Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 19 novembre 2017 - 04:08  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Emmanuel Rey
(Entrevue réalisée par Lionel Menou - juin 2003)


Emmanuel Rey Les revendeurs Amiga sont de moins en moins nombreux mais il en subsiste quelques-uns que rien au monde ne pourrait arrêter. Parmi ceux-là, il y a Relec et son gérant Emmanuel Rey...

- Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Alors je plonge, Emmanuel Rey (plus connu sous le pseudo "XRay"). J'ai 50 ans, une formation technique.
J'aime : ma famille, l'esprit Amiga, la nature, faire la cuisine, les escapades en France et les systèmes alternatifs (informatiques). :)

Je déteste : la monotonie, l'hégémonie des grandes puissances commerciales, le système "FENETRExxx" en lui-même. :(
Mes hobbies : gérer mon emploi du temps ;)... non, sans blague, les sorties en famille, se retrouver entre amis, la nature, le bricolage.
Musique : tous les styles mais plus particulièrement un "bon jazz" !

J'habite avec ma famille à Payerne, au coeur d'une région magnifique, située à deux pas du lac de Neuchâtel et trois-quatre pas du Léman. :) En fait en Romandie, région francophone de la Suisse, à quelques encablures de la frontière linguistique avec nos cousins germains, le fameux "röstigrabben" (*) ! Cofondateur de la société Relec Hardware & Software Amiga, dont le siège social se trouve à Payerne, j'y ai le titre de "fondé de procuration". Je m'occupe de la partie technique, du management et du marketing... homme à tout faire quoi. ;)

(*) barrière de rösti, ce dernier étant un plat à base de pommes de terre et de lardons frits, dont les Suisses Allemands raffolent... surtout le matin au saut du lit, quand t'as encore rien dans l'estomac, histoire de te le caler un peu tu vois. ;)

- Quelle est votre histoire sur Amiga ?

Tout d'abord, je suis l'heureux utilisateur d'une merveilleuse machine qui m'a vraiment fait découvrir l'informatique. :) Cela se passait vers la fin des années 1980. J'hésitais alors entre un Atari et un Amiga (A500). C'est un collègue, déjà "fondu" d'informatique, de vidéo et de musique, qui m'a proposé une démo et une visite au magasin du coin de la rue (hé oui les rues avaient encore des coins à cette époque. ;) En ressortant de la boutique, la seule chose qui m'a retenu, c'était le prix. Heureusement, quelques jours plus tard mon banquier a trouvé les fonds ! C'est donc avec mon fils Thierry (que certains connaissent sous le pseudo de "Tcherno", j'y reviendrai plus loin) que nous sommes allés acheter ce fameux A500, qui nous a fait passer des heures fascinantes.

Notre deuxième machine fut un A2000, qui coule désormais une retraite tranquille au fond de l'atelier. Il avait été acheté chez Baroni Informatique, le fameux revendeur romand de l'époque. Si vous consultez les revues Amiga, dont Amiga News, vous y retrouvez ses pubs. J'en profite pour le remercier au passage, car il était toujours disponible et a beaucoup oeuvré pour l'Amiga chez nous. C'est aussi là que j'ai eu mon premier contact avec le club AmigaDE AMF), club qui est encore actif actuellement. Dans ma deuxième fonction, comme déjà indiqué, je suis l'instigateur et cofondateur de Relec. Celle-ci a été créée et enregistrée en octobre 1995 et c'était un peu une affaire de famille.

- Quelle est votre configuration actuelle ?

Nos configurations, pour être plus précis ! Actuellement je réponds à vos questions sur un Psion NetBook, déplacement et congé obligent ! En fait, il faut plutôt parler de trois genres de configurations actuelles.

