Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 26 juin 2017 - 12:31  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Reportage : NASS 2011
(Article écrit par Xavier Bodenand et extrait d'OrdiRetro - août 2011)


OrdiRetro vous offre un petit reportage sur le NASS 2011 où quelques membres de l'association étaient présents.

Le NASS, c'est quoi ? C'est le New Amiga Surgères Show, une convention de passionnés de l'Amiga et plus largement de la micro rétro et de ses évolutions contemporaines. Cette réunion organisée par l'association des 4A se déroule chaque année à Surgères (17) aux alentours du 14 juillet, pendant deux jours et demi.

Au menu, un accueil familial, de l'Amiga, du cochon, du jeu vidéo, du clip improbable des années 1980, des concours, des mojettes, de la bonne humeur, du lancer de CD, et j'en passe. Ça vous met l'eau à la bouche ? Alors suivez-nous pour ces trois journées de tourisme ecogeek !

Jour 1 : l'entrée

Arrivés vers 16h, il y a déjà une trentaine de personnes qui s'activent autour d'écrans et d'ordinateurs, pas de doute, on est au bon endroit. Yannick "Bip" Bridier et Gregos sont à la porte, Jean-Claude "Wario17" Bridier est partout, prêt à accueillir les nouveaux arrivants et à les mettre à l'aise tout de suite.


Une salle, des invités, des ordinateurs

On sent qu'ici, ça ne va pas être de l'informatique prémachée sous-cellophane, pas de Nouvelle Informatique 2.0 qui laisse sur sa faim mais bel et bien de l'ordi du terroir, de la terrine de 8 bits (tel ce Sinclair QL français, oui Monsieur), de la cassolette de 16 bits, du bon, du vrai, du mijoté. C'est dans les vieux pots qu'on fait les classiques, la recette est connue. Et en cadeau de bienvenue, un set de table illustré par la compagne d'un des membres de l'association qui vient d'avoir une petite fille. Du familial on vous a dit - et une famille qui s'agrandit.

Et comme si ça ne suffisait pas, Wario17, toujours lui, arrive avec deux cartons pleins à craquer de matériel Thomson. Un TO7, des jeux, des lecteurs de cassettes et de disquettes, un logiciel de dessin, des manuels et des livres de programmes... Averti que je cherchais ce genre de chose, il a offert un lot complet qui ira à l'association. Nous accueillerons donc un TO7 flambant neuf à la rentrée prochaine, merci le NASS et merci les 4A !


Le lot Thomson offert par Wario17 à OrdiRetro : merci !


Une table top qui a connu un succès certain


Un Amiga 600 en attente de transplantation

Débarquant tout juste, on fait le tour, on dit bonjour, on serre des mains, on s'embrasse. Car comme dans toute réunion de famille, on prend des nouvelles, on discute, on échange des souvenirs.

Ensuite, on se met à table, on déballe et on installe les machines. De notre côté nous voyageons léger avec un Mac mini G4 sous MorphOS (évolution moderne d'AmigaOS des temps héroïques) et un Minimig (un Amiga 500 dans un FPGA). Après on fait un tour, on admire la borne d'arcade quasiment achevée à l'entrée, réalisation en cours des 4A, on picore entre les configurations préparées pour l'occasion et les ordinateurs opérés à coeur ouvert pour une improbable résurrection. Et comme dans toute réunion de famille, ça se termine par un repas qui se prolonge tard dans la nuit, animée par Thomas "Saya" Vivet et sa collection incroyable de musiques et de clips en tous genres.


Un Mac mini G4, un Minimig, l'été nous voyageons léger

Jour 2, le plat de résistance

Attention, maintenant on passe au sérieux : du brutal, avec un goût de pomme. On arrive un peu après 10h, on s'est couché tard, ce sont les vacances, on se lève tard, on en profite. Les derniers sont arrivés le matin voire dans la nuit, tels Tony "Sinisrus" Canazza, David "Capucin" Marie et Christophe "Highlander" Delorme, les trois mousquetaires du Sud-Ouest. Plus de place libre sur les tables, des ordinateurs partout. La salle est comble.

Un naïf pourrait croire à une LAN party. L'oeil aguerri reconnaît des machines qui pour la plupart sont nées avant l'internet : des ordinateurs sans Facebook, ni MSN, des consoles sans PES ni PSN. Le naïf s'étonnerait alors de savoir quel peut-être l'intérêt de telles machines. La réponse est facile, prendre du plaisir ! Que ce soit avec des jeux simples mais captivants (qui peut résister à Lemmings ou à Tetris ?) ou bien en ouvrant les machines pour les réparer ou les personnaliser, tout est à portée, rien n'est bridé, tout devient possible. On a ainsi vu un Ti-99 chauffer sur Moon Patrol (foutu Point K !), Enzo et Nellow s'acharner sur Super Meat Boy et sa jouabilité au millimètre, une carte mère d'Amiga 1200 engluée (littéralement) sur une planche de contreplaqué tandis que d'autres se battaient pour installer une carte Compact Flash en guise de disque dur via un adaptateur. On sort le fer à souder, on s'échange des cartes, des pilotes, des conseils. Et il est déjà l'heure de manger.


