Obligement - L'Amiga au maximum

Samedi 16 novembre 2019 - 22:54  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Stéphane Pitteloud
(Entrevue réalisée par David Brunet - novembre 2019)


Stéphane Pitteloud La Vampire V4 autonome est à présent disponible. C'est un ordinateur compatible Amiga qui a suscité beaucoup d'intérêt durant sa phase de développement. Nous nous sommes entretenus avec Stéphane Pitteloud, l'un des membres de l'équipe Apollo qui est derrière ce projet.

- Bonjour Stéphane, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Salut, je m'appelle Stéphane Pitteloud, j'ai 43 ans, je suis marié et j'ai deux enfants, une fille de 10 ans et un garçon de 6 ans. D'un point de vue professionnel, je suis responsable de l'inspectorat pour une grande société suisse de commerce de détail. Mon travail consiste à faire un audit deux fois par an dans une des 97 filiales qui me sont attribuées, d'y traiter les éventuels cas spéciaux et d'y mettre en place un concept de sécurité au travail. Je suis donc très souvent sur la route.

Mon passe-temps principal est l'informatique rétro en général, avec bien entendu un fort accent mis sur l'Amiga ! Je suis le président de l'OCCC, une association suisse qui a pour but de préserver les anciens ordinateurs et anciennes consoles. Nous organisons entre autres la Oufparty à Martigny, le premier week-end de juin chaque année.

Je possède environ 50 ordinateurs et une trentaine de consoles. J'ai par exemple un Falcon 030, un Spartacus, un Lisa, une Nextstation Turbo, un RiscPC, un Smaky, un X68000, un Apple IIgs... Mon but est de mettre ces machines en état d'utilisation, car quand nous les exposons, nous avons envie de laisser les visiteurs essayer les machines, c'est un aspect qui nous semble important.

Je passe aussi beaucoup de temps sur l'Amiga, principalement sur la Vampire.

Stéphane Pitteloud
Diverses machines lors du rassemblement OCCC

Stéphane Pitteloud
Stand Vampire/C64/CPC lors de la Oufparty

En dehors de ça, je fais du vélo quand les beaux jours sont là, et pas mal de ski en hiver, car j'ai la chance d'habiter dans une région qui comporte beaucoup de stations de ski (en Valais).

Finalement, ma passion la plus importante, ce sont mes enfants, car le temps passe tellement vite que je ne veux pas passer à côté des moments précieux avec eux !

- D'où provient votre pseudonyme "Guibrush" ?

En fait, Monkey Island est le jeu qui m'a fait découvrir l'Amiga. J'avais 12 ans, et à l'époque j'avais un Commodore 64. Mon meilleur ami avait reçu un Amiga 500 pour Noël, et on a découvert la machine ensemble. Le premier jeu que j'ai vu, c'est Monkey Island. J'ai été tellement impressionné par les graphismes que j'ai pris le nom du héros, Guybrush, comme pseudonyme. Quant à la raison du "i" à la place du "y", bah c'est juste que j'ai fait une faute d'orthographe, mais comme j'avais utilisé partout la version avec le "i" avant que je ne m'en rende compte, je l'ai laissé comme ça.

- Quand et comment avez-vous découvert l'Amiga ?

Après avoir découvert l'Amiga 500 chez mon ami, j'ai cassé les pieds à mes parents pour en avoir un aussi. Ça a duré neuf mois, jusqu'à mon anniversaire, en septembre. Ce jour-là, j'avais invité mes amis, dont celui qui avait déjà son Amiga, et nous avons passé l'après-midi ensemble. Au moment de l'ouverture des cadeaux, j'espérais très fort recevoir un Amiga 500, je n'en pouvais plus de mon C64 ! J'ai ouvert un gros paquet, et dedans il y avait... une imprimante ! Voilà. Génial. Et en plus, elle n'était pas compatible avec mon C64, mais je n'ai rien osé dire à mon père. Ensuite, nous sommes montés dans ma chambre, et là, sur le bureau : un magnifique Amiga 500 flambant neuf avec son écran ! Ma tête était assez représentative de ce que je ressentais, d'ailleurs je t'ai mis deux photos, une à la réception de l'imprimante et une dans ma chambre où mes amis se fichent de moi, tu vas voir ce que je veux dire.

