Obligement - L'Amiga au maximum

Mardi 22 août 2017 - 13:08  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test audio : Immortal 1 et 2
(Article écrit par Mahendra Tallur - août 2003)


La légende des Amis Gagas

Je vais vous conter l'histoire d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Un temps révolu où un système archaïque de castes substistait. La caste supérieure, dite des "Amis Gagas" était respectée de tous, particulièrement des intouchables "pcul msdos userz", à peine dignes de s'acquitter de tâches basses comme la modélisation unidimensionnelle de systèmes monoprocessus à accès linéaire.

Les ados boutonneux de cette caste supérieure avaient pour habitude d'enregistrer sur cassette audio les musiques de leurs jeux et démos préférés, les fameux Mods d'une qualité tourneboulante, véritable symbole de leur magnificence. Seuls les problèmes occasionnels d'azimutage pouvait troubler leur paisible bonheur insouciant.

Pourtant les anciens, eux, n'avaient pas oublié. Ils étaient conscients que leur temps était compté. La malédiction des Amis Gagas, répandrait un jour sur le monde "la mort par blocs, des fenêtres instables, des monstres génétiques sans âmes, tels la peste, le choléra et la famine" avait prédit leur prophète Petro Rayban - ou en anglais "doom w/ chunky pixels, unstable windows, PC clones".

Le temps passa. C'est impuissants que les Amis Gaga assistèrent inéluctablement à la chute et la déchéance de leur anciennement glorieuse civilisation. Tout fut chamboulé. Des êtres méprisants, odieux et hautains en profitèrent pour réorganiser la société à leur avantage. Plus rien de ce qui existait n'avait de sens. Les échelles de valeurs était inversées de manière irréversible.

Seuls vestiges de leur glorieux passé, les Amis Gaga survivants, aujourd'hui asservis par la nouvelle caste dominante des "pcul win95 userz", disposaient encore de quelques exemplaires usés de leurs cassettes de modules. Stigmates du temps et des affrontements qui avaient été si dévastateurs, ces reliques étaient pour la plupart quasi inutilisables, et la quasi-démocratisation des lecteurs de CD eut raison d'elles.

En 1999, un réseau parallèle d'inébranlables résistants Amis Gaga commença à diffuser la première compilation Immortal. Le reste, fait désormais partie de l'histoire.

Immortal : un rêve devenu réalité !

C'est ainsi à Ruben Monteiro que l'on doit cette première compilation de 1999, fruit d'un labeur acharné entamé en 1997. Le principe de ce premier opus d'Immortal n'est pas de proposer des réadaptations dance dénaturés d'anonymes décérébrés - sacrilège absolu pour vos oreilles averties de puristes gaga-gamers.

On trouve en effet à la pelle des musiques de cet acabit sur remix.kwed.org par exemple.

Ici Ruben s'est efforcé de recontacter les musiciens originaux, et leur faire composer eux-mêmes une nouvelle version, dans la mesure du possible. On notera cependant des exceptions, Ruben étant le principal contributeur de cet album. Dans tous les cas, Ruben en tant que producteur aura payé les frais de licence pour chaque morceau figurant dans Immortal.

Immortal 1

Voyons maintenant de plus près ce que nous réserve cette première compilation. De prime abord, on est déconcerté de voir des incontournables de l'Amiga mélangés à des jeux a priori bien méconnus. Mais ce n'est pas anodin et permet en fait de découvrir de nouveaux artistes impliqués dans des projets plus récents.

Ainsi c'est la bande son intégrale de Shadow Of The Beast (Psygnosis) qui ouvre le bal ! Si on devait l'originale à David Whittaker, cette version studio a été réarrangée par Ruben Monteiro lui-même. Un classique qui s'il n'a pas perdu de son charme monopolise à lui seul 20 minutes de l'album sur un total de 70 minutes. Ça n'était pas franchement indispensable. Ruben nous gratifie également d'un morceau issu de Turrican - composé à l'origine par Chris Hülsbeck qui a également sorti en 1993 un album intégralement dédié à la trilogie des Turrican - ainsi que d'un extrait de son travail en cours pour le jeu Dafel : Bloodline. Ruben prouve qu'il a du talent et impulse une ligne de conduite qui sera suivie dans tout l'album : authenticité, respect des modules originaux tout en donnant un son neuf.

Parmi les autres contributions notoires, notons les très fidèles reprises de Project-X et Superfrog par Allister Brimble, dont les deux albums solo "Sounds Digital" et "Bang ! Tick... Tick..." sont chaudement recommandés. Ces deux morceaux classiques s'octroient ici une qualité sonore irréprochable.

Toutefois, c'est sans conteste Barry Leitch qui parvient à transcender les musiques d'introduction de Harlequin et Utopia. Deux morceaux excellents qui prennent une toute autre dimension en version studio, sans pour autant perdre leur côté "oldschool" ou être dénaturés. C'est passionnant et on en redemande ! Enfin, la dernière piste populaire, Alien Breed 3D est en fait un collage de deux pistes de la BO de Alien Breed 3D (version CD32), composée par Bjorn Lynne, musicien de talent ayant commercialisé environ 20 albums depuis 1992 !

Les pistes restantes sont issues d'illustres inconnus : Darryl Sloan et Jochen Heizmann. Ce sont en fait des titres plus récents tels que The Final Odyssey (un jeu de rôle/aventure, le dernier Vulcan ?), Blockhead 2, The Strangers (un beat'em up à la Double Dragon), Space Station 3000 ou Gunbee (réadaptation de Twinbee, le shoot Nec PC Engine). Sympathiques, sans plus.

