Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 28 mai 2017 - 02:59  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Point de vue : Internet par le câble sur Amiga
(Article écrit par Georges Tarbouriech et extrait d'Amiga News - avril 1999)


Si vous êtes las de télécharger à 0,4 ko/s, vous semblez sur la bonne voie.
Si vous utilisez l'Internet à haute dose, vous marquez un point supplémentaire.
Si votre habitation est câblée, avancez de cinq cases.
Si vous êtes prêt à installer un pare-feu, avancez de dix cases.
Si vous préférez payer un forfait plutôt qu'une facture élastique, vous pouvez rejouer.
Si vous travaillez à distance, rendez-vous à la case "arrivée".

Ces quelques conditions remplies, vous pouvez sérieusement envisager une connexion à l'Internet via le câble.

Le nécessaire

Matériel

Accessoirement, il vous faut un ordinateur... Il doit posséder une carte réseau avec connecteur RJ45. Pratiquement, n'importe quel Amiga fera l'affaire. Objectivement, s'il est un peu musclé, ça ne sera pas plus mal. Avec un 2000 et le 68000 d'origine, j'ai peur que ça soit on ne peut plus limité surtout s'il n'a pas de carte graphique.

J'en vois déjà qui s'en vont. Ne partez pas ! Pratiquement toutes les cartes réseau de l'Amiga gèrent les RJ45 contrairement à ce que l'on peut lire très souvent. Si votre carte possède un connecteur AUI en plus du connecteur pour le "coax", offrez-lui un transceiver et le tour est joué. Un transceiver, c'est un petit boîtier qui se branche sur l'AUI de la carte et qui fournit en sortie un connecteur RJ45.

Il vous en coûtera une grosse centaine de francs. Donc, une Hydra, une vieille A2065 feront parfaitement l'affaire. Pas d'achat supplémentaire si vous possédez une Ariadne II ou une I-Card, elles sont déjà 10BaseT.

Par contre, si votre Amiga est déjà en réseau local avec une liaison à base de bon vieux "coax", il va falloir jongler. Les cartes possèdent pratiquement toujours des cavaliers permettant de déterminer le type de connexion et bien évidemment cette position est différente pour une liaison RJ45 et une liaison coaxiale. Vous m'avez suivi ?

Vous ne pourrez pas avoir simultanément la connexion au réseau local et à l'Internet câblé ou alors il vous faudra une deuxième carte.

Il existe d'autres solutions sur lesquelles nous ne nous attarderons pas, ce n'est pas le but.

Fin de la parenthèse.

Le prestataire vous loue un modem qui se charge de la connexion au réseau câblé. Une fois cette liaison établie, il suffit de brancher la prise RJ45 du modem sur votre carte réseau.

Logiciel

Le prestataire vous "offre" un kit de connexion, moyennant finance ! Bon, des fois, il vous en fait cadeau. Cela dit, pour vous c'est sans intérêt : ces gens-là connaissent deux types d'ordinateur : le PC sous Windows 95 ou 98 et le Mac sous OS 7.5 minimum. Les autres, passez votre chemin !

Mais nous, on s'en moque ! Nous avons l'incontournable DP. Là-dedans vous trouverez tout ce que vous avez besoin, en freeware ou en shareware. Je vous recommande Miami 3.0d comme pile TCP/IP, YAM comme gestionnaire de courrier et le navigateur que vous préférez. Ceci n'est pas limitatif : vous avez l'embarras du choix. J'ai simplement choisi le plus simple à mettre en oeuvre. Après installation, ça vous prendra environ cinq minutes pour vous connecter. Votre prestataire doit seulement vous fournir deux adresses IP : la passerelle et le DNS. Miami fera le reste en trouvant le serveur DHCP qui vous fournira votre propre adresse IP. Il vous dira aussi qu'il ne trouve pas le DNS, mais n'en tenez pas compte.

C'est tout !

Utilisation

Les plus

Indéniablement, l'intérêt majeur c'est la vitesse. On n'a plus peur de télécharger de gros paquets de Mo. Avec une carte réseau 10 Mbits, l'Amiga travaille en gros à 20 ko/s.

(Au fait, pour ceux qui suivent, j'ai maintenant un 3000T de course : 68040 à 40 MHz et 20 Mo. Un monstre je vous dis ! J'en vois qui se moquent ; n'empêche, pour moi c'est une révolution parce que je n'ai jamais utilisé d'Amiga aussi rapide. A ce rythme, dans deux ans, j'aurais un 68060 !)

A titre de comparaison, un gros PC sous Numéris avec ligne à haut débit fonctionne sensiblement à la même vitesse (8 ko/s). J'insiste sur la ligne à haut débit sinon les vitesses de transfert diminuent de plus de 50%. C'est du vécu !

