Obligement - L'Amiga au maximum

Jeudi 21 septembre 2017 - 17:44  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Entrevue avec Wolf Dietrich
(Entrevue réalisée par Michael Thaler et extraite d'Amiga Aktuell - septembre 1997)


Wolf Dietrich Note : traduction par Stéphane Pitteloud

Michael Thaler (michi@highvolt.gun.de) a conduit l'entrevue suivante avec Wolf Dietrich, le directeur de Phase 5 Digital Products, et l'a gentiment mis à disposition d'Amiga Aktuell pour la publier.

- Parlez-nous d'abord de Phase 5. Comment la société a-t-elle été créée ? Combien compte-elle d'employés en ce moment ? De quoi êtes-vous le plus fier ? Comment voyez-vous le futur de Phase 5 ?

Phase 5 Digital Products a été fondée en 1992. Gerald Carda et moi-même sommes des utilisateurs actifs de la première heure, comme beaucoup de nos collaborateurs. Gerald Carda a, entre autres, été co-rédacteur fondateur du premier magazine Amiga allemand, Kickstart. J'y suis entré comme pigiste dès le troisième numéro, c'est à cette occasion que nous nous sommes connus.

Après divers essais dans le domaine, nous avons fondé en 1991 l'Advanced System & Software, qui devait distribuer des produits américains en Allemagne. Comme nous avons eu, courant 1991, l'idée de créer notre propre produit - la première Blizzard 500 Turbo Memory - nous avons décidé d'en externaliser la conception sous le nom Phase 5 Digital Products. Dès 1994 Phase 5 est arrivé sur le devant de la scène en tant que constructeur et distributeur.

La société emploie actuellement 15 collaborateurs sur place et plusieurs développeurs logiciel externes, ceci en comptant le départ de trois collaborateurs, qui devront être remplacés dans un future proche. De plus, il est prévu une extension à court terme du service de développement ASIC. En outre, depuis 1996 nous employons cinq collaborateurs à temps partiel.

De quoi sommes-nous particulièrement fiers ? C'est une question difficile. Nous sommes certainement fiers que plus de 100 000 personnes utilisent nos produits. Nous sommes aussi fiers des différentes innovations que nous avons réalisées. Nous nous réjouissons de chaque client qui utilise un de nos produits avec satisfaction - nous recevons beaucoup de retours positifs en ce sens.

Nous nous sommes engagés à faire de Phase 5 Digital Products une société leader dans la technologie. Nous investissons presque tous les revenus de la société dans la recherche et le développement. C'est notre but de nous établir comme une société "haute technologie" dans le domaine de la conception de circuits et de systèmes. D'ailleurs, nous concevons l'ensemble du processus de création, de l'idée à la réalisation, comme un tout ; par conséquent, nous nous équipons avec des technologies de fabrication de pointe ici sur notre site à Oberurseler.

- Avant d'en venir à l'Amiga : vous avez conçu, avec la carte Maccelerate!, du matériel pour Macintosh. Avez-vous bien vendu ces cartes ? Est-ce que vous fabriquerez à nouveau des produits pour Macintosh ?

Nous avons maintenant bien imposé les cartes Maccelerate! sur le marché, bien que les utilisateurs Macintosh sont moins enclins, du moins pour le moment, à mettre leur ordinateur à niveau à l'aide d'une carte accélératrice. Oui, nous allons aussi proposer des produits pour Macintosh dans le futur, cependant nous prévoyons des produits qui nécessitent moins d'effort de développement. Cela veut dire que ces produits seront une source de revenus supplémentaire, mais pas des produits technologiques clés.

Nous pouvons, d'autre part, utiliser des synergies avec le marché Amiga : de par le fait que nous avons déjà construit plusieurs milliers de cartes PowerPC 604e pour le Macintosh, nous avons a) un meilleur prix de gros sur les processeurs pour les cartes PowerUP, b) une expérience sur la conception et la fabrication de cartes pour des processeurs modernes CMS et c) la possibilité de lancer directement la fabrication des cartes PowerUP, dû à la quantité de stock suffisante de PowerPC 604e que nous possédons.

- Quelle est la raison du retard de livraison des cartes PowerUP ?

Eh bien, il y a malheureusement beaucoup de raisons à ce retard. Au début de l'année, nous avons eu des changements de personnel dans le département développement, département qui a dû revoir le concept PowerUP. Le développement a été migré de Synopsys vers VHDL, et à ce moment les modèles de simulation sont passés complètement en numérique. Cela nous a coûtés du temps supplémentaire.

