Obligement - L'Amiga au maximum

Vendredi 21 juillet 2017 - 08:41  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Crashdisk
(Entrevue réalisée par David Brunet - septembre 2016)


Avatar de Crashdisk Voici une entrevue avec Crashdisk, un français passionné d'Amiga qui travaille pour le projet TOSEC.

- Bonjour Crashdisk, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour. Sur les réseaux, je suis connu sous le pseudo Crashdisk, j'ai 39 ans et je travaille actuellement dans l'industrie automobile. Mes passe-temps tournent autour de l'informatique, sur Amiga bien sûr, mais aussi sur PC, suivre l'actualité, les sciences, écouter de la musique, m'extasier devant ce que l'on arrive à faire pousser dans un jardin et tout un tas de choses futiles. ^^

- D'où vient votre pseudonyme "Crashdisk" ?

Mon pseudo "Crashdisk" vient principalement de mon manque total d'imagination ! Plus sérieusement, quoique, je crois que c'est en 2009, suite au plantage d'un disque dur que j'ai commencé à traîner sur différents forums avec ce jeu de mots douteux pour tenter de retrouver ce que j'avais perdu.

- Quel a été votre premier ordinateur ?

Comme de nombreuses personnes de ma génération, j'ai connu les ordinateurs Thomson TO7/MO5 à l'école primaire en pratiquant le LOGO et des jeux éducatifs. Et c'est par le plus grand des hasards que mes parents ont racheté à des amis un Thomson MO6. C'est par là que j'ai débuté en informatique et les joies du temps de chargement des programmes enregistrés sur des cassettes audio. Outre la découverte du BASIC, le souvenir de certains jeux comme Sapiens ne m'a jamais quitté.

Sapiens
Sapiens

- Quand et comment avez-vous découvert l'Amiga ?

À côté de mon collège, un magasin d'informatique faisait la démonstration des capacités de l'Amiga, je m'y arrêtai souvent pour regarder la bête de plus près, poser des questions et voir la ludothèque. La presse spécialisée a fini de me convaincre et m'a permis d'affûter mes armes pour faire du lobbying auprès de mes parents. Mon premier Amiga est arrivé en 1991, c'était un A500+ et si le nouveau Kickstart était plus agréable à utiliser, les problèmes de compatibilité étaient légion.

- Quelle est votre configuration Amiga actuelle ?

J'ai toujours mon troisième Amiga, un A1200/030 à 50 MHz et mon fidèle A4000/040 à 25 MHz acheté dans un dépôt-vente en 1997. En 2001, j'ai laissé de côté l'Amiga pour le PC et après quelques années, la fièvre m'a repris et j'ai eu l'occasion de récupérer d'autres machines dont deux A1200 de base, un A2000, deux A500+, deux A600, une douzaine d'A500 et deux CD32. Toutefois, dès qu'il s'agit d'utiliser des fichiers-disques (ADF, DMS...), WinUAE en configuration rapide reste ma "machine" de prédilection.

- Qu'avez-vous fait durant vos années Amiga ?

En dehors des parties de jeux entre amis, fouiller dans les compilations était un véritable passe-temps, c'était l'occasion de se créer une caisse à outils pour bidouilleur en herbe. J'adorai par exemple comparer les performances des outils de compressions. Je me souviens que certains, en les poussant au maximum, il fallait plus d'une nuit pour compresser un fichier... c'est impensable aujourd'hui ! Les outils de manipulation de fichier, de copie et de réparation de disquette avaient aussi mes faveurs pour dépanner mes proches ou faire des expériences avec plus ou moins de succès. Encore aujourd'hui, j'ai une fascination pour les blocs d'amorçage (bootblock), ces petits programmes de 1 ko qui font des choses incroyables au vu de leurs tailles et je les collectionne depuis des années.

Je me suis essayé à la programmation en assembleur et en AMOS mais je n'ai jamais approfondi ce domaine, car c'était plus pour comprendre que pour créer. Je me souviens aussi avoir passé des jours entiers à extraire et tester les archives des CD de 17 Bit Software. Une véritable mine d'or avec son lot de démos, de programmes et de jeux.

