoup plus conforme à AmigaOS que les autres logiciels. Ainsi, les extensions futures sont beaucoup plus faciles à réaliser sans avoir à le retravailler en profondeur en raison de la nature de sa conception modulaire.

Compte tenu de ce qui précède, cela n'avait absolument aucun sens de prendre une autre route.

11. AmigaOS 3.2 et AmigaOS 3.9 [retour au plan]

11.1 Puis-je mélanger des composants d'AmigaOS 3.9 avec AmigaOS 3.2 ?

Généralement, oui. Il y a cependant quelques réserves à faire.

Vous devez vous assurer que vous utilisez le "prefs.catalog" d'AmigaOS 3.9 au lieu de celui qui est fourni avec AmigaOS 3.2. Mais gardez à l'esprit - et cela vaut pour tous les programmes sous AmigaOS - que les catalogues 3.9 sont quelque peu incompatibles avec les versions 3.1 et 3.2. Le mélange des composants nécessite une attention particulière lors de l'utilisation de langues autres que l'anglais, ou vous vous retrouverez avec des traductions trompeuses.

Les fichiers de montage d'AmigaOS 3.9 seront écrasés par leurs homologues d'AmigaOS 3.2, donc certains d'entre eux devront être réajustés pour répondre à vos besoins. C'est clairement le cas pour CD0: (le périphérique CD-ROM), car AmigaOS 3.2 possède son propre système de fichiers pour CD-ROM, qui d'ailleurs, ne fonctionnera pas avec le précédent programme CD Prefs 3.9 appelé CacheCDFS.

Attention, si vous avez personnalisé les datatypes de certains programmes sur AmigaOS 3.9, lors de l'installation, AmigaOS 3.2 les écrasera avec ses nouveaux paramètres par défaut.

11.2 J'utilise l'interface graphique ReAction d'AmigaOS 3.9 pour les préférences, mais l'interface graphique contient des chaînes illisibles.

Malheureusement, AmigaOS 3.9 n'a pas simplement étendu les catalogues d'AmigaOS 3.1, mais a plutôt rempli le catalogue d'une manière incompatible. Si vous voulez continuer à utiliser AmigaOS 3.9, assurez-vous que le fichier suivant provient d'une installation OS 3.9 : LOCALE:Catalogues/<votre_langue>/sys/prefs.catalog.

Copiez le catalogue AmigaOS 3.9 par-dessus le catalogue AmigaOS 3.2 pour récupérer une interface graphique AmigaOS 3.9 fonctionnelle.

AmigaOS 3.2 essaie d'être compatible avec AmigaOS 3.1, 3.1.4 et 3.1.4.1 et a donc étendu ses catalogues de manière rétrocompatible. AmigaOS 3.9 a malheureusement choisi une autre voie et a sélectionné des ID incompatibles pour sa traduction. Nous sommes donc désolés, mais nous ne pouvons pas réparer ce problème.

11.3 Les préférences d'IControl d'AmigaOS 3.9 comportaient un paramètre permettant de rendre les gadgets des fenêtres en format 1:1. Où est-il ?

Nous avons décidé d'implémenter un système beaucoup plus configurable. Si vous allez dans IControl, vous trouverez un gadget "Paramètres d'apparence..." qui vous permet de configurer les paramètres de rapport d'aspect pour rendre les bordures de fenêtre et d'écran plus agréables avec des formes presque ou exactement carrées sur n'importe quel périphérique d'affichage et résolution.

Pour cela, le rapport d'aspect des bordures de fenêtre et d'écran peut être réglé sur "Legacy Look" (ancienne apparence) qui donne aux bordures horizontales une épaisseur de 2 pixels, "18x14 (9:7)" qui leur donne une épaisseur de 3 pixels (comme sous AmigaOS 3.9 avec le rapport d'aspect 1:1 activé), "18x16 (9:8)", "18x18 (1:1)", qui leur donne une épaisseur de 4 pixels comme les bordures verticales. Vous pouvez également définir un "aspect proportionnel carré" en tant que pourcentage de la barre de titre.

En outre, une nouvelle option vous permet d'augmenter la taille (en pixels) des barres de titre des écrans et des fenêtres afin d'obtenir l'apparence souhaitée.

Il existe également une liste d'exceptions permettant d'exclure les programmes et les écrans qui présentent des difficultés lorsque leur rapport d'aspect est modifié. Pour trouver le nom correct d'un écran pour cette liste d'exclusion, vous pouvez utiliser des utilitaires disponibles publiquement tels que Scout, XOpa, etc. (la plupart d'entre eux sont disponibles sur Aminet).

11.4 L'image d'arrière-plan de mon Workbench utilise maintenant le tramage, même si j'utilise un mode d'écran True Color. Quel est le problème ?

La syntaxe des paramètres de picture.datatype a changé, et si vous aviez des paramètres personnalisés, le nouveau type de données d'image les interprétera probablement de manière erronée pour activer le tramage dans de nombreuses applications. Le remède le plus simple est de supprimer simplement les anciens paramètres du picture.datatype - voir le point suivant.

11.5 Comment puis-je définir/modifier les paramètres du picture.datatypes ?

AmigaOS 3.9 était livré avec SYS:Prefs/PictDT. Avec lui, vous pouviez définir explicitement quelle application gère le mode V43 des datatypes. Ce mode offre la gestion des écrans avec plus de 256 couleurs. En outre, vous pouvez spécifier si les images doivent être tramées sur les écrans High Color (65 536 couleurs) ou non. La désactivation du tramage baisse la qualité de l'image sur ces écrans, mais améliore considérablement la vitesse du datatype.

Dans AmigaOS 3.2, la variable ENVARC:classes/datatypes/picture/ForceV43 contient une liste de tous les programmes qui devraient être forcés au mode v43. En particulier, cette liste doit contenir la chaîne de caractères :

<< IPrefs >>
<< ConClip >>

Incluez les doubles crochets d'angle pour éviter le tramage sur Workbench.

Si vous laissez la variable d'environnement vide, cela signifie qu'il existe une liste de programmes à promouvoir, et que cette liste est vide.

En revanche, si la variable d'environnement n'existe pas, les composants connus du système d'exploitation qui fonctionnent bien reçoivent des images en True Color. Le plus simple est donc de supprimer ENVARC:classes/datatypes/picture/ForceV43.