Plus tard, vers la fin mai, nous avons dû faire face à divers petits problèmes de conception : les simulations nous ont montrées à plusieurs reprises des erreurs, et le système d'alimentation a dû être adapté suite à la découverte d'une non conformité aux spécifications des processeurs PowerPC. A la suite de cela, d'autres modifications mineures ont changé la liste des pièces, nouvelles pièces pour lesquelles nous avons eu des problèmes d'approvisionnement. Actuellement (31 juillet 1997), nous testons de manière approfondie le prototype finale en laboratoire, puis nous l'enverrons en production dans quelques jours. Comme les dernières pièces manquantes doivent arriver cette semaine, les premiers utilisateurs pourront bientôt profiter de la puissance de la nouvelle CyberstormPPC.

Parallèlement au développement du matériel, nous avons aussi intensivement travaillé sur les solutions logicielles afin d'en augmenter la performance et simplifier encore plus la création de logiciels. Une partie essentielle est le nouveau système de message entres les tâches 68k et PowerPC qui peuvent désormais communiquer très rapidement. Croyez-nous, nous avons investi énormément de temps dans ce travail.

- Concernant l'A\Box : le sujet est relativement peu abordé ces derniers temps. Est-ce qu'il est encore développé ? A quel stade en est le projet ?

Évidemment, l'A\Box est encore développé. Ce projet est pour nous le projet ultime de la société. Ce produit est en plus un objectif spécifique dans la vision fondamentale de Phase 5. Nous voulons développer des produits matériels innovants et ce sera à l'avenir seulement possible au niveau du silicium.

Nous avons mis en place une grande partie des concepts de Caipirinha et nous l'avons en partie simulé, cependant les retards accumulés avec PowerUP ont quelque peu limité les ressources, et nous avons perdu trois mois sur notre calendrier. Avec l'arrivée depuis mi 1998 (NDLR : mi 1997 ?) de plusieurs nouvelles technologies - une nouvelle génération de PowerPC, la prochaine génération de SDRAM 2 et des processus ASIC beaucoup plus puissants - nous avons décidé de mettre à jour les spécifications de Caipirinha.

Ainsi, nous nous assurons que le produit sera suffisamment avancé technologiquement à sa sortie, et qu'il peut être utilisé comme produit de base pendant deux à trois ans. Ses utilisateurs seront ainsi satisfaits pendant une période au moins aussi longue. Pour atteindre cet objectif, nous augmenterons nos investissements et nos ressources de manière significative. Il s'agit de la réalisation des technologies du futur. Les premiers prototypes de Caipirinha arriveront courant 1998. Dans les prochains six mois, la puce n'existera que sous la forme de simulation numérique VHDL. Ceci est normal : quand on sait qu'un prototype fonctionnel coûte plusieurs centaines de milliers de FF, on ne lance sa production logiquement que quand la conception est sûre à 100%.

- Phase 5 a été mentionné par Amiga International comme partenaire possible pour une collaboration future. Existe-t-il à ce sujet des plans concrets ?

Nous sommes en contact avec Amiga International, néanmoins il n'y a pour le moment (fin juillet 1997) pas encore de plans concrets pour un travail en commun. Nous avons en mai dernier établi une liste de propositions à l'attention d'Amiga International et de Gateway 2000, liste dans laquelle nous présentons les domaines et les technologies sur lesquels nous pourrions coopérer. Nous devons maintenant attendre de savoir si Amiga International/Gateway 2000 sont intéressés.

- Qu'est-ce qui a changé pour vous depuis que Gateway 2000 a racheté Amiga Technologies ? Est-ce que vous prévoyez toujours un développement interne du système d'exploitation, ou bien est-ce que vous privilégiez un développement commun avec Amiga International d'un AmigaOS natif ?

Nous allons continuer notre développement interne. Nous estimons qu'un AmigaOS natif doit être développé, et nous avons proposé, dans cet esprit d'un nouvel OS, des concepts clairs. Si Amiga International et Gateway 2000 aimeraient adhérer à ces concepts, un travail commun porterait bien entendu ses fruits. Si Amiga International suit dans le futur un autre concept, nous l'observerons avec intérêt et nous verrons si cette autre voie peut présenter une alternative supplémentaire. Nous continuerons nos projets matériels et logiciels quoi qu'il arrive.

- De quelles caractéristiques (protection mémoire, multiprocesseur...) doit disposer un nouvel AmigaOS pour A\Box ?

