Obligement - L'Amiga au maximum

Lundi 26 juin 2017 - 12:25  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Reportage : IPISA 1995
(Article écrit par Manuel Lemos et extrait de comp.sys.amiga.reviews - décembre 1995)


Note : traduction par Mickaël Pernot.

Quoi ?

IPISA est un rendez-vous annuel pour les développeurs Amiga. En italien, IPISA signifie "Incontro dei Programmatori Italiani per lo Sviluppo su Amiga", ce qui, en français, se traduit par "Rencontre entre les développeurs italiens à propos du développement sur Amiga".

Où ?

IPISA 1995 s'est tenue à Milan, une grande ville au nord de l'Italie ayant près de 5 millions d'habitants.

Quand ?

Cette année, IPISA s'est déroulée le matin et l'après-midi du samedi 18 novembre.

Qui ?

Un groupe de programmeurs Amiga italiens passionnés a organisé IPISA. Nombre d'entre eux sont des étudiants de l'université de Milan. Ils ont travaillé dur sur leur temps libre des mois en amont pour organiser cet événement.

Environ 400 visiteurs (développeurs Amiga et passionnés) se sont rendus à cet événement cette année. Certains d'entre eux ont même dû voyager pendant toute la nuit depuis le sud de l'Italie pour arriver à temps le matin.

IPISA 1995

Les développeurs italiens occupaient le devant de la scène pour les conférences et les présentations mais la vedette était assurément le Dr Peter Kittel qui était venu d'Allemagne pour apporter tout un lot de bonnes nouvelles aux amigaïstes.

Angela Schmidt était aussi venue d'Allemagne pour parler de l'histoire et de la dernière version de Metting Pearls, tandis que Haage & Partner était venu présenter l'environnement de développement Storm C/C++.

Oh, quant à moi (Manuel Lemos), j'arrivais du Portugal pour présenter Objection, un système portable de gestion de développement Orienté Objet.

Comment ?

En tant que non-italophone, tout le monde m'a gentiment traité comme un invité. Je suis arrivé dans la matinée du jour précédent. J'adresse des remerciements tout particuliers à Fabrizio et sa mère (j'espère que je n'ai pas écorché son nom) qui avaient proposé de me récupérer à l'aéroport de Milan-Linate.

Je suis resté tout l'après-midi chez Paolo Silvera où j'ai rencontré Wouter van Oortmerssen, développeur néerlandais en langage E bien connu. C'est avec grand plaisir que j'ai appris qu'un développeur logiciel qualifié tel que Wouter serait susceptible de rejoindre l'équipe d'ingénierie d'Amiga Technologies.

D'après Wouter, la prochaine version d'AmigaOS apportera un système coopératif de protection mémoire et de fichiers binaires exécutables encapsulés dans un format indépendant du processeur, comme cela est déjà le cas sur TAOS (True Access Operating System).

Le soir, j'ai rencontré l'ensemble des organisateurs d'IPISA pour dîner. Ce dîner se tenait dans une "pizzeria" ayant reçu une récompense internationale. Je peux vous confirmer que ce que j'avais entendu dire sur le fait que l'Italie est le pire endroit pour manger une pizza ne peut être qu'une blague. Les pizzas que j'ai mangées étaient très goûteuses. Elles étaient fines mais tellement grandes qu'on pouvait faire un repas entier avec une seule d'entre elles. Quoi qu'il en soit, je crois que je serais rapidement malade si je devais manger tous les jours des pizzas comme j'ai dû le faire pendant les jours qu'ont duré mon séjour à Milan. Désormais, retournons à l'IPISA.

La journée a été très longue pour tous les participants. Bien qu'IPISA ne commençait qu'à partir de 10 heures du matin, de nombreuses personnes, la plupart faisant partie de l'organisation, sont arrivées plus tôt afin de s'assurer que tout serait prêt dans les temps.

La salle dédiée aux conférences était assez grande et m'a semblé presque complète quand les conférences ont débuté. Sergio Ruocco a accueilli toutes les personnes présentes. Une courte mais fluide animation en ray-tracing du logo IPISA était projetée sur un large écran d'environ 4x3 mètres.

IPISA 1995

Un Amiga 4000 connecté à un système vidéo professionnel fournissait les images à un grand vidéo-projecteur RVB. Les personnes qui avaient quelque chose à montrer en appui de leur présentation ont utilisé cet Amiga 4000.