- Personnellement, je tourne avec un A4000T PowerPC avec bus Zorro II/III-PCI de chez Elbox avec Voodoo3/Spider USB/Sound Blaster/etc., un A3000T-060 fait office de serveur et deux autres 4000T-060 AT. Ils sont tous sous AmigaOS 3.9 et partagent le réseau avec deux PC (AMD 1,7 GHz). Un de ces derniers est utilisé par Tcherno, le graphiste, pour être compatible avec les outils de l'agence où il travaille. L'autre l'est par Christiane, ma femme, pour de l'administration et en fonction des besoins. Dans mes déplacements, c'est un Palm 505 et Nokia 6210, voire un Psion NetBook, qui me permettent de gérer les courriels et autres informations facilement et en tout temps.

- Un Pegasos I G3-600/Radeon 9000/Catweasel MKIII/TekRam SCSI-Wide sous MorphOS et Linux SuSe, qui au départ servait de machine de test et de démo, mais qui prend de plus en plus de place comme véritable machine de travail.

- Un AmigaOne G3-SE 600 MHz/Radeon 7500/SBLive sous Linux Debian, qui sert de machine de test pour l'instant. On espère le voir bientôt tourner sous AmigaOS 4.0, afin de voir enfin l'OS Amiga en natif sur un véritable Amiga PowerPC. :)

Tout ce petit monde est bien sûr connecté en réseau, Intranet et Internet (concentrateur RJ45 et routeur ADSL Zyxel), avec scanner, imprimante, etc.

Retro : En attente d'être exposés dans le hall de la future multinationale "Relec Compagnie & Co", un PET, A500, A1000, A2000, CDTV, CD32, etc.

- Que faites-vous actuellement avec votre Amiga ?

La gestion des fichiers clients (Superbase 4.x), la gestion du site Relec (GoldED Studio AIX et fxPAINT, FTP par Opus Magellan) la gestion des courriels (YAM) et la consultation du Web (AWeb, Voyager, IBrowse), mise en page des listes de prix, articles, pubs, etc. (PageStream 4.x), le courrier (Final Writer 4), du graphisme, du son, la gravure des CD (MakeCD), les sauvegardes, les échanges réseau (Samba), les tests de nouveaux logiciels et matériels, etc. presque tout ce que l'on peut faire sur un ordinateur courant.

Quelques travaux administratifs sont effectués sur PC, sur OpenOffice, qui est un programme pratiquement gratuit, que nous recommandons à tous les utilisateurs Windows et Linux, la partie gestion comptabilité sur Office Maker, un logiciel de gestion d'entreprise que distribue notre partenaire Ficomedia (dont je vous parle plus bas). Au sujet de la gestion complète sur Amiga, nous fondions beaucoup d'espoir sur la suite GestaCompte, mais malheureusement nous n'avons pas de nouvelles de ceux qui s'en occupent, alors que toutes les versions en notre possession ont été envoyées depuis... environ deux ans je crois. C'est dommage, car cette suite pourrait concurrencer des programmes dix fois plus chers ! L'appel est donc lancé à tous ceux qui pourraient être concernés. ;)

- Pour quelles raisons êtes-vous toujours utilisateur d'Amiga, à l'heure actuelle ?

Pour certaines raisons dont j'ai déjà parlées plus haut. Pour le plaisir que m'apporte cet OS, parce qu'il vaut la peine qu'on le soutienne (même par l'intermédiaire de MorphOS, car il ne faut pas oublier le développement de logiciels que cela va engendrer) et parce qu'il le vaut bien. ;)

- Pouvez-vous nous présenter Relec ?

Personnellement, il y a déjà un certain temps que je trouvais qu'il était très difficile de se procurer des logiciels et du matériel Amiga dans notre pays, alors que par exemple, chez nos voisins allemands ou anglais il n'y avait pas de problèmes.