Un OS se constitue principalement d'un noyau, d'un système de message inter-applications ("middleware") et d'une interface utilisateur. Dans tous ces domaines, il existe différentes exigences de développement et d'innovation. Un nouveau noyau doit dans tous les cas proposer les caractéristiques suivantes :
  • Capacités multiprocesseurs.
  • Protection mémoire.
  • Multitâches préemptif rapide.
  • Capacités multi-utilisateurs.
  • Stabilité et sécurité élevées.
  • Temps de réponse rapide et consommation de ressources faible (ce qui est naturellement relatif).
  • Mémoire virtuelle.
  • Périphériques chargeables et bibliothèques partagées, respectivement mécanisme de comparaison.
Je veux dire par là qu'un nouvel OS doit avoir ces caractéristiques, ce n'est pas optionnel. L'OS d'un ordinateur innovant, qui doit être disponible à la deuxième moitié 1998, doit s'orienter vers les exigences du prochain millénaire. Nous voyons toutefois que beaucoup de travail sera nécessaire et que nous ne devons pas réinventer la roue pour la deuxième ou troisième fois. Les connaissances et les moyens à fournir pour réaliser un OS moderne sont si élevés, que nous devons passer par une feuille de route gérable, notamment par l'utilisation de technologies déjà développées et éprouvées. Ceci s'applique en grande partie au système de messages inter-applications (middleware), où une grande partie de la technologie existante peut être utilisée.

Un autre thème est l'interface utilisateur et les fonctionnalités qui en découlent. En plus d'une interface moderne et plaisante, il faut aussi proposer une variété d'interactions intuitives et innovantes, afin de répondre aux exigences des futures applications.

Il est important par-dessus tout qu'un système soit ouvert et flexible afin de ne pas limiter le champ d'action des créatifs. Ceci a toujours été une évidence sur Amiga. Nous voulons dans tous les cas réaliser un système au moins autant ouvert et créatif.

- Est-ce que vous prévoyez une machine virtuelle Java pour le prochain AmigaOS ? Comment percevez-vous l'approche de Java et la possibilité d'utiliser des logiciels sur d'autres systèmes ?

Nous ne nous en occupons pas pour le moment. Je ne crois pas que nous intègrerons une gestion matérielle pour Java dans l'A\Box. Si cela devenait nécessaire, il serait toujours possible de le faire sous la forme d'un rajout matériel bon marché. Une gestion de Java est à nos yeux du domaine logiciel, et ceci est dévolu aux sociétés tierces. Au fond, Java n'est pas inintéressant, mais je veux dire qu'actuellement son intérêt est un peu exagéré. Je vois aussi quelques problèmes dans son utilisation en réseau pour lesquels des solutions doivent être proposées. Personnellement, je trouve cela étrange quand par exemple mon navigateur, pendant que je navigue, charge un applet Java et commence à faire quelque chose sur mon ordinateur sans que je puisse l'influencer, ou peut-être même sans que je le remarque.

- Prévoyez-vous dans le cadre de Java une collaboration avec Haage & Partner ?

Si Haage & Partner est intéressé dans le futur à développer pour l'A\Box OS et pour l'ordinateur, c'est volontiers que nous collaborerons. Mais ce n'est pas encore d'actualité.

- Selon la base de données de Motorola, Phase 5 possède une licence pour Mac OS. Est-ce qu'un portage sur PowerUP voire sur A\Box est prévu ?

Là, vous me surprenez ! Nous n'avons jamais reçu ni même demandé une licence pour Mac OS. A un certain moment, il était question que Motorola puisse proposer elle-même ces licences conjointement à la vente de processeurs PowerPC. Cette possibilité n'a jamais été utilisée. Il serait vraiment surprenant que nous recevions automatiquement une licence. Je pense qu'il doit s'agir d'une erreur dans la banque de données.

Nous allons probablement promouvoir la compatibilité de Mac OS avec l'A\Box. Comme nous ne sommes pas limités par la conception CHRP ou par la politique d'Apple, l'A\Box ne sera peut-être pas directement compatible avec la licence de Mac OS. Si cela devait être le cas, nous nous attendons à ce qu'un émulateur des fonctionnalités manquantes soit créé. C'est déjà le cas actuellement sur Amiga, qui peut faire tourner Mac OS sans pour autant remplir les spécifications de CHRP ou de l'architecture matérielle d'Apple.

- Des développements de Linux et de NetBSD sur A\Box ont aussi été annoncés. Est-ce que ces systèmes d'exploitation sont encore développés ? Et quand seront-ils disponibles ? Le seront-ils aussi pour les cartes PowerUP ?

Je ne peux pas dire si un portage de NetBSD est actuellement en cours pour PowerUP. Un portage de Linux est, lui, en cours et nous avons soutenu certains développeurs en leur fournissant des cartes PowerUP de développement. Nous partons du principe qu'au moins une distribution Linux sera disponible à court terme. Par définition, elle sera ainsi aussi disponible pour l'A\Box. Toutefois, le système d'exploitation de l'A\Box est aussi construit sur un noyau X, ce qui veut dire qu'une intégration sera facilitée.

- Il avait été annoncé qu'un bout de la technologie de Caipirinha serait utilisé sur la CybervisionPPC. Ceci a été maintenant remplacé par le composant Permedia 2. Pour quelle raison ?