Comme la plupart des personnes qui devaient présenter leur travail, j'ai dû arriver plus tôt pour installer le matériel que j'avais apporté. Malheureusement, ayant été très pris les semaines précédentes, je n'ai pu préparer une meilleure présentation comme je l'aurais souhaité.

J'ai amené mon disque dur à la conférence, que j'ai installé dans un autre Amiga 4000 fourni par les organisateurs afin d'y installer quelques outils de dernières minutes. Cela m'a pris un certain temps et je n'ai de ce fait pas pu accorder toute mon attention aux présentations du matin.

Je ne vais pas vous décrire en détails toutes les présentations car il y en a eu beaucoup trop et que je n'ai pas été attentif durant celles-ci, du fait que je ne comprenais pas assez bien l'italien, même si ma langue natale (le portugais) est assez similaire à l'italien.

Vous trouverez ci-dessous un résumé des présentations par ordre chronologique. J'espère n'en avoir oublié aucune.
  • Angela Schmidt a parlé de l'histoire et de la dernière mise à jour de Meeting Pearls.

  • Michele Battilana a exposé des pistes de réflexions pour l'avenir. Il a fait des références aux autres systèmes et aux tendances qu'Amiga devrait suivre, selon lui. Je tenais à le remercier pour les versions bêta sur CD de Personal Suite de Cloanto qu'il a donné à chaque participant de l'IPISA.

  • Paolo Canali a présenté une solution PCI 2.0 pour l'architecture des Amiga actuels.

  • Maurizio Ciccione a présenté le programme Audio Lab 16 version 2 qui est actuellement en cours de développement. Bien qu'encore en développement, il est très impressionnant. Cela ressemble à une solution complète pour les ingénieurs audio professionnels. Une version sera disponible prochainement sur Aminet.

  • Gabriele Falconi et Stefano Guarnieri ont présenté un environnement visuel simulant des réseaux neuronaux. Ce thème est très intéressant mais est méconnu de l'ensemble des programmeurs. Bien que simple d'aspect, le programme est très efficace. Les développements à venir pourraient transformer cette application en un outil très utile pour les programmeurs voulant utiliser la technologie de la logique floue dans leurs applications.

  • Vicenzo Gervasi a présenté un environnement intégré gérant la programmation Orientée Objet en langage E. Cela semble être un système complet doté d'une bonne apparence graphique. Cela apporte une gestion visuelle pour la navigation des classes, un outil automatisé pour compiler et faire les contrôles des révisions.

  • Giuseppe Ghibo a présenté une bibliothèque gérant les chemins récursifs pour TeX. Il a aussi décrit une installation complète de TeX sur laquelle il a travaillé pour le CD IPISA.

  • Giuseppe Ligorio a présenté une routine de compression améliorée, pour les fichiers sonores et les images IFF, basée sur une variante de l'algorithme de Huffman. Malheureusement, il n'a pas eu le temps de faire plus qu'une présentation, du fait des contraintes horaires.

  • Alberto Longo a présenté une analyse complète sur la viabilité d'écrire des routines de placage lisse de textures pour les jeux sur Amiga. Il a fait une démonstration de Breathless, qui est un clone de Doom, afin de montrer que ce genre de jeux peut être fluide en utilisant cette technologie. En quelques mots : c'était très impressionnant !

  • Michele Puccini a présenté une bibliothèque gérant les animations à haute vitesse. Malheureusement, j'étais trop occupé durant sa présentation et n'ai pas pu y prêter toute mon attention.

  • Alessandro Tasora a fait l'une des présentations les plus spectaculaires. Il a présenté plusieurs modules pour Real 3D qui géraient les particules en se basant sur des animations 3D. Il avait quelques animations en fil de fer prêtes pour cette démonstration. Les animations étaient vraiment très impressionnantes et Alessandro a été très applaudi.

  • Federico Zuccollo a présenté une solution basée sur les classes BOOPSI améliorant l'accès au système de fichiers de l'Amiga. Il s'agissait d'une présentation très technique et très détaillée.

  • Manuel Lemos (moi-même) a présenté un système gérant des programmes Orientés Objets pour développer des applications portables nommé Objection. Malheureusement, je n'ai pas pu parler beaucoup de mon système du fait des contraintes horaires. Il s'agit d'une bibliothèque qui implémente une gestion OOP (pour Object Oriented Programming) d'une manière très similaire à BOOPSI (Basic Object Oriented Programming System for Intuition) mais d'une façon vraiment portable.