- Vous êtes membre de TOSEC. Pouvez-vous nous rappeler ce qu'est TOSEC, son histoire, ses fondateurs et comment se structure l'équipe ?

TOSEC est un collectif créé en février 2000 par un néerlandais surnommé Grendel. Son objectif était de cataloguer dans une base de données tous les fichiers images de cartouche, disquettes, CD-ROM ou firmwares ayant existé sur les machines obsolètes de l'époque. Bien entendu, la notion d'obsolescence évolue sans cesse et aujourd'hui le projet couvre plus de 280 plates-formes différentes.

Le projet se découpe en trois branches : la principale étant "TOSEC" pour les supports magnétiques et ROM, la seconde "TOSEC-ISO" regroupant l'ensemble des numérisations des supports optiques et "TOSEC-PIX" qui regroupe les numérations des documentations, notices, magazines, publicités, etc. se trouvant d'origine sur support papier, audio ou vidéo.

L'équipe est composée de coordinateurs, webmestres et de renamer/dumper. Ces derniers sont ceux qui numérisent les supports physiques, alimentent et corrigent les bases de données. C'est en quelque sorte un travail d'archiviste.

- Quel est votre rôle au sein de TOSEC ?

J'ai commencé comme contributeur en 2010 sur le forum EAB en postant des corrections aux bases de données Amiga existantes. Puis en 2011, Mai, le membre le plus actif de la branche TOSEC pour l'Amiga, m'a proposé de rejoindre l'équipe comme archiviste. J'ai commencé par travailler sur la base de données des jeux non commerciaux. Aujourd'hui, nous sommes deux membres actifs dans cette branche et nous nous sommes répartis les tâches en fonction de nos goûts, mais aussi de nos disponibilités, car cela demande beaucoup de temps.

Nous analysons chaque fichier pour déterminer la nature de son contenu, son nom, son année de parution, les auteurs ou distributeurs, la ou les langues présentes, l'état de conservation (altération par des virus, substitution de fichier, sauvegarde des scores, etc.) ainsi que d'autres détails en fonction de la pertinence. Toutes ces informations sont ensuite concaténées suivant des règles très strictes pour former le nom du fichier archivé.

- Comment se déroule le travail dans le projet TOSEC ? C'est en équipe ? Chacun de son côté ? Vous discutez sur un forum ou un canal IRC ?

Nous travaillons tous sur des bases de données différentes, mais on s'échange régulièrement nos découvertes, corrections et on synchronise nos données afin d'éviter les doublons au sein d'une même plate-forme.

Le plus gros travail d'équipe concerne l'évolution de notre convention pour donner un nom aux fichiers, appelé TNC (TOSEC Naming Convention). Elle est complexe et fait souvent l'objet de débat sachant qu'elle régit toutes les bases de données, ce qui représente plus de 800 000 fichiers potentiellement impactés en cas d'évolution. Pour discuter, nous utilisons plusieurs canaux publics et privés en fonction de la plate-forme, du thème et de la confidentialité des propos.

Concernant l'Amiga, le forum EAB est clairement la place de choix alors que pour les discussions de fond, le forum officiel de TOSEC est privilégié. Enfin, nous utilisons un canal privé sur Slack dans une ambiance plus détendue, pour échanger des informations ou discuter de la prochaine date de sortie du paquetage TOSEC.

- Quelles sont vos méthodes pour trouver de nouveaux jeux/contenus pour Amiga ?

J'ai un stock très important d'images disque plus ou moins identifiées provenant de sources diverses (site Web, compilations officielles et officieuses sur CD, domaine public, archive BBS, collections privés, etc.) mais le plus dur est effectivement d'identifier les contenus rares. J'ai récemment trouvé un disque de données pour le jeu Brigade Commander dont l'existence est évoquée sur un magazine américain et je n'ai pas trouvé d'autres sources pour le moment prouvant son existence, même la fameuse "Liste Des Jeux Amiga" d'Obligement n'en fait pas mention. ;-)

