Obligement - L'Amiga au maximum

Dimanche 23 avril 2017 - 21:44  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Soutien

N'hésitez pas à soutenir le projet Obligement



Contact

David Brunet

Courriel

 


Test de Crossfire 2
(Article écrit par David Brunet - avril 2003)


Crossfire premier du nom était un jeu du domaine public plutôt amusant. Créé par les frères Schulze, ce shoot'em up s'est amélioré et, après plusieurs années de développement, une deuxième version arrive pour nos Amiga et nos Pegasos...

Une réadaptation de Crossfire

Contrairement à son aîné, Crossfire 2 est commercial. L'équipe de Dreamworlds Development s'est associée à APC & TCP pour commercialiser le jeu. Le concept de Crossfire 1 a été largement repris (shoot'em up à la Stardust en multijoueur) mais la technique a été revue à la hausse.

Présenté dans un joli boîtier DVD et sur un CD tout aussi joli, le jeu ne peut se lancer directement sur ce support. Une installation sur disque dur est obligatoire et prend pas mal de place pour un jeu de ce type : 50 Mo en installation minimale et 650 Mo pour la totale. Celle-ci propose de choisir entre trois configurations prédéfinies (68030/AGA, 68060/AGA/RTG, PowerPC/RTG) et elle copiera la chunkyppc.library pour ceux qui sont sur Amiga PowerPC.

Avant de lancer le jeu, un petit tour du côté du menu de préférences est conseillé. Celui-ci, tout en MUI, permet de choisir le nombre de voix sonores, la résolution graphique, le nombre de couleurs et d'utiliser ou non la chunkyppc.library. Comme vu plus haut, Crossfire 2 peut se lancer sur un 68030 avec l'AGA, mais avec un PowerPC et une carte graphique le mode 65 000 couleurs est utilisable et quelques effets graphiques seront activés. En outre, le jeu fonctionne bien sur Amithlon, UAE et MorphOS.

L'intro est une animation en 3D de quelques minutes, elle montre un combat entre une escouade et quelques rebelles. L'ensemble est de qualité acceptable sauf la résolution un peu faiblarde : 320x240. Arrivé au menu, on est soumis à la même frustration : cette résolution d'écran de 320x240 a été choisie pour tout le jeu ! Quel dommage :-(. Le menu principal (sur fond d'animation) est relativement complet, selon le nombre de joueurs, on peut choisir entre trois modes de jeu que nous allons détailler plus bas : campaign, dogfight et survival.

Crossfire Menu
Y'a quoi au menu ?

Le mode campagne

Alors que Crossfire 1 se limitait seulement à un jeu multijoueur, on a ici l'occasion de faire une campagne en solo. Le scénario vous plonge en 2154, une époque où les humains auront colonisé une bonne partie de la galaxie. Vous prenez le rôle de Karsten, un jeune pilote qui se bat pour les rebelles contre les United Worlds, l'entité qui domine une bonne partie du monde connu.

On commence par une séance d'entraînement pour apprendre à manier le vaisseau, utiliser les armes, faire quelques combats et... jouer à cache-cache :-). La maniabilité est parfaite, la manette, le joypad et le clavier sont gérés, les commandes répondent au quart de tour. On aperçoit aussi que des messages défilent au bas de l'écran, les informations mentionnées ici sont très importantes, il ne faut pas les louper. Mais on peut heureusement les revoir à tout moment en appuyant sur la touche "Help", qui sert aussi de pause. Enfin, sur la partie droite de l'écran, il y a le radar et les munitions de votre vaisseau.

Crossfire training
Le tutoriel

Les missions s'enchaînent rapidement, elles sont assez faciles et extrêmement progressives. Chose intéressante, on est pas seulement confronté à des combats : on aura droit à de l'espionnage, des escortes ou des transits. Vous découvrirez de nouvelles armes et pourrez utiliser différents véhicules selon le terrain (chars, vaisseau de combats, transporteur...). En outre, des missions en coopération avec d'autres pilotes amis sont prévues, on est alors au sein d'une escouade pour faire, par exemple, une attaque massive sur une base ennemie.

C'est donc, au total, vingt cinq missions qui vous attendent, qui seront entrecoupées de quelques scènes animées et de textes pour ne pas perdre le fil du scénario. Il y aura aussi la boutique dans laquelle vous gérerez votre arsenal. Quelques petits regrets concernant les sauvegardes : c'est impossible durant une mission, il y en a qu'une seule possible par pilote, et le jeu sauvegarde votre position automatiquement après chaque succès, on ne peut donc pas refaire une mission si celle-ci vous a plu.