    Objection a été entièrement développé en C ANSI. Environ 80% de l'ensemble du code, développé pour toutes les classes et le noyau, est indépendant du système. Cela signifie que seulement 20% du code a besoin d'être réécrit pour porter Objection sur un autre environnement. Il gère pour le moment l'Amiga via Intuition et les plates-formes compatibles POSIX (UNIX) sous X Window.

    De nombreuses classes de base nécessaires à l'écriture d'applications étaient d'ores et déjà développées. Quelques classes spécifiques sont encore en cours de développement actif, comme pour le moment une classe d'exportation PostScript et des classes pour l'exportation et l'importation du RTF (Rich Text Format).

    J'ai montré une application qui était mon projet d'étude. Il s'agit d'un éditeur visuel pour dessiner des automates finis. Il s'agit d'un outil de haut niveau pour modeler, par exemple, des micro-puces matériels. Les deux versions, Amiga sous Intuition et POSIX sous X Window, ont été montrées. La version X Window tournait sur un serveur DaggeX X Window. Je n'ai pas réussi à la faire fonctionner sur le serveur AmiWin X Window à temps pour l'IPISA.

    Objection sera librement disponible pour les développeurs de logiciels Amiga non-commerciaux. Les développeurs de logiciels commerciaux devront payer une licence.

  • Haage & Partner a présenté son nouvel environnement de développement C/C++. Cela a l'air très intéressant mais on a le sentiment qu'il doit encore beaucoup mûrir afin de pouvoir gérer la programmation spécifique Amiga et afin d'arriver au niveau de SAS C. Malgré cela, il apporte un outil automatique et visuel gérant la compilation. Il s'agit d'un élément important qui manque à SAS C.

    Le compilateur C++ a été annoncé comme étant rapide bien que le code généré ne soit pas aussi bon qu'il pourrait l'être du fait de l'absence d'un optimisateur global. Ils envisagent de faire un compilateur conforme à la norme ANSI C++ 3.0.

    Le débogueur semblait visuellement intéressant mais rien n'a été dit sur ses capacités à faire du débogage d'applications avec de multiples fils d'exécution ou d'applications basées sur une bibliothèque partagée, ce que peut faire SAS CPR.
Amiga Technology parle

Le Dr Peter Kittel était le conférencier le plus attendu de l'après-midi. Il a scindé son discours en trois parties : ce qu'Amiga Technology a déjà fait jusque-là, ce qu'ils font actuellement et ce qu'ils prévoient pour l'avenir de l'Amiga.

La réintroduction de l'Amiga sur le marché était ce dont il était question à propos de ce qu'Amiga Technology a d'ores et déjà fait. Il n'est par conséquent pas nécessaire d'en reparler à nouveau.

Désormais, Amiga Technology travaille sur le redémarrage de l'ADSP (Amiga Developer Support Program) qui est prévu pour le 1er décembre 1995 (un peu en retard au moment où ces lignes sont écrites). Les développeurs commerciaux payeront plus (300 dollars) que les développeurs non-commerciaux (100 dollars) comme c'était déjà le cas auparavant. Les développeurs commerciaux auront accès à un soutien téléphonique. Je me demande ce que cela peut bien signifier puisque tout développeur sérieux utilise désormais Internet pour communiquer.

Désormais, l'accès à ce programme sera restreint aux vrais développeurs Amiga. Les développeurs non-commerciaux devront présenter au moins un programme du domaine public Amiga et les développeurs commerciaux devront présenter au moins une application commerciale.

Amiga Technology prévoit quelques petites améliorations et correctifs pour AmigaOS et les modèles Amiga actuellement en vente au début de l'année 1996. Il n'y aura plus, comme ce fut le cas par le passé, de versions bêta du système d'exploitation qui circuleront. Cela sera fait dans le but de prévenir le piratage du système sur les BBS. Le Dr Kittel a mentionné les versions bêta de Windows 95 en plaisantant.

Amiga Technology va mettre en vente tout prochainement un lecteur de CD 4x PCMCIA dénommé Q-Drive. Ils vont aussi sortir un paquetage Amiga dédié à la navigation sur Internet. Toutefois, aucune mention n'a été faite sur le navigateur Internet qui sera fourni dans ce paquetage.

Amiga Technology est en discussion avec de nombreuses sociétés afin de conclure des alliances stratégiques et pour faire venir de nouveaux et revenir d'anciens développeurs Amiga afin que ceux-ci fournissent des versions Amiga de leurs produits. Motorola a été mentionné pour le futur Amiga basé sur un processeur PowerPC.