Stéphane Pitteloud Stéphane Pitteloud
Réception de l'imprimante... puis de l'Amiga

Ensuite, j'ai eu un Amiga 1200, que je me suis payé avec mon premier salaire d'apprenti, puis un Amiga 4000. J'ai ensuite basculé sur un Pegasos I puis un Pegasos II, mais ça, c'est une autre histoire.

- Quelles sont vos configurations Amiga actuelles et quelles sont vos activités favorites dessus ?

Actuellement, j'ai quatre machines : un Amiga 1200 avec une BlizzardPPC/060 et BVision, un Amiga 600 avec une Vampire 600, un Amiga 500+ avec une Vampire 500+, et une Vampire V4 autonome. La Blizzard et l'A600 ne sont pas branchés en permanence, je m'en sers de temps en temps pour faire des tests de compatibilité dans le cas de la Blizzard ou pour les manifestations dans le cas de la V600. Sur mon bureau, j'ai la Vampire V4 et la V500 qui sont branchées, mais aussi un Falcon avec une carte CT60e, un Ultimate 64 et un CPC 6128+ avec la Symbiface III, que je bêta-teste aussi.

Stéphane Pitteloud
L'Amiga 500+/Vampire 500+

Sur mes Amiga, je fais principalement du bêta-test, du jeu, de l'écoute de musique, et je regarde beaucoup de démos. Mes enfants aiment aussi beaucoup en profiter pour jouer à des jeux.

- Vous faites partie de l'équipe Apollo qui conçoit les cartes Vampire. Quand et dans quelles circonstances avez-vous intégré cette équipe ? Quel y est votre rôle ?

C'est Renaud "TuKo" Schweingruber qui m'a intégré dans l'équipe Apollo, il y a bien trois ans de ça maintenant. Renaud avait pris sa Vampire 600 à une réunion de l'AMF (le club Amiga Suisse romand) et je suis resté scotché par les performances et le rendu. Instantanément, je voulais cette carte, elle représentait ce que j'attendais depuis longtemps comme avancée dans le monde Amiga. On a discuté longuement, et Renaud m'a présenté virtuellement aux autres membres, qui ont eu la gentillesse de m'accepter. On m'a juste dit que je devais avoir une bonne tolérance au Jaegermeister (une liqueur allemande), aux blagues foireuses et aux bêta-tests improbables. C'est parfaitement dans mes cordes (surtout le Jaegermeister et les blagues foireuses).

Mon rôle est de tester les différents éléments sur lesquels l'équipe travaille. Il s'agit principalement de coeurs de test, qui peuvent parfois arriver à un rythme très élevé (on en a jusqu'à cinq par jours parfois), mais pas que. Il peut s'agir de nouveaux pilotes, de fonctions spécifiques, ou tout bonnement de jeux à tester pour mettre à l'épreuve le jeu de puces de la Vampire.

J'aide aussi pour la communication, pour aider les acquéreurs de Vampire qui ont des questions ou des soucis, et aussi pour les évènements ou l'équipe est présente, avec du matériel de présentation divers et varié, bref de la logistique.

- La Vampire V4 est disponible publiquement depuis le 12 octobre 2019, c'était lors du rassemblement Amiga34. Pour l'équipe Apollo, comment se sont déroulés les derniers jours, voire les dernières heures, avant ce grand lancement ?

Ha, ça, ça a été un moment intense pour nous, digne d'une série télévisée retraçant le lancement d'ordinateurs dans les années 1980. L'équipe a travaillé très dur pour arriver à fournir des cartes en version finale, mais surtout un coeur le plus complet et stable possible. Les jours avant le lancement, le canal IRC que nous utilisons pour travailler était en ébullition, les coeurs fusaient, les corrections de bogues s'enchaînaient les uns après les autres... Bref, c'était la folie.

Mais le plus énorme, c'était la nuit du vendredi 11 au samedi 12, la veille de l'Amiga34. Nous avons fait le chemin depuis la Suisse avec Renaud Schweingruber et Benoît Wiblé jusqu'à Neuss (8h30 effectif de route, 15 heures ressenties à cause de Benoît) et nous sommes arrivés sur place vers minuit trente : nous avons découvert nos camarades sur place plongés dans une ambiance terne. En effet, ils étaient confrontés à un gros obstacle inattendu : pour une raison inconnue, AROS ne démarrait plus sur les derniers coeurs ! Heureusement, vers les 4 heures du matin, soit quelques heures avant l'ouverture, nous avons pu débloquer la situation. On se serait cru dans un épisode de Halt & Catch Fire.

