Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 21 août 2017 - 21:39  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de MorphOS 2.3
(Article écrit par David Brunet - août 2009)


MorphOS 2.3 Que fait l'équipe de développement de MorphOS pendant les vacances ? Réponse : elle travaille. Preuve en est, la sortie de la version 2.3 de MorphOS en ce début août.

Présentation et installation

Cette version 2.3 du système d'exploitation MorphOS est donc disponible depuis le 6 août 2009. Il s'agit de la troisième mise à jour "mineure" depuis la publication de MorphOS 2.0 le 1er juillet 2008. Le rythme des sorties est assez soutenu ces derniers temps et on espère que cela continuera. Il est en effet plus agréable pour un utilisateur de voir que du nouveau arrive régulièrement, que d'être dans l'expectative.

Comme pour ses grandes soeurs, cette version de MorphOS est disponible à l'adresse morphos-team.net/downloads.html. Elle est gratuite pour les utilisateurs enregistrés. Sans clé d'enregistrement (qui vaut 150 euros), elle est tout de même utilisable par session de trente minutes avant que le système ralentisse. MorphOS 2.3 est destiné aux Pegasos I/II et aux Efika 5200B, la version pour Mac mini devrait être pour... la prochaine fois (avant la fin de l'année ?).

Deux modes d'installation sont possibles : l'installation complète et la mise à jour par-dessus un ancien MorphOS 2.x. Cette dernière conserve vos préférences et vos fichiers cruciaux pour faire une transition la plus transparente possible. Par contre, la copie du fichier boot.img sur une partition tierce n'est toujours pas gérée (il faudra le faire soi-même). Pour plus de détails sur cette installation, vous pouvez lire la page dédiée sur le site de MorphOS ou bien notre tutoriel sur l'installation de MorphOS 2.x.

Les principaux changements

Voici une sélection des principaux changements qu'apporte cette version 2.3.

Optimisation de l'affichage

La bibliothèque Layers peut gérer, depuis MorphOS 2.0, les écrans/fenêtres avec l'aide des fonctions 3D de la carte graphique. Or, aucune option et peu d'optimisation avaient été proposées jusque-là. Maintenant l'affichage 3D a son propre menu de préférences (nommée Display Engine), aux côtés des autres préférences du système. On peut y enclencher le double (voire triple) tampon mémoire pour les écrans. Cela supprime tout effet de scintillement ou de bavure mais consomme plus de puissance processeur et de mémoire graphique que le mode classique. Ce dernier est donc à privilégier pour les maniaques de la vitesse à tout prix.

Une autre option est possible aussi : équilibrer la charge processeur entre le rafraîchissement et les autres tâches. Avec ça, le défilement d'une page dans un navigateur (par exemple) est moins lent que dans les versions précédentes. Cette sensation de vitesse nouvelle est surtout perceptible sur Efika 5200B.

MorphOS 2.3
Les quelques paramètres de la préférence "Display Engine"

L'affichage 3D consommant pas mal de mémoire graphique, les développeurs ont ainsi ajouté la possibilité d'activer cet affichage 3D seulement dans les écrans que l'utilisateur souhaite. Cette option se matérialise par un bouton à cocher dans la préférence "Screen", plus précisément dans la fenêtre de paramétrage de chaque écran. Ainsi, les possesseurs de carte graphique avec 32 Mo de mémoire ou moins peuvent aussi profiter de ce mode d'affichage sans crainte de saturation.

MorphOS 2.3
L'affichage 3D peut être configuré pour chaque écran individuellement

Il semble que seuls les écrans MUI puissent être gérés par l'affichage 3D. Ceux d'applications tierces telles qu'Art Effect ou FxPaint gardent l'affichage classique.

En outre, des routines dans la bibliothèque Intuition ont été retravaillées pour permettre un redimensionnement plus fluide des fenêtres. Ce genre d'optimisation avait déjà été fait dans une précédente version de l'OS. Cela en résulte en des redimensionnements et déplacements de fenêtres effectivement plus agréables à l'oeil. Et avec l'activation de l'affichage 3D, ces actions font apparaître un cadre en transparence du plus bel effet (avant, seul le contour de la fenêtre était visible).