Dans un futur un peu plus lointain, Amiga Technology travaillera sur une version d'AmigaOS indépendante du matériel. Les Amiga PowerPC d'entrée de gamme et haut de gamme seront les premiers à faire fonctionner cette nouvelle version d'AmigaOS. Les Power Amiga haut de gamme seront très proches de la norme CHRP.

Les Power Amiga posséderont un jeu de puces propriétaires. Il ne s'agira pas du AAA, mais il s'agira de quelque chose qui aura une bonne partie de ses spécifications. Ce jeu de puces permettra d'avoir de la vidéo 24 bits et du son 16 bits. Les Power Amiga auront sans aucun doute des ports PCI.

Ensuite, le Dr Kittel a essayé de répondre à quasiment toutes les questions qui lui ont été posées par le public. Il s'est excusé pour ce qu'il ne pouvait pas dire. La plupart des questions portaient sur les sujets décrits ci-dessus.

Le Dr Kittel n'a pas pu répondre à une question en particulier qui a attiré mon attention. Il s'agissait de la différence de prix des ordinateurs Amiga d'un pays à l'autre. Il a répondu que les Amiga sont vendus à chaque distributeur au même prix.

La réponse est simpliste et cela me fait peur de penser qu'Amiga Technology ignore, ou prétend ignorer, les véritables raisons de cette différence. La raison est que dans de nombreux pays il n'y a qu'un seul distributeur qui achète l'ensemble des Amiga arrivant dans son pays. Cette société revend ensuite les Amiga à des distributeurs locaux, mais après y avoir ajouté sa propre "taxe" au tarif de revente. C'est pour cela que l'Amiga semble si onéreux dans de nombreux pays.

C'est une honte si Amiga Technology continue à fermer les yeux sur cette situation car cela a un sérieux impact négatif sur les chances qu'a l'Amiga d'être plus populaire à l'avenir.

A la fin, le Dr Kittel a encouragé les développeurs à écrire des logiciels respectueux du système d'exploitation. Il a également encouragé chaque utilisateur d'Amiga à partager la bonne nouvelle que l'Amiga est de retour pour le futur.

Le Dr Kittel a été très applaudi avant et après la session des questions/réponses. Quasiment tout le monde était debout pour l'applaudir.

Les plus

En quelques mots, IPISA 1995 était incroyablement bien organisée.

Le nombre de participants était très important (environ 400).

Les moins

Les arrivées tardives de quelques participants, comme par exemple le Dr Peter Kittel, ont forcé les organisateurs à modifier le planning et la durée des autres présentations. Cela a été quelque peu frustrant pour quelques conférenciers, dont moi, puisque nous n'avons pas pu parler de l'ensemble de notre travail comme nous l'aurions souhaité du fait de présentations réduites.

En compensation, la présentation du Dr Kittel était, à mon avis, la plus intéressante. Quoi qu'il en soit, je comprendrais que l'organisation décide de répartir la prochaine IPISA sur plusieurs jours si le nombre de conférenciers augmente, comme cela a été le cas cette année.

Le temps de la mi-novembre à Milan est déjà trop frisquet. Cela pourrait être une bonne idée d'organiser IPISA sur une période plus en amont dans l'année, quand le temps est plus chaud. Un mois plus tôt serait sans doute bien meilleur niveau température pour encourager les développeurs non italiens à venir à IPISA, et cela leur laisserait l'opportunité de visiter le magnifique Milan historique.

La plupart des conférences étaient en italien. Cela semble logique puisque, après tout, il s'agit d'une rencontre de développeurs italiens qui se tient en Italie. Il serait tout de même appréciable d'avoir une version anglaise des documents relatifs aux conférences, ceux-ci pourraient être mis à disposition de la communauté Amiga via le site Internet d'IPISA. Je suis persuadé que cela encouragerait davantage de développeurs non italiens à venir à une prochaine IPISA.

Conclusions

IPISA est une autre preuve que l'Amiga est de retour pour le futur. S'il y a bien un événement international à ne pas manquer pour les développeurs Amiga, c'est IPISA. Même le Dr Kittel a reconnu qu'il n'y avait pas en Allemagne d'événement d'une telle qualité. Si vous êtes un développeur Amiga sérieux, ne manquez pas IPISA 1996. Félicitations à l'ensemble de l'équipe qui a organisé IPISA.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]