Pour le trouver, j'ai fait des recherches sur Brigade Commander avec l'ensemble des fichiers que j'avais à ma disposition en m'appuyant sur des critères comme le format des données du jeu. Plus récemment, j'ai trouvé sur Aminet quelques exemplaires de "The Medway Boys Docs Disks", cela m'a donné l'occasion de faire des recherches sur cette collection qui compte à ma connaissance 63 numéros et beaucoup d'absents. Pour cela, j'ai ciblé comme critère le nom des disques qui a un préfixe récurrent et spécifique, cela m'a permis de retrouver quatre exemplaires jusque-là perdus dans la nature. J'attache aussi beaucoup d'attention aux archives difficiles à extraire, c'est souvent là que se cache des pépites comme le programme Kwikcopy de Phillip Ruston, aussi auteur de jeux sous licence comme la série des Giddy.

- Fin 2011, vous aviez comme projet d'intégrer dans TOSEC les disquettes de couverture des magazines Amiga français. Ce projet est-il terminé ? Vous manque-t-il des disquettes ou avez-vous besoin d'aide ?

À cette époque, j'avais pris à ma charge la base de données des disquettes de magazine et je m'étais fixé comme priorité de trier les disquettes françaises. Elles étaient mal nommées, souvent altérées ou en mauvais état. J'ai donc tout d'abord numérisé tous mes exemplaires d'Amiga Concept, d'Amiga Dream et Amiga News Tech afin de trouver des copies en parfais état. J'ai aussi fait appel à la communauté francophone, mais au-delà des commentaires sur l'initiative, j'ai finalement trouvé peu d'aide.

Aujourd'hui, il me reste quelques disquettes à trouver ou à valider, mais globalement, j'ai presque fini pour ces magazines hormis Amiga New Tech. Reste à numériser, les quelques disquettes des magazines Génération 4 et Tilt qui posent une difficulté supplémentaire : elles sont dans un format hybride avec des contenus pour Atari, PC et Amiga. Il est possible que je me tourne vers les membres de SPS (Software Prevervation Society) pour les numériser au format IPF afin de préserver les contenus multiplates-formes de ces disquettes. Toute aide est la bienvenue.

- Quels sont les projets futurs de TOSEC ? Et quels sont vos projets personnels dans le cadre de TOSEC ?

TOSEC suit une évolution constante et élargit au fil des ans les plates-formes gérées. Nous développons des outils d'analyse et de maintenance pour les bases de données afin de nous aider dans notre tâche et certains membres ont aussi bien les idées que les compétences pour que cela se concrétise. De mon côté, je suis aussi dans cette logique avec quelques outils maison.

- Sur le site de TOSEC, on peut télécharger tous les fichiers d'identification (datfiles) mais pas les ROM/fichiers-disques qui vont avec. Est-ce pour une raison légale ?

La mise à disposition des fichiers n'est tout simplement pas notre objectif. En plus des moyens à mettre en oeuvre pour les mettre en libre accès, les questions d'ordre juridiques, spécifiques à chaque pays, ne feraient que compliquer notre travail et pourraient nous porter préjudice. Ce n'est donc, ni notre intérêt ni notre but. Nous publions environ deux fois par an les mises à jour pour les fichiers d'identification sur le site de TOSEC mais il est de la responsabilité individuelle de chaque membre de diffuser ou non les fichiers catalogués. De toute façon, nous ne créons pas de contenu, ainsi, la grande majorité des fichiers sont déjà publics et peuvent être trouvés sans notre aide.

- Les ROM/fichiers-disques de TOSEC sont disponibles sur Archive.org. Savez-vous qui a posté ces fichiers ?

C'est à l'initiative de Jason Scott, un archiviste de l'organisation Archive.org. Celui-ci a effectivement mis à disposition l'ensemble des contenus catalogués par TOSEC, mais même si cela est fait dans un but de préservation, cela me laisse perplexe sur le plan légal, comme je l'évoquais précédemment. Toutefois, je suis confiant sur le fait qu'ils ont l'expérience, les compétences et les moyens de traiter ces problèmes sachant qu'ils ont pratiquement dupliqué une grande partie du Web avec leur machine à remonter le temps (Wayback Machine) ainsi que numérisé un nombre colossal de médias.

- Avez-vous un avis sur les sites qui proposent l'intégralité de TOSEC en libre téléchargement ?