Ceci étant dit, je crois qu'il est nécessaire d'être très prudent sur ce type d'information. Vous pouvez lire ou entendre des choses extraordinaires concernant les vitesses sur l'Internet. Prudence !

Halte aux idées reçues !

La première chose qui me choque vient des modems 56 kb. Cette vitesse sur le réseau commuté est pour moi un énorme mensonge car impossible à atteindre chez nous.

Ensuite, n'oublions pas que les vitesses annoncées sont théoriques. En réseau local, si vous avez un câblage catégorie 5 avec des concentrateurs et des cartes 100 Mbits, n'imaginez pas une seconde que vous atteindrez 100 Mbits/s dans vos transferts.

Pour schématiser, 100 Mbits, c'est 12,5 Mo. Si vous trouvez un réseau local sur lequel les transferts atteignent ces vitesses, faites-moi signe ! Sur un réseau hybride du style câblage catégorie 5, concentrateur 10 Mbits et cartes 10/100 Mbits, lorsque vous transférez à 400 ko/s, c'est déjà très bien ! Sur un réseau entièrement 10 Mbits, vous serez content de travailler à 200 ko/s.

Sur l'Internet, c'est encore plus particulier. Tout dépend du trafic au moment où vous vous connectez, de la charge du site auquel vous vous connectez, de la vitesse et de la puissance de votre matériel (et de celui du site) et bien évidemment du type de liaison.

Sur le câble, les différences de vitesse sont étonnantes, probablement pour la même raison que celle citée plus haut. Je n'ai pas de données techniques, mais je pense que la charge du réseau influe énormément sur les performances. Quand je vous parle de vitesse de transfert de l'ordre de 10 ko/s, c'est une moyenne. Il m'est arrivé d'atteindre des vitesses ahurissantes certains jours fériés. Un exemple : 12 Mo en moins de 5 minutes ! Je précise que j'habite une région où le nombre de personnes connectées ne doit pas être énorme. Sur de très grandes villes, je suppose que ce doit être très différent.

Enfin, ne vous fiez pas à vos navigateurs ou logiciels FTP lorsqu'ils vous affichent des vitesses. Ce sera proche de la vérité sur un gros transfert mais pas du tout sur un fichier de taille plus réduite. Si vous voulez quelque chose de fiable, faites le calcul entre la taille du fichier téléchargé et la durée du téléchargement.

Je précise que ce qui précède n'a pas la prétention d'être la vérité absolue : ce sont des faits vécus au quotidien. Simplement, ne prenez pas pour argent comptant tout ce qui court sur le sujet.

Question tarif, Numéris vous coûtera plus cher si vous vous connectez souvent et longtemps.

L'abonnement, selon votre prestataire sera sensiblement au même prix pour le câble et pour RNIS. Par contre, avec le câble, vous ne payez plus les communications puisque vous ne passez plus par le réseau commuté. Vous vous connectez sur un gros réseau "local".

De même, votre site Web ne vous coûte plus rien, si sa taille est réduite, bien sûr (Bruce Lepper : le débit sortant est généralement limité par un seuil. Au delà, une surfacturation sera faite).

Les moins

Il y en a au moins un et non des moindres. N'importe qui peut entrer chez vous n'importe quand ! Bien sûr, j'exagère un peu dans la mesure où un particulier "intéresse" beaucoup moins qu'une entreprise. Mais sachez que le risque existe.

La solution consiste à installer un pare-feu. Contrairement à ce que pensent de nombreux "spécialistes", ce n'est pas la panacée universelle : ça limite le risque, c'est tout.

Histoire de faire enfler un peu la paranoïa, disons qu'un pare-feu se "craque" en un peu moins d'un quart d'heure. Vous voilà avertis !

Prestataires et tarifs

Les prestataires du câble commencent à fleurir. De plus en plus de villes bénéficient de ces services. Bien évidemment, le plus répandu est l'incontournable France Télécom. Pour ma part, c'est le cas. Alors, bien sûr, on retrouve les travers de cette entreprise dans ce domaine comme dans les autres.

Quand j'ai contacté le service pour m'abonner, j'ai demandé quelques renseignements. Je résume : il me fallait un Mac ou un PC et le modem se branchait bien sur le port série !

Un mois a été nécessaire pour qu'on vienne changer une prise. Ce travail a pris cinq minutes. D'accord, le modem n'arrivait pas à s'initialiser, mais bon... Donc, une autre équipe est venue arranger ça quelques jours plus tard.

A ce moment-là, il a bien fallu que je trouve quelqu'un susceptible de me donner les adresses dont j'avais besoin (je rappelle à ceux qui ne suivent pas qu'avec un Amiga, le kit de connexion n'est pas franchement utile).

Et là, miracle ! Je suis tombé sur une charmante demoiselle qui savait parfaitement de quoi elle parlait. Elle m'a fourni les adresses, elle a contribué à accélérer le dépannage du modem. Sans son aide, j'aurais très bien pu attendre un mois de plus !