Nellow en train de martyriser Super Meat Boy

Pour les non initiés, le samedi midi au NASS, c'est repas traiteur. Au menu cette année il y avait du taboulé, des crudités, un énorme bocal de cornichons mais surtout un cochon de lait entier, accompagné de haricots du coin et d'un rosé local. Et puis fromages et tartes en dessert. Histoire d'être sûr que tout le monde est repu. Gargantuesque.


La grande famille du NASS


On n'est pas dans un petit village breton mais au NASS

Alors forcément l'après-midi on est un peu lourd, on ferait bien la sieste. Mais c'est sans compter sur le programme concocté par l'équipe organisatrice. On a donc eu droit dans un premier temps à un tournoi sur Mario Kart 64, sur vidéoprojecteur. Au terme d'une finale serrée, Highlander s'est imposé devant ses adversaires. Puis ce fut un tournoi de Pong sur Amiga. Hayabusa (qui m'avait écrasé 15 à 3 en demi finale, je lui revaudrai ça) a finit par arracher la victoire à Laurent "Slobman" Stéphanoni, un habitué des podium du NASS. Et pour finir la journée, un tournoi sur Bomberman (version Super Nintendo émulée sur la borne d'arcade) s'est terminé par une nouvelle victoire de Highlander (oserai-je dire qu'il m'a battu 5 à 0 ? je suis sûr que c'était de la faute du cochon, il avait dû manger quelque chose de lourd).


Tournoi multijoueur sur Mario Kart 64


Concentrés sur Pong, toujours aussi efficace


Bomberman sur une machine d'arcade, ça devient sublime

N'oublions pas non plus de mentionner deux autres concours, l'estimation du poids de la bourriche et un concours de culture générale vidéoludique (des jeux à reconnaître d'après des captures d'écran). Ce dernier concours a eu peu de succès, ce qui m'a valu le plaisir de le remporter, grâce à la générosité de Gregos qui s'était transformé pour l'après-midi en maître de cérémonie ès concours :-). Comme vous pouvez le constater, l'après-midi fut ludique et festive et la soirée s'est prolongée fort tard dans la nuit, laissant tout le monde détendu et heureux.

Jour 3, le dessert

Après deux journées déjà bien remplies et une nuit fort courte, on est heureux de profiter d'un bon petit déjeuner : croissants, pains au chocolat, pot de Nutella qui passe de mains en mains. On reprend des forces. Le temps étant maussade, on guette un moment favorable pour la dernière compétition de cette édition 2011, le lancer de CD. Cette année, il s'agissait d'une épreuve de précision, il fallait viser un seau placé à quelques mètres des lanceurs. Ceux qui réussissaient à le toucher étaient qualifiés pour la finale. Celle-ci fut remportée par Vincent "WickedVinz" Stéphanoni qui réussi le tour de force de loger un CD dans le récipient pour l'occasion.


Lancer de CD : un art à part entière

Et c'est déjà l'heure de manger, on sort les salades, les restes de cochons et de cornichons, les yaourts, les gaufrettes et le brisé charentais. Personne ne peut quitter la table sans être plus que repu ! Le NASS, ça n'est pas fait pour maigrir.


La jeune génération prend la relève

Le temps a passé vite, ça fait déjà 48 heures que nous sommes là et le départ s'annonce. Certains sont déjà partis, la route est longue, l'événement attire du monde de la France entière, parfois même de Belgique. C'est à notre tour de remballer, de faire le tour pour saluer, de se dire à l'année prochaine, pour les 10 ans du NASS, qui se déroulera les 13, 14 et 15 juillet 2012 à la salle du Castel Parc.

Digestif

On se quitte, un peu triste mais content. Content des moments passés ensemble, content d'avoir revu des têtes connues et rencontré des nouveaux, content de voir que la passion brûle encore, pour l'Amiga d'hier et d'aujourd'hui et plus largement pour une autre informatique, loin des PC aseptisés et des jeux préformatés. Une informatique qui a du goût, une informatique chaleureuse et conviviale. Et ça c'est sûr, au NASS, on sait recevoir.

Note : merci à Higlander et Nelow pour les photos.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]