Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 20 août 2017 - 07:55  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Professional File System 3
(Article écrit par Laurent Belloni et extrait de Planet 2 et d'Obligement 19 - janvier 2000)


Pro File System 3, le système de fichiers ultime ?

Introduction

Tout le monde connaît l'OFS et le FFS, les fameux systèmes de fichiers "basiques" de l'Amiga. Bien qu'étant plus rapide que l'OFS, le FFS n'en n'a pas moins gardé l'énorme inconvénient d'un manque de fiabilité ou de sécurité.

Qui n'a, en effet, jamais eu de problèmes de dévalidation suite à, par exemple, un plantage de la machine en plein milieu d'une écriture sur le disque dur ? Cela occasionne des attentes de revalidation très longues (surtout que plus grosses sont les partitions, plus de temps cela durait)... et encore... les revalidations ne s'effectuant pas toujours, ce fut un plantage total et une perte de données (ou de la partition toute entière !) qui pendaient au nez.

Puis arriva l'AFS (Ami-File Safe), qui lui gérait bien mieux cela en évitant ces dévalidations/revalidations, tout en permettant des accès plus rapide au disque dur (lecture/écriture). Mais malheureusement, l'AFS ne permetait pas de l'utiliser sur une partition amorçable.

L'apparition du Pro File System (PFS) ne fut qu'en fait l'amélioration et grosso modo l'aboutissement de l'AFS.

Le PFS première édition autorise tout cela : dévalidation impossible, installable sur une partition amorçable, des performances accrues du disque dur, une ergonomie stupéfiante (il efface un fichier de 500 Mo en à peine 2 secondes !), une compatibilité totale avec le FFS, mais... car il y a un mais : il est impossible d'utiliser des programmes tels que DiskSalv ou Quarterback Tools afin de, par exemple, récupérer des fichiers effacés par mégarde (en raison de la vieillesse de ces programmes et aussi parce qu'ils n'ont jamais su s'adapter au PFS).

Le PFS (en tout cas pour sa version 2) a alors inclus le principe du ".deldir". Il ne s'agit, ni plus ni moins, que d'une sorte de répertoire invisible et totalement transparent aux yeux de l'utilisateur qui "conservait" la trentaine de derniers fichiers effacés ou écrasés. Eh oui, il était possible de récupérer une ancienne version d'un fichier réécrit plusieurs fois. Mais voilà, cela se limitait seulement aux 31 derniers fichiers, ce qui dans la pratique est très insuffisant.

Vient alors le PFS dans sa version 3 qui, en plus de mieux gérer cela, améliore encore tous les points précédemment cités. Voyons donc cela de plus près.

Les capacités du PFS3 en détails

Des performances élevées :

Pour toutes les opérations de disques, celles-ci sont excellentes : que ce soit pour la lecture/écriture de fichiers, la lecture de répertoires, l'effacement, etc. le PFS3 détient le record du monde de rapidité. Pour exemple, le chargement de DOpus 5 met 20% moins de temps par rapport au PFS2 (chronomètre à l'appui) et il n'est pas rare d'avoir des performances (visibles) doubles voire triples par rapport au FFS... et ce dans la pratique. Dans la théorie, une accélération de 500% peut être possible par rapport au FFS.

Une validité permanente des volumes :

Même en abusant avec plusieurs lectures et écritures simultanées, le fait de redémarrer ou éteindre la machine en plein milieu de ces opérations n'affectera en rien la validité des volumes. Et aucune perte de fichiers n'est à déplorer !

Accès en parallèle sans perte de performance :

Avec le FFS, lors de plusieurs opérations en même temps, un fort ralentissement se fait sentir. Dans les mêmes conditions, avec le PFS3 cela se fait bien moins ressentir étant donné la meilleure gestion des transferts. Bien sûr cela dépend également de la taille des caches que l'on alloue au(x) volume(s), mais qu'on se le dise : le PFS3 gère bien mieux cela que le FFS.

Une compatibilité avec l'AmigaDOS totale :

Hormis quelques-uns (DiskSalv, ou une application s'attendant à trouver du FFS), tout autre programme (c'est-à-dire dans 99,999% des cas) utilisant le système de fichier pour l'accès au disque fonctionnera normalement.