Le tramage du picture.datatype peut être activé ou désactivé par la variable d'environnement "Classes/DataTypes/picture/DitherHiColour" qui peut contenir une valeur 0 ou 1 (0 = désactivé et 1 = activé).

N'oubliez pas que chaque fois que vous modifiez un paramètre, un redémarrage est nécessaire pour que les changements soient appliqués.

11.6 Comment faire le symbole de l'euro ?

Seules les polices Helvetica de tailles 13 et 15 contiennent le signe euro. Le symbole euro et les autres caractères non-latins seront correctement traités dans une prochaine mise à jour.

11.7 Pourquoi ne pas avoir basé votre travail sur AmigaOS 3.9 et avoir plutôt utilisé AmigaOS 3.1.4.1 comme base ?

Dans la plupart des cas, la version 3.1.4.1 est un système d'exploitation plus solide, robuste et perfectionné que la version 3.9 ne l'a jamais été. Ne vous laissez pas tromper par l'aspect visuel et concentrez-vous sur ses aspects techniques pour juger.

Cependant, nous aurions aimé intégrer certaines des applications tierces d'AmigaOS 3.9. Malheureusement, nous n'avons pas les sources pour les reconstruire, ni les droits suffisants pour redistribuer les parties sous licence de nombreux travaux d'AmigaOS 3.9.

Beaucoup de composants que vous obtenez avec AmigaOS 3.2 sont nouveaux, quelques-uns sont des réimplémentations de composants d'AmigaOS 3.9, la plupart sont plus récemment mis à jour que ceux d'AmigaOS 3.9, et même quelques-uns sont des portages issus du projet AmigaOS PowerPC (AmigaOS 4.x).

11.8 Comment puis-je charger les icônes dans la mémoire Fast ? Il n'y a pas de programme ou de paramètre de préférence pour cela.

Parce que ce n'est pas nécessaire. En fait, n'utilisez plus le programme WBCtrl. Le Workbench est suffisamment intelligent pour détecter les cas où il peut mettre des icônes dans la mémoire Fast, et il le fera automatiquement dès qu'il le pourra.

12. Modules ROM [retour au plan]

12.1 Puis-je utiliser les modules de la disquette Modules pour construire ma propre ROM Kickstart personnalisée ?

À l'heure actuelle, nous ne sommes en mesure de gérer qu'un nombre limité de ROM Kickstart (uniquement celles qui sont annoncées), et ce en raison du nombre illimité de combinaisons auxquelles les ROM personnalisées peuvent conduire. Alors bien sûr, allez-y, mais ne nous demandez pas d'assistance si vous prenez cette voie.

12.2 Mais pourquoi LoadModule ne charge-t-il pas les modules dans la mémoire Fast en premier lieu ?

Parce que la mémoire Fast disponible peut ne pas être résidente à la réinitialisation ; c'est-à-dire que les modules disparaîtraient après une réinitialisation. LoadModule ne peut utiliser que ce qui est disponible dans le système. Ce que MuProtectModules fait, c'est créer un miroir de cette mémoire via la MMU, mais ce miroir disparaît après une réinitialisation, contrairement à l'image originale du module.

Vous pouvez également essayer d'utiliser la commande LoadModule avec le commutateur NOMEMFKICK. Mais attention, cela ne fonctionne que sur certains systèmes.

12.3 J'ai un message "Please insert a volume containing workbench.library..." pendant le démarrage. Que se passe-t-il ?

Vous avez installé AmigaOS 3.2 manuellement, n'est-ce pas ? Faites simplement ce qui est demandé. Le disque Install3.2 contient la bibliothèque demandée, il suffit donc de copier cette bibliothèque dans Libs:. Et pour la prochaine fois, veuillez utiliser le programme d'installation. Ou au moins, copiez à la fois workbench.library et icon.library de la disquette Install3.2 vers Libs:, comme suit :

copy df0:libs/workbench.library to Libs: clone
copy df0:libs/icon.library to Libs: clone

12.4 Pourquoi workbench.library et icon.library ne sont plus en ROM ?

Ces bibliothèques sont maintenant beaucoup plus grandes qu'avant, et elles ne tiennent tout simplement pas dans la puce physique de la ROM. Nous avons donc dû trouver un autre endroit. La gentille requête de fichiers que vous voyez est la ROM qui cherche ses sources manquantes.

Tous les modèles d'Amiga ne gèrent pas les ROM plus grandes, et même ceux qui le font peuvent ne pas identifier une puce ROM physique plus grande. Au moment où nous écrivons ces lignes, nous n'avons pas été capables de trouver une meilleure solution, et jusqu'à ce qu'on en trouve une, c'est trop risqué.

12.5 J'ai installé tous les fichiers aux bons endroits, mais le système d'exploitation ne semble pas les prendre en compte. Au lieu de cela, je me retrouve avec le Workbench d'AmigaOS 3.1. Quel est le problème ?

Vous avez effectué une installation manuelle, n'est-ce pas ? Dans ce cas, il y a de fortes chances que les autorisations de fichiers soient incorrectes. Il est important que les fichiers contenant les composants de la ROM de remplacement aient leur attribut "p" activé, ce qui signifie "pure".

Vous pouvez maintenant faire ce qui suit : copiez à nouveau tous les fichiers de la disquette Modules (spécifique à votre modèle d'Amiga), en vous assurant que l'attribut "p" est activé cette fois, par exemple en utilisant "copy ... TO ... CLONE" au lieu de seulement "COPY".

12.6 Certaines autorisations de fichiers sur mon installation semblent vraiment étranges. Est-ce normal ?

Vous voulez dire, comme dans "p-r---" ?

Oui, c'est normal, et intentionnel pour certains remplacements de modules ROM. "p" signifie "pure" et est nécessaire pour LoadModule car sinon il ne détecte pas le fichier. "r" signifie que le fichier est lisible, car LoadModule doit le lire.

Les fichiers ne sont intentionnellement pas inscriptibles, exécutables ou effaçable car la suppression ou la modification de ces fichiers pourrait endommager votre installation.