Je peux te dire que la nuit a été courte !

- Cet ordinateur a pas mal de retard. Quelles en sont les causes ? Avez-vous douté de sa faisabilité ou étiez-vous inconditionnellement confiant ?

Au début du développement, la V4 fonctionnait sur le même principe qu'une V2, c'est-à-dire qu'elle était branchée sur le bus processeur d'un Amiga 500. Nous avons eu énormément de peine à porter le code de la V2 sur la V4. Le FPGA étant très différent, il a fallu réécrire pas mal de parties bas-niveau du coeur au final. Ceci nous a fait perdre beaucoup de temps. Ensuite, pour faire fonctionner la V4 en autonome, il nous manquait deux éléments principaux : le jeu de puces et la gestion des périphériques d'entrée (clavier et souris). Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le jeu de puces a été assez rapidement intégré. Il reste bien entendu de la marge pour l'amélioration de la compatibilité, mais les bases étaient présentes très rapidement.

L'USB, en revanche, a donné beaucoup plus de fils à retordre. Il faut savoir que, contrairement à d'autres cartes à base de FPGA qui existent actuellement sur le marché, la V4 n'utilise à ce jour pas de SoC contenant un processeur ARM et faisant tourner un micro Linux gérant les périphériques d'entrées. C'est en raison de l'utilisation d'un tel SoC qu'il est très facile d'avoir un clavier ou une souris USB gérés sur un MiSTer par exemple. Mais l'équipe ne voulait pas cela. Pour nous, il était clair que si nous faisions un nouvel Amiga, la machine devait être à même de gérer ses périphériques elle-même, sans s'appuyer sur Linux pour gérer la communication. Il a donc fallu intégrer la gestion des périphériques HID au coeur de la Vampire. En plus de cela, quelques petits bogues difficiles à dénicher, dus au fait qu'ils n'apparaissaient pas sur toutes les cartes de test, ont mis quelques peaux de bananes de plus sur notre chemin.

Quant à savoir si nous étions inconditionnellement confiants, ma foi, je ne peux pas parler pour les autres, mais pour ma part la question que je me posais c'était "quand la V4 sera-t-elle prête ?", et pas "sera-t-elle prête un jour ?", tout simplement parce qu'il n'y a jamais eu de volonté d'arrêter. L'équipe a été présente 24h sur 24 sur IRC (il y a des membres qui sont sur le continent américain), il y avait toujours du mouvement, des nouvelles choses, des nouvelles idées pour corriger ceci ou cela. Jamais il n'y a eu un temps mort où on aurait pu se dire "ha, là, c'est mort".

- A quel type de personnes conseilleriez-vous la Vampire V4 autonome ?

Pour moi, la Vampire V4 est un nouvel Amiga, qui aurait pu/dû succéder à la gamme AGA (1200/4000/CD32). Il ne s'agit pas d'une copie parfaite d'un A1200 dans un FPGA, c'est véritablement un nouveau développement. Donc, la V4 s'adresse à ceux qui pensent que l'Amiga, c'est une machine qui a d'abord été conçue autour d'un jeu de puces, qui pensent que d'adapter des technologies issues du monde PC par le biais du RTG et du RTA était un pis-aller car Commodore avait jeté l'éponge du développement d'un nouveau jeu de puces, qui pensent que ça aurait été vraiment cool si les ingénieurs de Commodore avaient eu le champ libre pour créer un nouvel Amiga dans l'esprit originel, ou qui trouvent tout simplement que ce serait génial de pouvoir enfin avoir l'Amiga qui aurait dû exister après la gamme AGA.

- Pouvez-vous nous rappeler le prix et les caractéristiques de la Vampire V4 autonome ?

Le prix recommandé est de 549 euros pour la machine dans son boîtier. La Vampire V4 offre 512 Mo de mémoire DDR3, un 68080, 11,5 Mo de mémoire Chip (pris sur la mémoire principale), un port microSD, un port IDE 44 broches, deux ports USB pour la souris et le clavier, une sortie vidéo numérique, un port RJ45, deux ports DB9 pour les manettes, un port d'alimentation miniUSB et trois ports d'extension.

