Obligement - L'Amiga au maximum

Mercredi 22 novembre 2017 - 10:06  

Translate

En De Nl Nl
Es Pt It Nl


Rubriques

 · Accueil
 · A Propos
 · Articles
 · Galeries
 · Glossaire
 · Hit Parade
 · Liens
 · Liste jeux Amiga
 · Quizz
 · Téléchargements
 · Trucs et astuces


Articles

 · Actualité (récente)
 · Actualité (archive)
 · Comparatifs
 · Dossiers
 · Entrevues
 · Matériel (tests)
 · Matériel (bidouilles)
 · Points de vue
 · En pratique
 · Programmation
 · Reportages
 · Tests de jeux
 · Tests de logiciels
 · Tests de compilations
 · Articles divers

 · Articles in english
 · Articles in other languages


Twitter

Suivez-nous sur Twitter




Liens

 · Sites de téléchargements
 · Associations
 · Pages Personnelles
 · Moteurs de recherche
 · Pages de liens
 · Constructeurs matériels
 · Matériel
 · Autres sites de matériel
 · Réparateurs
 · Revendeurs
 · Presse et médias
 · Programmation
 · Développeurs logiciels
 · Logiciels
 · Développeurs de jeux
 · Jeux
 · Autres sites de jeux
 · Scène démo
 · Divers
 · Informatique générale


Jeux Amiga

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Trucs et astuces

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Glossaire

0, A, B, C, D, E, F,
G, H, I, J, K, L, M,
N, O, P, Q, R, S, T,
U, V, W, X, Y, Z


Partenaires

Annuaire Amiga

Amedia Computer

Relec

Hit Parade


Contact

David Brunet

Courriel

 


Test d'AmigaOS 3.5
(Article écrit par Jérôme Senay et extrait de Boing Attitude :) - janvier 2000)


AmigaOS 3.5 : une véritable évolution

Après la sortie d'AmigaOS 3.1 qui apportait très peu d'évolutions, on pouvait douter du bien-fondé d'éditer une nouvelle version... Eh bien, il faut reconnaître que l'association Amiga International-Haage & Partner a bien fonctionné : un système remis au goût du jour qui fait plaisir à voir (et à utiliser) !

Un paquetage efficace

AmigaOS 3.5 est livré dans une boîte à l'allure sobre mais très esthétique avec la fameuse Boing Ball sur lequel est imprimé "OS 3.5". Celle-ci contient un CD (lui aussi "boingé") ainsi qu'un fascicule (en anglais et allemand) destiné à faciliter la mise à jour du système. Le programme d'installation a d'ailleurs lui aussi subi une cure de jouvence : on a donc droit à un fond d'écran dégradé dans le plus pur style de l'Amiga (Copper) ainsi que des images (datatypes gérés) qui apparaissent au fur et à mesure que l'installation progresse. Je ne reviendrai pas sur les détails de l'installation mais tout se déroule sans problèmes (comme d'habitude sur Amiga) : en 20 minutes, le tour est joué ! Notez tout de même que pour profiter du Workbench 3.5, il vous faut au minimum un 68020 avec ROM 3.1, disque dur, lecteur de CD et 4 Mo de mémoire Fast.

AmigaOS 3.5
La boîte et son contenu

Une interface remaniée

L'apparence du Workbench a été refaite et de bien belle façon : un nouveau système d'icônes compatible avec les NewIcons et les icônes standards a été utilisé. L'allure très réussie des icônes est celui des Glowicons. Les fans de NewIcons vont être contents : finies les icônes non compatibles dont on perdait les bonnes couleurs ; elles s'affichent désormais correctement. Notons enfin que les icônes utilisent maintenant leur propre palette de couleurs.

L'apparence des fenêtres a également été améliorée et utilise le nouveau système ReAction (basé sur ClassAct et non sur MUI comme bon nombre de personnes le pensaient). Celui-ci a été utilisé dans les préférences qui sont devenues beaucoup plus esthétiques (notamment pour le choix des langues et de l'heure). On peut aussi apprécier le retour de la jauge qui indique le pourcentage de disque utilisé. De plus, les couleurs de l'image de fond du Workbench ne sont plus altérées et de nombreuses images de bonne qualité sont fournies.

AmigaOS 3.5
Vue d'ensemble du Workbench 3.5

Un Workbench à réaction ?