12.7 Quels modules ROM doivent maintenant avoir l'attribut "p" activé ?

Avec AmigaOS 3.2, les choses ont un peu changé par rapport aux versions précédentes, en raison de l'inclusion du nouveau module System-startup. Voici une liste des modules qui nécessitent que l'attribut "p" soit activé :

Devs
 trackdisk.device
 timer.device
 ramdrive.device
 keyboard.device
 input.device
 gameport.device

Devs/A???? (le "????" dépend du numéro du modèle d'Amiga utilisé)
 scsi.device

L
 System-startup
 FastFileSystem

Libs
 workbench.library
 utility.library
 layers.library
 icon.library
 graphics.library
 dos.library

Libs/A???? (le "????" dépend du numéro du modèle d'Amiga utilisé)
 exec.library

Libs/Modules
 syscheck
 bootmenu

Libs/Resources
 FileSystem.resource
 card.resource (seulement disponible sur les A600 et A1200)
 battclock.resource

12.8 Existe-t-il des modules ROM entièrement nouveaux dont je devrais avoir connaissance ?

Oui, nous avons maintenant deux nouveaux modules ROM. L'un d'entre eux s'appelle "System-startup". Son rôle est de faciliter les mises à jour de ROM et de soulager LoadModule d'une partie de son travail. System-startup tente de charger les composants du système depuis le disque dur, en remplaçant les composants de la ROM. En particulier, si le disque dur contient l'un des modules suivants, il les chargera, et les utilisera pour remplacer le contenu de la ROM :
  • L:Con-Handler
  • L:Ram-Handler
  • L:Shell-Seg
  • L:Syslog
  • Devs:console.device
  • Devs:audio.device
  • Libs:mathieeesingbas.library
  • Libs:mathffp.library
  • Libs:gadtools.library
  • Libs:intuition.library (si elle n'est pas déjà ouverte)
Ainsi, avec System-startup, il n'est plus nécessaire de tous les charger et il a l'avantage de ne pas nécessiter un redémarrage pour accomplir sa tâche (contrairement à LoadModule).

De plus, si le Rigid Disk Block de votre disque dur stocke une version du FastFileSystem égale ou plus récente que 46.18, alors les lecteurs de disquette "df0:" reçoivent également le nouveau système de fichiers et ne restent pas avec le système de fichiers de la ROM.

Si Con-Handler, Shell-Seg ou Ram-Handler sont absents de la ROM, et également absents du disque dur, alors System-startup affichera le même message "Please insert any volume containing XXXXX in any drive" à l'écran, le même type de requête que vous connaissez déjà en recherchant Workbench ou icon.library (qui ne sont plus en ROM).

Le menu de démarrage, en particulier la page "Boot Options..." a été étendu, et la nouvelle case à cocher "Update ROM modules" permet aux utilisateurs de désactiver le mécanisme de mise à jour de la ROM du System-startup si elle n'est pas cochée.

System-startup inclut une fonction pour éviter les mises à jour. Pour cela, il suffit de placer un fichier factice sur le volume de démarrage du nom du composant que vous ne voulez pas voir mis à jour. System-startup arrêtera alors de sonder les autres volumes pour le composant manquant.

L'autre nouveau module ROM est "Syslog", dont le but est de capturer la sortie qui passerait normalement par le port série et de la rediriger vers "RAM:Syslog". Syslog est activé dans le menu de démarrage (une nouvelle coche), et il activera également la journalisation du Shell.

Dans le cas où vous utilisez "System-startup", Syslog peut aller vers "L:Syslog", il n'y a pas besoin de LoadModule, System-startup le prendra à partir de L: car c'est un composant qui peut être mis à jour depuis le disque dur.

12.9 Je reçois de nouvelles alertes que je n'ai jamais vues auparavant. Que se passe-t-il ?

Il y a deux nouvelles alertes qui peuvent être générées :
  • 8700000f : "I forgot to update dos.library" (j'ai oublié de mettre à jour dos.library) ou "failed update Shell" (échec de la mise à jour du Shell). Cette alerte est générée si le Shell et dos.library sont incompatibles entre eux.
  • 04000012 : "Someone called the obsolete copy of intuition" (quelqu'un a appelé la copie obsolète d'intuition). Cette alerte est générée si Intuition a été mis à jour, mais qu'un programme détient toujours un pointeur vers l'ancienne version d'Intuition et l'a appelé à la place.
12.10 Quels fichiers du répertoire ROM dois-je utiliser pour mon Amiga ?

Les fichiers du répertoire ROM de la distribution AmigaOS 3.2 ont deux types d'extensions :
  • Les fichiers qui ont l'extension ".bin" sont des fichiers dont le seul objectif est d'être gravés dans des ROM physiques, y être insérées et remplacer celles que vous pourriez avoir dans la carte mère de votre Amiga.
  • Les fichiers qui ont l'extension ".rom" sont des images Kickstart non échangées et jointes qui devraient la plupart du temps être utilisées uniquement à des fins logicielles comme pour l'utilisation d'un Kickstart logiciel, le relogement de ROM, etc.
Ainsi, par exemple, pour un ordinateur Amiga 3000, les deux ROM nécessaires doivent être gravées en utilisant les fichiers "kicka3000.bin" et "kicka3000hi.bin".

Notez que les ROM Kickstart sont spécifiques à chaque modèle, donc les ROM ne peuvent pas toujours être échangées sans risque entre les modèles. Elles ont été nommées en conséquence afin d'éviter toute confusion.

LE REMPLACEMENT D'UNE ROM NE DOIT ÊTRE EFFECTUÉ QUE PAR DES PERSONNES AYANT UNE EXPÉRIENCE ET UNE EXPERTISE SUFFISANTES, CAR CELA PEUT ENDOMMAGER LA CARTE MÈRE OU LES PUCES DE LA ROM. VOUS AUREZ ÉGALEMENT BESOIN D'UN TAPIS ANTISTATIQUE OU D'UNE PROTECTION ÉQUIVALENTE.

PROCÉDEZ À VOS PROPRES RISQUES !

HYPERION DÉCLINE SPÉCIFIQUEMENT TOUTE RESPONSABILITÉ POUR TOUT DOMMAGE DIRECT, INDIRECT OU CONSÉCUTIF TEL QUE, SANS LIMITATION, LA PERTE DE DONNÉES, LE MATÉRIEL ENDOMMAGÉ OU LES PUCES ROM ENDOMMAGÉES.

