Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 20 novembre 2017 - 01:11  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Dossier : La scène démo
(Article écrit par Jérôme Marchal - mai 2001)


Ah les démos... qui n'a jamais rêvé en admirant toutes ces merveilles de couleurs et de musiques qui vous emmènent dans un autre monde... celui de l'imagination, celui du toujours plus loin, celui du rêve. Mais comme il en est de coutume nous allons donc commencer par le début...

Préface

J'ai une bonne question à vous poser là : à votre avis, où, comment et surtout pourquoi sont nées les premières démos ? Je suppose que là vous attendez une bonne réponse. Bien vu hein ! Allons-y...

La micro-informatique est née

Dans les années 1970, la micro informatique personnelle est née et va bientôt s'envoler avec la naissance de gros standards de l'époque tels que les Amstrad CPC, les Commodore 64 et cie, Oric, Thomson TO8, etc. Bref monsieur et madame tout le monde possèdent désormais un ordinateur livré avec quelques disquettes ou cassettes de base. Bien sûr les jeux commencent eux aussi à se développer : au début, tout le monde a acheté ces jeux dans le commerce, oui mais voilà, au bout de quelques-uns, cela commence à revenir plutôt cher. Et c'est ainsi que commence le fléau du copiage illégal de jeux et logiciels.

Les copyrights

Copies après copies, les éditeurs constatent qu'ils commencent à perdre pas mal d'argent et qu'il faudrait faire respecter les copyrights de leurs logiciels. Les programmeurs commencent donc à protéger par diverses techniques leurs programmes. Cela va d'une simple protection logicielle aux X pages de codes externes sur papier à rentrer au début d'un jeu en passant par les médias volontairement endommagés pour être incopiables. Dans ce même laps de temps, certains utilisateurs ont commencé à se perfectionner, notamment dans le domaine de la programmation...

Cracking Force

Certains utilisateurs expérimentés en programmation, que nous appellerons désormais "codeurs", décident alors de s'affronter aux programmeurs des grands pontes, juste pour voir s'ils seraient capable de contrer les protections de tous ces jeux. Et le premier jeu "cracké" naquit...

Oui mais voilà, ce n'était qu'un simple défi rien de plus. Le jeu fut diffusé ainsi déplombé et notre criminel en herbe fit des émules. Au bout de quelque temps il ne devint pas très difficile de trouver des jeux pour 10 fois moins cher que les originaux. Les crackers décidèrent ensuite d'ajouter leur nom au début du chargement du jeu. Dans un premier temps, une simple chaîne de caractère ASCII stylée puis des logos dessinés par la suite.

Et les démos là-dedans ?

Un jour quelqu'un fit encore mieux que tout le monde. En plus d'un logo graphique, il mit une musique en fond avec du texte qui défilait en bas : la première intro cracker était née... et c'est là que tout commence pour nous.

Les années 1980

Les années passent et il arrive une nouvelle génération d'ordinateurs. C'est l'époque des Amiga et des Atari. Oui, ces deux-là qui se sont battus coeur et âme pendant une dizaine d'années ; mais passons ce combat et ces origines, ce n'est pas le sujet ici. Bref, les possibilités graphiques et audio des ordinateurs ont grandement évolués et il était logique que les intros des crackers suivent. C'est ainsi que l'on vit bientôt apparaître des couleurs à profusion, des musiques multicanaux et du texte qui rebondit ou qui tourne dans tous les sens. Une nouvelle tendance était née. C'était désormais à celui qui aurait le plus beau logo et à celui qui ferait la plus belle intro ou la plus originale.

Là, tout le monde innova de son côté pour réussir à faire des effets visuellement sympas à l'écran, sans pour autant prendre beaucoup de kilo octets. Tout devait être fait en temps réel et programmé en assembleur pour réduire la taille à son strict minimum. Bientôt on créa des rassemblements où tous nos apprentis sorciers pouvaient se mesurer les uns aux autres. Le but n'était plus de cracker mais juste de faire des belles intros. Puis vinrent les démos, équivalant aux intros, sauf que là, on eut le droit de prendre un peu plus de place (une disquette en général). Les Demo Party étaient nées. Au départ, les groupes de demomakers étaient très liés aux groupes de crackers, se rattachant souvent sous un même label mais petit à petit ces deux mondes se sont séparés.

