Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 22 septembre 2017 - 06:32  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Elie Kénan
(Entrevue réalisée par Nathalie Meistermann et extraite de Tilt - février 1988)


Elie Kénan Elie Kénan fait le point sur la percée de l'Atari ST en France et dévoile en exclusivité dans Tilt sa politique pour 1988.

Salon du Jouet, Salon de la Musique, Société des Artistes Décorateurs au Grand Palais, SICOB professionnel, Festival de la Micro, Atari est présent partout et joue l'éclectisme à tout vent. Atari, comme ses concurrents, ratisse large pour occuper tous les créneaux des marchés, du familial au professionnel, des rivages incertains de l'innovation technologique aux berges calmes de la compatibilité MS-DOS. Elie Kénan fait pour Tilt le point sur la percée du ST en France et dévoile sa politique pour 1988 : création d'un département jeux et arrivée du CD-ROM et du Transputer, deux produits de haute technologie à des prix cassés.

- Quelle est désormais la politique d'Atari dans le domaine des consoles ?

Deux à trois millions de consoles VCS 2600 (créées en 1982) se vendent chaque année. A 490 FF, c'est la console de jeux par excellence. Une console plus chère doit être sophistiquée et évolutive pour permettre à l'enfant de jouer puis d'apprendre un minimum d'informatique avec un micro. C'est le concept du XE Game System.

La Grande-Bretagne a déjà montré l'exemple. En France, nous voulons un produit de qualité ; l'équipe de recherche travaille sur le 130 XE qui est à la base du XE Game System et nous avons un an pour préparer son arrivée en force à Noël 1988. Nous venons de créer un département spécialisé dans le jeu au sein d'Atari qui couvrira le marché du jouet à 500 FF, 1000 FF jusqu'au haut de gamme occupé par le ST. Le jeu n'était pas une priorité d'Atari en 1986 et 1987. Il le sera en 1988.

- Le ST fête son deuxième anniversaire. Jusqu'à quand aura-t-il sa place sur le marché ?

Au regard des rythmes de sortie des nouveautés en micro-informatique, le ST a cinq années devant lui. On peut dire que le ST a deux ans ou deux mois puisque les Mega ST viennent de sortir. Notre stratégie est de monter autour de la technologie 16/32 bits une véritable gamme qui s'adresse tant aux particuliers qu'aux professions libérales et aux entreprises. A la différence des 8 bits, il n'est pas besoin de changer de microprocesseur pour grimper dans la gamme. Le ST est le seul ordinateur à jouir d'une architecture ouverte qui lui a permis de faire progresser sa mémoire aussi facilement, allant jusqu'à proposer en version de base 4 Mo avec le Mega ST4.

Fin 1988, nous sortirons le Transputer. Cette carte composée d'une série de processeurs montés en parallèle (jusqu'à douze) permet d'accélérer de façon fantastique la vitesse de traitement des données et tout cela sans modifier le processeur de base du ST. Le produit qui s'adresse avant tout aux laboratoires coûtera environ 80 000 FF, un prix dix fois inférieur aux matériels existants.

- Avec les ruptures de stocks d'Atari ST observées à la fin de l'année, n'avez-vous pas peur de favoriser les ventes de l'Amiga 500 ?

C'est vrai que pour des raisons liées à la fabrication et au marché - problème de disponibilité de certains composants et guerre commerciale entre les États-Unis et le Japon - il y a aujourd'hui une demande que nous ne pouvons satisfaire. Il faut savoir que le département de recherche d'Atari est aux États-Unis, les composants mis au point au Japon et les machines assemblées à Taïwan. Le matériel est acheminé en quatre ou cinq semaines vers l'Europe en bateau. Pour accélérer les livraisons, nous avons fait venir les machines par avion. Il est sûr que certains clients vont se tourner vers la concurrence. L'Amiga 500 et l'Amstrad CPC tireront parti de cette situation.

- De nombreux Atari 520 ST étaient livrés début décembre 1987 avec des lecteurs de disquette double face, qu'en sera-t-il en 1988 ?

Tous les 520 STF livrés en 1988 comporteront un lecteur de disquette double face sans augmentation de prix.

- Quelle est la part du professionnel et du familial dans votre chiffre d'affaires ?

Il est toujours difficile de connaître l'utilisateur final. En gros, le professionnel représente 25% de notre chiffre d'affaires. En 1988, nous voulons porter ce pourcentage à 50% grâce aux Mega ST et la configuration laser Mega ST et imprimante laser.

- Quand pensez-vous sortir en France votre compatible PC ?

Plutôt que de lancer le compatible de base, nous sortirons une gamme complète sous MS-DOS, du 8088 au 286 et 386, et donc du PC XT de base au PC AT. Nous ne voulons pas être le leader du marché des compatibles mais avoir une part du gâteau. L'Atari ST symbolise l'innovation technologique. Le PC est un marché.

- Pouvez-vous apporter des précisions sur le lecteur de CD-ROM Atari annoncé à Las Vegas cet automne ?

Nous le montrerons au SICOB d'avril 1988. Atari est le premier à rendre abordable un produit technologiquement avancé. Le produit existe techniquement mais nous sommes les seuls à le proposer à moins de 5000 FF. Pour stimuler l'intérêt du public, le produit sera utilisable en CD-ROM et en Audio. Jusqu'à présent, les maisons d'édition hésitaient à investir dans le développement de CD-ROM car il n'y avait pas de marché. Face à une situation bloquée où éditeurs et constructeurs s'attendent mutuellement, Atari se lance et fera tout pour réussir.

Nous travaillons pour mettre les premiers prototypes de lecteurs entre les mains des sociétés éditrices, dans le domaine éducatif, dans l'édition d'encyclopédies, ou dans le champ professionnel. Le jour du lancement, nous présenterons le dictionnaire visuel en anglais.

- Comptez-vous poursuivre votre politique culturelle en 1988 ?

Tout à fait. Atari garde ses contacts avec de nombreux musiciens. Le ST est maintenant devenu la norme en informatique musicale. Il a détrôné le Macintosh. Au Salon de la Musique, on comptait un Macintosh pour vingt Atari ST. Dernièrement, Jean-Michel Jarre a acheté un Atari ST. Nous sommes actuellement en relation avec un peintre de renommée internationale, Agam. Exposé au muséum d'Art Moderne, il a entre autres réalisé la fontaine de la Défense à Paris. Agam travaille sur le ST et mettra en place une équipe de programmeurs afin de développer de nouveaux outils de création graphique.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]