Stéphane Pitteloud
La boîte de la Vampire V4

- La Vampire V4 autonome intègre par défaut le Kickstart AROS. Pourquoi n'a-t-elle pas de licence pour un Kickstart Amiga 3.x ? Y a-t-il eu un échec dans les négociations avec Cloanto ou Hyperion à ce sujet ? Peut-on y mettre le Kickstart 3.1.4 ?

Les négociations n'ont pas échoué, au contraire, elles sont toujours en cours et plusieurs voies sont à l'étude, que ce soit avec Cloanto ou Hyperion.

Le problème de la licence de notre point de vue est le suivant : à qui devons-nous acheter une licence si nous voulons être certains d'être dans la légalité ? Qu'arriverait-il si nous achetons des licences à une des deux parties, et que soudainement l'autre partie gagne le procès qui le désigne détenteur des droits ? Ce sont ces questions qui doivent être réglées, et le plus tôt sera le mieux. Pour le moment, nous faisons au mieux avec ce qui est possible, avec toujours comme objectif de respecter les ayants droits.

La raison pour laquelle nous avons annoncé gérer le Kickstart AROS est que nous pensons que c'est une très bonne solution à moyen et long terme pour permettre de libérer l'Amiga de la problématique des licences sur de vieux systèmes d'exploitation de bientôt 30 ans.

AROS ne fonctionne cependant pas encore à un niveau de qualité acceptable pour être utilisé en total remplacement du Workbench. Mais nous pensons qu'un jour, ce sera le cas, c'est pour cela que nous poussons cette solution en avant et que nous avons alloué une petite somme par carte vendue qui sera versée à la cagnotte du développement d'AROS.

Il est cependant tout à fait possible d'utiliser son propre Kickstart 1.3, 3.1, 3.X ou 3.1.4 sur la V4, de manière très simple et très élégante même. Nous allons communiquer là-dessus très prochainement.

- A l'heure actuelle, y a-t-il des programmes incompatibles avec la Vampire V4 ? Si oui, lesquels par exemple ?

Oui, certains programmes incompatibles sont à trouver principalement dans les très anciens jeux ou cracktros. La Vampire V4 possède le SAGA comme jeu de puces, qui est un AGA avec des capacités augmentées. La V4 tourne à des vitesses bien plus élevées qu'un A500 ou un A1200 de base, il y a donc quelques jeux récalcitrants qui ne peuvent pas s'accommoder d'une telle vitesse "telle quelle".

Néanmoins, la marge de progression est très grande et les adaptations sont possibles, il y a par exemple le mode Turtle qui descend la vitesse de la V4 pour permettre à certains de ces jeux de fonctionner correctement. Des nouveaux fichiers esclaves WHDLoad peuvent aussi aider à améliorer la compatibilité de certains programmes tatillons, comme cela s'est passé pour le 68060 (au début, le 68060 était très mal géré par WHDLoad, puis la situation s'est bien améliorée avec les mises à jour des fichiers esclaves). Concernant les logiciels fonctionnant sous le système, mis à part les logiciels utilisant spécifiquement la MMU (qui est différente des autres MMU des anciens 68k dans la V4), je n'en vois pas qui me viennent à l'esprit qui soient incompatibles.

- A quels programmes sachant exploiter la Vampire V4 peut-on s'attendre ?

La Vampire offre des instructions supplémentaires, comme les instructions AMMX, mais elle sait aussi exécuter du code 68k prévu pour n'importe quel autre 68k, de manière plus simple et plus rapide. Ainsi, si on veut faire un programme pour la Vampire, il suffit de faire un programme pour le 68040 ou le 68060 qui utilise correctement le superscalaire, il va tout simplement tourner plus vite encore sur la Vampire. Si on veut faire un programme ayant besoin de beaucoup d'optimisation, alors il devient judicieux d'utiliser les instructions AMMX.

La Vampire offre un gros gain de puissance par rapport au 68060 à 50 MHz, et sa mémoire est aussi bien plus rapide. On peut donc tout à fait envisager des logiciels qui ne pouvaient pas tourner correctement sur un 68060. On a déjà quelques bons exemples de logiciels qui profitent du gain de puissance : il y a RiVA, le lecteur de video MPEG-1, Diablo, le portage du jeu bien connu, mais il y a aussi des datatypes qui en tirent parti, comme le JPEG Datatype écrit par Henryk Richter ou le greffon audio 16 bits pour Eagleplayer. Pour résumer, on peut s'attendre à avoir des logiciels qui sont au niveau de ce que l'on avait sur un Pentium à 200 MHz.