12.11 Puis-je utiliser la nouvelle ROM Kickstart v47 pour démarrer les anciennes versions d'AmigaOS ?

Pour assurer la compatibilité de ces nouvelles ROM Kickstart avec les anciens systèmes d'exploitation, vous devez vous assurer que la partition du disque dur de l'ancien système d'exploitation contient également les fichiers workbench.library et icon.library qui peuvent être facilement trouvés dans le fichier-image Install3.2.adf. Elles se trouvent toutes deux dans le répertoire "Libs" et doivent être copiées dans le répertoire du même nom sur le volume du disque dur amorçable de cette ancienne version d'AmigaOS.

Veuillez noter que nous ne pouvons pas offrir d'assistance supplémentaire pour cette action et qu'une telle opération ne peut être effectuée qu'à vos propres risques.

12.12 J'ai des problèmes pour flasher des modules ROM dans ma carte Deneb.

La dernière version du programme Luciferin qui permet de flasher des modules ROM dans le contrôleur USB Deneb semble être un peu boguée. Le programme se bloque lors de l'ajout de gadtools.library à la liste des modules.

La solution de contournement est de tout supprimer de la flashROM, puis d'ajouter manuellement la nouvelle ROM pour le modèle d'Amiga correspondant. Luciferin offre un module ROM appelé AlgorKick, ajoutez-le aussi. Ensuite, flashez et profitez-en.

13. Divers [retour au plan]

13.1 Quels sont les problèmes liés aux cartes PCMCIA ?

La puce Gayle reloge la fenêtre mémoire PCMCIA de 4 Mo à l'adresse $600000. C'est également le bloc supérieur de 4 Mo de l'espace mémoire Zorro II. Certaines cartes accélératrices simples pour A1200 relogent leur mémoire d'extension dans l'espace Zorro II pour offrir plus que 4 Mo de mémoire supplémentaire, ce qui provoque un conflit d'adresses lorsque l'utilisateur insère une carte PCMCIA.

La désactivation de l'interface de la carte PCMCIA en cas de conflit est le seul moyen sûr d'éviter le chevauchement de mémoire, car la puce Gayle décode les accès PCMCIA dès qu'une carte est insérée.

De plus, en raison d'un défaut de conception matérielle qui affecte spécifiquement l'Amiga 1200, si vous insérez une carte réseau PCMCIA, puis démarrez la machine, il y a une chance qu'elle ne soit pas détectée. Il y a actuellement deux façons de surmonter ce problème :
  • D'une part, vous pouvez essayer d'obtenir un correctif de réinitialisation matérielle PCMCIA que certains revendeurs proposent.
  • D'autre part, vous pouvez télécharger CardReset.lha d'Aminet et l'ajouter à votre startup-sequence, juste après la ligne "SetPatch".
13.2 Puis-je revoir le guru ?

Le Guru vient d'une époque où l'Amiga n'était pas une plate-forme robuste et sujette aux plantages. Le Guru était le résultat d'une situation inconfortable qui a apporté de la frustration à de nombreux utilisateurs. Nous ne pensons pas qu'il reflète l'état actuel d'AmigaOS.

Donc pour le moment, nous avons décidé de ne pas le réimplémenter. Cependant, le sujet n'est pas clos, il pourrait être reconsidéré à l'avenir.

13.3 J'ai maintenant 28 ko de mémoire en moins ; où est passée cette mémoire ?

Elle est réservée. En fait, les 32 ko inférieurs sont maintenant réservés aux émulateurs Mac. L'avantage de ceci est que vous n'avez plus besoin de MuMove4K ou de PrepareEmul. Il suffit de lancer les émulations Mac directement.

Si vous avez vraiment besoin de récupérer les 28 ko, téléchargez l'archive suivante depuis Aminet : aminet.net/util/boot/MoveLow.lha.

Il s'agit d'un programme qui, par une seconde réinitialisation, fournira la mémoire manquante. C'est une sorte de "MuMove4K à l'envers".

Mais, sérieusement, qu'est-ce que 28 ko ?

13.4 Où puis-je trouver la fonction env-handler/happy-env dont j'ai entendu parler ? Comment puis-je l'utiliser ?

Le disque RAM gère maintenant les "liens matériels externes". Vous pouvez créer, pour RAM: uniquement, des liens matériels vers des fichiers et des répertoires *externes* à RAM:. Un exemple pratique :

MakeLink RAM:ENV to ENVARC: FORCE

Ceci crée un lien matériel de "RAM:ENV" à l'assignation ENVARC:, qui vit se trouve dehors de RAM:. Clairement, une contradiction dans les termes, mais attendez...

Chaque fois que vous accédez à un fichier dans ce répertoire "lié matériellement", RAM: récupère automatiquement ce fichier depuis la ressource externe.

Donc, ce que la ligne ci-dessus fait, c'est qu'elle effectue une "copie à la demande" de ENVARC: à ENV:.

Et c'est exactement le but recherché : intégrer les fonctionnalités de gestion d'ENV dans RAM, et éviter la copie inutile de fichiers dans RAM: dans le script de la startup-sequence.

Nous avons déjà incorporé les changements nécessaires dans la startup-sequence pour qu'elle fonctionne directement. Cette fonctionnalité permet d'économiser une quantité discrète de mémoire et d'accélérer un tout petit peu le démarrage du système.

13.5 WBPattern offre une option pour interpoler une image de fond. Que signifie "interpolé" dans ce contexte ?

Le programme de préférences WBPattern a reçu quelques mises à jour. Si une image est sélectionnée comme arrière-plan, fenêtre ou écran, il offre des options de mise en page pour la mettre à l'échelle, la mosaïquer, l'interpoler et la centrer.

Dans le domaine de l'imagerie numérique, l'interpolation est le processus qui consiste à augmenter artificiellement la quantité de pixels, de sorte que lorsque vous zoomez sur une image, vous voyez plus de détails. L'interpolation fonctionne en utilisant des données connues pour estimer des valeurs à des points inconnus.

Cette option est donc très utile lorsque l'arrière-plan de l'image choisie a une résolution inférieure à celle que vous avez choisi d'utiliser pour votre écran Workbench.

13.6 Est-il possible d'utiliser plusieurs périphériques d'entrée simultanément ?

Êtes-vous une pieuvre ? Non, sérieusement, nous avons apporté quelques modifications à input.device afin qu'il puisse désormais gérer les événements d'entrée multiples de manière appropriée, ce qui signifie une meilleure gestion des solutions USB. Il interprète maintenant les événements du clavier et de la souris et crée des événements synthétiques du clavier (répétition automatique) si nécessaire.