Cerise sur le clafoutis : elle m'a demandé de la tenir au courant des résultats compte-tenu du fait que j'étais le premier (tu parles !) à me connecter avec un Amiga et le quatrième avec Linux (ça, par contre, ce n'est pas encore fait).

Le comble, c'est que cette personne est toute seule pour la région. Admirable !

Mes précédentes démêlées avec FT m'avaient valu d'être promené de numéro en numéro pour ne rien obtenir. C'était il y a plusieurs années et la ville dans laquelle j'habite avait été choisie pour expérimenter la fibre optique. Avouez qu'une liaison par fibre, c'est tentant. Je n'ai jamais trouvé quelqu'un d'apte à me répondre après quelque chose comme 25 tentatives aussi bien auprès des directions locales que régionales !

En résumé, il faut avoir la chance de tomber sur des personnes comme celle à qui j'ai eu affaire, sinon je doute que FT nous fasse aimer l'an 2000.

Pour ce qui concerne les tarifs, ils varient selon les prestataires, mais semblent relativement proches.
  • Vous paierez une caution pour le modem de l'ordre de 500 FF.
  • L'installation de la prise, si vous êtes déjà câblé tournera autour de 250 FF.
  • L'abonnement mensuel et la location du modem vous coûteront environ 250 FF (Bruce Lepper : pour Numéris : 597 FF pour l'installation, 169 FF par mois pour l'abonnement auxquels on ajoute les communications).
  • C'est déjà pas mal, me direz-vous, mais vous ne paierez rien d'autre.
En plus de la fourniture d'accès, vous disposez de 10 Mo pour votre propre site Web. Adieu les surprises dans la facturation. A une époque, j'étais obligé de passer par le kiosque puisqu'il n'y avait pas de prestataire sur place. Chaque tentative avortée était décomptée. Donc, à coup de 0,48 FF ou 0,52 FF la tentative, après dix échecs, vous avez déjà dépensé 5 FF sans avoir eu la moindre connexion !

C'est comme si lorsque vous téléphonez et que le numéro est occupé, vous payiez quand même ! Il faut être gonflé, mais FT ne reculant devant aucun sacrifice...

J'allais oublier : vous pouvez obtenir "l'incontournable" télé-assistance pour la modique somme de 1,09 FF/mn.

Câble ou pas câble ?

La réponse n'engage que vous. Elle est fonction de vos besoins, de vos moyens, de ce que vous êtes prêt à investir dans ce domaine. Si vous travaillez beaucoup par l'intermédiaire de l'Internet, la question ne se pose même pas. Si l'Internet est un loisir, à vous de voir si le jeu en vaut la chandelle. Si vous vous connectez quatre heures par mois, oubliez le câble !

Un peu de pub : on peut dire que votre revue préférée est "fabriquée" en télétravail. Nous ne nous voyons quasiment jamais et nous sommes parfois à plusieurs milliers de kilomètres les uns des autres. Et votre revue arrive à paraître ; pas toujours dans les temps, certes, mais quand même !

Au passage, imaginez un peu le boulot du rédacteur en chef et du webmaster qui sont obligés de mettre en forme les "oeuvres" des "pisse-copies" ! Après avoir été séparés d'environ 10 000 km, ils sont aujourd'hui très proches : il n'y a plus qu'un millier de kilomètres entre eux deux...

Le logiciel "libre" que le monde entier semble découvrir, fonctionne de cette manière depuis toujours.

Il est évident que vous pouvez vous connecter au câble avec n'importe quelle machine ou n'importe quel système. Qu'il s'agisse de Linux, d'un autre Unix libre, de BeOS, d'un Unix commercial, il vous suffit d'avoir une carte réseau et le logiciel réseau adaptés. Sous Linux, par exemple, vous avez même le pare-feu en standard.

Personnellement, une fois passée la honte d'avoir une adresse "@wanadoo.fr", je suis ravi. Ceci pourrait d'ailleurs être modifié. Le câble vous permet en effet de prendre un compte gratuit sur l'Internet. Vous pouvez également prendre le contrôle de votre machine à distance avec les logiciels ad hoc. Mais, bon, je ne devrais pas vous dire tout ça !

Les téléchargements sont une formalité. J'en suis arrivé à oublier l'heureuse époque où j'hésitais à télécharger 4 Mo en me demandant quand j'arriverai au bout, si j'y arrivais ! Maintenant, 4 Mo, c'est quelques minutes. Le rêve, quoi !

Bien évidemment, j'espère qu'un individu mal intentionné ne viendra pas faire un petit tour chez moi ; de toutes façons, je n'en vois vraiment pas l'intérêt. Wait and see !

Quand je vous dis qu'on vit une époque formidable.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]