Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 18 octobre 2017 - 03:57  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test d'Afterstep sur Amiga
(Article écrit par Georges Tarbouriech et extrait d'Amiga News - septembre 1998)


Enfin, ça y est !

Depuis le temps que je vous bassine avec l'Amiga d'un côté et NextStep de l'autre, voici un moyen de relier les deux, enfin presque ! En fait, il s'agit d'AfterStep, un gestionnaire de fenêtres (window manager) qui vient se greffer sur X11 sous Linux.

A une époque où le monde PC découvre une alternative à Fenêtres par l'intermédiaire de Linux, l'Amiga qui n'a pas vraiment besoin de ça, lui, peut quand même profiter de ce superbe produit.

Un peu d'histoire

L'Amiga et Unix c'est une vieille histoire d'amour. Depuis de nombreuses années, il existe de multiples variantes autorisant notre machine préférée à utiliser ce magnifique système, probablement le plus ouvert qui soit. En dehors de Minix qui était une première tentative, une fois n'est pas coutume, c'est Commodore qui a lancé le premier Unix sur l'Amiga. Rappelons que c'était l'un des premiers System V en release 4 et probablement l'un des meilleurs portages jamais réalisés. Aujourd'hui, il n'a qu'un défaut : il n'évoluera plus. En clair, il ne fonctionne qu'avec un 68030 (ou un 68020) et un contrôleur SCSI 2091 ou celui de l'Amiga 3000. Il n'est pas ridicule pour autant (au passage, le mien est à vendre avec une carte A2410 pour X11 en couleurs, si ça vous intéresse... je suis prêt à l'échanger contre une DKB 3128).

Afterstep

Enfin, la distribution complète, c'est 300 Mo dont 150 de sources ! Les autres Unix disponibles pour l'Amiga ne sont pas des produits commerciaux, ce qui ne nuit en rien à leur qualité, ils sont simplement moins complets, par contre ils sont en perpétuelle évolution.

Le premier de ces Unix "gratuits" c'est NetBSD. Vous pouvez le trouver sous forme de CD pour 150 FF sous le nom de Gateway (ce n'est pas un gag !). Il fonctionne sur pratiquement tous les Amiga, à l'exception des A4000T d'AT pour cause de contrôleur SCSI non pris en charge, il vous reste cependant le contrôleur IDE. La version 1.3 vient de sortir, mais je ne la connais pas encore. Elle apporte peut-être une solution à ce problème. C'est un Unix très complet et relativement facile à installer, je dis relativement parce qu'il y a une coquille dans le script d'installation de la version 1.1 du CD.

Enfin, nous disposons de l'inévitable Linux sous le nom de distribution Watchtower. Celui-là vous pouvez vous le procurer chez notre confrère Dream sous forme de CD ou sur différents sites. Il est moins complet que le précédent, surtout pour ce qui concerne X11R6 qui est en version XFree. Il est parfaitement fonctionnel, rassurez-vous. Il a surtout un gros avantage. Linux étant une espèce de révolution pour le monde Wintel, un énorme travail de développement est en cours et ça bénéficie aux autres moutures.

AfterStep

C'est l'une des interfaces disponibles sous Linux. Elle a la couleur de NextStep, le goût de NextStep, mais ce n'est pas NextStep ! D'où le nom. L'apparence est très proche, mais derrière, c'est X11 et ça change tout. Mais on ne va pas se plaindre, c'est quand même une grande première.

Afterstep

C'est esthétique. La logithèque X11 fonctionne bien sûr sans problème, les logiciels développés pour Linux en version m68k fonctionnent aussi (plus ou moins selon les ressources de votre machine). Malgré tout, sur l'Amiga on n'a pas vraiment besoin des 32 Mo nécessaires aux PC (quoique...). Pour l'instant, les pilotes disponibles pour les cartes graphiques les plus répandues sont en 8 bits. C'est actuellement le côté le plus désagréable. Le problème vient du pilote de XFree, mais il semble que la solution soit proche. Pour information, d'autres Window Managers sont disponibles : l'inévitable TWM, FVWM, Lesstif (c'est Motif revu et corrigé) et KDE (c'est CDE, là aussi revu et corrigé. C'est l'interface que vous retrouvez sous Solaris ou HP par exemple). Il y en a plein d'autres, en particulier celui qui se nomme "WindowMaker" et qui ressemble encore plus à NextStep qu'AfterStep. Comme vous voyez, il n'y a que l'embarras du choix.