Récupération aisée de fichiers effacés :

Ici intervient le fameux principe du ".deldir" expliqué précédemment, sauf qu'avec PFS3, c'est jusqu'à 992 fichiers effacés ou écrasés qu'il est possible de récupérer... et ce de manière très simple sans l'utilisation d'un programme spécifique : il suffit de copier les fichiers choisis présents dans ce .deldir (qui ce trouve à la racine de chaque partition, "HD0:.deldir" par exemple). Attention ! Quand je précise "récupération aisée", c'est dans le cas où l'on a à récupérer quelques fichiers... car si l'on efface par mégarde un répertoire comprenant lui-même plusieurs sous-répertoires, comprenant eux-mêmes plusieurs sous-répertoires, etc. la méthode .deldir vous permettra bien sûr de tous récupérer (dans la limite de 992 fichiers) mais... sans l'agencement de ces répertoires/sous-répertoires. C'est donc une véritable galère de tout remettre à l'état original. Je dirais que malgré la très grande fiabilité de ce .deldir, il n'offre pas les capacités tel qu'un DiskSalv pourrait offrir. C'est là un des seuls "points noirs" du PFS3.

Utilisable sur des unités de grandes capacités :

La limite des partitions est fixée à 104 Go. Celle pour les disques durs est de 2 To. Ce qui est très suffisant pour les disques durs actuels et ceux des prochaines années.

Gestion de la longueur des noms de fichiers :

Sous PFS3, les noms de fichiers peuvent contenir jusqu'à 107 caractères. Une commande CLI fournie permet de faire un réglage précis et personnalisé de la longueur maximale des noms de fichiers, et ce, pour chaque volume. Avec en plus une extrême facilité : "SetFNsize HD0: 68"... et hop, c'est maxi 68, rien de plus simple.

Exploitation du matériel :

La mémoire, ce système de fichiers en utilise très peu pour son fonctionnement... minimal en tout cas, et pour améliorer les performances du PFS il suffit d'augmenter les caches qui sont alloués aux partitions. De plus, le PFS3 prend avantage de la puissance du processeur présent dans votre ordinateur, ainsi plus il est puissant et plus sa fréquence d'horloge est grande, plus les performances de PFS3 s'en trouveront améliorées. Attention, seules sont disponibles des versions spécialement compilées pour processeurs 68k. Point de gestion spécifique pour les PowerPC pour l'instant... c'est assez dommage, bien qu'annoncé pour le futur.

Bogues or not bogues

Selon les créateurs, quelques bogues ont été supprimés depuis la publication n°2 qui était en fait la version 17.3 du PFS et sachant que cette publication n°3 est en fait la version 18.3, il apparaît logique que des bogues ont été effectivement enlevés. Par contre, la question qui se pose est : en reste-t-il dans cette nouvelle monture ? Apparement non (vu que je n'ai eu aucun problème en presque un mois d'utilisation), mais mystère total tout de même...

Voilà pour ce qui concerne le côté technique de la chose... mais qu'en est-il de l'installation de ce PFS3 sur vos volumes ou partitions ?

Installation du logiciel

Au départ, rien de plus simple : il suffit de suivre la méthode d'installation des fichiers nécessaires au PFS grâce à "l'Installer" de Commodore, puis de lancer le HDToolBox du Workbench ou alors le HDInstTools qui est fourni sur le CD de PFS3. Ce dernier choix n'affecte en rien l'installation du Pro File System sur vos volumes, mais il est mieux d'utiliser le logiciel fourni plutôt que celui du Workbench car il offre plus de possibilités (comme directement formater une partition).

Déjà, ce dernier est entièrement en allemand ! Car le CD de PFS3 que j'ai reçu est une "Deutsche Version" et apparement seule cette version est disponible chez tous bons revendeurs. Je précise qu'il est possible d'attribuer la langue anglaise à l'outil "HDInstTools" simplement en mettant "LANGUAGE=english" dans les types d'outils de son icône. Et comme l'on parle de localisation, il est à noter que lors de l'installation du logiciel PFS3, celui-ci fournit la documentation (fichier guide, très explicite de surcroît) en allemand aussi... mais qu'une version complète du guide en français est présente sur le CD. Voici pour PFS3, comment détourner le problème de langage que l'on rencontre malheureusement assez souvent avec les logiciels pour l'Amiga. Enfin, bref...

Mettre le PFS3 sur un volume :

Si vous partez de volumes vierges de toutes données ou de disque dur non partitionné, rien de plus simple... il suffit de bien lire la documentation, vous ne pouvez pas vous planter. Par contre, pour transformer des partitions utilisant le FFS, il est nécessaire de faire une sauvegarde complète avant d'opérer le passage FFS -> PFS3. Je tenais à le préciser, car sinon c'est toutes vos données qui passent à la trappe. Pour le passage de l'AFS au PFS3, il paraît que cela est faisable mais n'ayant aucunement pu tester cette possibilité, c'est une info à prendre entre guillemets ou à confirmer.

