Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 25 novembre 2017 - 03:13  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Matériel : Kit ROM 3.1
(Article écrit par Yann Erick Proy et extrait d'Amiga News - octobre 1994)


L'A2000 n'est pas mort, il "d...émarre" encore !

Voici le point sur les différentes façons de mettre à niveau le Kickstart d'un vieil Amiga, y compris le tout nouveau kit AmigaOS 3.1.

Lorsque s'est présenté à moi le choix d'acquérir un PC à peu de frais ou de regonfler mon vieil Amiga 2000, je n'ai guère hésité : l'Amiga soutenait la comparaison avec le PC pour mes besoins (programmation en C et C++, rédaction en TEX/LaTEX). Ceci était l'argument de la raison, quant à l'argument de la passion... ne dit-on pas que l'Amiga est le premier ordinateur à posséder une âme ?

Dur, dur, le hard

Cependant, remettre plus ou moins à niveau un vieux A2000 (A2000B de 1990 avec ECS et 1 Mo de mémoire Chip) ne fut pas une mince affaire. Côté matériel, CIS a prestement effectué la mise à jour d'un vieux contrôleur SCSI "GVP Impact SR-2" pour pas très cher, ainsi que d'une carte GVP A3001 à 28 MHz de seconde main achetée pour l'occasion (opération gratuite, bravo CIS !). Le disque dur Seagate de 45 Mo livré avec la SR-2 étant devenu un peu étroit au vu de la taille actuelle des logiciels (SAS/C 6.51 : 4 à 5 Mo ; GCC 2.6.8 : près de 17 Mo, non-compressé et sans les sources...), un disque SCSI Maxtor de 330 Mo lui a été adjoint, à l'aide d'une nappe SCSI "daisy-chain".

Le réglage de ces deux disques pour qu'ils s'acceptent mutuellement ne fut pas une partie de plaisir : pas moyen d'identifier le terminateur SCSI censé se trouver sur le dernier disque de la chaîne (donc sur le Seagate, initialement). Il fallut donc changer l'identificateur SCSI (SCSI ID) du Seagate (livré sans documentation, agrôôô, agr, agr !) pour le mettre à 1 et faire passer le Maxtor devant (SCSI ID 0). Mais qu'adviendra-t-il lorsqu'un lecteur de CD sera branché sur le connecteur SCSI externe ? Seul ce dernier sera censé porter le bouchon de terminaison SCSI...

La route des ROM

Quoi qu'il en soit, il ne restait plus qu'a se pencher sur l'aspect logiciel (système). Las ! Jusqu'il y a peu, une seule possibilité officielle existait : passer du système 1.3 au 2.1. Le tardif kit de mise à jour (janvier 1992, presque deux ans après l'A3000) de Commodore semblant avoir disparu des étagères, il fallait pour cela acheter au détail la ROM 2.04, ainsi que les disquettes et les manuels du Workbench 2.1 (environ 900 FF). Le 2.1 n'étant pas, loin s'en faut, la dernière version du système cela n'était guère satisfaisant et poussait à explorer des solutions plus exotiques...

La première était d'opter pour les ROM 3.0 (vraisemblablement, celles de l'A1200) proposées par Serele au sein d'un kit vendu près de 1300 FF (avec un "multi-start" permettant de conserver la ROM d'origine). Ce choix était pourtant hasardeux, compte tenu de l'avis d'Eric Cotton (alors ingénieur logiciel de Commodore) maintes fois répété sur Usenet que l'utilisation des ROM 3.0 sur une machine autre que les A1200 ou A4000 n'était pas fiable.

La seconde, probablement très répandue, était de recopier en RAM une image des ROM 3.0 (voire des ROM 3.1, présentes sur la CD32) et d'utiliser cette image en guise de Kickstart par la modification des vecteurs appropriés, grâce à des logiciels tels que ZKick, SKick ou MKick. On remarquera d'abord que cela n'est légal qu'à condition soit d'être développeur certifié ou agréé Commodore et d'utiliser les fichiers de Kickstart fournis à cet usage, soit de posséder ces ROM, par exemple en les ayant achetées au détail ou en ayant un A1200 ou un A4000 éteint à côté (il y a copie illicite du logiciel système si cette machine est allumée : utilisation simultanée sur plusieurs machines...). L'autre remarque est que pour les heureux possesseurs de cartes accélératrices avec de la mémoire Fast 32 bits, le système est beaucoup plus rapide du fait que le processeur accède à la "ROM" à sa propre vitesse (28 MHz sur une A3001/28 MHz...) plutôt qu'à la vitesse du bus du 68000 : 7,09 MHz.