MorphOS 2.3
Le déplacement/redimensionnement d'une fenêtre peut soit se faire d'une
manière solide, soit avec un cadre de transparence comme ci-dessus


De nouvelles SBar

Les SBar (Screen Bar) sont des fonctions/outils inclus dans la barre de titre des écrans. Deux SBar supplémenataires ont fait leur apparition avec MorphOS 2.3 : Memory et Eject. Memory affiche des informations sur la mémoire vive (libre ou utilisée) via une jauge graphique ou un nombre. Ce n'est qu'une première version qui ne demande qu'à s'améliorer, on aurait aimé par exemple avoir la même chose pour la mémoire graphique, ou bien pouvoir afficher seulement le texte sans la jauge. Eject est, quant à lui, un outil pour monter/éjecter toutes sortes de périphériques. Cela concerne bien sûr les CD/DVD, mais aussi les clés USB, les images ISO ou encore les objets Samba. C'est donc bien plus qu'un simple clone de l'Eject de Mac OS X !

Ces nouvelles SBar ont malheureusement un point faible commun : elles sont peu visibles sur les écrans habillés de thèmes sombres (comme le mien). Il faut donc reconfigurer soi-même l'aspect MUI de la SBar pour la mémoire, afin qu'elle soit en harmonie avec le thème graphique. Par contre, cela est impossible à faire pour Eject car le graphisme représentant l'éjection est codé "en dur", ce qui interdit toute modification.

A noter que tout le monde peut créer des modules SBar. Ainsi, le collectif AmigaZeux a proposé, quelques jours seulement après la sortie de MorphOS 2.3, deux modules pour la mémoire et le processeur. Ces derniers sont d'ailleurs plus complets et plus jolis que ceux d'origine.

Origyn Web Browser

Le navigateur Origyn Web Browser fait maintenant partie du système, dans le répertoire "Applications". Le précédent navigateur inclus dans MorphOS, Sputnik, est toujours présent mais n'a pas bougé d'un iota. Le développement rapide d'OWB pour MorphOS ces derniers mois a rendu Sputnik quasiment inutile. La version 1.4 d'OWB est ainsi le navigateur par défaut de MorphOS, c'est par lui que passe les actions d'OpenURL par exemple.

Cette version d'Origyn Web Browser a été compilée sans la gestion du format SVG afin de la rendre utilisable sur les Efika 5200B et leurs petits 128 Mo de mémoire. Les changements les plus notables par rapport à la version 1.3 sont l'implémentation d'un système de greffons compatibles NPAPI (malheureusement, aucun greffon n'est encore disponible) et une nouvelle gestion des cookies. Celle-ci permet d'utiliser correctement les sites de courrier en ligne comme GMail et Hotmail.

MorphOS 2.3
OWB 1.4

Installer

Du temps de Commodore, les procédures d'installation d'AmigaOS étaient standardisées grâce à l'outil Installer. MorphOS inclut dorénavant un outil similaire et éponyme, codé par Guido Mersmann. Celui-ci reprend toutes les fonctions de son ainé, tout en lui supprimant ses bogues et en offrant plus d'options et une interface plus jolie. Il n'y a donc plus besoin de reprendre l'Installer d'AmigaOS 3.x. Il s'agit là d'un ajout judicieux (et souhaité par de nombreux utilisateurs).

MorphOS 2.3
L'Installer de MorphOS

Toujours à l'heure

Très utile également, les développeurs de MorphOS ont inclus la commande SetClockNTP. Celle-ci permet de régler l'heure de façon dynamique grâce à une connexion à un serveur NTP. Pour l'utiliser, il faut d'abord configurer votre ville dans la préférence "Locale" de MorphOS puis créer par exemple un script avec à l'intérieur les deux commandes l'une en dessous de l'autre : "C:WaitForPort INTERVAL=1 LOOP=1 NETSTACK" et "C:SetClockNTP SAVE >NIL:". Mais il serait sans doute plus malin d'intégrer cette commande dans la préférence "Time", ce serait surtout plus simple à mettre en oeuvre. A noter enfin que certaines zones du monde ne sont pas compatibles avec les serveurs NTP, autrement dit, cette commande n'est pas utilisable partout.