Cela devient nécessaire pour les logiciels qui projettent des événements, comme la pile USB Poseidon. À cette fin, il existe une mise à jour de "hid.class" pour la pile Poseidon qui doit être obtenue auprès d'Individual Computers à l'adresse icomp.de.

13.7 Où puis-je trouver des programmes sensibles aux polices de caractères ?

Vous pouvez trouver des interfaces graphiques GadTools évolutives (sensibles aux polices) dans tous les programmes Prefs, ainsi que dans les outils Format et DiskCopy situés dans le tiroir System. En outre, vous constaterez que les outils tels que IconEdit, PrepCard et Calculator disposent également de cette même fonctionnalité. Et enfin, nous avons également ajouté l'utilitaire Clock au lot.

Ils s'adaptent tous correctement aux différentes tailles de police, de sorte que vous n'êtes plus obligé de fixer leur police Topaz codée en dur.

13.8 Comment puis-je personnaliser le texte de l'écran de la barre de titre du Workbench ?

Vous pouvez désormais personnaliser le texte de l'écran de la barre de titre du Workbench en tapant le texte que vous voulez dans le gadget texte fourni dans l'éditeur des préférences du Workbench. La seule restriction est le nombre de caractères qui peuvent tenir sur une seule ligne en haut du Workbench, et cela dépend de la résolution de votre écran.

Vous pouvez également inclure des variables système dans le texte.

Le dernier champ affiché dans cette section de l'éditeur de préférences du Workbench est le "délai de mise à jour", qui permet de contrôler la durée d'affichage du message par défaut avant que le message personnalisé ne le remplace, chaque fois que vous démarrez le système.

13.9 Comment puis-je modifier le texte "Release 3.2" qui apparaît à la fois sur la barre de titre de mon Workbench et sur la fenêtre "About" (A Propos) ?

Pour personnaliser cette chaîne, il suffit de modifier dans un éditeur de texte le fichier SYS:Prefs/Env-Archive/Versions/Release.

13.10 Certains fichiers/tiroirs sont affichés dans le Workbench avec un nom souligné. Pourquoi cela se produit-il ?

Ne vous inquiétez pas, il n'y a aucun problème. LE Workbench vérifie si un objet ajouté est un lien (plutôt qu'un fichier ou un tiroir), et l'affiche avec un nom souligné si c'est le cas.

C'est un moyen plus rapide de permettre aux utilisateurs de distinguer visuellement un lien d'un fichier ou d'un tiroir ordinaire.

13.11 Comment puis-je obtenir une apparence Kickstart/Workbench 1.x ?

PalettePrefs dispose de quelques présélections de couleurs qui peuvent vous aider à obtenir une apparence spécifique sans trop d'effort. Ils sont disponibles en accédant au menu déroulant "Edit" et en sélectionnant les sous-menus "Classic Presets" ou "NewLook Presets".

Pour obtenir une apparence Kickstart/Workbench 1.x, allez dans le sous-menu "NewLook Presets" mentionné ci-dessus et sélectionnez "Kick 1.x style". N'oubliez pas de sauvegarder vos paramètres pour une utilisation permanente.

14. Les Amiga CDTV, CDTV-II (CDTV-CR), A570 et CD32 [retour au plan]

14.1 Que signifie cette "gestion expérimentale de l'Amiga CDTV et de l'Amiga CD32" ?

Au lieu de ne rien faire sur ces matériels Amiga souvent marginalisés qui aurait pu aider certains de leurs utilisateurs à profiter des avantages d'AmigaOS 3.2, nous avons décidé qu'il était dans leur intérêt de diffuser une version d'AmigaOS les prenant en charge, avec un gros avertissement et une clause de non-responsabilité claire : "CE QUE VOUS FAITES CONCERNANT LES MACHINES AMIGA CD32 ET CDTV EST À VOS PROPRES RISQUES. AUCUNE ASSISTANCE NE SERA FOURNIE."

Par "expérimentale", nous entendons donc que l'installation et l'utilisation d'AmigaOS 3.2 peuvent ou non fonctionner sur ces machines, mais qu'elles nécessitent également un effort et des compétences supplémentaires de votre part. Ce n'est pas un processus simple, et vous trouverez probablement des problèmes en cours de route pour lesquels nous ne pouvons pas offrir d'assistance.

14.2 Que sont le CDTV, le CDTV-II (CDTV-CR) et l'A570 ?

Le CDTV est essentiellement un ordinateur Commodore Amiga 500 avec un lecteur de CD-ROM et une télécommande, présenté dans un boîtier de style magnétoscope comme un système de divertissement multimédia domestique. Avec des périphériques optionnels, il peut fonctionner comme un Amiga normal.

Le CDTV-II, également connu sous le nom de CDTV-CR, est un CDTV amélioré et moins cher. Il n'a jamais été commercialisé, mais de nombreux prototypes ont été vendus après la liquidation de Commodore. Bien qu'il partage la plupart des fonctionnalités du CDTV standard, son matériel présente quelques différences.

L'Amiga A570 est un lecteur de CD-ROM externe simple vitesse pour l'Amiga 500. Il a été conçu pour être compatible avec la logithèque Commodore CDTV et pour être capable de lire les CD-ROM ordinaires.

Le CD-ROM AmigaOS 3.2 peut démarrer un environnement de préinstallation AmigaOS 3.2 sur le CDTV, CDTV-II (CDTV-CR) et A570, à condition que le Kickstart 3.1 ou plus récent soit correctement installé.

14.3 Comment puis-je différencier un CDTV d'un CDTV-II (CDTV-CR) ?

Il existe plusieurs façons de distinguer un CDTV d'un CDTV-II (CDTV-CR). Vous pouvez le faire rapidement en effectuant une simple inspection visuelle.
  • CDTV : Boîtier avant : pas de lecteur de disquette 3,5" ; boîtier arrière : connecteur série D-sub.
  • CDTV-II (CDTV-CR) : boîtier avant : lecteur de disquette 3,5" intégré ; boîtier arrière : connecteur série mini-DIN rond Connecteur série mini-din rond.
14.4 Quels types de ROM ces machines à CD-ROM utilisent-elles ?