Une ROM qui rame

J'ai pu tester cette solution, avec MKick 1.6. Cela marche plutôt bien : une fois le Kickstart 3.0 installé en mémoire vive (donc 512 ko de moins pour la mémoire disponible...), on redémarre toujours en 3.0 après un redémarrage, à moins d'un plantage bien sévère. On peut cependant noter quelques imperfections. Ainsi le disque de couleurs ("color wheel") du réglage de la palette des préférences reste-t-il désespérément noir bien que fonctionnel. De plus, MKick taquine le Gourou avec la carte A3001, une fois le Kickstart installé en mémoire vive (l'honneur est sauf, cela marche quand même...).

Il s'agit donc là d'une solution bancale. En particulier, sur un A2000 avec un contrôleur de disque dur "Autoboot", le système de fichiers ("file system", qui est recopié dans une zone à part du disque, les RDB, "Rigid Disk Blocks", en amont de la première partition) est chargé avant même l'exécution de la startup-sequence et il n'est donc pas possible de le choisir en fonction de la ROM avec laquelle on a démarré. Il faut donc choisir dès la préparation du disque (GVP FaaastPrep, HDToolbox, etc.) quel système utiliser : OFS 1.3, FFS 1.3 ou FFS 3.0. Or, avec une ROM 1.3, l'A2000 démarre forcément en 1.3 à la mise sous tension, même si, grâce à MKick, il démarre ensuite en 3.0...

À l'usage, cependant, le FFS 3.0 s'accommode bien d'une ROM 1.3. Tout comme le FFS 1.3 tolère volontiers une ROM 3.0. Mais il est alors impossible de créer des liens sur les fichiers ou d'utiliser la notification, AmigaDOS 1.3 ne reconnaissant pas encore les paquets ACTION_MAKE_LINK ou ACTION_ADD_NOTIFY. Par contre, la version modifiée du FFS 3.0 qu'est le système de fichiers MultiUser ne semble pas digérer la ROM 1.3, lors de la mise sous tension.

ROM 3.1 : noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir

Mais tout ceci n'est plus qu'un lointain souvenir car, depuis peu, Tecsoft distribue en France un kit de mise à niveau 3.1 pour A500, A2000, A2500, A3000, A3000T et A4000 (pourquoi l'A1200 a-t-il été évincé ?). Ce kit est fabriqué et distribué par Village Tronic GmbH, la maison d'outre-Rhin qui fabrique les cartes Picasso.

"AmigaOS 3.1" se présente sous la forme d'une boîte noire contenant :
  • Une feuille A4 recto-verso pour le montage de la ROM,
  • un aide-mémoire AmigaDOS sur papier glacé,
  • Trois manuels, noirs eux aussi, "DOS", "Workbench" et "ARexx",
  • Six disquettes, noires encore,
  • Et cette fameuse unique ROM de 512 ko (pour les A500 et A2000 ; les A3000 et A4000 ayant droit à deux ROM 256 ko), noire toujours...
C'est à peine si un début de semblant d'arc-en-ciel vert-rouge-bleu-jaune vient égayer ce noir omniprésent. De qui diable l'Amiga doit-il porter le deuil ? De Commodore ? Ou bien de lui-même ?

La première impression fut que tout cela était bien fait, la seconde fut que... pas tant que ça : le gabarit en carton maintenant ROM et disquettes en place dans la boîte s'était émietté en répandant une multitude de particules de carton sur les disquettes (non protégées dans un emballage papier on plastique), et la ROM avait certaines pattes tordues !

À coups de tournevis

La documentation précise que la mise en place de la ROM devrait être opérée par un réparateur agréé Amiga. Je n'ai pourtant pas éprouvé de difficulté particulière : j'ai suffisamment ouvert les entrailles de l'A2000 pour savoir que la bête est robuste. Aussi ai-je démonté le capot de l'A2000 sans arrière-pensée, après en avoir débranché tous les câbles, dévissé et dégagé le bloc d'alimentation et de même pour les disques, et enfin, ôté la ROM 1.3 sereinement, en me servant d'un... vulgaire tournevis en guise de levier ! Attention cependant... il n'y a pas d'angoisse à avoir mais il ne faut tout de même pas fourailler dans l'A2000 comme dans un moteur de deux-pattes : c'est à vos risques et périls ! A ce propos, si votre prise d'alimentation de la carte mère est, comme chez moi, du genre obstiné, il vaut mieux ne pas la brusquer : ne pas la retirer et poser le bloc d'alimentation en hauteur, par exemple sur le capot, que l'on aura placé derrière la machine. Quant au retrait de la ROM, la technique consistant à faire levier entre celle-ci et son support plastique, alternativement à chaque extrémité, a fait ses preuves : en quelques itérations la ROM sort sans dommage.