Comment ça marche ?

Il faut bien sûr installer Linux ! Pour cela, vous avez besoin de place sur votre disque dur ; il est nécessaire de créer au moins trois partitions : une Amiga, une partition swap et une partition usr. Pour être à l'aise, prévoyez au moins 300 Mo tout compris. L'idéal c'est évidemment un deuxième disque dur. Si vous disposez de la version CD de Dream, l'installation est un jeu d'enfant. Nos confrères ont été sympas en créant un script. En clair, après avoir préparé vos partitions, il vous suffira de taper quatre commandes et le tour est joué. C'est bien la première fois qu'une installation d'Unix demande aussi peu, surtout qu'il fonctionne dès le lancement sans rien configurer (même X11) ! Ensuite, libre à vous de personnaliser tout ça. Pour AfterStep, c'est pareil : installation en un clin d'oeil après décompression de l'archive et lancement d'un script. Il est évident que je ne vais pas m'attarder sur cette partie : tout est dans la doc !

Une fois AfterStep en place, il sera lancé automatiquement par un vulgaire "startx". A vous d'envisager par la suite une utilisation sous xdm, par exemple (ça permet de se "loger" directement sous X11). Maintenant, ça va devenir un peu plus intéressant. Il faut configurer l'interface selon vos goûts et les ressources de votre machine. La configuration de base est déjà très élaborée. Vous pouvez la modifier très facilement par l'intermédiaire d'un fichier ".steprc" qui peut être lancé par un menu (ou par icône du "dock"). La partie la plus délicate concerne l'affichage où tout est fonction de la machine et de son équipement. Si vous avez une carte graphique, il vous faudra récupérer un pilote sur un site FTP.

Pour les cartes à base de CirrusLogic (Picasso, EGS, Piccolo), il se nomme "clgen" (adresses FTP en annexe). Ce pilote comprend un noyau prêt à l'emploi. Vous n'aurez même pas à recompiler. Ceci dit rien ne vous en empêche ! Ce n'est jamais négatif, bien au contraire, puisque ça vous permet d'avoir une configuration adaptée à votre cas.

Si vous avez la chance de posséder une CyberVision, le pilote est sur le CD de Linux, là aussi avec le bon noyau (il s'agit toujours de la version de Dream). Et maintenant, vous pouvez afficher AfterStep en 1280x1024, par exemple. Ce n'est pas laid du tout, mais objectivement on est quand même loin de ce qu'on obtient avec un PC. Encore une fois le problème vient de la limitation à 8 bits. AfterStep ne peut gérer que 256 couleurs simultanément à l'écran avec ce type de configuration, ce qui fait que même avec des icônes de 10 couleurs vous aurez du mal à tout afficher. Si en plus vous êtes limité en taille mémoire, ça devient alors encore plus délicat. Dommage, car ça rame quand même un peu. Pour les heureux possesseurs de carte PowerPC par contre ça doit être fabuleux ! (oui, il existe aussi un portage sur PowerPC).

L'autre avantage du monde Unix, c'est la logithèque. C'est encore plus vrai avec Linux. Vous avez déjà plein de logiciels X11 disponibles sur différents sites mais vous pouvez surtout bénéficier de produits spécifiques à Linux avec des outils du style de Gimp. C'est une sorte de Photoshop doté d'une interface superbe. C'est GNU bien sûr ! Mais GNU, ce n'est pas "eux", c'est nous ! Tout le monde peut alors apporter sa pierre à l'édifice, donc n'hésitez pas !

Gimp est une petite merveille qui a un gros défaut : c'est un bouffe-ressources ! (Bruce Lepper : comme Photoshop, non ?) Configuration musclée obligatoire. Personnellement, avec mes petits 10 Mo, j'ouvre deux fenêtres et c'est terminé, et encore l'affichage est en 8 bits. Par contre, xv fonctionne parfaitement. Sur les sites FTP, vous trouverez tout ce que vous pouvez souhaiter. Par exemple, je vous recommande ASfiles qui est un gestionnaire de fichiers à la Next.