Le CDTV utilise une ROM Kickstart standard d'A500 dans l'emplacement U13. Il est également livré avec une paire de ROM supplémentaires dans les emplacements U34 et U35 contenant du code spécifique au CDTV (ces ROM sont appelées "CDTV Extended ROM").

Pour pouvoir utiliser une version d'AmigaOS égale ou supérieure à 3.1, vous devrez également vous assurer que vous avez un jeu de ROM CDTV Extended version 2.7 ou 2.30. Des versions supérieures à 3.0 peuvent aussi fonctionner, mais seulement sur des prototypes sélectionnés (soyez donc extrêmement prudent car ils reposent sur du matériel qui n'existe pas sur le CDTV commercialisée). Dans tous les cas, nous avons inclus la nouvelle CDTV Extended ROM 47.1 dans le CD-ROM d'AmigaOS 3.2, qui devrait fonctionner parfaitement sur votre CDTV standard.

Vous pouvez vérifier la version de votre CDTV Extended ROM en démarrant votre CDTV sans disque pour lui permettre d'afficher l'animation de démarrage avec le logo CDTV. Dans cette image de démarrage, il y a une minuscule police de caractères dans la partie inférieure gauche de l'écran, où sont affichés des rochers/montagnes, vous pourrez lire le numéro de version du CDTV Extended ROM.

Le lecteur de CD-ROM externe A570 pour l'Amiga 500 est déjà livré avec une mise à jour correcte du CDTV Extended ROM. Bien sûr, l'Amiga 500 connecté possède une ROM Kickstart traditionnelle dans l'emplacement U13 qui doit être considérée séparément.

Le CDTV-II utilise une ROM Kickstart standard d'A500 dans l'emplacement U101 qui peut être facilement mise à jour. D'un autre côté, il n'est pas du tout conseillé de changer la ROM étendue du CDTV-II.

Sur la console de jeu Amiga CD32, son unique ROM Kickstart doit être insérée dans l'emplacement nommé U6A.

14.5 Quelles sont les versions connues des CDTV Extended ROM ?
  • 2.9 bêta : à éviter comme la peste.
  • 0.1 Gamma : ne fonctionne pas avec les ROM Kickstart v2 ou plus, donc à éviter.
  • 1.0 : ne fonctionne pas avec les ROM Kickstart v2 ou plus, donc à éviter.
  • 2.0 : ne fonctionne pas avec les ROM Kickstart v3 ou plus, donc à éviter.
  • 2.7 : fonctionne pour la mise à jour de la ROM Kickstart.
  • 2.30 : version officielle de Commodore pour le A570. Cette version est utilisable sur le CDTV aussi, mais n'est pas recommandée pour lui car elle génère quelques conflits de mémoire. Fonctionne pour la mise à jour de la ROM Kickstart.
  • 3. ?? : utilisé uniquement dans le CDTV-II aussi connu sous le nom de CDTV-CR, qui est un prototype non distribué. Son matériel diffère de celui d'un CDTV standard. Utilisez-le uniquement s'il est fourni avec votre unité CDTV-II. Ne l'utilisez pas sur les CDTV de série. Fonctionne pour la mise à jour de la ROM Kickstart.
  • 47.1 : inclus dans le CD-ROM d'AmigaOS 3.2. C'est le jeu de ROM étendu CDTV recommandé pour l'utilisation d'AmigaOS 3.2.
14.6 Où puis-je obtenir un jeu de ROM CDTV Extended ROM plus récent pour mon CDTV ?

Le lot CDTV Extended ROM contient le firmware qui permet aux AmigaOS à base de CDTV de contrôler les fonctions spécifiques du lecteur de CD-ROM intégré (ne le confondez pas avec la ROM Kickstart).

Nous n'avons pas passé en revue le code de la CDTV Extended ROM car nos effectifs sont encore limités et les priorités, par nécessité, ont été déplacées ailleurs. Cependant, vous trouverez dans le répertoire "ROM" de votre CD-ROM d'AmigaOS 3.2 une CDTV Extended ROM fonctionnelle v47.1 qui fonctionne comme une mise à jour pour votre CDTV, et l'active correctement pour une utilisation sous AmigaOS 3.2.

Ceci dit, tout ce que vous faites est à vos propres risques. Nous vous recommandons fortement de contacter un technicien spécialisé pour effectuer correctement ce travail pour vous.

14.7 Pourquoi la fenêtre "About" (A Propos) du menu du Workbench affiche-t-elle un numéro bizarre de version de la ROM Kickstart ?

Cela ne se produit que sur les machines basées sur le CDTV. Le numéro de révision (qui sont les chiffres affichés après le symbole du point dans la chaîne de version), adopte un changement pour refléter la version actuelle du jeu de ROM étendu CTDV utilisé. Sinon, aucun dommage n'est causé, il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter.

Ainsi, par exemple, si vous utilisez le Kickstart 3.2 et un lot de ROM CDTV Extended ROM v2.30, il affichera "Kickstart version 47.30".

Si, au contraire, vous utilisez le Kickstart 3.2 et un lot de ROM CDTV Extended ROM v2.7, il devrait afficher "Kickstart version 47.999".

La nouvelle CDTV Extended ROM v47.1 devrait afficher les numéros de version 47.1 correspondants.

14.8 Puis-je utiliser des cartes accélératrices et de la mémoire Fast sur mon CDTV ?

Vous pouvez utiliser des cartes accélératrices sur le CDTV mais vous devez faire attention aux extensions mémoire qu'ils utilisent.

Il y a un bogue dans le contrôleur DMA (puce personnalisée DMAC) à l'intérieur du CDTV qui cause un problème concernant la gestion de la mémoire.

Cela vous empêche d'utiliser la mémoire Fast AutoConfig dans la plage d'adresses 32 bits (Zorro III) de manière compatible. Si vous insistez quand même pour utiliser cette mémoire, vous devrez en payer le prix avec une absence de lecteur de CD-ROM ou, dans la plupart des cas, une impossibilité de démarrer.

Dans tous les cas, la mémoire Fast du CDTV relogée dans la plage d'adresses de 24 bits (Zorro II) peut être utilisée sans problème ni perte de fonctionnalité.

Une alternative est d'ouvrir le cavalier de la carte mère du CDTV appelé "JP15" (ou de déconnecter ses plots de soudure) pour transformer efficacement ce modèle en une sorte d'Amiga 500 standard, en désactivant toutes les fonctions spécifiques au CD-ROM du CDTV.