Ils sont rares les sites qui peuvent proposer cela, pour la simple et bonne raison que l'ensemble de TOSEC représente plus de 5 téraoctets de données non compressées. Même s'il existe des solutions techniques pour contourner le problème de stockage, cela reste fastidieux. Dans tous les cas, du moment qu'ils respectent toutes réclamations des ayants-droit et qu'ils ne font pas de bénéfice avec ça, je ne suis ni particulièrement pour ni contre. C'est leurs responsabilités.

- Savez-vous si TOSEC a déjà reçu des plaintes d'éditeurs ?

Pas à ma connaissance, mais je ne suis pas en première ligne pour traiter ce genre de sujet...

- Vous êtes l'auteur d'ADF-Workshop. Pouvez-vous présenter cet outil à nos lecteurs ?

Depuis longtemps déjà, le format d'images-disques DMS fait polémique malgré sa notoriété, notamment à cause de la fiabilité de ces algorithmes de compression. Fatalement, j'ai rapidement rencontré des problèmes lors des traitements de masse pour mon travail sur TOSEC. Malgré des versions bidouillées du programme xDMS qui passaient outre les erreurs de décompression, je ne pouvais pas me satisfaire de ces résultats. Je suis parti à la recherche d'un langage de programmation simple, puissant et si possible avec une assistance en français. Après quelques essais, j'ai adopté le PureBASIC pour commencer à travailler sur mon premier projet "DMS-Workshop".

ADF-Workshop
ADF-Workshop

Mon objectif était de décortiquer les fichiers DMS dans l'espoir de trouver l'origine des problèmes et pourquoi pas des solutions. J'ai ainsi pu ajouter des fonctionnalités qui n'existaient pas dans xDMS comme le décryptage automatique, un système de correction en cas de corruption de données (dans la limite d'un octet erroné par cylindre compressé) et une méthode de correction semi-automatique pour un bogue spécifique avec les cylindres mal compressés en mode "Heavy". Avec le temps, j'ai ajouté un grand nombre de fonctions d'identification, d'analyse, de détection et de correction pour les fichiers-disques ADF, ce qui m'a amené à changer le nom de mon programme en "ADF-Workshop".

Aujourd'hui, je ne peux plus m'en passer pour mes recherches. Par exemple, le simple fait de modifier le label d'une disquette, bouger une icône ou changer de place un fichier, suffit à transformer une disquette identifiée dans nos bases en quelque chose d'inconnu pour quelques octets altérés. Pour pallier cela, ADF-Workshop intègre une fonction de comparaison statistique pour trouver les plus proches parents connus.

- ADF-Worshop est un outil Amiga pour... Windows. Prévoyez-vous de réaliser une version Amiga ? Quelqu'un pourrait peut-être le porter à votre place ?

L'intérêt de ADF-Workshop réside dans des fonctions qui consomment beaucoup de mémoire et de ressource processeur. Une version allégée serait nécessaire et sans doute que le PureBASIC ne serait pas le langage le plus adapté d'autant que la version Amiga de PureBASIC n'est plus officiellement soutenue, même s'il est maintenant Open Source. Dans tous les cas, je ne suis pas sûr de la faisabilité d'un portage sans sacrifier ce qui fait l'intérêt essentiel de ce programme...

- Vous êtes également modérateur du forum EAB. Pour ceux qui ne le connaissent pas, pouvez-vous nous présenter ce forum ?

EAB (English Amiga Board) est certainement le forum traitant de l'Amiga, le plus actif et vivant de la toile. Il est uniquement en anglais, très structuré et aborde un très large panel de sujets autant logiciels que matériels. Il a des sections d'actualité, soutien technique, recherche, vente/achat, programmation, d'autres dédiés aux principaux projets liés à l'Amiga comme WinUAE, HOL (Hall of Light), AMR (Amiga Magazin Rack), WHDLoad et d'autres dont... TOSEC. La majorité de ces sections sont modérées par les acteurs de ces projets. Autant dire que ce forum est incontournable pour qui veut échanger avec les développeurs de jeu, programmeur de démo, musiciens, graphistes, crackeurs repentis et j'en passe. Une vraie taverne avec les personnalités du monde Amiga d'hier, d'aujourd'hui et sûrement de demain.