C'est donc à la demande de certains contacts à l'étranger et pour pallier ce manque, que l'aventure Relec a débuté. Les bons contacts avec les revues Amiga de l'époque, surtout le fameux Amiga News et son non moins fameux rédac'chef Bruce Lepper, nous ont permis de faire connaître Relec et de servir les amigaïstes suisses mais aussi étrangers (France, Italie, Espagne, Canada et j'en passe). Notre collaboration avec Amiga News et plus tard ANews (salut Thierry) a toujours été très fructueuse et permettait aux lecteurs de profiter de nombreux tests et autres articles sur tous les produits du marché. A ce titre, je vous félicite et vous remercie au nom de Relec, d'avoir repris le flambeau dans ces périodes vraiment difficiles. Les demandes se sont faites de plus en plus nombreuses. A mesure que les sociétés concernées par l'Amiga disparaissaient, nous devions tout faire pour "compenser" le manque et combler les besoins.

Durant l'ère Amiga, presque n'importe qui s'improvisait revendeur (bon ce n'est pas propre au marché Amiga), avec plus ou moins de bonheur pour les clients. Il y eut malgré tout de très grands revendeurs, qui nous ont beaucoup appris. Malheureusement, pour être viable, il faut tout de même que l'opération soit rentable. Cela n'a plus été le cas, même pour les bons. De notre côté, il fallait donc absolument tenir le coup et trouver des solutions pour continuer à servir et donner satisfactions aux utilisateurs. Il fallait qu'ils puissent continuer à utiliser leur machine pour que l'Amiga ne disparaissent pas si facilement. Il devenait donc impératif pour Relec d'adopter une structure très légère, un paquetage réduit en somme ! Il est vrai que dans ces conditions, cela devient plus une vocation que du business proprement dit. Comme l'Amiga "ne nourrit pas son homme" actuellement, l'homme doit se nourrir lui-même. ;)

Il a fallu choisir des solutions et des alternatives, qui nous permettent d'avoir la souplesse et faire un maximum d'économie (pour un complément de réponse, voir la question suivante). Tout le monde connaît les aléas de la marque, depuis sa vente par feu Commodore. Bon, chaque fois qu'un acheteur se profilait, qu'un projet était annoncé, nous espérions le voir aboutir très vite, pour redémarrer et reprendre une vitesse de croisière. Il y a eu beaucoup de désillusions mais cela a renforcé notre détermination et augmenté notre expérience. L'arrivée des PowerPC, des bus PCI et autres améliorations techniques ont permis à l'Amiga de rester plus ou moins dans la course (oui, juste avant la voiture balai). Alors que d'autres, bien plus puissants et avec beaucoup plus de moyens, ne sont plus là. J'ai souvent en mémoire le départ fulgurant de Be, qui se voulait un peu le successeur de l'Amiga, on connaît la suite. :(

La preuve aujourd'hui, il y a encore des utilisateurs, les nouvelles machines à base de processeurs puissants sont à la porte (AmigaOne, Pegasos) et la passion fait que chez Relec, nous sommes partants pour de nouvelles aventures, au premier rang ! Mais je dois vite ajouter, que, sans l'enthousiasme et la volonté des utilisateurs, on peut même dire des passionnés que vous êtes, Relec n'a pas de raison d'être au niveau Amiga : merci pour votre soutient ! La première et nouvelle ouverture qui se profile, c'est le Pegasos. Relec ne va pas entrer dans le jeu des "pour ou contre", ce n'est ni notre volonté ni notre travail.

Notre position est très claire à ce sujet, nous offrons à nos clients ce qu'ils nous demandent. Cette machine avec son système MorphOS, conserve globalement un "esprit" Amiga. On se retrouve dans un environnement connu et la prise en main est rapide. C'est aussi la première disponible sur le marché (malheureusement en quantité très limitée pour l'instant), mais dès juillet on devrait voir le G4 et en septembre le Pegasos II (selon Genesi). C'est assez génial de pouvoir utiliser les programmes, les disques durs, etc. que vous aviez sur votre Amiga juste avant. La puissance du PowerPC est bien là. Cette machine semble bel et bien tenir ses promesses. De plus, les projets annoncés (G4, Pegasos II à la rentrée, Eclipsis, etc.) ont poussé Relec à s'investir pour le Pegasos au niveau de la Suisse. Nous le distribuons d'ores et déjà et un site lui est totalement dédié.

