Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 26 juin 2017 - 00:30  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Napalm
(Article écrit par David Brunet - mai 1999)


Initialement développé par l'équipe d'Ablaze Entertainment sous le nom de Diversia, ce wargame a été repris et commercialisé par les Canadiens de ClickBoom / PXL Computer.

Briefing...

Napalm Le scénario de Napalm est on ne peut plus classique : des forces extra-terrestres totalement robotisées veulent coloniser la Terre mais se confrontent aux forces humaines du nom de UEDF (United Earth Defense Forces).

Vous avez le choix entre diriger l'armée des robots ou celle des humains. Les deux forces sont différentes mais chacune possède, à la base, des unités assez proches dans leur concept et leur fonction. Le menu principal propose deux modes de jeu : la campagne en solo et le jeu en réseau.

Du côté du matériel nécessaire, le jeu gère les résolutions AGA (PAL, DBLPAL...) et CyberGraphX et demande un processeur égal ou supérieur au 68030. Cela dit, pour jouer en haute résolution 640x512 à une très bonne vitesse, je vous conseille vivement un 68060 avec carte graphique. Avec d'autres configurations, Napalm reste jouable mais si vous n'avez qu'un 68030 AGA, il vaudra mieux utiliser le mode 320x256 dont la vision globale du terrain ne sera, bien sûr, pas optimale.

Une interface claire

Une fois sur le terrain, les graphismes sont à la hauteur de la présentation, c'est beau et détaillé ; l'aire de jeu est souvent parsemée de décors originaux et magnifiques (totems, trous de météorites, épave géante de vaisseau spatial...). Le terrain est en vue 3/4 haut avec une source de lumière venant du coin haut gauche de la carte ce qui donne un effet de profondeur aux différents objets.

Napalm

L'utilisation des unités est très aisée, tout se fait grâce à une gestion intelligente du curseur de la souris (contrairement à Warcraft 2 par exemple). En clair, le curseur change de forme ou de couleur suivant ce que l'on veut ordonner à nos unités : sélection, déplacement, attaque, amélioration, capture, cible... Il est bien sûr possible de sélectionner plusieurs unités en même temps (16 au maximum) afin de procéder à des déplacements ou des attaques en masse.

En plus d'une jouabilité excellente à la souris, Napalm possède un complément de touches au clavier pour faciliter certaines opérations comme le déplacement de la carte (avec les flèches), le retour à la base (avec la touche 0 du pavé numérique) ou encore l'autodestruction de vos constructions (avec la touche k). En pressant la barre d'espace, on retire la barre de sélection et on se retrouve en mode plein écran (très utile si vous jouez en basse résolution).

Napalm

En ce qui concerne le domaine sonore, il y a du bon et un peu de moins bon : on a droit à des bruitages impressionnants de réalisme (écoutez le lance-flammes !) et des voix numérisées qui ponctuent nos actions. Petit regret : lorsque l'on clique sur une unité ou sur un bâtiment, il n'y a pas de voix comme dans Dune 2, c'est un bruit naze et répétitif qui envahit nos oreilles. Optionnellement, vous pouvez aussi activer les pistes audio (une vingtaine) qui accompagnent joliment le jeu et les menus.

Beuaaaaarrrggg !

On nous a prévenus, c'est la guerre, et la guerre ce n'est pas facile. Clickboom l'a bien compris et nous a pondu un jeu spécialement conçu pour les experts. Ceux qui ne pensent qu'à massacrer l'ennemi sans réfléchir peuvent faire une croix sur Napalm car la stratégie est d'une importance redoutable dans les wargames et encore plus dans le cas présent.

Napalm

Les missions sont variées et d'une difficulté à peu près croissante (eh oui, seulement "à peu près" car certaines missions avancées m'ont paru étrangement faciles...). Vous devrez, par exemple, infiltrer la base ennemie avec un espion, protéger un convoi, détruire ses puits de pétrole, ou encore exterminer l'ensemble de ses constructions. Au fur et à mesure que l'on avance dans le jeu, le nombre d'unités et de bâtiments augmente ; dans le cas de la première mission de l'UEDF, seuls quelques bonhommes et une Jeep formeront votre armée, mais rassurez-vous, chaque nouvelle mission apporte son lot d'innovations, que ce soit au niveau des constructions ou des véhicules.

Napalm dispose d'une panoplie de bâtiments très variée qui vont des plus classiques (centrales d'énergie, raffinerie de pétrole, silo de stockage, radar...) aux plus novateurs (centre aérospatial, usine spéciale, camouflage...). Du côté des unités et des véhicules, c'est une panoplie encore plus large qui nous est offerte : de l'infanterie lente et fragile aux bastards ultra puissants, du saboteur au véhicule auto-explosif, des OVNI aux missiles nucléaires, presque tout a été pensé (il manque en effet des unités marines et sous-marines).

L'avantage ici, c'est que vous pouvez capturer, à votre compte, les bâtiments ennemis et ainsi augmenter vos propres ressources en énergie, en crédit ou en véhicules aux dépens de votre adversaire (ah ah !).

Le nerf de la guerre, c'est l'argent, et à partir de la 3e mission, vous y serez confronté. Ici, l'argent est obtenu en produisant du pétrole (représenté par les tâches noires sur le sol). Sans pétrole, pas de possibilités de s'accroître géographiquement et militairement ; votre ennemi est dans le même cas que vous, d'où l'importance du placement des puits de pétrole (c'est la guerre économique).

Napalm

Dernier point, Napalm propose également un mode deux joueurs (via modem, null modem, IPX ou TCP/IP, bref la totale). Ce mode si intéressant au premier regard est en fait assez décevant. D'abord, c'est l'un contre l'autre et c'est tout ! Pas question de cohabiter à deux contre l'ordinateur... De plus, lorsque l'affrontement est fini, c'est retour au... menu ! Il n'y a, en effet, qu'une seule mission dans le mode deux joueurs. De plus, un bogue arrive souvent lors de longues missions en réseau, c'est la désynchronisation : la partie n'en est pas au même point selon les deux joueurs... C'est quand même dommage que le jeu en réseau ne soit pas à la hauteur du reste.

Une réussite probante

Cela faisait longtemps qu'un bon wargame n'était pas sorti sur Amiga, Napalm met au placard tous ses prédécesseurs et talonne les meilleures productions des autres plates-formes (StarCraft par exemple). Il est incontournable pour tous fanas de stratégie guerrière car, en plus d'être beau, il est super jouable et dispose d'une variété impressionnante de véhicules. La petite déception vient du mode deux joueurs insuffisant, mais bon, ClickBoom a encore le temps de se rattraper en nous pondant quelques mises à jour supplémentaires.

Nom : Napalm (version 1.4).
Développeurs : ClickBoom.
Genre : jeu de stratégie.
Date : 1999.
Configuration minimale : 68030, AGA, disque dur, lecteur de CD x2, 16 Mo de mémoire.
Configuration souhaitée : 68060, carte graphique, disque dur, lecteur de CD x8, 24 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 369 FF (56 euros).

NOTE : 9/10.

Les points forts :

- Les graphismes soignés.
- Les bruitages et voix numérisés.
- Grand nombre de véhicules et missions variées.
- Jouabilité et interface efficace.

Les points faibles :

- Pas de version PowerPC.
- Mode deux joueurs insuffisant.
- Parfois trop difficile.
- Prix un peu trop élevé.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]