- Comment organisez-vous votre travail de bêta-testeur, pour gérer vos tests ?

Nous travaillons sur IRC. C'est dans un canal privé que les membres de l'équipe discutent et décident des choses à faire quotidiennement. Il y a de nombreux sujets à aborder pour chaque test, mais en gros, on peut citer les coeurs, les pilotes et les logiciels divers. La partie la plus fréquente est le test de coeur. Quand Gunnar von Boehn, Renaud Schweingruber ou Simo Koivukoski compilent un nouveau coeur qui doit être testé, il est publié dans le canal. Les testeurs présents "prennent" la tâche, certaines fois en parallèle et annoncent le résultat. C'est le même déroulement pour les pilotes et les logiciels, sauf que cela se passe plus au cas par cas. Le sujet du canal indique quels sont les derniers coeurs valides et ce qui est en cours.

- L'équipe Apollo a remporté le Community Award lors de l'Amiga34. Qui va garder le trophée ? ;-)

Gunnar von Boehn, bien évidemment. C'est logique, il est le moteur de l'équipe et développeur principal du coeur. Sans Gunnar von Boehn, rien de tout cela n'aurait été possible. La question de qui devait garder le trophée ne se pose donc même pas ! Concernant ce prix, nous avons vraiment été surpris, on ne s'y attendait pas du tout ! L'émotion était vraiment là, et je tiens à remercier tous les gens qui ont voté pour nous. Cela nous fait extrêmement plaisir de voir qu'en fin de compte et que malgré certaines critiques qu'on peut lire ici et là, beaucoup d'amigaïstes aiment ce que l'on fait !

Stéphane Pitteloud

Stéphane Pitteloud
Récompense pour l'équipe Apollo à l'Amiga34

- Des personnes vendent des cartes SD avec Coffin (système d'exploitation basé sur AmigaOS 3.9, sans licence) et spécialement pour les Vampire. Quel est le point de vue de l'équipe Apollo sur ces pratiques ?

L'équipe Apollo ne fournit pour le moment pas de système d'exploitation. Nous fournissons les pilotes nécessaires à l'installation d'un système. Il se trouve qu'une personne fan de la Vampire a créé Coffin, une distribution dédiée à la Vampire. L'équipe trouve Coffin très bien fait et franchement très pratique. C'est génial de pouvoir avoir une solution clé en mains quand le temps manque dans nos vies d'adultes. Nous ne sommes cependant pas responsables de sa création et sa distribution.

Mon rêve serait qu'une solution puisse être trouvée afin que les distributions type Coffin deviennent légales, en tout cas du point de vue du système lui-même. Ce serait bénéfique pour tout le monde. Quant au fait que quelqu'un décide de vendre une distribution disponible sans contrepartie sur Internet, ma foi, chacun fait ce qu'il veut. D'un point de vue moral, je trouve cela discutable, mais après, c'est aussi à chacun de savoir ce qu'il fait de son argent.

- Maintenant que la Vampire V4 autonome est disponible, l'équipe Apollo va-t-elle se lancer dans un nouveau projet matériel ou simplement mettre à jour le coeur logiciel ?

Il y a encore la V1200 qui est en cours de finalisation, V1200 qui est basée sur la conception de la V2. La sortie de cette carte et l'optimisation des coeurs pour la V4 et la V1200 vont nous occuper encore quelques mois, mais ensuite il n'est pas question de nous arrêter là. Il y a encore plein de choses à faire, nous ne nous sommes par exemple pas encore intéressés aux Amiga haut de gamme en dehors de l'A2000. Mais il est encore trop tôt pour en parler, rien n'est clairement défini, bien que la direction générale soit déjà connue.

- Depuis quand faites-vous partie de l'Amiga Multitask Force (AMF) ? Quand et par qui cette association a-t-elle été créée ?