Des démos ont été organisées et d'autres seront programmées dès que les nouveautés et les besoins s'en feront sentir. Pour l'instant, nous sommes très satisfaits par l'intérêt que cette machine suscite chez nous. Nous avons aussi le plaisir de compter au moins un des développeurs importants (David Gerber, auteur de Ambient, Voyager...) de MorphOS, en Suisse.

Au niveau de l'AmigaOne et d'AmigaOS 4.0, nous poursuivrons la même politique. D'ailleurs, vous pouvez constater que Relec s'associe déjà au club AUGS), pour accueillir le 21 juin 2003, une étape du "AmigaOS 4.0 On Tour", stratégiquement située à Bâle, ville frontière avec la France et l'Allemagne. Si vous n'habitez pas trop loin, profitez-en et venez nombreux ! La vérité est au bout du couloir, mais à mon avis on voit déjà très sérieusement la lumière du plateau, où le public ne demande qu'à accueillir la vedette. ;)

- Comment peut-on survivre commercialement en vendant du matériel Amiga de nos jours ?

Il y a déjà un élément de réponse dans la question précédente. Comme je vous le disais déjà, c'est plus une vocation que du business proprement dit. Effectivement, chez nous, l'Amiga ne nourrit pas son homme. Comme vous le dites si bien dans votre question, on peut "survivre". Alors, comment l'homme tient le coup ? En faisant un job alimentaire, Relec n'a pas de salariés en tant que tel. Nous cherchons toujours des alternatives, qui nous permettent de réagir rapidement. Petite structure dans la situation du marché Amiga actuel, mais rapidement adaptable en structure plus importante pour absorber une progression aussi soudaine que limitée dans le temps.

Au niveau des coûts du stock, nous devons souvent travailler en flux tendu, surtout sur les produits coûteux et/ou en quantités importantes. C'est d'ailleurs le principal problème du marché Amiga, il faudrait que nous ayons toute la palette de produit pour que nous puissions répondre présent lors d'une demande, qui ne viendra que trois mois plus tard ! Mais il faut aussi reconnaître que les clients sont en général très compréhensifs à ce niveau. :) Depuis 2002, nous avons engagé un partenariat avec Ficomedia, une entreprise informatique de la région, active dans la distribution, les services, la téléphonie mobile, etc. Nous coopérons sur différents projets et à différents niveaux. Leur volonté de privilégier des alternatives aux standards établis (M$), comme OpenOffice ou Linux, correspond bien à "l'esprit de Relec et Amiga". A plus forte raison, quand le Pegasos et l'AmigaOne gèrent ce système.

- Avez-vous des anecdotes liées à votre activité de revendeur Amiga ? Quels sont vos meilleurs et pires souvenirs ?

Il y aurait de nombreuses anecdotes, qui sortent du cadre de cette entrevue et demanderaient beaucoup de temps pour être racontées. Mais ce qui m'a toujours enthousiasmé, c'est justement ce fameux "esprit Amiga" ou peut-être plus simplement la convivialité engendrée par ce système et ces machines. C'est donc le côté positif que je préfère relever et oublier les mauvais souvenirs. Chacun en a déjà son lot, dans la vie courante du système qui nous entoure ! Sinon, les meilleurs souvenirs se situent aux niveaux des différents salons et expos, les rencontres avec des noms qui ont un visage. Ah... Cologne par exemple, des moments mémorables avec des soirées inénarrables.

Mais plus près de nous, l'automne passé, l'Alchimie à Tain était vraiment un de ces excellents moments. Sinon, une rencontre particulièrement marquante pour moi, fut celle de Jacques Pourtant, le fameux artiste et journaliste-graphiste de la revue Amiga News. Nous avions "bêtement" succombés aux chants des sirènes publicitaires teutonnes, de la carte graphique Merlin... (pas enchanteur). Ce n'était pas une mauvaise carte en soit, mais au niveau soutien, c'était le bide. Nous étions en contact au sujet de la fameuse Merlin. Comme le salon de Cologne approchait, un rendez-vous a été fixé. La Merlin a conservé ses problèmes et j'ai gagné un ami et de riches échanges avec Amiga News, Bruce Lepper et certains autres. Un autre bon souvenir, c'est l'arrivée chez Relec, d'une des premières CyberStormPPC livrée par Phase 5. Montage hyper-rapide un dimanche, avec tous les tests et essais qui vont avec. Ensuite, écrire un article dans la nuit pour que Bruce puisse boucler son numéro exclusif.