La nouvelle ROM se place aussi aisément : il suffit de l'enfoncer avec force après s'être assuré que :
  • La ROM est dans le bon sens (repérer l'extrémité portant l'encoche ou le point sur l'ancienne avant de l'ôter),
  • Ses pattes sont bien en face des trous (généralement les pattes sont légèrement plus écartées que le support, il faut donc introduire légèrement une rangée de pattes avant d'appliquer une pression latérale pour que la seconde rangée puisse prendre place à son tour).
Les âmes sensibles appliqueront avec bonheur la technique consistant à enfoncer la ROM progressivement en appuyant alternativement sur les extrémités (sans tordre les pattes...).

1, 2, 3... démarrez !

L'A2000 démarre désormais en 3.1 : "Kickstart version 40.63, Workbench version 40.24", pour être précis. On se reportera aux descriptions des systèmes 2.0 et 3.0 parues dans les numéros antérieurs (la série "Bienvenue sur Amiga", de Laurent Camarasa, par exemple) pour savoir ce qui a changé entre le 1.3 et le 3.0. L'A2000 ainsi "revampé" est difficile à reconnaître :
  • Workbench bien plus confortable avec une apparence "3D", la possibilité de lister absolument tous les fichiers (avec des icônes par défaut ou par le nom de fichier), une meilleure gestion d'écran (suraffichage possible, nombre de couleurs non limité à quatre...),
  • Francisation du système grâce à la localisation (dont profitent les logiciels récents même ceux dit "librement distribuables"),
  • Intégration d'ARexx, langage de macros et de communication inter-applications,
  • Commandes AmigaDOS plus nombreuses et efficaces,
  • Reconnaissance de lecteur de disquette haute densité 1,76 Mo,
  • Gestionnaire de disquettes au format PC CrossDOS intégré,
  • etc.
Par rapport au 3.0, le 3.1 apporte l'assurance d'un bon fonctionnement sur les machines antérieures aux A1200 et A4000. J'ai cependant éprouvé une petite difficulté : mon second disque dur (SCSI ID = 1) n'est pas reconnu à la mise sous tension. Il suffit cependant d'un redémarrage à chaud pour que tout rentre dans l'ordre. Il suffit donc d'ajouter au début de la startup-sequence" les lignes :

  C:Assign >NIL: DH11: EXISTS
  If WARN
    C:Reboot
  EndIf

Il apporte également :
  • De nouveaux types de données pour être utilisés par l'amigaguide.library (anim.datatype, cdxl.datatype),
  • Un système de fichiers pour la lecture de CD (CDFileSystem),
  • Des bibliothèques dynamiques pour le multimédia ou le jeu (realtime.library, lowlevel.library) et pour la gestion de cartes de mémoire non volatile (nonvolatile.library),
  • Une nouvelle commande pour précharger une bibliothèque, un "device", une police de caractères ou un catalogue (LoadResource).
Ce que tu ressens est l'accélération...

Sinon, l'emballage stipule que le 3.1 intègre RTG (ReTargatable Graphics), qui donne la possibilité d'utiliser la carte graphique Picasso pour le Workbench ("jusqu'à 1600 par 1200 en 256 couleurs" disent-ils), et que les routines graphiques ont été réécrites pour de meilleures performances. Ce dernier point est aisément vérifiable avec le logiciel d'évaluation de performance AIBB (version 6.1). Les différentes figures montrant les résultats des tests effectués par AIBB mettent en compétition les configurations suivantes (on note "FAST ROM" le fait de recopier la ROM en mémoire Fast 32 bits) :

"You" : A2000 ECS, GVP A3001 28 MHz, FAST ROM 3.1, 1 Mo CHIP,
"A3001-28" : idem mais avec FAST ROM 3.0,
"Combo340" : A2000 ECS, GVP Combo 340 40 MHz, FAST ROM 3.0, 1 Mo CHIP,
"A3000-25" : A3000 ECS 25 MHz, ROM 2.0, 2 Mo CHIP 32 bits,
"A4000-40" : A4000-40 25 MHz, ROM 3.0, 2 Mo CHIP 32 bits.