14.9 Qu'est-ce que la CD32 ?

L'Amiga CD32 est une console de jeu vidéo de salon 32 bits. Elle utilise des CD-ROM comme support de stockage. Elle partage certaines spécifications de l'Amiga 1200 et en utilisant des périphériques tiers, il est possible de mettre à niveau la CD32 en la transformant en une sorte d'équivalent fonctionnel d'un Amiga 1200.

Le CD-ROM d'AmigaOS 3.2 peut démarrer un environnement de préinstallation AmigaOS 3.2 sur la CD32.

14.10 Y a-t-il des limitations de taille de disque dur pour tous ces modèles d'Amiga à base de CD-ROM ?

Ces Amiga n'ont jamais été livrés avec un contrôleur de disque dur, donc toute gestion de disque dur dépendra du contrôleur et du pilote que l'utilisateur a choisi pour sa machine.

Le fait que des extensions matérielles tierces gèrent plus de 4 Go d'espace de stockage dépendra largement de leur implémentation particulière et de l'interface du pilote fournie par leurs fabricants respectifs.

Note : certains contrôleurs de disques durs peuvent être capables d'utiliser des disques de plus de 4 Go en réutilisant le nouveau scsi.device pour l'Amiga 1200 qui est présent dans le fichier-image ModulesA1200_3.2.adf. Vous devrez peut-être le copier manuellement et faire un essai avec LoadModule.

14.11 Y a-t-il des restrictions concernant l'utilisation d'AmigaOS ?

Le CDTV et la CD32 ont deux limitations communes :
  • Seul l'ancien CDFS qui réside en ROM sera disponible pour le lecteur de CD-ROM (ce qui signifie pas de HFS, pas de noms de fichiers longs, etc). C'est le prix à payer pour la compatibilité.
  • Lorsqu'il n'y a pas de CD-ROM dans le lecteur, Format affiche une requête se plaignant de l'absence d'un tel disque. Ce message peut être facilement ignoré et les opérations de Format reprendront sans problème. Ce n'est qu'un inconvénient mineur causé par l'ancien CDFS intégré dans la ROM.
14.12 Comment créer et graver une ROM AmigaOS 3.2 pour CD32 ?

La CD32 possède également deux images de ROM, comme le CDTV, une image de ROM Kickstart Standard CD32 et une image de ROM Kickstart Extended CD32. L'image de la ROM Extended CD32 est également conçue pour gérer toutes les fonctionnalités spécifiques du lecteur de CD-ROM. Mais contrairement au CDTV, les deux images de ROM sont intégrées ensemble, ce qui donne une seule unité de ROM physique (juste une puce).

Graver une nouvelle ROM physique AmigaOS 3.2 pour CD32 est un travail complexe qui requiert des compétences avancées. Cela implique de sélectionner la puce ROM 1 Mo adéquate et de générer l'image ROM 1 Mo appropriée.

Pour générer cette image ROM 1 Mo, vous devrez mélanger l'image ROM Kickstart Standard CD32 avec l'image ROM Extended CD32 d'une manière personnalisée et imbriquée.

Toutes les CD32 sont livrées avec la même ROM Extended CD32 intégrée. Donc l'extraire est une question de trouver l'outil logiciel approprié qui peut la récupérer de votre CD32.

Vous pouvez également récupérer l'image de votre ROM Kickstart Extended CD32 3.1 intégrée et la mettre à jour ultérieurement avec le contenu du disque ModulesCD32_3.2 en utilisant un logiciel spécialisé.

Bien que nous vous ayons fourni les directives générales sur la façon de procéder pour générer cette ROM CD32 physique, nous avons décidé de ne pas fournir actuellement d'images de ROM CD32 pour éviter une multitude de problèmes qui pourraient éventuellement survenir. Nous ne fournirons pas non plus d'assistance supplémentaire pour cette procédure complexe. Nous vous suggérons plutôt d'utiliser la disquette ModulesCD32_3.2 avec LoadModule, comme la procédure d'installation d'AmigaOS 3.2 le fait par défaut.

14.13 De quelles puces ai-je besoin pour graver le jeu de ROM CDTV Extended ?

Toutes les ROM CDTV Extended sont composées de deux EPROM de 128 ko avec 32 broches (1 M-bit) chacune.

Un bon conseil est de toujours vérifier la fiche technique du fabricant de vos puces pour confirmer le brochage.

Voici le brochage attendu de l'EPROM de la ROM CDTV Extended :

Vpp 1 +-v-+ 32 Vcc
OE/ 2 | | 31 PGM/
A15 3 | | 30 nc
A12 4 | | 29 A14
A7 5 | | 28 A13
A6 6 | | 27 A8
A5 7 | | 26 A9
A4 8 | | 25 A11
A3 9 | | 24 A16
A2 10 | | 23 A10
A1 11 | | 22 CE/
A0 12 | | 21 D7
D0 13 | | 20 D6
D1 14 | | 19 D5
D2 15 | | 18 D4
GND 16 +---+ 17 D3

Puces EPROM compatibles : 27C1000, 27C100, TC571001, 27C301.

Attention : le MX27C1000 de Macronix a un brochage différent !

Cependant, il y a quelques remplacements de puces EPROM qui nécessitent des adaptations mineures, et qui peuvent être utilisés avec peu d'efforts.

Puces semi-compatibles qui nécessitent des adaptations : 27C1001, 27C010, 27C101, TC571000 et MX27C1000.

La seule différence semble la permutation de deux broches, donc vous pouvez facilement les modifier en utilisant une paire de douilles DIL 32 broches ou quelques fils de liaison.

Brochage des puces EPROM semi-compatibles :

Vpp 1 +-v-+ 32 Vcc
A16 2 | | 31 PGM/
A15 3 | | 30 nc
A12 4 | | 29 A14
A7 5 | | 28 A13
A6 6 | | 27 A8
A5 7 | | 26 A9
A4 8 | | 25 A11
A3 9 | | 24 OE/
A2 10 | | 23 A10
A1 11 | | 22 CE/
A0 12 | | 21 D7
D0 13 | | 20 D6
D1 14 | | 19 D5
D2 15 | | 18 D4
GND 16 +---+ 17 D3

14.14 Ma ROM Kickstart CD32 personnalisée ne fonctionne pas avec ma carte accélératrice CD32. Que puis-je faire à ce sujet ?