- Où en est la nouvelle version de votre site Web ?

Joker svp. ;)

Non, en fait, comme je vous l'ai indiqué plus haut, nous sommes organisés en "structure alternative" et légère. Ça veut dire que quand quelqu'un s'occupe de quelque chose, il ne peut pas consacrer son temps à autre chose et personne ne le fait à sa place. Donc, nous accordons les priorités aux choses les plus importantes et certains projets passent au second, voire au troisième plan. Si les grandes sociétés cumulent souvent les retards, à plus forte raison les petites. :) La refonte (site complètement nouveau) était programmée en 2002. Une maquette (Relec.ch v2) est d'ailleurs terminée depuis cette époque. Mais comme le projet Pegasos est arrivé à maturité entre-temps et que Relec s'est impliqué au niveau suisse, il a fallu se résigner à laisser cette nouvelle version du site en attente. Tcherno (www.tcherno.com), le graphiste de la maison, a fait un travail excellent sur le site Pegasos-suisse.com et en très peu de temps. Nous sommes fiers de proposer cet outil qui colle bien à l'idée que nous nous faisions d'un site Pegasos pour nos clients.

Bien sûr, tout n'est pas parfait ni terminé. Nous allons le faire évoluer en fonction du matériel futur, des logiciels, des demandes des utilisateurs, etc. Donc, pour en revenir au site Relec.ch, nous allons mettre en chantier une v3 vers la fin de l'été. Elle regroupera les deux options Amiga : Amiga Classic et AmigaOne. Comme AmigaOS 4.0 pointe enfin le bout de ses octets, notre choix paraît judicieux. Le nouveau site aura une ergonomie sans commune mesure avec l'actuelle "usine à gaz" et proposera de nouvelles fonctionnalités (moteur interne, news, possibilité de paiement par CB/PayPal, etc.). La philosophie initiale (site actuel), qui consistait à fournir le maximum de renseignements et d'informations aux visiteurs sera encore développée mais d'une manière beaucoup plus structurée. Espérons que l'évolution du tandem AmigaOne/AmigaOS 4.0 nous conforte dans nos objectifs et projets à son sujet mais j'ai bon espoir :)

- Pouvez-vous nous parler des autres revendeurs de la "grande époque" ?

Tout d'abord, comme client et ensuite comme collègues, les fortunes ont été diverses avec les revendeurs français. Permettez-moi de ne pas citer de nom, ce qui ne serait pas correct, mais les lecteurs sont déjà rompus à l'exercice par les expériences qu'ils avaient et ont encore avec les revendeurs et qu'ils ne manquent pas de relater sur les listes de diffusion et autres courriers des lecteurs. Ici, il n'est pas toujours facile de se faire une idée, étant juge et partie. D'autre part, nous avions beaucoup plus de contacts avec les Suisses allemands et les Allemands.

- Entre les revendeurs de l'époque y avait-il un esprit d'amitié (l'esprit Amiga) ou une féroce concurrence ?

Ici en Suisse, il n'y a jamais eu de problème. Avec les revendeurs étrangers (français pour vous), nous n'en avions pas non plus mais effectivement avec certains, il fallait ménager la chèvre et le choux. Ce n'est plus le cas aujourd'hui mais bon, il n'y a pas de concurrence non plus. Par contre, si personnellement je dois tirer mon chapeau à quelqu'un, il y aurait deux élus. Le premier, existe toujours (d'ailleurs, si ce n'était pas le cas, il faudrait l'inventer), c'est Amiga Center, qui rend de fiers services à la communauté. Le deuxième, qui n'existe plus (du moins sous cette forme à ma connaissance), c'est PhoenixDP, avec qui les contacts étaient vraiment excellents. On arrête là, je n'ai que ces lauriers et pas de tomates.