Les différents concours

Différentes catégories furent donc créées dans le temps d'hier jusqu'à maintenant. Nous allons tenter de résumer assez rapidement.

Programmation

Intro 4 ko
Intro 40 ko
Intro 64 ko
Démos (quelques Mo)

Graphisme

Image fixe 2D
Rendu fixe 3D
Animation 3D

Musique

Mod. 4 voix
XM/S3M multivoix
Libre (midi/mp3/...)

Divers

WildCompo (vidéo/démo précalculée/etc.)

Une tonne d'autres concours furent ensuite créés. Là, rien de bien créatif, juste de l'amusement. Les plus célèbres restent les "crash compo" où il n'y a pas d'autre but que de casser du PC, le tout avec un maximum d'amusement, et les très appréciés gobages de flambies. :-)

Pour corser un peu le tout et aussi pour que personne n'ait le temps de s'ennuyer sur une party, on inventa aussi les fast compos. Là, ce sont des compositions normales (intros/ demos/musiques/graphismes/...) sauf que tout doit être réalisé sur place et en un temps bien défini : par exemple, de une à deux heures pour une fast compo musique avec à chaque fois un thème donné.

D'hier à aujourd'hui

Au départ, les concours liés à la programmation étaient séparés et classés par machine (Atari/Amiga/PC). A l'heure actuelle la situation se résume assez vite : tous les concours sont communs et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, sur Atari les productions se font quelque peu rare et à part une intro tous les six mois, il ne sort vraiment plus rien. Deuxièmement, l'Amiga désormais doté de PowerPC et de puces graphiques capables de faire de la 3D autrement plus rapidement que sur AGA peut désormais rivaliser avec les PC en matière de démos. Mais les faits sont là, bien qu'encore assez actifs, les demomakers Amiga sont nettement moins nombreux que sur PC et il y a toujours 5 fois plus de démos présentées sur PC sur une Demo Party. Et encore, il m'est même arrivé dernièrement de sauver la mise : à la RTS de septembre à Seyssins, nous avons été le seul groupe à présenter une production sur Amiga et encore, c'était une intro 64 ko (grimproject.free.fr pour télécharger l'intro).

L'Amiga sur les Demo Party est bien loin d'être mort mais il est vrai qu'il y a beaucoup moins de productions qu'à la bonne époque de TBL et autres Silent (le début des années 1990 en fait). Par contre, d'un autre côté les nouvelles technologies qui ont été mises à notre disposition (PowerPC...) commencent à être exploitées et on reste toujours ébahis devant les merveilles que nous fabriquent Mankind et cie. Donc même si le nombre de productions sur Amiga devient trop faible, la qualité et les effets sont de plus en plus impressionnants.

Les démos et Internet

La meilleure façon de récupérer un maximum d'informations et de démos dernier cri reste bien évidemment Internet. Je ne saurais que trop vous conseiller d'aller visiter le site d'Obligement, plus précisément la page liens, vous y trouverez une liste très à jour des sites de tous les groupes de demomakers agissant sur Amiga. En voguant de site en site vous pourrez télécharger tout ce que vous voudrez et aussi récupérer les dernières informations sur les Demo Party à venir. Il y en a sûrement une non loin de chez vous. Les meilleures archives de démos restent Amiga Demoscene Archive et Pouet.net.

Autre bonne adresse, Amiga Impact qui grâce à son agenda vous permettra de voir ce qui est à venir dans les mois prochains. N'oublions pas au passage l'excellent Orange-Juice qui référence la scène démo au grand complet.

Oui mais moi je n'ai pas Internet !?

C'est vrai, tout le monde n'a pas Internet. Dans ce cas, la meilleure façon de vous tenir au courant de ce qu'il se passe c'est bien évidemment de commander les CD Aminet disponibles dans toutes les bonnes crèmeries Amiga. Vous y trouverez d'une part toutes les dernières productions Amiga, et d'autre part, des bulletins d'informations vous renseignant sur ce qu'il se passe (bien évidemment, le tout en anglais, faut pas rêver :-)).

Conclusion ?

J'espère bien vous croiser sur une Demo Party un de ces quatre parce qu'on y rencontre vraiment des gens extraordinaires (si si croyez moi !). Ne vous êtes-vous jamais demandé à quoi pouvait bien ressembler tous ces gens bizarres qui font des démos ? Réponse en image bientôt.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]