Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 18 août 2017 - 16:29  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Frédéric Rignault
(Entrevue réalisée par David Brunet - avril 2010)


Frédéric Rignault est un fidèle de l'Amiga depuis une vingtaine d'années. C'est aussi un développeur à qui l'on doit des programmes à l'utilité redoutable comme PolyNet, PolyGlot et PolyOrganiser. Voici une petite entrevue pour en savoir plus sur ce personnage.

Frédéric Rignault - Salut Frédéric, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je me prénomme Frédéric Rignault, j'ai encore 36 ans et j'exerce le métier de technicien de maintenance dans la plasturgie.

En dehors de l'Amiga, je fais de la photo et je collectionne les bottes. :)

- Quelle(s) configuration(s) possèdez-vous ? Quelles sont vos activités respectives dessus ?

Actuellement, je possède sous MorphOS : un Pegasos II G4 et un Mac mini. Le Pegasos est ma machine principale, je fais tout dessus. Le Mac mini m'a servi pour le bêta-test de MorphOS et maintenant pour les courriers électroniques car je le prends facilement avec moi.

Sous Ubuntu, j'ai un PC fixe dédié principalement à enregistrer la TNT et un portable pour le traitement photo et le côté nomade.

Enfin, pour le côté "fun", j'ai une PSP et une PS3.

- Quand et dans quelles circonstances avez-vous découvert l'Amiga ?

Le premier Amiga que j'ai vu était chez un copain de classe, un Amiga 500 avec disque dur. Étant à l'époque sur Amstrad CPC, c'était la claque. Il était très bien équipé pour l'époque quand j'y repense.

Quelques années plus tard, j'ai commencé à baver sur les revues Amiga de l'époque avant de franchir le pas avec un A500 après mon premier boulot.

Un an plus tard, j'ai fait un échange "invisible" pour mes parents avec un Amiga 500+ avec plus de mémoire Chip car j'aimais le côté système de l'Amiga.

Je me suis ainsi fait plaisir en évitant toute polémique sur le changement si rapide de machine...

- Qu'avez-vous développé dans votre période "Amiga Classic" ?

Je ne me rappelle plus comment cela s'est passé mais j'ai attaqué la programmation Amiga avec AMOS Pro.

Mon premier gros projet a été crée bizarrement au lycée où j'étais en 2e année de Bac Pro. En 1992, le lycée n'était pas encore équipé de PC pour la gestion des absences des élèves (le seul PC était celui de la secrétaire). Ayant du matériel Amiga sous la main sur place (j'avais essayé de réveiller le club informatique avec trois Amiga), j'ai choisi de le faire sur l'Amiga 1200. Je me suis alors lancé à l'aveugle dans ce projet entre mai et septembre...

J'ai codé cette "base de donnée" avant l'heure avec une interface clonée du Workbench 2.0 mais entièrement en AMOS ! A la rentrée, mon système était prêt et j'ai fait moi-même la saisie de toutes les données et le suivi durant cinq mois ! Le tout non rémunéré car parti sur ma lancée, je n'ai pas réalisé que je n'obtiendrai rien en retour de ce travail.

Au final, une bonne expérience de programmation bénévole malgré les nombreux trajets en train (70 km de chez moi).

Après l'armée et ma période jeux, en 1996, j'ai commencé à travailler et je me suis offert ma première connexion Internet. Le coût des connexions Internet à la minute de l'époque m'a alors poussé à automatiser tout le processus de récupération des courriers électroniques et groupes de discussion (ah, Thor) en un minimum de temps de connexion (une minute décomptée du forfait).

Je me suis alors lancé dans PolyNet en MUIRexx puis une version "2" en RxMUI plus avancée. Avec l'arrivée du 56k, j'ai investi dans un modem USRobotics "Message Plus" avec répondeur et fonction fax intégrés. Quoi de mieux que de pouvoir consulter ses messages vocaux, de changer d'annonces sans les réenregistrer à chaque fois et de pouvoir visualiser des fax avec l'Amiga. Ce fut chose faite avec MUIMessPlus. J'étais même super fier d'afficher les fax beaucoup mieux que STFax. :P (lissage sur 16 niveaux de gris)

J'ai aussi développé l'interface du CD A-DP de Lionel "Braver" Thillot. En pratique, il y avait deux applications, le visualisateur qui était sur chaque CD et un éditeur, beaucoup plus complexe pour générer les données.