- Comment avez-vous vu évoluer la communauté Amiga depuis que vous en êtes membre ?

De la boulimie initiale, elle est passée à l'anorexie totale. Mais ce qui est drôle, c'est que régulièrement certains ex-curistes demandent une posologie individuelle. :) Je m'explique sur cette dernière phrase : des utilisateurs ont lâché l'Amiga et sa communauté depuis un certain temps, voire un temps certain. Tout à coup, ils nous demandent des informations, commandent une machine d'occasion ou ce qu'il faut pour mettre à jour, un milledeux en mal de ROM ou un quatremille resté en 68030 dans l'armoire. Ces derniers temps, les demandes d'information, voire les commandes pour des nouvelles configurations sont vraiment d'actualité. Même certains médias viennent aux renseignements ou reprennent les informations que nous diffusons.

Dernièrement, il y a même une revue PC qui s'y est mise. PC-Tip pour ne pas la nommer a publier un article sur le Pegasos. Un autre sur l'AmigaOne et vient d'annoncer la démo du "OS4.0 On Tour", à Bâle le 21 juin 2003. Pour résumer, la communauté n'est pas morte, l'esprit reste actif longtemps. L'avenir est devant nous, bon ou mauvais. :)

- Que pensez-vous d'Amiga Inc. et d'AmigaDE ?

Re-joker. ;)

Il est très difficile de se faire une idée objective sur les buts et ressources d'Amiga Inc. Nous avions des contacts réguliers puis sporadiques ces derniers temps. Par contre, ce manque a été largement compensé par ceux avec Hyperion et surtout Eyetech. A ce propos, svp, ne tirez pas sur les pianistes ou la musique va s'arrêter ! En effet, Hyperion a déjà fait (dans l'ombre) un travail de titan sur AmigaOS 4.0. Imaginez qu'aucune société de développement dans le monde n'aurait bossé sur un truc pareil avec si peu de moyens en ressources humaines et en capitaux, chapeau bas. C'est pour cela que je vous recommande absolument d'assister aux démos du "OS 4.0 On Tour" dans votre région et d'y inviter le plus possible de personnes qui sont (ou ont été) concernées par l'Amiga. Vous verrez alors ce qui a été fait et cela plébiscitera le travail d'Hyperion et Eyetech.

De plus, Ben Hermans a pris toutes les dispositions légales pour qu'il n'y ait pas de problèmes de dernière minute avec une éventuelle défection de Amiga Inc., ce qui, selon lui, n'arrivera de toutes façons pas. Au niveau d'AmigaDE, je crois que l'idée et les choses que nous voyons déjà sont très bonnes mais il faut voir à moyen terme si ce choix est le bon. Dans tous les cas, la fusion avec l'OS Amiga est alléchante. Un reproche peut-être à Amiga Inc., le manque flagrant de communication, ou certaines de leurs annonces, plutôt "vaporeuses". Mais la conjoncture ne leur a pas été favorable et dans le domaine informatique, on peut qualifier d'exploit le fait qu'ils existent encore. L'Amiga aussi d'ailleurs ! Un regret au niveau du DE, qu'il soit absent du marché Symbian.

- Que pensez-vous d'Hyperion et d'AmigaOS 4.0/AmigaOne ? Avez-vous vendu des AmigaOne ? Pensez-vous, à terme, que l'AmigaOne se vendra plus que le Pegasos ?

J'ai déjà donné mon avis sur Hyperion plus haut ; pour résumer, très positif !