Quelques petits inconvénients :

Comme chaque bon côté à son revers de médaille, sachez que l'on perd grosso modo 7% de capacité de stockage par rapport au FFS : une partition de 1000 Mo en FFS finira ainsi à très exactement 928 Mo en PFS3... mais au vu de sa stabilité et de ses performances, c'est vraiment un inconvénient négligable !

Si toutefois un problème apparaît sur un volume utilisant le PFS, celui-ci le gère avec brio : il vous prévient ! Ainsi, une seule fois j'ai eu un message d'erreur : "Tentative d'écriture hors de la partition" (en allemand !). Je tiens à préciser qu'il suffit et qu'il est nécessaire d'effectuer un simple redémarrage pour que tout rentre en ordre (ne surtout pas confirmer en cliquant sur le "OK" affiché lors de l'erreur... cela ruinerait votre partition à l'état "NoDos"). En fait, j'ai eu ce problème (clic sur OK) avec le PFS2, et savoir si cette version 3 évite cette catastrophe, je ne peux le dire car je n'ai pas pris le risque de perdre les quelque 500 Mo de données présentes sur la partition ou les fichiers relatifs à la maquette de Planet sont présents !

Les petits + agréable :

Un DiskDoctor est présent dans le paquetage de PFS3, enfin ! Son but ? Analyser les partitions utilisant le PFS et/ou les réparer ! (un peu à la manière des fonctions "Analyse" et "Repair" de DiskSalv). Vous dire si PFSDoctor (c'est son nom) est efficace m'est impossible car, à ce jour, j'ai toujours pas eu le moindre problème grave nécessitant une réparation par ce biais. Par contre, point de possibilité, à l'aide de ce logiciel, de récupérer des fichiers effacés (la seule méthode restant le .deldir). De plus, il est possible à l'aide de HDinstTools de sauvegarder dans un fichier l'état du "Rigid Disk Block" du disque dur... très utile lorsqu'il arrive que votre Amiga ne trouve plus aucune partition. Bref, c'est en quelque sorte une sécurité au cas où ça arrive.

Conclusion

Il est clair que le PFS3 est un très bon système de fichiers, voire sûrement le meilleur disponible sur plate-forme Amiga ou sur toutes autres machines !... car il est rapide, increvable, fiable (j'ai tout fait pour pouvoir démontrer le contraire, mais rien à faire : ça tiens la route !). Relisez encore une fois le chapitre "Les capacités du PFS3" si vous n'en n'êtes pas encore convaincus. Et bien que travaillant en "tâche de fond", une fois qu'on le possède l'on se demande vraiment comment l'on a fait pour s'en passer ! Le point négatif reste pour le .deldir qui, bien qu'étant très efficace, est assez chiant à utiliser (désolé, y'a pas d'autres façons de le dire :)) (NDLR : il existe une commande deldir pour DOpus Magellan qui simplifie grandement son utilisation : une fenêtre s'ouvre et on choisit les fichiers à reprendre).

Pour conclure, je ne dirais qu'une seule chose : pour exploiter et sécuriser au maximum ses données, le PFS3 est sûrement le système de fichiers indispensable, et en ayant tout de même une vraie sauvegarde sur un autre support (un CD-RW par exemple) on est vraiment à l'abri de toute surprise...

Attention, ni l'auteur de cette prose, ni le fanzine, s'engage sur la totale fiabilité du PFS3. Et nous serions en rien responsable d'éventuels dommages dus à l'utilisation de ce logiciel.

Annexe

Bien que n'ayant développé dans cet article uniquement les capacités du PFS3 sur disque dur, elles offrent les mêmes avantages sur d'autres supports, car il est bien sûr possible de l'utiliser sur une simple disquette DD ou HD Amiga, ainsi que sur d'autres supports tels que les cartouches Zip en utilisant simplement une liste de montage spécifique... (point non vérifié et non testé).

Nom : Professional File System 3.
Développeurs : Great Effect Development.
Genre : système de fichier.
Date : 1999.
Configuration requise : Amiga OCS, 68000, Kickstart 2.0.
Licence : commercial.
Prix : 350 FF environ (53 euros environ).

NOTE : 9,5/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]