Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 25 avril 2017 - 18:30  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Pandora
(Article écrit par Jean-Philippe Delalandre et extrait de Tilt - septembre 1988)


Retour vers la planète d'une cité spatiale livrée à la folie de son ordinateur... Parviendrez-vous à échapper aux robots-flics, aux abeilles géantes et aux hordes impitoyables de punks galactiques ? Suspens et humour sont au rendez-vous !

Pandora

Plantons le décor

En ce XXIIe siècle, le retour vers la planète d'une cité spatiale destinée aux missions d'exploration de longue durée, sous la houlette de son ordinateur bogué au troisième degré, pourrait passer pour un fait divers banal si ce n'était à vous qu'incombait la mission de mettre hors d'état de nuire l'astronef fou.

Pandora

La station, vue de dessus, dévoile ses étroites allées sillonnées d'agents de sécurité (robots ou humains), de personnages douteux et sans pitié (un punk à la crête multicolore), d'insectes géants, de plantes carnivores et de monstres non répertoriés. Il faut vous dissimuler sous de fausses identités pour espérer circuler sans être inquiété et entreprendre de fructueux échanges, avec l'équipage. Il suffit d'ailleurs de fouiller les nombreux cadavres qui jonchent le vaisseau pour se procurer les cartes d'identité nécessaires, ainsi que divers objets dont la présence peut parfois paraître incongrue dans ce contexte.

Rencontres et combats

Les transactions avec des personnages vivants ("je t'échange mon livre de Shakespeare contre une seringue") comme la fouille des cadavres font appel à un ensemble de fenêtres indiquant en permanence, sous l'image principale, le contenu du sac à dos, des poches ou les objets, présents en nombre limité, d'une fenêtre à l'autre en quelques mouvements de manette.

Pandora

Le personnage, que vous guidez également avec la manette, éprouve parfois quelques difficultés à se déplacer, mais ses plus gros ennuis ne sont pas à imputer à ce petit défaut d'animation. Les inévitables rencontres avec certains personnages mal intentionnés peuplant la station sont autrement plus redoutables et déclenchent automatiquement des bagarres dont l'issue dépend autant de votre état physique et de votre arme que de votre habileté à choisir le bon moment pour appuyer sur le bouton de tir.

Les coups que vous portez à votre adversaire atteignent en effet leur intensité maximale lorsque vous frappez dans l'instant qui précède le changement de couleur d'un indicateur de combat. Votre force physique ainsi que celle de votre adversaire sont indiquées en bas à droite de l'écran.

L'exploration de la station se fait donc sous la menace permanente d'une mort violente et sans appel, la partie ne pouvant être sauvegardée. L'accès à certaines pièces est interdit par une protection électrique que vous devez désactiver, mais vous pouvez librement vous introduire dans la plupart des cabines des membres de l'équipage. Les terminaux d'ordinateurs que vous y trouvez vous refusent l'accès aux informations tant que vous ne disposez pas de l'identité correcte. Au cours de la visite, les (bonnes) surprises ne manquent pas, telle la découverte inattendue d'un bar dont le pianiste se met à jouer à votre approche.

Pandora

Pandora dispose d'un scénario d'une richesse inhabituelle pour ce type de jeu ainsi que d'un traitement graphique attrayant. Cela fait de ce jeu un logiciel très attachant.

L'avis de Mathieu Brisou

Était-il vraiment nécessaire d'adapter sur ST et sur Amiga un jeu qui avait déjà fait la preuve de son manque d'intérêt sur C64 ? Certes, ces deux nouvelles versions bénéficient des qualités graphiques des 16/32 bits et peuvent faire un moment illusion. Mais il apparaît bien vite que Pandora appartient, hélas, à la catégorie des jeux dont la vacuité se pare d'une rutilance factice et trompeuse.

Le scénario devient vite ennuyeux et les défauts de l'animation qui bloquent trop souvent le personnage le livrent à la fureur meurtrière de ses ennemis. L'issue des combats semble souvent déterminée à l'avance et l'adresse du joueur n'est guère sollicitée. En outre, les versions Atari ST et Amiga sont en tout pixel identiques, ce qui ne manquera pas de décevoir les possesseurs d'Amiga qui sont en droit d'attendre une utilisation maximum des performances de leur rnachine.

Nom : Pandora.
Développeurs : PSI.
Éditeur : Firebird.
Genre : aventure.
Date : 1988.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 19,95 £.

NOTE : 6,5/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]