Au sujet du couple AmigaOne/AmigaOS 4.0, il faut le voir pour le croire ! Oui, Relec a vendu des configuration AmigaOne G3 qui sont déjà livrées et des AmigaOne G4 qui sont en passe de l'être, je l'espère d'ici la fin du mois. Concernant de meilleures ventes sur AmigaOne que sur Pegasos, à mon avis cela dépendra fortement de leurs possibilités respectives ainsi que des logiciels disponibles. Au final, c'est l'acheteur qui décidera, Relec sera là pour apporter des informations objectives en fonction de ses besoins et le servir dans les meilleures conditions.

- Que pensez-vous de Genesi et de MorphOS/Pegasos ?

La communication et la discussion sont agréables et ils sont très efficaces. C'est un réel plaisir de travailler avec les gens de Genesi. Ça change radicalement de ce que nous connaissions chez Commodore et autres successeurs par le passé !

Actuellement, il faut reconnaître que c'est MorphOS qui marque le point. Il est fonctionnel, à chaque mise à jour il s'améliore (gestion de l'USB, d'une carte PCI Wide-SCSI, de la carte Catweasel MKIII, etc.) et bonne gestion des logiciels Amiga dont les principaux. Il y a encore pas mal de chose à intégrer mais les développeurs sont attentifs aux remarques et demandes des utilisateurs. J'ose espérer que la maturité sera atteinte lors de la sortie en masse du Pegasos II ! Les projets annoncés (set-top box, PDA...) pourraient renforcer la réputation du Pegasos et donner du crédit à MorphOS. Genesi a d'autres produits intéressants qui, associés au tandem Pegasos/MorphOS, lui permettraient de prétendre au titre de machine multimédia. Nous sommes en relation avec des studios qui montrent déjà de l'intérêt envers des solutions de ce genre.

- Que sera selon vous le futur de l'Amiga ?

Question suivante svp. Non, vraiment je n'en sais absolument rien. Mais on va dire que nous sommes sur une bonne voie pour un petit bout de temps. Il faut maintenant que ceux qui reprochaient de ne rien avoir de nouveau s'intéressent sérieusement et objectivement à ce qui leur est proposé. Le "Classic" était formidable mais il a vécu.

Il suffit de travailler quelques heures sur le Pegasos pour comprendre. Il n'y a pas de raison que ça ne soit pas la même chose avec l'AmigaOne/AmigaOS 4.0. La voie a été tracée avec difficulté, sur un parcours semé d'obstacles. Elle est maintenant presque terminée. Ce serait vraiment idiot de ne pas utiliser le résultat de tout ce travail et de ne pas en profiter. Pour parler du futur, il faut déjà être au présent et avec l'Amiga nous y sommes maintenant. J'ai donc bon espoir pour le futur :)

- Que feriez-vous si vous possédiez les droits de l'Amiga et un très gros budget ?

Un budget à la Macro$oft ?! La morale réprouve cette question... Alors, je vends des droits sur les droits. Je "vaporise" des annonces sur des accords impressionnants. Immédiatement après, j'inonde la Terre de pubs "format mondial" ventant la marque (T-shirts et Cups à l'appui). J'engage Britney pour les pubs TV (c'est Benjamin Yoris qui va être content). Le monde entier s'arrache le "merchandising". J'achète une villa aux Bahamas et je vais boire des pots avec mes potes de feu CBM. :)

Bon, moralement je suis obligé de subventionner un maximum les développeurs de logiciels Amiga. Il y a là un sacré potentiel qui est négligé ! Je passe un accord entre Amiga et Genesi, pour un OS, avec bPlan pour le matériel, et avec... nous (là c'est carrément du délire... pourquoi vous me posez des questions comme ça vous, aussi ?). Et moi qui, "comme un bleu", commence à vous dévoiler notre stratégie d'entreprise. :) Ce qui précède, relève bien sûr de la fiction.

- A propos de Relec, quels produits particuliers proposez-vous, et pouvez-vous nous parler de ce que vous préparez ?

Relec essaye de proposer pratiquement tous les produits disponibles. Malheureusement, il est parfois difficile de donner satisfaction au client, tant le produit est obsolète. On nous demande encore des extensions de mémoire pour A600 ! Sinon, notre philosophie est vraiment axée sur la volonté de fournir tout ce dont un client Amiga et Pegasos a besoin. Au niveau des produits particuliers, nos sites Web et notre liste de prix saura mieux les décrire que moi.

