Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 28 juin 2017 - 16:15  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : Dois-je abandonner mon Amiga 2000 ?
(Article écrit par Jean-Luc Manchon et extrait d'Amiga News - décembre 1993)


Si votre compte bancaire vous permet de suivre sans soucis les évolutions de la gamme Amiga, ou si le Père Noël vous a promis un A1200, ne lisez pas ce qui suit. Par contre, si votre relevé de compte indique un "CPU available 0%", voilà quelques éléments de réflexion.

J'ai personnellement commencé ma vie dans le monde de l'Amiga voilà déjà six ans avec un A500. Mais, au bout de quelques extensions, les limites pratiques et esthétiques sont rapidement atteintes, d'où l'achat d'un A2000 à la modularité exemplaire. Cette brave bête est maintenant équipée d'une carte accélératrice A2630. Tous les possesseurs d'Amiga 2000 (ou presque) savent combien cette machine est géniale. Seulement, devant l'apparition de créatures de rêve comme l'A1200 ou l'A4000, la question fatidique se posera forcément un jour : "Dois-je me débarrasser de mon fidèle et loyal A2000 ?"

En réalité, tout dépend de deux facteurs essentiels

1. Le niveau d'équipement de votre Amiga

Je pense que la limite est relativement simple : si vous possédez une carte accélératrice, alors ne changez rien pour l'instant. Par contre, si vous ne possédez pas une telle carte, n'hésitez pas à investir dans un A1200 ou A4000/30. De plus, si vous possédez une carte disque dur SCSI, il y a de grandes chances qu'elle fonctionne dans un A4000.

(Michel Castel : à l'heure actuelle nous avons testé trois cartes SCSI, l'A2091 de Commodore, la GVP Series II rev 2 et l'Archos ADD2000. La carte A2091 fonctionne après le changement des ROM (version 7). La GVP Series II fonctionne sans problèmes, et de plus la mémoire 16 bits installée dessus peut être utilisée. La carte Archos ne fonctionne pas, il faudrait reprogrammer la ROM).

2. L'usage que vous en faites

Il est certain que les professionnels ont tout intérêt à investir dans un A4000/30 ou 40 dont les capacités graphiques sont indispensables en vidéo, animation ou PAO. Vous possédez donc un accélérateur (68020, 68030 ou 68040), en termes de performances pures, vous vous situez au niveau, ou plus, des machines plus modernes. Certes, l'A2000 n'est pas en 32 bits jusque dans les moindres recoins, mais mettez face à face un A2000 équipé d'une GVP Combo à 22 ou 28 MHz et un Amiga 4000/30, vous serez surpris du résultat (l'absence de coprocesseur joue beaucoup). Sauf en ce qui concerne les opérations purement graphiques, où le jeu de composants AGA surpasse nettement (et logiquement) l'ECS.

Se pose maintenant le problème des Kickstart. Le 3.0 est très attirant, mais qu'à cela ne tienne, commencez par arracher votre Kickstart 1.3, et remplacez-le par un 2.04. Je ne recommande pas, voire je déconseille, l'achat d'un multi-Kickstart qui se révèlera complètement inutile pour deux raisons : la plupart des programmes professionnels et utilitaires tournant en 1.3 fonctionnent parfaitement en 2.04. Ensuite, si vous désirez vraiment conserver le 1.3 pour les jeux ou les démos, il suffit de procéder comme avec le 3.0.

Je m'explique : vous vous procurez dans le domaine public les deux programmes suivants : SKick et GrabKick (CAM 754) ou MKick (CAM 788A). GrabKick vous permet de copier sur disque un Kickstart, quel qu'il soit (1.1, 1.2, 1.3, 2.04, 3.0...). MKick/Skick, quant à lui, vous donne le choix parmi ces Kickstart au démarrage de la machine. Une fois installé, le Kickstart résiste à toutes les réinitialisations ou méditations (sauf énorme plantage évidemment). Et à vous les joies de la locale.library et de la datatype.library. Je vous concède que tout cela fait un peu "usine à gaz", mais personnellement, je tourne avec le 3.0 en RAM avec les ROM 2.04 et je n'ai noté ni incompatibilité, ni blocage suspect.

Il reste cependant un domaine où l'A2000, malgré toute sa bonne volonté, ne peut suivre le rythme imposé par les petits jeunes. Il s'agit évidemment des puces graphiques. Nous sommes définitivement limités à l'ECS. A ce propos, vérifiez que votre Denise est bien la ECS 8373, soit de visu, soit par l'intermédiaire de SysInfo (CAM 788B) par exemple, sinon changez-la, c'est facile, c'est pas cher et...

Il est donc certain que les artistes amateurs de pixels se sentiront frustrés de ne pas avoir accès au superbe HAM8. A ceux-là je répondrai qu'il vaut alors mieux attendre la prochaine génération, puisqu'on annonce un jeu de composants encore 10 fois plus puissant que l'AGA. Votre A2000 tiendra bien jusque-là. A la limite, vous pouvez même investir dans une "petite" carte graphique, que vous pourrez sûrement installer dans votre future A4000.

Cette réflexion ne concernait donc que les propriétaires d'A2000/A2500 voire d'A3000 soucieux de rentabiliser leur machine jusqu'au bout. En ce qui concernent les A500 ou A500+, il me semble que quel que soit le niveau d'équipement de votre machine, vous pouvez vous jeter sur un A1200 (avec disque dur si possible), vous ne serez pas déçu.