Divers

D'autres changements, plus mineurs, peuvent aussi être mentionnés :
  • Les paramètres de démarrage pour l'affichage 3D et la "memtrack" sont devenus obsolètes. Vous pouvez les supprimer de votre ligne de démarrage de l'Open Firmware.
  • La sortie du fichier de débogage est maintenant possible en mémoire vive sur Efika 5200B.
  • Le problème de DMA avec les Compact Flash a été résolu.
  • Time est une nouvelle commande permettant de connaitre depuis combien de temps telle ou telle tâche est en activité.
  • L'économiseur d'écran "C64Retro" a été ajouté. Il reprend l'aspect de l'interface texte du C64.
  • Les classes MUI Lamps et Netlamps ont été améliorées.
  • La Grèce fait son entrée dans les pays gérés et plusieurs catalogues en grec ont été ajoutés.
  • Il est possible d'ajouter des interfaces réseau tierces dans le menu de préférence "Network".
  • HDConfig gère mieux les périphériques SCSI au-delà de l'unité 7.
  • Ambient, Kryptos et Reggae ont connu quelques petites améliorations çà et là.
Deux gros bogues en moins

Que serait une nouvelle version d'un logiciel sans les habituelles suppressions de bogues ? MorphOS 2.3 arrive ainsi avec la résolution de deux gros bogues : les divers problèmes de l'USB et le comportement à risque de l'ide.device.

Chris Hodges, le gros du HID

La chose qui m'avait le plus ennuyée lors du passage à MorphOS 2.0 fut la multiplication des incompatibilités de périphériques USB. Manette de jeu, baladeur MP3 et appareil photo étaient devenus presque inutilisables. Mais avec la nouvelle version de la pile USB Poseidon (4.2), Chris Hodges a réglé tous mes problèmes.

Cette correction générale de bogues/incompatibilités est vraiment la bienvenue tant l'USB est devenu incontournable. Cependant, quelques utilisateurs n'ont pas trouvé cette mise à jour salvatrice. Sur Efika 5200B par exemple, si on n'a plus besoin de brancher/débrancher la souris pour qu'elle soit reconnue, divers nouveaux problèmes sont apparus comme le gel du système lors du branchement de périphériques USB. D'autres utilisateurs ont fait des tests sur Pegasos I/II : des périphériques bien reconnus en EHCI/OHCI (ports USB internes ou carte USB avec puce VIA) souffrent de différents maux sur contrôleur OHCI. En résumé, une partie des utilisateurs ont retrouvé une pleine utilisation de l'USB alors qu'une autre partie reste à la recherche d'une solution.

La dernière partition

Un fichier nommé "Important-français.txt", situé dans le répertoire "Docs" nous apprend que la dernière partition de votre disque dur était potentiellement dangereuse (pour vos données). Les versions antérieures à MorphOS 2.3 étaient fournies avec un ide.device (ceux dont la version était inférieure à la 51.12) qui comportait deux bogues sérieux :

1. Il calculait un secteur de trop par rapport à la taille totale du disque
2. Il ne gérait pas correctement les requêtes de lecture/écriture pour les secteurs au-dessus de la limite de 2 To.

La conséquence de ce premier bogue était une mauvaise construction du RDB des partitions si le disque était partitionné entièrement, et en partant de zéro, depuis HDConfig. Du coup, la dernière partition faisait un secteur de plus que la capacité du disque.

Le formatage de la partition avec SFS fonctionnait pourtant parfaitement, cela étant du à un bogue dans SFS lui-même. Les versions de SFS antérieures à la 1.218 ne géraient pas correctement les erreurs de lecture/écriture (la requête était répétée avec le mauvais nombre de secteur), alors qu'en réalité il s'agissait d'adresses au-delà de la frontière des 2 To. Associé au second bogue, le secteur manquant se trouvait réaffecté quelque part sur le disque, entraînant des comportements imprévisibles du système. Des données étaient écrasées par la sauvegarde du bloc racine ("rootblock") SFS de la partition boguée. De plus, si le secteur réaffecté était écrasé par d'autres données, la partition boguée devenait non-DOS et donc illisible.

Les bogues de l'ide.device et de SFS cités précédemment ont été corrigés. Mais il est quand même plus prudent de jeter un oeil sur la dernière partition de votre disque dur. HDConfig peut réparer une géométrie de disque non correcte. Vous pouvez aussi effectuer une sauvegarde des données de votre dernière partition et la reformater.