Crossfire combat
En plein dans l'action

La technique est assez disparate dans l'ensemble : les musiques, ou plutôt les fonds sonores, changent en fonction de la situation (phase d'attaque, repli...) et collent parfaitement à l'action. Il n'y a pas de voix numérisées mais de nombreux bruitages, classiques mais bien rendus. La qualité graphique n'est pas extraordinaire, difficile de faire innovant dans ce style interstellaire/asteroïde. La présence d'effets graphiques comme la transparence ou les flashes sont les bienvenus dans un shoot'em up comme celui-ci, mais on ne peut que regretter la faible résolution qui les rend finalement peu impressionnant. En contrepartie, ce 320x240 autorise une animation parfaitement fluide sur PowerPC en mode 16 bits (encore heureux) et sur 68040 en mode 256 couleurs.

Baston multijoueurs

Le gros point positif de Crossfire 2 est son mode multijoueur. Jusqu'à quatre humains peuvent s'affronter dans deux modes de jeu : survival et dogfight.

Le mode survival plonge de un à quatre joueurs dans une arène avec un but précis : survivre aux assauts des ennemis. On a le choix entre cinq vaisseaux (du chétif bien rapide au gros balaise qui n'avance pas) dont l'arsenal est plus ou moins lourd. Les armes s'achètent et se vendent dans la boutique, il y en a une trentaine dont quelques-unes assez impressionnantes (Fat Lady, Swarm rockets, Cluster Bomb...) et d'autres, secrètes, ne seront trouvables que dans l'arène elle-même. Il faut noter que même avec une difficulté légère, les combats sont, en général, courts. Il faut alors ruser, mieux choisir ses armes et collaborer avec les autres joueurs pour améliorer votre score. Les ennemis apparaissent au hasard sur l'arène, ils sont de différentes sortes (vaisseau plus ou moins gros, sentinelles, kamikazes...), mais aucun des ennemis du scénario n'est présent dans ce mode de jeu, sans doute pour ménager le suspense.

Le "dogfight" est l'autre mode multijoueur de Crossfire 2. Ici, les joueurs humains se battent les uns contre les autres et le survivant (ou l'équipe survivante) a gagné. De nouvelles armes et de nouveaux bonus sont sélectionnables : arrêter un joueur, inverser les commandes, etc. mais de nouveaux malus font aussi leur apparition : trous noirs, mines magnétiques ou encore astéroïdes qui se baladent dangereusement dans l'arène et qui se scindent en petits morceaux quand on tire dessus. Autre nouveauté dans ce mode, le "deathmatch" permet de rendre les combats extrêmement mortels, le moindre dégât occasionne la destruction immédiate de votre engin. Ces combats sont plutôt amusants avec une action toujours soutenue : nous sommes dans le même esprit que d'autres jeux multijoueurs comme Burnout ou Blitz Bombers. Enfin, pour les nostalgiques, les auteurs ont pensé à inclure une option "Crossfire 1" qui reprend les graphismes un peu simplets de cette première version et change quelques règles du jeu.

Un petit jeu amusant

C'est vrai, Crossfire 2 n'est pas au top de la qualité technique mais il se rattrape très bien avec une jouabilité excellente et surtout un point phare pour un jeu vidéo : l'amusement est réellement présent, surtout en mode multijoueur. Dommage que la résolution d'écran soit si faible, cela permet d'y jouer sur de petits Amiga mais ça frustrera de nombreux PPCistes. Bravo tout de même à l'équipe de Dreamworlds Development qui a réalisé son premier jeu commercial et compte bien ne pas s'arrêter là avec un nouveau projet de jeu, cette fois-ci plus prometteur, un RPG en 3D...

Nom : Crossfire 2.
Développeurs : Dreamworlds Development.
Genre : jeu d'action/shoot'em up.
Date : 2002.
Configuration minimale : AmigaOS 3.0, 68030/50 MHz, AGA, 16 Mo de mémoire.
Configuration souhaitée : AmigaOS 3.x, 68060/50 MHz ou PowerPC, carte graphique, 32 Mo de mémoire.
Licence : commercial.
Prix : 44 euros.

NOTE : 7,5/10.

Les points forts :

- Amusant.
- Les modes multijoueurs.
- Le grand nombre d'armes, de bonus et malus.
- Les musiques qui changent en fonction du contexte.
- Très bonne jouabilité.
- Les missions au sein d'une escouade.

Les points faibles :

- La résolution d'écran trop petite.
- Mode campagne avec un seul joueur.
- La gestion des sauvegardes.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]