Après diverses interfaces et petits programmes, je suis passé à la vitesse supérieur avec ma première application programmée en langage C : PolyNet_NG.

- Quand et dans quelles circonstances avez-vous découvert MorphOS ?

C'était lors du salon de Cologne 2001. Une machine native PowerPC avec un nouveau système natif... enfin une machine digne de prendre la relève de mon Amiga 1200/68060.

J'ai par la suite suivi avec attention l'évolution de MorphOS et du prototype du Pegasos I.

- Vous avez été l'un des premiers à posséder un Pegasos. Pourquoi, à l'époque, avoir choisi cette plate-forme ?

J'étais à l'époque sur mon A1260 avec AtéoBus et Pixel64. Hugues "Huno" Nouvel avait un A4000 PowerPC très puissant et rapide comparé à mon 1260, mais jongler entre les différentes couches logicielles liées au PowerPC m'avait découragé. Je suis donc resté sur mon Amiga en attendant mieux.

En 2002, j'ai accompagné Huno chez Thendic-France pour aller chercher son Pegasos I "BetaTester" et je suis resté scotché par les performances de la machine. J'ai ensuite franchi le pas dès que la machine a été disponible chez APS un an plus tard (Betatester 2).

- Avec le recul, que pensez-vous de Thendic-France ? Croyez-vous que cette société avait vraiment les moyens de lancer commercialement MorphOS ?

Je ne suis pas le mieux placé pour juger de cela. Les déboires avec la puce de MAI ont sûrement fragilisé la petite structure. Il y a eu beaucoup d'échange de carte mère pour ajouter les deux révisions de la puce April, et cela a sûrement coûté beaucoup d'argent.

Le point positif est que, globalement, cela a évité de dégoûter les bêta-testeurs avec les problèmes liés aux puces boguées.

Par contre, il y a eu des loupés dont Huno a été une victime. Dans un premier temps, il a été oublié pour le passage à l'April2. Un comble pour l'un des premiers bêta-testeurs. Pour compenser cet oubli, Thendic-France devait faire une réduction sur le prix du Pegasos II. Huno n'a plus eu de nouvelles par la suite... et avait donc toujours une machine instable qu'il n'a plus utilisé.

- Vous êtes connu pour être le programmeur des "PolyTrucs" : PolyNet NG, PolyOrganiser et PolyGlot. Commençons par PolyNet NG : pouvez-vous présenter ce programme, quand avez-vous commencé à le développer et pour quelle raison ?

Comme je l'ai évoqué dans ma période Classic, Internet dans ces débuts a demandé d'exécuter un grand nombre d'actions en simultané (l'Amiga est doué pour cela, autant en profiter). J'ai donc créé cette barre d'icônes mais avec une programmation évolutive type script sans éditer de fichier texte et en utilisant les possibilités d'ARexx. En un clic, je pouvais lancer IBrowse, AmIRC, Jabber et autres avec une connexion automatique via Miami si je n'étais pas déjà connecté. La toute première version MUIRexx de PolyNet avait même un chronomètre indiquant le temps de connexion.

- PolyNet NG est très lié à la classe MUI Bwin. Avez-vous pensé à reprendre le code de cette classe pour l'améliorer et y ajouter votre "touche" ?

BWin n'est plus utilisé depuis la version 1.33 de PolyNet_NG. :D

- Il existe une ancienne version de PolyNet pour AmigaOS 68k. Prévoyez-vous de la mettre à jour ?

Non, mais j'ai encore le code ARexx de cette version.