En route vers le Mac

En développement depuis au moins 18 moins, la version de MorphOS pour Mac mini semble plus proche que jamais. L'équipe de développement de MorphOS n'a pas annoncé de date de disponibilité, mais on sent que des éléments du système ont déjà été adaptés pour une prochaine utilisation du système sur matériel Mac.

On peut citer par exemple HFS+. Ce système de fichiers journalisé est/était utilisé dans toutes les versions PowerPC de Mac OS X. Cela permettra, à partir de MorphOS, de reconnaître les partitions Mac du Mac mini et d'autres machines. La version livrée dans MorphOS 2.3 vient cependant avec deux limitations : elle est en lecture seule (on ne peut donc pas écrire dessus) et elle ne gère que les "data fork" (la partie d'un fichier contenant les données utiles, à opposer au "resource fork").

Hormis le système de fichiers, MorphOS s'est aussi adapté au matériel Mac pour la souris. En effet, la souris des Macintosh a l'originalité (certains diront la lacune) de n'avoir qu'un seul bouton. Une commodité, ShiftClick, a donc été créée pour remplacer le bouton manquant de la souris Mac par une touche du clavier. De plus, certaines actions sur le bureau sont maintenant également effectuables avec un seul bouton. C'est le cas notamment de l'accès aux différents gadgets (zoom, profondeur...).

MorphOS 2.3
ShiftClick pour simuler un second bouton pour les souris Mac

Les points faibles

Même si MorphOS progresse, il garde des points faibles et des lacunes diverses. D'abord, on regrette toujours le prix élevé de sa licence (150 euros) et sa disponibilité pour des machines d'occasion (Pegasos I/II) ou neuves mais peu puissantes (Efika 5200B). La version pour Mac mini devrait offrir suffisamment de machines bon marché et puissantes, mais là encore il ne s'agit que de l'occasion.

Côté fonctions, on attend une amélioration du panel (la barre d'icônes) car on ne peut toujours pas y afficher du texte ni y ajouter des sous-menus. Le bureau Ambient, qui avait bien progressé en 2007 et 2008, n'a pas beaucoup changé. A quand les menus personnalisables (pas de bidouille en ARexx !), la lecture vidéo dans les miniatures ou le client FTP intégré ? Ambient dispose d'une grande base de types MIME mais relativement peu sont configurés (par exemple, les fichiers HTML et PHP sont ouverts par l'éditeur de texte au lieu du navigateur Internet, et aucun format vidéo n'est visualisable par défaut, etc.).

Avant cette version 2.3, les deux grands manques issus d'AmigaOS 3.x étaient Installer et ARexx. Le premier fait maintenant partie du système. Par contre, on attend encore et encore la finalisation de l'implémentation d'ARexx (pour l'utiliser, on est obligé de copier le fichier "rexxsyslib.library" depuis AmigaOS 3.x). Moins urgent mais très utile aussi, on aimerait un nouveau système de fichiers gérant les fichiers et partitions de grande capacité. SFS est très bien mais il est limité pour la taille des partitions ; Ext2/3 gère les grandes capacités mais il est moins rapide et ne dispose pas d'outils de réparation/défragmentation.

Enfin, quelques petits bogues ont la vie dure : les panels qui ne se referment pas, le fait de renommer un raccourci sur le bureau qui le supprime lors du redémarrage, ou bien le changement du volume via la SBar dédiée qui n'affecte que le volume principal (le haut-parleur interne et la prise casque sont toujours à fond), etc.

Conclusion

Cette version 2.3 de MorphOS apporte des améliorations utiles (comme OWB, Installer ou SetClockNTP) optimise le système encore un peu plus et supprime quelques bogues gênants. Même si des manques se font encore sentir, le rythme de sortie des nouvelles versions n'augure que du bien en perspective. La gestion du Mac mini G4 semble imminente, mais on espère que le prix de la licence baissera pour qu'on puisse avoir une solution complète (matériel/système d'exploitation) la moins chère possible.

Nom : MorphOS 2.3.
Développeurs : MorphOS Development Team.
Genre : système d'exploitation.
Date : 2009.
Configuration minimale : Pegasos I/II ou Efika 5200B, 128 Mo de mémoire, carte graphique Permedia 2, SIS, Volari V3XT, Voodoo ou Radeon.
Licence : commercial.
Prix : 150 euros, mise à jour gratuite depuis la version 2.0, 2.1 ou 2.2.
Téléchargement : www.morphos-team.net/downloads.html.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]