L'interface du Workbench repose donc sur un nouveau système : ReAction. Basé sur ClassAct, il apporte de nombreuses améliorations comme l'iconification des fenêtres, la gestion des onglets, de nouveaux boutons, etc. L'esthétisme a vraiment progressé (et rattrapé le retard qu'il avait pris ces dernières années). Les listes, menus, fenêtres et boutons se voient agrémentés de dessins ; une fenêtre peut avoir une image dans son arrière-plan. Un vrai régal pour les yeux !

AmigaOS 3.5
ReAction, la nouvelle GUI

Une ergonomie améliorée

La gestion du Workbench par le clavier a été nettement améliorée : on peut maintenant fermer une ou toutes les fenêtres, sélectionner une icône, ouvrir la fenêtre parente, etc. Deux nouvelles options apparaissent dans le menu "fenêtre" : la première permet d'annuler la sélection en cours et la seconde, très utile, permet de cadrer une fenêtre afin de voir toutes ses icônes. Si jamais un outil associé à un fichier n'est pas trouvé, vous pouvez le sélectionner dynamiquement. Dommage cependant qu'on ne puisse pas le sauvegarder ! Les raccourcis clavier ont complètement été repensés et sont beaucoup plus intuitifs : ainsi la combinaison [Amiga Gauche + "-"] permet de voir seulement les icônes alors que [Amiga Gauche + "+"] permettent de visualiser tous les fichiers. Les icônes sont repositionnées par colonne grâce [Amiga Gauche + "."] et leurs positions peuvent être mémorisées. La copie ou suppression de fichiers est maintenant signalée par une barre de progression du plus bel effet.

L'accès à Internet

Une des grandes nouveautés de cette nouvelle mouture du Workbench est l'intégration d'une suite Internet complète (qui m'a d'ailleurs convaincu d'acheter un modem :-). En effet, le protocole TCP/IP est implémenté par Miami : notez toutefois que la version est limitée à une heure de connexion sans interruption (d'après Amiga International, il sera possible de s'enregistrer auprès de l'auteur afin de recevoir gratuitement la version complète). Mais cela est largement suffisant pour consulter ses courriels et naviguer un peu sur le Web. Libre à vous de vous enregistrer ! Le navigateur fourni est AWeb 3 (édition spéciale) ; ses principales qualités sont la rapidité d'affichage des pages HTML et la gestion du JavaScript. Mais là encore, certaines fonctions (lecture de groupes de discussion, mémorisation des adresses favorites, etc.) ne sont disponibles que dans la version complète. Notons enfin Amimailer, un gestionnaire de courriels qui a le mérite d'exister mais que j'ai rapidement remplacé par l'excellent YAM !

AmigaOS 3.5
AmigaMail

Gestion étendue du matériel

La gestion des disques durs a été améliorée avec une nouvelle version du Fast File System qui permet (enfin !) de gérer les disques durs de plus de 4 Go. L'utilitaire HDToolBox a lui été simplifié et permet de sauver le RDB (bloc d'amorçage) de son disque dur sur disquette. La gestion du CD a été étendue aux normes PC et Mac (Mac HFS). Le logiciel utilisé est AsimCDFS en version démo (limité à environ deux heures). La gestion des imprimantes a été actualisée avec la gestion du mode True Color (impression 24 bits) et les pilotes pour les imprimantes les plus récentes du marché. La vitesse d'impression a soi-disant été améliorée mais je n'ai pas constaté de différence flagrante !

Le PowerPC géré

Le PowerPC est donc enfin officiellement géré par Amiga International. N'ayant pas équipé mon A1200 de carte PowerPC, je ne peux malheureusement vous en dire grand-chose. Avant AmigaOS 3.5, deux noyaux pour gérer le PowerPC coexistaient sur Amiga : PowerUP (Phase 5) et WarpUP (Haage & Partner). Et c'est ce dernier qui a été retenu et qui est maintenant officiellement géré. Par contre, aucun programme natif PowerPC fait partie du système : si vous voulez accélérer votre AmigaOS à la sauce PowerPC, il faudra donc récupérer çà et là des pilotes et des datatypes PowerPC. Sachez également que si le nouveau système se vend bien (au moins 25000 unités !), une nouvelle version verra le jour avec des parties d'AmigaOS spécifiquement réécrites pour cartes PowerPC.