J'en fais partie depuis plus de 20 ans, mais j'avais fait une pause quand la section Valais avait fermé à la fin des années 1990 il me semble (à la grande époque, l'AMF comptait plusieurs sections dans les grandes régions du pays). Puis je suis progressivement revenu aux séances de la seule section restante, celle de Lausanne. Je ne sais absolument pas qui a créé l'AMF, désolé.

- L'AMF proposait un journal nommé Trashcan International News. L'association prévoit-elle de relancer sa publication ?

Pas à ma connaissance, non.

- Prévoyez-vous d'organiser à nouveau des rassemblements Amiga Zoom ?

Non, ce n'est pas prévu. Actuellement, c'est la Oufparty qui a pris le relais, les membres de l'AMF y participent aussi.

- Faites-vous partie intégrante de Relec ou aidez-vous cette société de temps en temps de façon bénévole ?

Ah non, je ne fais pas partie de Relec, j'aide simplement Emmanuel Rey, son gérant, de manière sporadique quand je peux sur quelque chose en particulier. Je connais Emmanuel depuis plus de 20 ans et c'est un très bon ami, et les amis, c'est fait pour s'entraider. :-)

- D'un point de vue personnel, avez-vous d'autres projets Amiga en tête ?

Non, actuellement, la Vampire est le projet Amiga qui m'occupe le plus et cela ne laisse plus trop de place pour autre chose.

- Que pensez-vous des systèmes d'exploitation Amiga NG : AmigaOS 4, MorphOS et AROS ?

Au début, j'y ai vraiment cru. A l'époque où je suis passé sur le Pegasos II, l'Amiga était encore ma machine principale. Malheureusement, MorphOS 1.3 était loin d'être suffisant pour combler mes besoins. Je me suis donc pris un PC à côté. Je suis ensuite passé de MorphOS à AmigaOS 4 avec un micro AmigaOne, puis sur Pegasos II à nouveau quand AmigaOS 4 était disponible dessus, et finalement sur un AmigaOne X1000. Mais le coeur n'y était plus vraiment, j'ai à contrecoeur dû admettre que le développement de ces systèmes n'allait pas aussi vite que je l'aurais espéré, et je me suis retrouvé à faire de plus en plus de choses sur mon PC, plus par nécessité que par envie. Trop de choses manquaient sur les systèmes NG selon moi, j'ai donc basculé sur PC, ce qui a fait que l'Amiga est devenu un passe-temps puisqu'il n'était plus ma machine principale. A ce moment, je me suis pris l'envie de me remonter un A1200, j'ai donc acheté une BlizzardPPC et une BVision, et je me suis rendu compte que je m'amusais beaucoup plus sur un Amiga classic que sur un Amiga NG, dès lors que je ne cherchais plus la dimension "productivité". Il n'y avait plus la contrainte de devoir absolument faire ceci ou cela car j'en avais besoin, j'avais donc le champ libre pour expérimenter ce que je voulais. Mais je n'étais tout de même pas totalement satisfait, parce que je trouvais que ça n'allait tout de même pas très vite.

Je pense que les développeurs derrière ces systèmes NG ont beaucoup de mérite et ont tous fourni un travail de titan. Mais de mon point de vue, l'Amiga NG a failli à réaliser ses promesses. Avec ces systèmes, il était question de s'affranchir de l'héritage matériel encombrant et difficile à maintenir en migrant sur du matériel plus standard afin de permettre à la plate-forme Amiga de continuer à se positionner comme système crédible en utilisation courante, au même titre qu'un Windows, un Mac OS X ou un Linux. Malheureusement, presque 20 ans après, le constat n'est pas très brillant. On a toujours des limitations d'un autre âge (pas de protection mémoire, pas de gestion multicoeur, pas de logiciels modernes équivalents aux ténors sur les plates-formes principales). AmigaOS 4 s'est morcelé en petits morceaux devant être achetés séparément (je fais référence aux pilotes graphiques) et MorphOS fonctionne sur des Mac PowerPC. Je sais que c'est purement subjectif, mais j'ai du mal à considérer un Mac comme un Amiga, quel que soit le système qu'il fait tourner. Je pense donc que ces systèmes ont loupé l'occasion de s'implanter sur le marché, il est maintenant trop tard pour cela.

- Quels sont vos jeux favoris sur Amiga ? Jouez-vous encore aujourd'hui ?

