Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 18 septembre 2019 - 11:29  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Quizz
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Trucs et astuces
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles en d'autres langues


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liste des jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Galeries

 · Menu des galeries

 · BD d'Amiga Spécial
 · Caricatures Dudai
 · Caricatures Jet d'ail
 · Diagrammes de Jay Miner
 · Images insolites
 · Fin de jeux (de A à E)
 · Fin de Jeux (de F à O)
 · Fin de jeux (de P à Z)
 · Galerie de Mike Dafunk
 · Logos d'Obligement
 · Systèmes d'exploitation
 · Trombinoscope Alchimie 7
 · Vidéos


Téléchargement

 · Documents
 · Jeux
 · Logiciels
 · Magazines
 · Divers


Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Logiciels
 · Jeux
 · Scène démo
 · Divers


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


A Propos

A propos d'Obligement

A Propos


Contact

David Brunet

Courriel

 


Actualité : Silmarils, faire mieux que Manhattan Dealers
(Article écrit par François Coulon et extrait de Joystick Hebdo 13 - février 1989)


Champs-sur-Marnes, à quelques bonnes encablures du boulevard Saint-Germain. C'est dur la France profonde, persuadé que j'étais que la fin de l'univers civilisé se situait aux alentours de la Garennes Colombes.

Face à moi, Philippe Plas, André Rocques et Louis-Marie Rocques, trois pour le prix d'un, l'équipe complète de Silmarils. Une poignée de mètres carrés, propres sur eux, une banlieue clean, la machine à café et le grand frère Bull à vue de moniteur. Leur décor au quotidien est brossé. La saga silmarilienne s'ouvre fin 1987 avec Manhattan Dealers, une grande bastonnerie anti-blanche dans une ligne (de poudre) allant de Double Dragon à Karate Champ. Louis-Marie Rocques se fout la seringue dans l'oeil : le jeu n'aura ni la furia jouissive du premier, ni la pêche blitzée du second.

Silmarils
Philippe Plas, Louis-Marie et André Rocques

Il se livrera, lui qui nous avait tous envoyés en l'air avec l'Aigle D'Or, à une auto-critique honnête en diable. Le gros bonnet accepte de porter le chapeau. Au moment ou tout monde réalisait que personne ne savait tout faire, il se la joua en solo, à l'ancienne, sans graphiste ni musicien. C'est de l'histoire ancienne, n'y revenons plus.

Le présent, ce sont les galères, les petites barques plutôt, de la micro-entreprise cellulaire. Concilier la beauté, l'intelligence et son petit ego, mais faire du chiffre quoi qu'il arrive et rester dans la course à côté des gros. "On essaye de se raccrocher à un marché potentiel connu pour faire des chiffres de ventes qui ne seront pas ou le maximum ou le minimum".

Philippe Plas, le programmeur de la version PC de Manhattan Dealer, sera sans doute le plus philosophe, le plus cynique peut-être, le plus lucide en tout cas. "Je donne toujours cet exemple : d'un côté, il y a Bergman et Fellini, de l'autre côté il y Lucas et Spielberg. L'un n'est pas plus mauvais que l'autre... Je crois qu'on peut même faire la différence entre Rambo et Indiana Jones. Il y en a un qui est relativement primaire, il y en a un autre qui n'a pas de prétentions intellectuelles mais qui reste à peu près cohérent". La différence entre le racolage et la séduction...

Alors on suit les traces des valeurs sûres, en gardant un pied léger sur le champignon de la création. Le public n'apprécie pas toujours les cellules grises retournées à l'état sauvage. L'autre présent, c'est Mad Show. Quatre jeux d'arcade liés par une sauce aux relents de satyre ludico-télévisuelle glauque et "destroy". Trop vert et trop kistch pour s'en lécher les doigts jusqu'au moignon ou crever l'audimat des étalages. Il faudrait pourtant avoir perdu tous ses dixièmes pour ne pas y voir les brillantes prémices d'un futur paf micro ou du moins une jolie petite gueule d'atmosphère.

Mad Show
Mad Show

André Rocques, le frangin à l'autre, s'est livré à une pittoresque démonstration d'animation de sprites sur différents plans, afin de donner une illusion de troisième dimension, une 2D et demi en somme. Technique bonne franquette : lourder les éléments (personnages, décor) les uns par-dessus les autres sur un écran qui ne sera affiché qu'une fois tout ce boxon bien rangé (de telle sorte que les personnages censés se trouver derrière et dessinés en premier seront recouverts par ceux placés devant). Simple, mais lent et pas très élégant algorithmiquement parlant.

Technique du chef : réécrire la routine de manipulation des blocs en demandant de préciser le numéro du plan (premier, deuxième, quatrième dimension). Pour l'affichage du sprite, on vérifiera pour chaque pixel si rien ne se trouve déjà sur un plan plus proche. Si oui, le point est invisible, sinon il doit apparaître et on l'affiche.

L'arbre qui cache la forêt (fin de la parenthèse concession de la créativité débridée à la programmation conceptuelle). Ça manque encore d'ambition tout ça, de prétention surtout. Il est symptomatique pour un développeur de ne pas s'imaginer qu'il concocte forcément le meilleur jeu du monde. Targhan est sur sa rampe de lancement, mais on attend, sinon le méga-jeu du siècle, du moins plus consistant que Manhattan Dealers.

Manhattan Dealers
Manhattan Dealers

Les trois larrons évoquaient les fédérales aventures 3D de Sierra-On-Line, il faut en faire un credo. Par ici les enfants, c'est le bon chemin. Abreuvez-vous du tout récent Leisure Suit Larry Goes Looking For Love, un joyau purement asta écrit par un Al Lowe déchaîné. Prenez-en de la graine, et ne perdez pas de temps avant de vous décider à devenir géniaux...


[Retour en haut] / [Retour aux articles]