Kit ROM 3.1

Le test "LineTest" est un test graphique de bas niveau permettant d'évaluer plutôt les circuits graphiques. Les trois 2000 ont ainsi le même score tandis que l'A4000 décroche le pompon grâce au jeu de composants AGA (l'A1200 obtient 1,28 à ce test). Le 0,80 de l'A3000 provient de l'absence de FAST ROM (un A2000 obtient dans ce cas 0,88 s'il est accéléré, 0,54 sinon).

Kit ROM 3.1

Le test "WritePixel", par son utilisation intensive des couches graphiques du système, met en évidence l'accélération fournie par le 3.1. AIBB l'estime à 16% environ (1,16 contre 1.00). L'intérêt de la FAST ROM est encore plus évident ici puisque sans cet artifice l'A2000/28 MHz et ROM 3.1 passe de 1,16 à 0,37, score inférieur à celui de l'A3000, sans doute à cause de la mémoire Chip 32 bits de ce dernier. Les deux autres tests permettent d'apprécier la puissance relative des différentes configurations (hors calculs avec des réels flottants) ainsi que la vitesse de leurs accès mémoire. Ils sont donnés ici pour éclairer les deux précédents. On y voit d'une part que la hiérarchie est respectée pour les processeurs, avec toutefois, pour les 68030, des rapports de puissance pas vraiment égaux aux rapports de fréquence : si AIBB donne bien un rapport entre Combo340 et A3000/25 MHz égal à 68040/25 MHz, les rapports entre ces deux dernières et l'A3001 suggèrent curieusement une fréquence de 31 MHz pour l'A3001, au lieu de 28 MHz... On y trouve également confirmée la piètre performance des accès en mémoire de l'A4000...

Kit ROM 3.1

Bon... et qu'est-ce qu'on fait maintenant ?

Les logiciels de grande qualité qui sont interdits au 1.3 sont légions et nombreux parmi ceux-ci sont de type "librement distribuable". Dans le gotha du logiciel Amiga (qui ressemble fort à un aquarium...) citons :
  • CycleToMenu, MUI, MagicMenu, ToolManager et Yak pour les aficionados de l'interface,
  • MUIBuilder, gcc 2.6.0, GoldEd et TEd (TDS) pour les programmeurs,
  • Browser II pour les maniaques des répertoires,
  • MultiUserFileSystem, Reorg et DiskSalv pour les angoissés,
  • KingCON pour les étourdis du CLI, pardon, du Shell.
Cette liste n'est bien évidemment pas exhaustive. On se reportera avec bonheur aux articles de Cédric Beust ("Domaine Grand Public") pour plus de précisions, ainsi qu'aux catalogues des nombreux distributeurs de disquettes, dites "du domaine public", dont le prix est aux environs de 15 FF.

Si l'intérêt de cette mise à jour est moins évident pour les machines en 3.0, voire 2.1 (sauf pour ceux qui possèdent une carte Picasso ou un lecteur de CD), les autres ont donc tout à gagner à cette mise à jour, qui, une fois n'est pas coutume, ne s'est pas trop fait attendre (dix mois après la sortie de la CD32). Il demeure néanmoins que le prix est un peu élevé à mon avis...

Produits et services évoqués (prix TTC)

CIS

Mise à jour GVP Impact SR-2 (kit FaaastROM : changement d'un PAL et de la ROM) : 170 FF HT, 261 FF TTC port compris.
Mise à jour GVP Impact A3001 28 MHz (changement de la ROM) : gratuit.

Serele

ROM Kickstart 2.04 : 260 FF TTC.
Kit disquettes 2.04 (où est le 2.1 ?) : 150 FF TTC.
Manuels Workbench 2.05, AmigaDOS et ARexx : 550 FF TTC.
Mise à niveau Kit 3.0 pour A500, A600 et A2000 (ROM 3.0, disquettes, manuels et "triple change Kickstart") : 1290 FF TTC.

Tecsoft

AS320, AmigaOS 3.1 pour A500 A2000 et A2500 (ROM 3.1, disquettes et manuels) : 790 FF TTC, 865 FF TTC port compris.
AS330 et AS340, AmigaOS 3.1 pour A3000 et A4000 (ROM 3.1, disquettes et manuels) : 940 FF TTC.

Nom : Kit ROM 3.1.
Constructeur : Village Tronic/Commodore.
Genre : ROM Kickstart.
Date : 1994.
Prix : 790 à 940 FF selon les modèles d'Amiga.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]