-  Quels sont vos produits préférés, ceux que vous pourriez recommander à nos lecteurs, ceux dont vous regrettez la disparition ?

L'Orgasmatron ! Non, sans blague, c'est vraiment un produit excellent pour vous remonter le moral et contre le stress. Immense avantage, il fonctionne n'importe où, sans courant et sans batterie, donc 100% écolo !

Pour les produits plus "standards", mon choix va à la carte Catweasel MKIII qui est vraiment un plus pour les nouvelles machines (AmigaOne, Pegasos), et aussi les PC sous Amithlon, voire les machines de la série "Classic". Pour les logiciels, c'est incontestablement PageStream (mais bon c'est peut-être un peu trop pro), pour qui le développement continue sur plusieurs plates-formes. Concernant les disparus, la liste est longue : en tête Final Writer et LightWave, Tornado, GestaCompte (bon là peut-être que quelqu'un a des informations et tout ne serait pas perdu), etc. RIP !

A recommander, ce serait les produits IOSpirit (fxPaint, fxScan, VHI-Studio), Felix Schwarz fait vraiment un super travail et en plus il optimise pour MorphOS.

- Pas mal de personnes désireraient acheter les sharewares directement chez un revendeur. Pourriez-vous, un jour, contacter des auteurs de sharewares (par exemple Holger Kruse pour Miami, Vaporware pour AmIRC, AirSoft pour Hollywood, etc.) ?

Pourquoi pas, si la demande en vaut la peine. A ce sujet, il faudrait lancer une pétition (ou une demande collective) à Kruse (MiamiDX), pour qu'il réagisse aux demandes et commandes des utilisateurs. Par le passé, un distributeur pouvait nous le fournir, mais hélas, depuis environ un an, plus rien. Les autres ne sont pas mal organisés, mais effectivement c'est souvent plus simple que nous puissions les fournir à nos clients. Idée à creuser, merci. :)

- Quels sont les meilleurs programmes/matériels que vous ayez vus sur Amiga ?

Une tonne ! Mais entre autres, LightWave, Scala, Final Writer, ImageFX, les produits de GVP et Phase 5. Plus près de nous Elbox, dommage pour leur politique très fermée au niveau développement. Mais il est dommage d'être exhaustif sur une question comme celle-là. :(

- A combien d'utilisateurs estimez-vous la communauté Amiga actuelle ? Quel est, à votre avis, la taille du marché pour les nouvelles machines ?

En Suisse, entre quelques centaines et mille (grand grand max)... woups. :(

En France et dans le reste du monde, je n'en sais absolument rien, désolé... mais demandez peut-être à Amiga Inc., s'ils ont une estimation. ;)

Pour les nouvelles machines, on peut rêver de 0,5% de part de marché, pour la première année, mais laissons-nous surprendre ! Non, je crois que le plus important pour l'instant c'est d'avoir des machines qui "tiennent la route", c'est-à-dire qu'elles proposent les mêmes fonctionnalités que les autres standards (PC, Mac) à un prix comparable.

- Avez-vous un message pour nos lecteurs ?

Les gars, de gauche ou de droite (de l'Amiga), ne perdez pas votre esprit, vous êtes une communauté formidable, il y a encore du bonheur à partager ! S'il vous plaît, restez objectifs quant à la situation actuelle. Il faut absolument positiver sur l'avenir à court terme, les nouvelles machines sont là, les nouveaux OS sont là. Alors gardez vos économies, vous allez sous peu pouvoir faire un bon placement. En attendant profitez des démonstrations ou demandez-les et faites confiance aux derniers dinosaures de la vente Amiga, ils vont encore vous surprendre. "Permettez le futur alternatif !"

Bien à vous et longue vie à Obligement,
XRAY


[Retour en haut] / [Retour aux articles]