Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 22 octobre 2020 - 02:49  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Torvak The Warrior
(Article écrit par Olivier Kaa et extrait de Joystick - décembre 1990)


Faisant vibrer votre fibre vengeresse, Core Design vous envoie dans un pays infesté d'êtres maléfiques.

Torvak The Warrior

Cela faisait cinq ans que vous vous battiez à mort contre des ennemis nombreux et vachement balaises. Vous en aviez ras la couenne, et c'est avec un plaisir non dissimulé que vous rentrez au pays, lorsqu'une mauvaise surprise vous saute aux yeux. Toute votre famille, vos amis et vos nombreuses maîtresses (ne niez pas, on a des preuves) gisent par terre, plus morts que morts. Une seule personne contient encore un souffle de vie suffisant pour vous révéler l'identité du responsable de ce massacre. Le Nécromancien. C'est lui qui est venu mettre la pagaille dans votre village, et malgré votre dégoût pour la guerre, vous ne faites ni une ni deux pour tourner les talons et aller combattre cet empaffé.

Torvak The Warrior

Torvak The Warrior est un jeu d'action/plates-formes à défilement horizontal. Une hache à double tranchant dans la main, le courage au ventre, vous voilà prêt à traverser des contrées dangereuses, qui sont au nombre de cinq : le village. C'est tout près de chez vous, et déjà des personnages immondes ont envahi la région. Vous devrez affronter des abeilles et des mille-pattes, des gobelins, des plantes carnivores, des archers et même un homme en pierre.

Les marécages. Attention où vous posez les pieds, vous risquez de vous enfoncer dans le sol. Mais vous verrez aussi des monstres hideux, des piranhas, des chauves-souris, des dragons et des hommes-rats. De quoi vous amuser un peu.

Les montagnes. Si vous avez réussi à éliminer tous les monstres des marécages, vous aurez la joie et l'honneur d'affronter des gobelins, des scorpions, des aigles et des trilobites (non, ce ne sont pas des hommes à trois bites. Calmez-vous, les filles !), en faisant gaffe aux cascades.

Torvak The Warrior

La jungle. Ça ressemble franchement à un labyrinthe, infesté d'hommes-vampires. Vous aurez plutôt intérêt à dresser une carte au fur et à mesure de votre balade. Et enfin, le dernier niveau vous enverra dans un château hanté, repaire du Nécromancien.

Lors de votre quête, vous devrez ramasser des armes et des bonus vous permettant, bien évidemment, de réussir votre aventure. En dirigeant votre personnage, vous vous apercevrez rapidement de quelques défauts qui le rendent assez antipathique. Tout d'abord, sa démarche saccadée le fait ressembler à un rappeur de Sarcelle en plein exercice. Ensuite, le temps infini qu'il met entre les coups : on a franchement l'impression qu'il réfléchit en se demandant s'il a bien fait de taper sur ce pauvre ennemi qu'il ne connait même pas personnellement, et puis s'il va lui redonner un coup de hache. Évidemment, pendant ce temps, il se prend une baffe de l'autre. Ils sont trop sensibles ces super-héros.

A côté de ça, il évolue tout de même dans des décors assez bien réalisés, très variés selon les niveaux, et où l'ambiance glauque des régions maléfiques est parfaitement retranscrite. Un peu plus de couleurs ne m'auraient pas déplu, vu que mon Amiga a des possibilités autrement meilleures que ce qu'on peut voir dans ce titre de Core Design. Torvak The Warrior est un jeu dans lequel la beauté prime largement sur la jouabilité.

Franchement, la vitesse du personnage et du défilement horizontal est décevante. C'est tellement lent qu'on manque de s'endormir entre les tableaux. Heureusement qu'une excellente musique, présente durant toute l'aventure, est là pour nous rappeler que le jeu n'est pas sur pause. Bien que celle-ci, il est vrai, n'a pas grand-chose à voir le thème du médiéval fantastique du jeu. De leur côté, les bruitages sont quelconques et sans aucune originalité.

Torvak The Warrior

Mais répétons-le, pour peu que vous soyez du genre surexcité et que vous n'accepter de donner le titre de "héros" qu'à un bonhomme tirant cinquante fois à la seconde, vous ne pourrez pas supporter le temps que Torvak met à recharger son épée entre deux coups. Il a de gros muscles, mais il s'en sert le moins souvent possible, le bougre. En bref, Torvak The Warrior n'est pas un excellent jeu et il est trop classique dans sa conception.

A noter que dans la boîte, vous aurez la joie de trouver une planche d'autocollants représentant notre héros aux muscles proéminents dans différentes postures. C'est moins grand qu'un poster, mais ça colle mieux sur les portes de frigos. Moi, je cours en mettre partout dans ma cuisine.

Nom : Torvak The Warrior.
Éditeur : Core Design.
Genre : jeu d'action.
Date : 1990.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 250 FF.

NOTE : 4/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]