Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 30 septembre 2020 - 05:22  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z,
ALL


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Pubs pour matériels
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de No Exit
(Article écrit par Seb et extrait de Joystick - novembre 1990)


C'est l'histoire de deux testeurs qui se rencontrent dans un bureau, et qui tombent sur un jeu de chez Tomahawk (Coktel Vision).

- Tiens, Seb, justement je te cherchais. T'as vu No Exit ?
- Oh, Olivier, bah ouais que j'l'ai vu. J'y ai même joué. Et toi ?
- Non, pas encore. Mais ça a pas l'air génial. C'est quoi l'histoire ?
- Arf, l'histoire ? Y'en a pas ! Enfin disons qu'il y a un embryon de scénario.
- Ah ? Mais encore ?
- Mézenkor ?
- Arrête tes conneries, Seb. C'est très important, nous sommes actuellement lus par des dizaines de milliers de personnes. Il faut à tout prix leur expliquer l'histoire, sinon on est plus crédibles.
- Ok, excuse-moi, mais tu sais, comme dit ma mère, je suis un joyeux drille. Comme toi d'ailleurs, mais bon, je vois que tu as choisi la voie du professionnalisme journalistique, L'information toujours partiale. Même au péril de nos émotions personnelles et de nos convictions. Allons-y, soyons des journalistes !

No Exit

Laisse tomber. Pendant que tu disais je ne sais quelle connerie, moi, j'ai lu la documentation et j'y ai joué. Alors voilà, je vais tout expliquer aux lecteurs. C'est très simple, apparemment nous sommes plongés en plein dans les pires de nos cauchemars, et nous devons nous battre comme des acharnés contre un adversaire sans pitié. En gros, c'est un jeu de combat, ça se déroule sur six niveaux avec la possibilité de jouer à deux (l'un contre l'autre). On a aussi trois jokers nous permettant de nous transformer en monstre horrible durant quelques secondes. C'est tout.

No Exit

T'as un truc à rajouter ? Bah non, juste une chose, le problème est que je ne fais jamais de cauchemars, mon sommeil n'est envahi que par des papillons, des fleurs colorées et odorantes, des abeilles et des petits animaux qui ont l'air si gentils avec leurs grands yeux pleins d'amour ; donc, je ne peux pas jouer à ce jeu étudié pour les malades de la tête.

Après la page de présentation représentant le héros avec ses gros muscles gonflés, et le tout accompagné d'une musique amigatesque (lisez "fort jolie"), le joueur se retrouve devant une page qui lui permettra de déterminer les quatre compétences de son personnage : la force, l'efficacité, la vivacité, et la résistance. Une fois ces indications établies, on accède au premier des six tableaux que comporte le jeu.

No Exit

Les graphismes de fond ne sont pas animés, mais assez jolis et faisant très bien passer l'ambiance malsaine dans laquelle baigne No Exit. Les deux joueurs se font face (l'un d'entre eux dirigé par un humain, et l'autre par l'ordinateur ou un autre humain), et pour s'intimider mutuellement, ils se font des bras d'honneur.

Le combat commence. Les sprites ne sont pas très colorés, mais animés de façon assez rigolote : surtout la scène de la mort où le personnage se retire la tête dans un feu d'artifice de giclée de sang gorienne. Les joueurs humains se dirigent à la manette, et exécutent des coups classiques, coups de pied, coups de poing, roulade, saut, et un coup beaucoup moins classique, la transformation en monstre horrible (normal pour un monstre). Cette mutation est autorisée trois fois par partie, et le résultat est différent d'un tableau à l'autre.

No Exit

Les coups sont agrémentés de numérisations sonores et de bruitages très bien faits. Pour ce qui est de l'intérêt du jeu, il est assez faible. Pas seulement parce que l'action est limitée, il n'y a que des duels, mais surtout parce que le jeu est un peu facile. Il n'y a que six tableaux, et d'un niveau à l'autre, les ennemis changent et les décors aussi, mais les coups possibles sont toujours les mêmes.

En conclusion, je n'ai pas vraiment été emballé par No Exit, qui, me semble-t-il, a une durée de vie trop courte pour les experts de la manette que vous êtes.

Nom : No Exit.
Développeurs : Tomahawk (Coktel Vision).
Éditeur : Tomahawk (Coktel Vision).
Genre : jeu de combat.
Date : 1990.
Configuration minimale : Amiga OCS, 68000, 512 ko de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 249 FF.

NOTE : 4,5/10.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]