En guise de bonus, notons qu'une piste de données contient une jolie petite animation raytracée, dont vous pouvez apercevoir quelques images ci-dessous.

Intro Intro

Ruben Monteiro s'est vraisemblablement appliqué pour nous offrir cette compilation inégale mais résolument indispensable. La magie fonctionne, les pistes coulent sans anicroche.

Ruben, grand enthousiaste d'AmigaOS 4, travaillerait actuellement sur un Protracker 4 officiel, mais rien n'a filtré, espérons que le projet n'est pas abandonné. Toujours est-il que le temps lui a manqué pour réaliser un second volume. Heureusement pour nous, le flambeau a été passé à Jan Zottmann, autre musicien passionné de modules de jeux Amiga.

Immortal 2, une succession mitigée

C'est en 2000 que Jan reprit les rênes, sur le même principe, pour aboutir en 2002 à ce second volume. En quoi diffère-t-il donc d'Immortal premier du nom ? En premier lieu, il inclut peu de musiques méconnues - seules deux ne m'étaient pas familières - se focalisant d'ailleurs sur la période 1989-1993. En second lieu, Jan n'a apporté qu'une seule réalisation de son cru, une piste bonus "Rain". L'un dans l'autre, cela laisse une place considérable aux grands "hits", pour une durée totale de 72 minutes.

Immortal 2

Rassemblons donc ces incontournables par style. Lotus 2, Lionheart, Body Blows et Battle Squadron (de Leitch, Brimble, Klaren) s'ils sont plutôt fidèles héritent d'un son un peu trop dance à mon goût, mais ceci est imputable aux oeuvres originales. La guitare électrique trouve sa place dans des réadaptations fidèles et ma foi fort agréables de Jim Power et Lethal Xcess (la suite de Wings Of Death), respectivement de Chris Hülsbeck réarrangé par Fabian Del Priore - auteur principal de Merregnon - et Jochen Hippel alias Mad Max, LE musicien majeur de l'Atari ST. Swiv, X-Out et Z-Out (de Barnabas, Hülsbeck, Stember) résolument tournés plus synthé remplissent leur rôle sans accrocher vraiment (attention, toute critique musicale est subjective !).

Deux pistes se démarquent du lot : une réadaptation de l'introduction de James Pond 2 Codename Robocod par Richard Joseph, version orchestrale et pétillante, colle particulièrement bien ! Tim Wright, quant à lui, nous propose une version chantée aux paroles un peu creuses de la musique du menu de Shadow Of The Beast 3 !

Enfin, dans le genre orchestral, on trouve deux jeux moins connus (Carcharodon : White Sharks et Final Countdown), un peu énervants, et une perle, la musique de Hero Quest par Barry Leitch (encore !) qui sait me tirer les larmes des yeux. Il va vraiment falloir faire quelqu'investigation sur ce Barry Leitch.

Difficile de le cacher, mon avis est plus mitigé pour ce second volume. Pourtant, il contient bon nombre de classiques, plutôt fidèlement réorchestrés. Néanmoins, je le trouve plus difficile à écouter du début jusqu'à la fin, alors que laisser le premier Immortal en boucle en musique de fond ne me pose aucun problème. Plusieurs facteurs peuvent jouer : un mixage qui ne fait pas l'unanimité rendrait peut-être le son un peu criard. Le fait de ne choisir que les musiques d'introduction de jeux connus n'est pas forcément judicieux car ce ne sont pas forcément les meilleures, les plus passionnantes. En outre, elles sont moins reposantes que dans Immortal 1 - un style dance un peu trop omniprésent. Bien plus que dans le premier, on ressent le syndrome de la compilation, à savoir, qu'il est plus difficile de trouver un fil directeur, les pistes "coulent" moins naturellement - en effet, on a ici un artiste par piste.

Immortal 2 m'a moins convaincu. Mais attention, les goûts, surtout musicaux n'ont rien d'absolu : je vais mettre ma déception toute relative sur le compte des styles musicaux. Il est très aisé de trouver des personnes ayant davantage apprécié le second volume que le premier. Je recommande tout de même cet album à tout fan de jeux Amiga, car il contient tout de même de très bonnes pistes et est un hommage à notre glorieux passé ! ;-)

Immortal 3, la légende continue !

Jan Zottmann continue sur sa lancée et a d'ores et déjà commencé à rassembler des suggestions et à contacter des musiciens pour Immortal 3. N'hésitez pas à entrer en contact avec lui et partager vos sentiments, pour que le troisième volume soit aussi bon que possible !

N'hésitez pas non plus à... acheter ces deux compilations, pièces inestimables à tout collectionneur de Mods. Un prix réduit à 25 euros pour l'achat simultané des deux albums est proposé sur le site www.amiga-immortal.com, où vous pourrez trouver tout un fatras d'informations complémentaires, extraits, critiques, informations sur la prochaine compilation, etc.

Vous pouvez également me contacter et venir me voir pour discuter de l'intérêt des réadaptations par rapport aux modules originaux, autour d'une bonne boîte de cassoulet flatulent.

Nom : Immortal.
Auteurs : Ruben Monteiro/Jan Zottmann.
Genre : Compilation de musiques de jeux.
Date : 2002.
Licence : commercial.
Prix : 25 euros en bundle pour les deux CD.

NOTE : 9/10 (premier volume) et 7/10 (deuxième volume).


[Retour en haut] / [Retour aux articles]