- MorphOS dispose aussi d'une barre d'icônes mais celle-ci semble moins avancée que PolyNet NG. Avez-vous suggéré à l'équipe MorphOS d'intégrer PolyNet NG dans le système ? Ou bien de participer à l'amélioration de la barre d'icônes de MorphOS ?

Même si l'équipe MorphOS avait été intéressée par PolyNet, cela n'aurait pas été sous la forme actuelle. Comme j'ai commencé à programmer en C avec cette application, elle n'est pas bien organisée en interne. L'adapter pour l'intégrer à MorphOS revient à la réécrire complètement. La complexité de l'interface et l'absence de documentation rend l'usage difficilement accessible au grand public en dehors du simple lanceur d'application. Les plus courageux peuvent utiliser les bulles d'aide pour les guider.

Quant à l'évolution des panneaux d'Ambient... j'ai beaucoup de mal à reprendre le travail des autres et Ambient est un projet complexe qui demande beaucoup d'investissements en temps que je ne trouve plus.

- PolyNet NG était shareware à une époque, avant de passer freeware. Est-ce que ça vaut encore le coup de proposer des programmes shareware, actuellement sur Amiga/MorphOS ?

Si on a les bons outils pour gérer les enregistrements et que cela ne nécessite que peu d'interventions, oui je pense que c'est encore possible. De là à gagner de l'argent...

Maintenant, les gens sont souvent plus généreux quand on propose de donner ce qu'ils veulent que lorsqu'on définit un prix fixe et relativement bas pour ne pas décourager le plus grand nombre.

De mon côté, la gestion des enregistrements manuels et le peu d'avantages que je pouvais donner aux personnes enregistrées m'ont fait changer de système.

- Vous avez été l'un des premiers à proposer un client MSN sur les systèmes Amiga : PolyGlot. Si l'on compare PolyGlot à MSN Messenger, quels sont les points forts et les points faibles de ton logiciel ?
  • PolyGlot n'a pas de pub. :P
  • Il n'a pas de transfert de fichiers ni d'avatars (les deux sont liés) et vu comme d'autres galèrent pour y arriver, je ne veux même pas commencer.
  • Le "chat" à trois ou plus est possible mais MSN gère très mal la chose et si on ne discute pas en continu, on perd la discussion.
Au niveau évolution, je vois bien la gestion des messages "hors ligne" si cela ne casse rien en contrepartie et une réorganisation de la partie réseau qui peut planter si elle est trop stressée.

- Concernant PolyOrganiser, votre agenda électronique, son développement semble s'être arrêté. Prévoyez-vous d'ajouter de nouvelles fonctions ou bien ce logiciel vous semble terminé ?

L'Orga est mûr au niveau des fonctionnalités. Et il n'est pas "mort" car quand j'ai mis à jour ma page Web l'année dernière, j'ai fait une mise à jour avec quelques améliorations de l'interface et des petits bogues en moins. Cette mise à jour a été masquée par les changements du site. :)

- Vous avez également contribué au développement du navigateur Origyn Web Browser. Quelles sont vos contributions et que pensez-vous de ce navigateur ?

J'ai aidé au début du portage pour créer le gestionnaire et la barre des favoris. Depuis, Fabien Coeurjoly a entièrement repris le code et je n'y touche plus.

Ce navigateur apporte ce qui manquait à MorphOS pour un usage en machine principale. De version en version, j'ai de moins en moins besoin d'utiliser Linux en complément.

- En tant que proche de Hugues Nouvel, allez-vous adapter sur MorphOS les jeux qu'il a récemment portés sur AmigaOS 4 ?

Les portages... Humm, ce que j'aime dans la programmation c'est principalement MUI. Mettre les mains dans le cambouis des compilateurs et des dépendances qui sont liées n'est pas ma tasse de thé.

C'est d'ailleurs pour cela que je ne fait pas de compilation croisée de mes applications sur d'autres systèmes (bon l'utilisation de MUI 4 n'aide pas maintenant).

- Avez-vous d'autres projets de développement ?

J'avais en vision une éventuelle barre d'icônes style "Mac OS X" mais il faudrait que je rentre dans les entrailles de la 3D (et dans le cambouis cité plus haut).