Des mises à jour utiles

De nombreux éléments du Workbench ont été mis à niveau : les éditeurs de préférences (pointeur, palette, son...), les commandes DOS (diskcopy, format, info, join, setpatch, status...), ARexx, les datatypes (GIF, JPEG, sound...), commodités (Nlanker, Exchange...), etc. Côté éditeur de texte, on a enfin le droit à un éditeur convivial et efficace avec notamment une gestion du presse-papiers (copier, couper, coller) et des fonctions de recherche/remplacement : EditPad V1.0. L'éditeur d'icônes a également été amélioré sans toutefois égaler l'excellent Iconian.

AmigaOS 3.5
Les réglages du bureau

AmigaOS 3.5
Iconedit : peu d'amélioration par rapport à sa version 3.1

Des contributions variées

Le niveau des contributions est assez variable mais dans l'ensemble de bonne qualité. Commençons par le plus insignifiant : un jeu de réflexion qui ne restera pas dans les annales ! Viennent ensuite quelques démos de logiciels commerciaux comme MakeCD et quelques commodités. On trouve cependant des contributions beaucoup plus intéressantes comme de la documentation sur le développement 3D (MesaGL, Warp3D), de nombreuses icônes (dont encore les fameuses GlowIcons !), des scripts ARexx, des démos PowerPC, etc.

Des développeurs dopés

AmigaOS 3.5 va sans doute susciter l'effervescence chez les programmeurs, qu'ils soient amateurs ou professionnels. En effet, depuis l'apparition des A1200 et A4000, le système avait connu peu d'évolutions. Avec le nouveau système, les développeurs vont découvrir : la nouvelle GUI ReAction, la bibliothèque AML (gestion de courriers électroniques), le développement sur PowerPC et la programmation 3D (avec notamment Warp3D) ! Il y a fort à parier que dans les mois à venir, de nombreux logiciels spécifiques à AmigaOS 3.5 voient le jour sur Aminet ou dans le commerce.

Quelques regrets quand même

AmigaOS 3.5 a encore des points sur lesquels il peut être amélioré. Par exemple, l'impression d'un document de plusieurs pages sous AmigaGuide ne fonctionne toujours pas correctement ; le datatype JPEG est toujours d'une qualité médiocre ; le démarrage de l'Amiga est nettement plus long qu'avant (une minute de plus dans mon cas sur un 68030) ; certaines images contenues dans les listes s'affichent avec des artefacts ; la fenêtre "Préférences Printer Gfx" est trop grande pour des résolutions comme la mienne (640x256). Bref, quelques défauts qui seront, je l'espère, corrigés.

Compatible ou non ?

Voici la liste des logiciels que j'ai pu tester et qui semblent compatibles : Personal Paint 6.4, Wordworth 6.0, MagicMenu, AMOS Pro 2.0, Cygnus Editor 3.5, Hippo Player 2.41, CyberAVI 1.11, GNU, StormC V3.0, Wow 0.30, IBrowse 2.1, Iconian 2.97... Bref, je n'ai connu de problèmes qu'avec ToolManager (que j'avais déjà rencontré avec AmigaOS 3.1). La plupart des logiciels semble donc compatible. :-)

Indispensable

On l'attendait depuis un moment (annoncé en novembre 1997) et ça valait le coup d'attendre ! AmigaOS est vraiment transformé et on en a presque les larmes aux yeux de voir un si beau système ! Après toutes les déceptions connues ces dernières années, la communauté Amiga avait, je pense, besoin d'un signe fort pour continuer à croire en cette merveilleuse machine ! C'est maintenant chose faite et on peut remercier toutes les personnes qui ont participé à l'élaboration d'AmigaOS 3.5. Mais il faut continuer à se battre et pour cela, le meilleur moyen de prouver qu'on existe, c'est d'acheter le nouvel AmigaOS 3.5. Vous pouvez vous le procurer chez tous les revendeurs français pour une somme allant de 360 à 390 francs (soit environ 57 euros). Enfin, sachez qu'une première mise à jour (Boing Bag 1) est téléchargeable depuis fin décembre.

Nom : AmigaOS 3.5.
Développeurs : Amiga International et Haage & Partner.
Genre : système d'exploitation.
Date : 1999.
Configuration minimale : AGA ou carte graphique, 68020, 6 Mo de mémoire, ROM 3.1.
Licence : commercial.


[Retour en haut] / [Retour aux articles]