- Le travail de modération d'un forum en anglais n'est-il pas trop difficile pour quelqu'un qui ne parle que très peu cette langue ?

C'est sûr que ce n'est pas toujours simple et que mon franglais n'aide pas, mais il faut reconnaître qu'il n'y a pas trop de problèmes dans notre section et que les outils de modération sont très pratiques pour notre travail sur TOSEC. Par exemple, nous annotons les demandes de correction ou de mouvement de fichier directement dans le message de l'auteur de la requête sauf si bien sûr, cela ouvre un débat. Rien que pour le sujet des corrections, on atteint aujourd'hui les 2100 messages...

- Vos activités tournent beaucoup autour des jeux Amiga. Pour vous, quels sont les meilleurs jeux sur Amiga ? A part les grands classiques, quelles raretés ou jeux peu connus appréciez-vous ?

Je n'ai jamais été un gros joueur, mais plusieurs jeux m'ont marqué à l'époque comme Unreal pour ses sublimes musiques et graphismes, le concept du jeu de puzzle Extase d'où je tire mon avatar, la réalisation et l'histoire de Flashback, la brutalité des combats de Moonstone, le jeu de stratégie au tour par tour Genesia, l'originalité du jeu de tir/réflexion Outzone, le "point and clic" horrifique Dark Seed et mention spéciale pour Maupiti Island, sa synthèse vocale, son ambiance, ses plages et... ses meurtres !

Extase
Extase

Genesia
Genesia

Dans la catégorie domaine public, j'ai beaucoup aimé Roketz mélangeant Gravity Force à un jeu de course, le jeu de plates-formes Alien Fish Finger, le jeu de tir Microbes, Transplant qui est une adaptation d'Asteroids et pour finir, Scorched Tanks pour l'originalité des armes de ce clone d'Artillery.

Alien Fish Finger
Alien Fish Finger

Microbes
Microbes

- Les Amiga à base de FPGA (Minimig, MIST...) se multiplient depuis quelques années. Pensez-vous que c'est une aubaine pour les fans de jeux rétro ou que les gens resteront sur le couple PC/UAE ?

Toute opportunité de diversifier l'accès à l'Amiga est bonne à prendre et montre le dynamisme de la communauté. J'espère simplement que ces nouvelles machines trouveront leur public et qu'elles ne resteront pas confidentielles. Toutefois, il faut reconnaître que le niveau de compatibilité et de polyvalence de WinUAE est exceptionnel et qu'il sera sans doute difficile à atteindre pour ces machines alternatives.

- Quelle est votre opinion sur les systèmes Amiga de nouvelle génération ? (AROS, MorphOS, AmigaOS 4)

Je suis totalement hermétique à ces systèmes même s'ils reprennent en partie l'esprit du système de l'Amiga. Malheureusement pour moi, la magie n'opère pas...

- Un dernier message pour la communauté Amiga ?

Tout d'abord, un grand merci à tous les acteurs qui font vivre cette communauté qui donnent un sens et alimente notre passion commune pour cette machine extraordinaire. L'Amiga a marqué une page de l'histoire de l'informatique et c'est pourquoi il nous faut préserver tout ce qui a fait sa richesse, son âge d'or, mais aussi ce qui l'a perdu. Nous oeuvrons dans ce sens et j'espère que l'on trouvera d'autres soutiens auprès des fans, des collectionneurs et créateurs de contenu.

N'oubliez pas que les supports magnétiques se dégradent avec le temps qu'ils soient des originaux ou des copies, alors, avant qu'il ne soit trop tard, protégez-les contre l'écriture, numérisez-les et partagez avec la communauté ce qui vous semble intéressant et que vous ne trouvez pas ailleurs. Des outils sont disponibles sur Aminet, comme DiskRipper, et qui peuvent vous aider dans cette tâche. N'oubliez pas non plus de visiter les greniers de vos clubs informatiques de quartier, il se cache peut-être des joyaux qui prennent la poussière. Ce serait l'occasion de montrer aux jeunes générations, ce que l'on pouvait faire avec un ordinateur tournant à 7 MHz.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]