Comme je passe beaucoup moins de temps sur mon Pegasos pour programmer, je ne veux pas m'avancer. Je développe en priorité pour mes propres besoins et j'en fait profiter la communauté quand j'obtiens quelque chose d'utile.

- Beaucoup de vos programmes sont programmés en RxMUI. Quelles sont les avantages de ce langage ?

La souplesse des scripts ARexx lié à la puissance des interfaces MUI en fait l'outil idéal pour développer des interface ne nécessitant pas beaucoup de puissance de calcul.

A titre d'exemple, la future interface pour gérer les options du dernier portage de Huno a été créée durant l'Amigâterie. Le plus dur est d'arranger les options pour que cela ressemble à quelque chose et non à un empilement illisible.

- Vous êtes listé dans la fenêtre "A Propos" de MorphOS comme un bêta-testeur du système. Comment les bêta-tests se passent concrètement ?

Les bêta-testeurs MorphOS comme moi ont principalement comme but de tester "en condition réelle" les différentes évolutions du système avant de le rendre public. A de rares exceptions, je ne corrige pas moi-même les erreurs, je les signale sur un site dédié en plus des conversations sur IRC. Dans les semaines qui précèdent la sortie d'une version du système, il peut y avoir une mise à jour par 24h.

- A l'époque de Thendic-France les bêta-testeurs étaient surnommés "bêta-bouffons". Est-ce encore le cas actuellement ? ;-)

Ce n'est plus du tout le même contexte. Le bêta-test de l'époque essuyait les plâtres du matériel et des premières versions de MorphOS bien moins abouties que maintenant. Depuis quelques années maintenant, le processus de bêta-test est rôdé et tourne globalement en vase clos.

- Que pensez-vous des autres variantes Amiga comme AROS, AmigaOS 4.x et l'émulation Amiga Classic ? Et que pensez-vous de la situation Amiga en général ?

Pour AROS, la relative lenteur du système et l'absence de compatibilité binaire font que ce système n'est pas viable pour un environnement de travail comme je l'ai actuellement sur MorphOS. Ne l'utilisant pas "en situation", je ne peux pas en dire plus.

Pour l'émulation, je n'ai jamais accroché car depuis le temps que je suis passé sous MorphOS, j'ai du mal à réutiliser un AmigaOS 3.9.

Enfin, pour AmigaOS 4, je ne dis pas cela pour me moquer mais j'ai le même sentiment que pour l'émulation... un sentiment de faire un petit bond dans le passé. J'ai lors de l'Amigâterie essayé AmigaOS 4.x, j'étais paumé et horriblement frustré par certains points comme le Shell identique au 3.1 et le Workbench toujours aussi inutilisable comme gestionnaire de fichiers.

Je comprends que les gens qui sont encore sur Classic ou en émulation depuis des années trouvent qu'AmigaOS 4 est une avancée, c'est joli et l'installation moderne est sûrement un point qui ne fait pas regretter le temps du 3.x. Mais moi qui suis habitué aux évolutions de MorphOS depuis sept ans, j'ai beaucoup de mal à me replonger dans la joyeuse tambouille qu'était AmigaOS (patch rulez :P).

Pour la défense d'AmigaOS 4, j'ai toujours détesté Reaction depuis l'époque du 3.5 et il faut bien avouer qu'après tant d'années, on prend des habitudes et des automatismes que l'on ne retrouve sur aucun autre système que le sien.

- Vous avez le mot de la fin...

Malgré les années qui passent, et mes différentes expériences sur divers autres systèmes, je reste fidèle à MorphOS car c'est le seul système que je supporte dans le temps et après lequel je ne m'énerve presque jamais.

Je voudrai, pour finir, remercier tous les acteurs de notre petit monde alternatif. Des programmeurs aux webmestres qui arrivent à maintenir un peu de cohésion grâce à la toile.

Merci aussi à tous les utilisateurs qui prennent comme moi beaucoup de plaisir à être à contre-courant et qui en sont fiers.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]