Mes jeux favoris sont les jeux d'aventure. Mon jeu préféré est, tu l'auras compris, Monkey Island. J'aimerais profiter de l'occasion pour rappeler à tous de ne pas tomber dans le piège de Simon Le Sorcier. En effet, une autre personne de l'équipe Apollo se plaît à raconter à qui veut l'entendre que Simon Le Sorcier serait un meilleur jeu que Monkey Island. Or, il n'en est rien. J'aimerais ici rétablir la vérité : Simon Le Sorcier est une pâle copie de Monkey Island. D'ailleurs, il suffit d'y jouer cinq minutes pour se rendre compte que le scénario est inexistant, que la musique est répétitive à souhait et que les graphismes semblent être sortis d'une publicité Playskool. Non, ne vous laissez pas berner, choisissez Monkey Island si vous voulez jouer à un vrai jeu d'aventure.

Blague à part, j'adore tous les LucasArt, mais aussi les jeux Delphine et les autres jeux d'aventure, comme Flight Of The Amazon Queen. Dans les autres genres, mes trois jeux préférés sont Lotus Turbo Challenge II, Turrican II, Body Blows et Pinball Dreams. J'ai passé des heures sur ces jeux, et j'ai toujours du plaisir à y revenir.

Je joue encore de temps en temps, en ce moment je suis en train de refaire tous les Monkey Island avec ma fille, on a bien entendu commencé avec Monkey Island 1 et 2 sur Amiga. Mon fils, lui, adore les jeux de voiture et me défie régulièrement sur Lotus II.

- Qu'est-ce qui pourrait vous faire quitter le monde de l'Amiga ?

Rien ! J'ai toujours dit que s'il ne devait en rester qu'un, ce sera moi :-). Je peux peut-être mettre en pause le cas échéant, mais franchement, avec tous les projets super sympathiques qui surgissent en ce moment, je crois qu'il y a de quoi s'occuper encore quelques années.

- Voici deux questions qui n'ont rien à voir avec l'Amiga. Connaissez-vous TTM ? Et aimez-vous Gotthard ? :-)

Oui, je connais TTM, je te mets une photo du mien :-). TTM est un fabricant de fourneau à raclette, qui a son usine d'assemblage à Sierre, à 20 minutes de chez moi. Ceux qui sont venus à la Oufparty ou qui étaient présents aux précédentes Alchimies ont pu voir cette merveille de la technologie gastronomique en action.

Stéphane Pitteloud
De la haute technologie... fromagère

Je connais aussi Gotthard, oui, le meilleur groupe de rock suisse ! Il se trouve que ma femme connait Nick Maeder, le chanteur du groupe.

- Y a-t-il une question que je ne vous ai pas posé et à laquelle vous souhaiteriez répondre ?

Mmmm ? Laisse-moi réfléchir... Oui, j'aurais aimé que tu me demandes "pour toi, un Amiga, c'est quoi ?". Et j'aurais répondu : pour moi, un Amiga c'est une machine qui est conçue pour utiliser intelligemment un jeu de puces pour décharger le processeur principal des tâches importantes comme le graphisme et l'audio. C'est une machine avec un système d'exploitation simple, logique et rapide, appréhendable et bidouillable par tout un chacun, tout l'inverse d'un système Unix. C'est une machine qui a une âme et qui me fait encore rêver.

- Un dernier message pour la communauté Amiga ?

Oui. J'ai envie de dire à tous les amigaïstes que nous avons une chance énorme : il n'y a jamais eu autant de solutions Amiga différentes en développement sur le marché qu'aujourd'hui. Entre les AmigaOne X5000 et bientôt la Tabor qui va sortir, MorphOS qui commence à tourner sur architecture AMD64, les nouvelles cartes mères de remplacement, les nouveaux boîtiers et touches, les WARP060, la Vampire, le Mister... Il y a du choix pour tout le monde. Personne n'a la vérité absolue, parce qu'un Amiga, ce n'est pas une définition simple dans un dictionnaire, un Amiga, c'est ce que vous décidez être un Amiga. Dès lors, si une des solutions proposées ne vous plaît pas, pourquoi ne pas simplement passer son chemin et continuer de s'éclater sur la solution qui vous convient ? Il y a de la place pour tout le monde, et au final, ce qui compte, c'est qu'on soit toujours là et qu'on s'amuse toujours autant !


[Retour en haut] / [Retour aux articles]