Afterstep

Tout comme Linux qui est gratuit, il existe une suite bureautique gratuite : StarOffice. Malheureusement, à ma connaissance elle n'existe pas en version m68k. Tout cela pour dire que ça bouge et que c'est une excellente chose.

Pourquoi Linux ?

Pendant des années, on m'a pris pour un cinglé parce que j'avais Unix sur ma machine personnelle. "Quel intérêt d'avoir Unix si on n'est pas en réseau ?", "A quoi ça sert sur une machine aux performances limitées ?" (Ce n'est pas de moi !).

Eh bien, je trouve ce système tellement extraordinaire, que je ne peux pas m'en passer, même chez moi ! Le succès actuel de Linux (Bruce Lepper : un million de copies vendues par Red Hat en 1997) prouve que je ne suis pas seul à l'apprécier. Certes, c'est bien plus chez les possesseurs de PC que le produit prend toute sa saveur, puissance oblige, mais pour nos "vieilles" machines c'est encore une nouvelle ouverture.

Ne vous en privez pas ! Encore une fois, il existe d'autres Unix "gratuits" qui sont très bien, mais celui-ci semble le plus évolutif. Toutefois, si vous possédez NetBSD, ne le jetez pas. De plus en plus de produits développés pour Linux sont censés fonctionner sous NetBSD. Enfin, Linux c'est l'Unix rêvé pour l'Internet. De plus, il ne manque pas de logiciels de type navigateur ou courrier électronique, aussi gratuits.

Avenir

Que va devenir notre machine préférée ? Je n'en sais malheureusement rien ! Mais quand je vois ce genre de produits porté dessus, je me dis qu'on a encore de beaux jours. Je me garderai bien de me lancer dans la prospective, mais regardons les faits. GNU vient de lancer GNUstep. C'est un outil de développement et c'est superbe. Ce n'est pas encore InterfaceBuilder mais ça se rapproche. Sur un Amiga, ce serait extraordinaire ! Alors attendons.

Donc, quelle que soit votre motivation, Linux est une solution à envisager pour redonner une jeunesse à votre Amiga. Et surtout, n'oubliez pas : c'est un Unix, ce qui signifie que tous les protocoles réseau sont livrés en standard (TCP/IP, PPP, SLIP...), les systèmes de fichier (NFS). Tout y est ! En plus, vous pouvez le lancer à partir de votre Workbench par icône. Donc, en attendant AmigaOS 4.0 (pour le siècle prochain ?), ajoutez Linux à votre Amiga !

Quand je vous dis qu'il ne faut surtout pas jeter vos petites amies ! Par contre, si les gardiens de troupeaux pouvaient se remuer un petit peu, ça ne serait pas plus mal. Les plans multiples, c'est bien joli, mais ça ne nourrit pas l'utilisateur, et puis lorsqu'on a un nom qui commence par "Gate" ça ne peut générer que la méfiance, même au singulier.

Annexe : quelques adresses utiles

Sur ces sites vous pouvez télécharger tout ce dont vous avez besoin pour utiliser Linux sur Amiga, qu'il s'agisse de noyaux, de distributions complètes, de pilotes (c'est vital pour les cartes graphiques), d'utilitaires ou d'applications.
Et encore une fois, n'oubliez pas les distributions de notre confrère Dream (Bruce Lepper : ils t'ont payé combien ?). Elles sont très complètes et vous coûteront moins cher qu'un téléchargement à 1 ko/sec !

Nom : AfterStep 1.4 (sur Amiga 68k).
Développeurs : Guylhem Aznar, Alfredo Kojima et d'autres.
Genre : gestionnaire de fenêtres.
Date : 1998.
Configuration minimale : Amiga sous Linux, avec 68020, 16 Mo de mémoire, carte graphique.
Configuration recommandée : Amiga sous Linux, avec 68060, 32 Mo de mémoire, carte graphique.
Licence : GPL.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]