Le produit basé sur la puce graphique Permedia 2 est un produit commercial que nous pouvons apporter plus rapidement sur le marché que le "spin-off" de Caipirihna. Ce dernier sera réalisé plus tard, mais en tant que produit pour les développeurs qui veulent déjà développer en prévision de l'A\Box. Avec le Permedia 2, nous pouvons proposer une solution graphique haute performance pour les cartes PowerUP, ce qui est important pour l'utilité du produit. Une grande partie des utilisateurs a un besoin pratique de cette carte qui offre un très bon rapport qualité/prix.

- Village Tronic a développé avec Picasso96 un produit concurrent à CyberGraphX. Comment voyez-vous ce développement ? Lequel va s'établir comme standard ?

Je crois que CyberGraphX s'est déjà bien établi comme standard. Nous ne voyons pas vraiment Picasso96 comme un concurrent, car nous ne proposons plus CyberGraphX en tant que produit seul. Je crois que les performances ainsi que le soin apporté au produit feront dans le futur la différence. En ce sens, CyberGraphX à de clairs avantages. Ceci découle du fait que nous sommes très impliqués dans certaines technologies clés (cartes processeur, cartes graphiques ainsi que le développement matériel et logiciel de l'A\Box), nous pouvons ainsi introduire beaucoup de nouvelles technologies.

- Vous avez avec PowerUP, la CybervisionPPC et l'A\Box un calendrier bien rempli. Avez-vous encore d'autres projets qui sont planifiés ?

Non, à l'exception des petits projets pour la plate-forme Apple qui peuvent être réalisés à faible coût, en réutilisant la technologie développée pour l'Amiga. La ligne PowerUP avec toutes ses variations à pour l'instant toute notre attention, avec par la suite comme projet clé un renforcement intensif du développement de l'A\Box.

- Apple, un membre fondateur de la norme CHRP, a annoncé ne pas développer d'ordinateur à cette norme. Comment voyez-vous le futur de ce standard ? Pourquoi avez-vous choisi avec l'A\Box d'emprunter votre propre voie ?

CHRP est une conception qui se base complètement sur des composants standards. La conséquence est qu'il s'agit au final d'un PC standard avec un processeur PowerPC au lieu d'un Pentium. Fabriquer quelque chose comme cela n'est pas vraiment de l'art. Les conceptions de référence ainsi que les composants sont disponibles. Mais il s'agit d'une conception qui a été promue par Apple et l'alliance PowerPC pour concurrencer les ordinateurs Wintel, notamment au niveau du prix. Il faut bien se rendre compte que les incarnations du concept CHRP sont des produits avec des coûts de fabrication faibles basés sur des composants standards, et non pas des produits conçus pour des hautes performances grâce à une conception innovante.

Le problème est que l'avantage du prix n'est effectif que, si en tant que constructeur, on fabrique et l'on vend plusieurs centaines de milliers de machines, et ceci toujours au détriment des performances. Nous ne voulions pas faire de compromis sur les performances lors de la conception de l'A\Box, c'est pourquoi nous avons planifié, et en partie déjà commencé, la conception de nos propres puces spécialisées.

Très tôt pendant la planification, il a été démontré que, sur la base d'une production entre 25 000 et 50 000 unités par an, la technologie basée sur les puces spécialisées offrait des performances bien meilleures pour un prix inférieur à ce qu'il est possible d'obtenir avec la technologie standard.

- Pourquoi est-ce que vous développez encore pour le marché Amiga ? Quelle direction faut-il à votre avis donner au marché Amiga ?

Parce que nous préférons le concept de l'Amiga à tous les autres systèmes. Néanmoins, nous voyons que le poids des ans se fait sentir et que le matériel et le logiciel doivent tous deux être modernisés. Le chemin que va emprunter l'Amiga est dépendant actuellement d'Amiga International. La question de savoir si et quand il y aura de nouveaux Amiga reste ouverte. A mon avis, le marché de l'Amiga dépend en grande partie des innovations que les sociétés tierces ont à proposer. Nous estimons que le marché restera actif tant que les utilisateurs se verront proposer des produits nouveaux et innovants. C'est ce que nous voulons proposer avec nos produits actuels et avec l'A\Box.

- Avez-vous quelque chose d'autre à communiquer aux utilisateurs Amiga ?

Personnellement, je me réjouis qu'il y ait encore autant d'utilisateurs actifs sur Amiga, car cela montre qu'il existe un grand nombre d'utilisateurs créatifs qui savent apprécier le système, ses concepts et ses possibilités à leur juste valeur. J'aimerai remercier tous les utilisateurs qui par leurs milliers de courriers électroniques, lettres et fax de soutiens pour le projet A\Box nous donnent des résonnances positives et nous confortent dans notre vision et notre but. Nous pouvons promettre que nous ferons tout afin d'atteindre les attentes élevées que vous avez envers notre projet.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]