La concurrence ?

Il semblerait, à la lecture de quelques lettres, que de nombreux possesseurs d'Amiga trouvent inadmissible de devoir changer de système (Kickstart et Workbench) tous les ans, et que ces systèmes ne soient pas toujours parfaitement compatibles entre eux. Ils menacent même de passer à un PC ou au Mac où tout semble parfait, à les écouter. De par ma profession, j'ai l'occasion de travailler sur PC et Mac. Personnellement, j'utilise l'Amiga depuis ses débuts.

On voit que ces gens-là n'ont jamais essayé d'effectuer la mise à jour de Windows sur un PC. Difficile de trouver les mots pour décrire l'opération. Vous vous retrouvez avec près d'une dizaine de disquettes à copier sur votre disque dur, déjà saturé par l'ancienne version. A ce sujet, beaucoup ne comprennent pas l'absence de disque dur en standard sur l'A1200 alors que le moindre PC en est équipé. C'est très simple, le disque dur est obligatoire pour faire fonctionner Windows qui prend 5 à 10 Mo.

Donc après plusieurs heures de combat, vous essayez vos applications pour voir apparaître le message "This program needs an older version of Microsoft Windows". La mise à jour quasi systématique de la plupart des programmes est nécessaire pour pouvoir les utiliser sur la nouvelle version du système.

Sur le Mac, les mises à jour ne posent pas plus de problèmes que sur l'Amiga. En ce qui concerne les mécontents qui menacent d'investir dans une configuration PC, je suppose qu'ils ont assisté à une démonstration effectuée par un revendeur compétent sur un PC 486 DX2. Seulement, le jour où ils se retrouveront seuls face à leur machine, ils comprendront pourquoi l'Amiga est une machine extraordinaire. Tout d'abord, prévoyez un bon mois pour tout paramétrer correctement (écran, caches-mémoire, imprimante, Windows, applications...). Ensuite, à l'utilisation, vous verrez que Windows n'est qu'un infâme bricolage dont la souplesse d'utilisation n'a d'égale que la gigantesque consommation de mémoire. Quant au multitâche, je préfère ne pas en parler...

En matière de convivialité, le Macintosh est plus ou moins au niveau de l'Amiga selon l'usage que l'on fait de sa machine. Les bricoleurs qui aiment farfouiller à droite et à gauche seront déçus. L'interface du Mac est d'une rigueur militaire qui ne laisse absolument pas de place à la fantaisie. C'est un pro, c'est tout. Le système 7.1 est très puissant, mais il consomme énormément de mémoire et de temps machine. Du coup, un 68020 est le strict minimum pour en tirer quelque chose. L'aspect multitâche est assez particulier, pas vraiment comparable avec la fantastique souplesse présente sur l'Amiga, mais reste 100 fois supérieur à ce qu'on peut voir sur PC.

On se plaint (parfois à juste titre) du manque cruel de logiciels professionnels dignes de ce nom sur l'Amiga. La raison en est simple, Commodore a complètement négligé le soutien aux développeurs aux débuts de la machine. Résultat, les programmes de références tournent tous sur le Mac. Que ce soit Xpress (la référence en PAO), 4D (une base donnée d'une puissance peu commune) ou Illustrator (fabuleux logiciel de dessin vectoriel). Mais si on regarde les programmes proportionnellement à leurs prix et à leur niveau de développement, les logiciels présents sur l'Amiga sont loin d'être ridicules.

PPM 3.0 et Professional Page 3.0 (3500 FF max) arrivent au niveau de Xpress (8900 FF). Un programme comme ADPro (1700 FF) égale son concurrent direct, PhotoShop (8500 FF). Tous nos traitements de texte (1000 FF maximum) se rapprochent de plus en plus du tout puissant Word (2400 FF). Il reste cependant des points sombres dans la logithèque professionnelle de l'Amiga. Je pense en particulier aux tableurs et aux programmes de dessin vectoriel (indispensables dans une chaîne PAO). Ces deux secteurs méritent largement que l'on se penche sur leur cas, car Maxiplan et Pro Draw font doucement rigoler leurs concurrents (Excel et Illustrator).

Il est évident que l'Amiga n'a pas encore atteint sa maturité d'un point de vue purement professionnel. Cependant en ce qui concerne les domaines personnels et semi-professionnels, il écrase littéralement la concurrence de par sa souplesse d'utilisation et sa convivialité. Et n'oublions pas que l'Amiga est sérieusement implanté dans les secteurs prometteurs de la vidéo et du multimédia en pleine expansion.

Il existe de toute façon sur l'Amiga la bibliothèque de programmes en domaine publique la plus extraordinaire qui soit (cela existe aussi sur Mac ou PC mais à un niveau proche du ridicule). On y trouve de fantastiques utilitaires (Browser II, DiskSalv II, AZ, ViewTek, ToolManager...), des outils de programmation à volonté, et même quelques logiciels professionnels au rapport qualité/prix forcément imbattable. Il faut savoir que sur le Mac, le moindre économiseur d'écran ou antivirus coûte près de 300 FF. Posséder un Amiga et ne pas profiter de cette fantastique et intarissable source de programmes, est une aberration.

Alors gardez la foi, soutenez les auteurs de shareware, et comme le disait un ancien slogan : Amiga vaincra !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]