Certaines cartes accélératrices pour CD32 ont un problème avec l'émulation Gayle qui n'est pas assez précise pour faire fonctionner leur contrôleur de stockage et qui pose un problème sur le scsi.device v47.4 inclut avec AmigaOS 3.2. Si cette version particulière de l'interface du pilote est utilisée, les disques durs ne sont pas reconnus par le système lors de l'utilisation de telles extensions matérielles.

Vous pouvez soit utiliser le scsi.device v45.7 d'AmigaOS 3.1.4 pour préserver la gestion des gros disques, soit utiliser l'ancien scsi.device v40.12 (d'AmigaOS 3.1), mais vous devrez alors supporter la limitation de la taille maximale des disques à 4 Go.

Dans le futur, un correctif du firmware pourrait arriver pour ces cartes accélératrices de la part de leur(s) concepteur(s), et de notre côté, nous essaierons de rendre le pilote scsi.device un peu plus permissif sur les spécifications de la puce Gayle afin de tolérer quelques différences avec les vraies puces Gayle.

15. Assistance, documentation et avenir [retour au plan]

15.1 Pourquoi n'avez-vous pas intégré la fonctionnalité XYZ, enclencher la domination du monde, etc.

Nous voulions prendre l'habitude de sortir des versions plus souvent, ce qui signifie moins de temps à consacrer à d'autres tâches. C'est certainement mieux ainsi que de devoir attendre pendant vingt ans, ne pensez-vous pas ?

15.2 En parlant d'assistance, où puis-je en obtenir pour ce produit ?

L'assistance officielle sera fournie sur les forums à l'adresse forum.hyperion-entertainment.com.

15.3 Y aura-t-il d'autres mises à jour ?

Nous espérons avoir déjà livré un système d'exploitation stable et sans bogues. Cependant, nous sommes humains, et des erreurs peuvent se produire, et certaines circonstances imprévues peuvent nous obliger à livrer une mise à jour pour les corriger.

Et après cela ? Faites-nous part de vos souhaits et préférences concernant un AmigaOS Classic encore plus mis à jour.

15.4 Y a-t-il des parties cachées dans AmigaOS 3.2 ?

Qui sait ? ;-)

15.5 Existe-t-il une autre documentation sur AmigaOS 3.2 ?

AmigaOS 3.2 est livré avec un sous-système d'aide intégré qui couvre l'ensemble des composants d'AmigaOS 3.2, servant de manuel de référence facilement accessible aux utilisateurs.

Il peut être activé en appuyant sur la touche "Help" du clavier Amiga (touche "Page Suivante" sur les émulateurs Amiga), en double-cliquant sur l'icône "Help" située dans le tiroir "System", ou même en tapant simplement "Help" plus le nom d'un programme dans une fenêtre CLI/Shell.

Ceci dit, vous pouvez également trouver ces documentations incluses dans la distribution AmigaOS 3.2 :
  • Un guide d'installation complet d'AmigaOS 3.2 (Installation.readme).
  • Une FAQ qui couvre les environnements génériques des processeurs MC68020-MC68060 (CPU-FAQ.readme).
  • Une FAQ qui couvre les cartes accélératrices GVP, le disque dur et les interfaces d'entrées/sorties (GVP-FAQ.readme).
  • Une FAQ qui couvre la carte accélératrice PP&S A2000 68040/28 (PP&S-040-FAQ.readme).
15.6 Quelle est l'origine de la devise d'AmigaOS 3.2 ?

Un peu de contexte sur l'origine de la phrase "Nothing that's really good ever gets really lost" (Rien de ce qui est vraiment bon n'est jamais vraiment perdu) : elle provient d'une des conversations du livre "Coders at work", avec Dan Ingalls.

Dan Ingalls est l'un des concepteurs et des implémenteurs du langage Smalltalk, qui survit à ce jour. Il s'agissait de l'un des premiers langages dynamiques orientés objet, destiné à l'origine à être utilisé comme outil éducatif "pour les enfants de tous âges".

Cela remonte à la fin des années 1960 et au début des années 1970, à l'époque où il était encore permis de faire de tels rêves. Naturellement, ce projet a vu le jour dans les locaux de Xerox PARC en Californie, où l'avenir de l'informatique a été inventé. Nous vivons dans le monde que PARC a créé.

En ce qui concerne Smalltalk : nous connaissons tous le concept de compilation à la volée. Il est utilisé dans des langages dynamiques tels que JavaScript, Java lui-même ayant été l'un des premiers à l'adopter (il était encore presque incroyablement lent lorsqu'il a été livré à la fin des années 1990, regardez où nous en sommes aujourd'hui). Le concept de JIT, cependant, a été conçu pour que Smalltalk puisse l'utiliser. Peu de gens savent ce qu'il en est.

Smalltalk, malgré tous ses défauts, reste un rêve technique intéressant que ses implémenteurs ont eu du mal à concrétiser et à faire adopter. L'occasion s'est présentée, et nous avons eu le C++ à la place, suivi de langages dynamiques pratiques (je pense à Python et, bien sûr, à cet étrange mélange qu'est JavaScript). Aucun d'entre eux n'a réalisé le rêve technique ambitieux de Smalltalk.

La citation que nous utilisons comme devise fait référence à une technologie qui semble être laissée de côté alors que des idées concurrentes semblent la dépasser. Smalltalk, en tant que langage, plate-forme et bien d'autres choses encore, a été dépassé par le C++ dans les années 1980, ou du moins c'est ce qu'il semblait. Il est amusant de constater que ses idées fondamentales n'ont jamais été adoptées par le C++ ou par des langages dynamiques plus modernes.

Pourtant, ces idées sont toujours redécouvertes et appliquées. C'est ce que l'on entend par "Rien de ce qui est vraiment bon ne se perd vraiment".

L'évolution de Smalltalk vaut la peine d'être étudiée (consultez sa page Wikipédia à l'adresse fr.wikipedia.org/wiki/Smalltalk). En lisant sur "Squeak" et "eToys", je me demande si cette technologie pourrait trouver sa place sur Amiga.

Une petite partie de cette technologie fait déjà partie de l'Amiga : le modèle BOOPSI d'Intuition est basé sur le modèle message/objet/classe de Smalltalk.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]