Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 12 décembre 2017 - 05:14  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Rainer Bopf
(Entrevue réalisée par Dogue de Mauve et extraite de Tilt - janvier 1992)


Bopf Rainer Rainer Bopf, un nom qui ne vous dit probablement rien. Et pourtant, ce programmeur/aviateur allemand à la cinquantaine énergique est l'une des personnalités de l'informatique les plus intéressantes du moment. Tilt est allé s'entretenir avec lui en Allemagne à propos de sa dernière création : Airbus A320, édité par Thalion Software.

- Bonjour, M. Bopf. Vous êtes le programmeur d'Airbus A320. Qu'est-ce qui vous a amené à concevoir un logiciel de ce genre ?

J'ai toujours été un fan des simulateurs de vol. Il faut dire que je suis moi-même pilote privé depuis de très nombreuses années.

- Quand avez-vous commencé à voler ?

J'ai fait mes débuts en 1963. Et je suis devenu pilote en 1966. J'ai actuellement un peu plus de mille heures de vol à mon actif, ce qui n'est pas trop mal (rires).

- A partir de quel moment vous êtes-vous intéressé aux micro-ordinateurs ?

Au milieu des années 1970, je me suis acheté un SCMP. C'était un ordinateur en kit avec la fantastique capacité mémoire de 4 ko et une "résolution graphique" de vingt lignes de quarante caractères. A l'époque, cela coûtait 250 marks (soit environ 700 FF). Et, croyez-le ou non, j'avais réussi à programmer dessus une sorte de simulateur. Un peu primaire, certes, mais un simulateur quand même ! (rires)

- Durant combien de temps avez-vous travaillé sur cette machine ?

En 1980, je me suis offert un Apple II. Une véritable merveille de technologie, à l'époque ! J'ai programmé pendant quelques années et, en 1986, je me suis mis à la programmation à temps complet. A force de réaliser des produits amateurs, j'avais fini par être assez calé en matière de simulateurs. Lorsque j'ai eu mon Amiga, il y a trois ans, j'ai décidé de développer mon premier vrai logiciel dessus.

- Vous n'étiez pas plutôt tenté par le monde des PC ? A l'heure actuelle, les compatibles dépassent de loin les 16 bits en matière de simulation 3D.

Ce qui est vrai maintenant ne l'était pas il y a trois ans. L'Amiga m'apparaissait (et m'apparaît encore) comme une excellente machine, nettement moins chère que les PC.

- Comment se passe la programmation ?

J'utilise l'assembleur Devpac 2 en travaillant sur une série de listings modulaires et minutieusement commentés. Ainsi, dès qu'une partie tourne correctement, je peux la classer et m'attaquer à autre chose. Et, pour la version finale, il ne me reste plus qu'à assembler tous ces modules pour obtenir le programme complet.

- Vous n'utilisez pas de langages "évolués" ?

Non. A mon avis, rien ne remplace l'assembleur pur. De toute façon, la programmation 3D requiert une rapidité maximale pour conserver une bonne jouabilité.

- Quel est le résultat ?

Pour être franc, j'avouerais que mes premières routines n'étaient pas des plus rapides. Grâce à un travail acharné et à un coup de pouce des autres programmeurs de Thalion, j'ai cependant réussi à les faire doubler de vitesse. Actuellement, le résultat est satisfaisant.

- Est-ce que vous utilisez les avantages propres à l'Amiga, comme le Blitter pour remplir vos polygones en 3D ?

En effet. J'exploite les capacités multitâches de l'Amiga en calculant les différents points à l'écran pendant que le Blitter remplit les faces. Je fais aussi appel à de nombreuses tables de valeurs précalculées pour éviter d'avoir recours aux multiplications qui prennent beaucoup de temps au processeur.

- Quel est le niveau de réalisme dans Airbus A320 ?

Je dirais que le jeu correspond pour 95% à la réalité. Il faut dire que j'ai travaillé en collaboration avec le chef pilote de la Lufthansa qui me prévenait à chaque fois qu'un élément semblait ne pas coller avec la réalité. J'en profite au passage pour saluer les deux sponsors du jeu : la Lufthansa et Airbus (rires).

Airbus A320

- Est-ce que cela veut dire que l'on peut vraiment apprendre à piloter avec un tel logiciel ?

Non, je ne dirais pas ça. Mais on apprend effectivement comment naviguer, comment utiliser le système radio et comment s'orienter dans l'espace. Mais on n'apprend pas vraiment à voler...

- Quel est le territoire couvert par le jeu ?

Il y a plus de mille aéroports différents, qui couvrent la majeure partie de l'Europe. En gros, du Danemark à l'Italie et de la France à l'Autriche. Mais nous avons prévu la possibilité de disquettes supplémentaires et de versions améliorées pour les acheteurs répertoriés.

- Je suppose qu'il y a des perturbations météorologiques, comme les vents et les nuages.

Effectivement, il y a des nuages. Plus le joueur à un rang élevé dans la hiérarchie aérienne, plus il y a de nuages. Mais je n'ai pas intégré les vents : le jeu est déjà assez difficile comme ça. De plus, en tant que pilote, je sais qu'on ne peut pas simuler les vents. En vol, on sent leur influence sur l'appareil et le manche à balai, ce qui n'est pas possible sur un micro.

- Au niveau des instruments, retrouve-t-on la complexité du véritable tableau de bord ?

J'ai veillé à respecter au maximum la taille réelle et la prépondérance des différents cadrans et voyants. Considérant ce que permet l'écran de l'Amiga, l'aspect général est vraiment celui d'un Airbus. Les modifications qui ont été faites étaient nécessaires pour la jouabilité, c'est tout.

- Quelles sont les commandes utilisées dans le jeu ?

J'ai volontairement utilisé la souris et les touches de fonction afin que le joueur n'ait pas à regarder tout le temps son clavier pour appuyer sur telle ou telle touche. Cela permet, entre autres, de jouer dans le noir pour rendre l'ambiance des vols de nuit. Attention, toutefois, à ne pas vous endormir aux commandes !

- Enfin, question rituelle, avez-vous d'autres projets ?

Effectivement, je prépare une nouvelle simulation... d'hélicoptère, cette fois. Environ 60% des routines d'A320 devraient être réutilisables. Mais je vous promets que ce ne sera pas un simple changement de graphisme...

- Dans ce cas, je propose que nous prenions rendez-vous pour un autre entretien d'ici à quelques mois...

D'accord. A bientôt !

--------------------

La version définitive d'Airbus A320 avec manuel en français (et écran anglais) devrait être disponible au début 1992 et nous ne manquerons pas de vous en parler plus en détail dans un prochain numéro.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]